On croyait ces petites bêtes disparues depuis près de 40 ans aux États-Unis. Mais les punaises  sont bien redevenues le pire cauchemar des New-Yorkais.

« Surtout, ne dites à personne que vous avez des punaises chez vous. Sinon, fini les copains, le petit ami, les invitations à dîner, les goûters d’anniversaire. C’est comme si vous aviez la lèpre ». Voilà la confession pour le moins surprenante faite récemment au New York Times par un habitant de New-York victime des punaises de lit.

En effet, cette petite bête suceuse de sang a envahie depuis peu les appartements des New-Yorkais. Etant donné qu’elle se reproduit à la vitesse de la lumière, une femelle pondant entre 500 œufs et peut survivre pendant plus d’un an sans se nourrir, elle infeste désormais toute la ville. La bestiole ne faisant aucune différence entre un banc du métro et un hôtel cinq étoiles, tout le monde est concerné. Même les bureaux du magazine Elle, ou le très chic magasin d’habillement sport Abercrombie & Fitch, en ont récemment fait les frais.

Un site internet dédié à ce problème sanitaire vient même de voir le jour avec la création d’un groupe de soutien aux victimes de punaises. Sur bedbugger.com, on vous montre alors sans complaisance des gros plans peu ragoûtants de la petite bête et de ses morsures.
Pour le moment le gouvernement peine à réagir fasse à cette invasion peu commune, ne sachant pas vraiment comment venir à bout du problème. On supposerait la réapparition soudaine de cet insecte, disparu depuis 40 ans dans la Grosse Pomme, est due à l’augmentation des voyages, ou à l’efficacité moindre des pesticides, devenus moins toxiques.

A l’heure actuelle, seules les sociétés d’exterminations d’insectes se frottent actuellement les mains. Ainsi l’hôtel Chancellor, a embauché un chasseur de punaises à temps plein. Sa tâche est d’aller de chambre en chambre afin de traquer le petite bête  Autre solution: le chien renifleur, d’une grande efficacité, mais qui reste très cher. Mais le meilleur moyen reste encore de jeter la literie infectée et de rester vigilant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here