L’Affaire Benalla, ce sont «des dérives inacceptables sur fond de copinage malsain». Qui le dit?
Michel Delpuech, le préfet de police de Paris, le 23 juillet devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale. Qu’entend-il par copinage? Un réseau amical? Ou des liens fraternels?

En tout cas, Vincent Crase, aux côtés d’Alexandre Benalla le 1er Mai, et également mis en cause par la justice, appartient à une loge de la GLNF. Comme Alexandre Benalla: je l’avais révélé ici le 25 juillet

Selon les informations que j’ai reçues, Vincent Crase, 45 ans, porte le matricule 102065 depuis qu’il a été initié le 8 juin 2015. Sa loge se nomme «La Coudée de Salomon» dans la Région maçonnique de Neustrie (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine Maritime) de la GLNF. Sa loge se situe dans une région différente de celle de Benalla, mais il s’agit de la même obédience [fédération de loges].
Réserviste de la Gendarmerie, Crase est agent d’accueil à La République en Marche, et travaillait ponctuellement pour le commandement militaire de L’Elysée.
Suspendu le même jour que Benalla
Vincent Crase a été mis en examen le 22 juillet pour «violences en réunion, immixtion dans l’exercice d’une fonction publique et port prohibé d’une arme de catégorie B».
Interrogé par mes soins, Jean-Pierre Servel, Grand Maître de la GLNF, m’informe que le 23 ou le 24 juillet, son frère Vincent Crase a été suspendu à titre conservatoire, selon la même jurisprudence que celle appliquée au frère Alexandre Benalla: «Dès qu’un frère est mis en examen, nous respectons sa présomption d’innocence, nous ne prenons donc aucune sanction mais nous le suspendons à titre conservatoire jusqu’à l’issue de la procédure judiciaire».
Je ne suis pas parvenu à joindre Vincent Crase.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here