Le Premier Ministre Fidjien, le Commandant Voreqe Bainimarama ne sera pas dans la délégation qui compose la seconde visite Ministérielle du Groupe Fer de Lance Mélanésien, (GFLM) du 13 au 18 août.

C’est son ministre des Affaires Etrangères, Ratu Inoké Kubuabola qui la conduit au nom de Fidji, à la présidence du GFLM depuis fin 2010.

De gauche à droite: Ratu Inoké, Ministre des Affaires Etrangères de Fidji, Mr Ano Pala Ministre des Affaires Etrangères de PNG, Mrs Caroline Machoro, représentante du FLNKS lors de la réunion des Ministres des Affaires Etrangères du GFLM, Mars 2012 – Suva, Fidji- (photo: minfo/pacikanakynews)

L’immigration et les relations extérieures sont des compétences régaliennes de l’Accord de Nouméa, et encore, une fois, c’est la France qui a tranchée en ignorant les relations du FLNKS dans le GFLM mais entendant bien continuer ce que disait déjà le ministre Français de la coopération, Abelin, en 1975 : « La France se doit d’être présente partout dans le monde où le génie de ses penseurs lui a fait une place sans commune mesure avec sa démographie ou les ressources de son territoire national. »

Aussi,  cette affaire devrait attirer notre attention sur le fait que la France a encore de longs et beaux jours dans le Pacifique comme ne s’est pas manqué de rappeler l’Ambassadeur de France à Fidji, Gilbert Montagnier, lors de son discours de célébration du 14 juillet 2012 à Suva.

« La France, grâce à ses trois collectivités territoriales, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie Française et Wallis et Futuna est un pays du Pacifique Sud.

A ce sujet, j’ouvre une parenthèse et je dis solennellement ceci. Dans ces trois collectivités existe un débat politique, comme dans toute démocratie. Cedébat est un débat de politique intérieure française et doit être considérécomme tel par nos amis. Si, un jour, ces collectivités devaient revoir leurs relations avec la France,ce serait sur la base d’un vote majoritaire des populations concernées, sur le principe que reconnaissent toutes les démocraties, « un homme, une voix » et non sous la pression de tel ou tel pays ou de tel ou de tel groupe de pays. Je ferme la parenthèse (….) »

RAPPEL DES FAITS :

Cette visite est inscrite dans un calendrier engagé lors du dernier sommet spécial des Leaders du GLFM à Suva en Mars, où, le Porte Parole du FLNKS pour les relations extérieures, déclarait :
« Comme je vous l’ai indiqué par courrier Monsieur le Président du GFLM, l’élection présidentielle française et  les élections au parlement de la France  mobilisent fortement la classe politique en NC et le FLNKS vous a proposé de différer la seconde visite ministérielle du GFLM. Le FLNKS serait honoré de vous accueillir Monsieur le Président ainsi que toutes les délégations en juillet pour cette seconde visite. »

En avril, dans une conférence de presse conjointe, Calédonie Ensemble (CE)
La visite programmée en juillet intervenait au lendemain des élections législatives qui ont élus CE dans les deux sièges de députés.

V.Tutugoro et Charles Pidjot se sont rendus au secrétariat du GFLM à Port-Vila, Vanuatu, pour tenter de comprendre pourquoi cette situation « post élections qualifiées de fortement instable » aurait conduit le PM Bainimarama à ne pas faire sa demande de visa à temps.
Dans la foulée, épaulé par le Ministre des Affaires Etrangères du Vanuatu, Mr Carlot, V.Tutugoro s’est envolé à Suva pour y rencontrer le PM Fidjien en personne, qui lui a réaffirmé son soutien sans failles au peuple Kanak.

LA CAUSE KANAK LA RAISON D’ETRE DU GFLM :

Si les Leaders de la Mélanésie sont conscients de la raison d’exister du GFLM ; ce ‘presque’ incident  interpelle sur l’investissement réel du FLNKS au sein de cette organisation, qui est composée des 4 autres Pays souverains.
Encore en juin dernier, Fidji et Papouasie Nouvelle-Guinée plaidait pour la cause Kanak à l’ONU.
Cette 2nde mission Ministérielle a pour objectif principal de récolter les informations nécessaires pour que le secrétariat du GFLM rédige le rapport annuel sur la mise en œuvre de l’Accord de Nouméa pour le compte de la 4ème commission de l’ONU prévue en octobre prochain.

Mais une question se pose : «  Est-ce que le Sommet des Leaders du GFLM prévue l’année prochaine en Kanaky va avoir lieu, si la France refuse toujours la présence d’un des Leaders Mélanésiens sur son sol ?

En 2013, sont prévus aussi de se tenir pour le compte du GFLM, les jeux inauguraux de la Mélanésie et l’anniversaire des 25 ans d’existence du Groupe.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here