Il y a peu Cagou a transféré une information concernant une agression d’une rare violence perpétrée sur l’ilot du vallon Dore. Alors que nous n’avons eu que le rôle d’intermédiaire , cet article nous a valu d’être roulé dans la boue … Dans le déferlements de reproches que nous avons essuyé , le plus « vexant » était celui d’avoir voulu colporter sciemment une « fausse info » …Juste pour faire taire les « redresseurs de tort » a 3 francs six sous , qui ont pousse le vice jusqu’à se faire passer pour des pseudos intimes de certains protagonistes de l’histoire, voila le copier coller de l’article paru dans les nouvelles que l’un de nos lecteurs nous a brillamment suggéré … Eh bien, on dirait que les faits se confirment !

Plainte contre plainte après une bagarre

Publié le jeudi 15 septembre 2011 à 03H00

Suite à notre article paru jeudi dernier relatant une bagarre sur fond d’alcool, survenue le 30 août dernier sur l’îlot Bailly, en face du Vallon-Dore, une femme victime de coups, sous couvert d’anonymat, a tenu à apporter ces précisions. « Nous étions deux femmes, mon bébé âgé de 18 mois et un ami, pour un pique-nique sur l’îlot Bailly. Cinq hommes ivres se trouvaient à 100 m de nous, sur ce même îlot. Ils sont venus nous voir et leur invasion s’est terminée en bagarre générale incontrôlable. » Dans l’altercation, il y aurait eu beaucoup de violence. Des coups de pied, des coups de poing, des coups de rame, des insultes racistes et des menaces de mort ont fusé de la part du groupe d’hommes. « Notre ami a eu l’oreille déchirée, dans un piteux état, il a réussi à prendre son bateau et à nous ramener en lieu sûr. »

Dix jours d’incapacité de travail

Cette jeune maman, blessée, présentait de multiples contusions à son arrivée à l’hôpital, où une incapacité totale de travail de dix jours lui a été délivrée. « Mon bébé de 18 mois est en état de choc pour avoir vu sa mère se faire frapper et il doit être suivi par un pédopsychiatre ».
Cette jeune maman a déposé plainte auprès de la police mais c’est la gendarmerie qui sera en charge de l’enquête ouverte pour « violences volontaires avec arme et en réunion », les faits s’étant déroulés dans la commune du Mont-Dore. A ce stade, elle n’a toujours pas pu entendre tous les auteurs et victimes présumés de cette agression.

Les gendarmes ont également été saisis d’une plainte le 2 septembre dernier. Celle-ci a été déposée par un habitant du Vallon-Dore, venu sur l’îlot avec des amis après une partie de pêche, qui faisait partie de l’autre groupe. Assommé d’un coup de bouteille et blessé à l’œil, il avait dû subir une intervention chirurgicale. Les enquêteurs s’efforceront de faire toute la lumière sur cette affaire.

 

7 COMMENTS

  1. Ben tiens !
    Quand on pense à la hargne dont ont fait preuve certain(e)s intervenant(e)s, tellement pressé(e)s de défendre les pôv’zagresseurs « présumés », pour causer social-correct !

    Qui va être assez honnête pour venir faire amende honorable, maintenant?
    Qui va avoir la décence de s’excuser auprès de celles et ceux qu’ils ont traîné dans la boue ?
    J’ai hâte de voir ça.

  2. Pourquoi tant de polémiques sur ce fait divers qui n’est malheureusement qu’un fait divers parmi tant d’autres sur notre Caillou ?
    On sait tous ici que l’abus d’alcool = bagarres ou accidents ou viols = blessés ou morts.
    L’expression « fait divers en NC » devrait être remplacée par « Effets de l’alcool en NC »…
    Je vais écrire une chose fascinante dont beaucoup de scientifiques seront d’accord avec moi et que beaucoup de gens chez les nouzôtes ne savent pas : « L’alcool n’est pas vital pour l’Homme, il peut s’en passer pendant des jours, des mois et même des années (si si c’est vrai) sans perdre aucuns de ses sens et de ses facultés… » Incroyable non ?!!

    • En fait, la polémique ne porte pas sur le fait divers en lui-même, mais sur le fait que c’en est un de plus qui démontre l’accroissement des agressions anti-blancs. C’est tout.

      Quant à l’alcool, bien sûr que tu as raison : sans alcool, il y aurait une diminution spectaculaire des morts sur la route, des violences domestiques (femmes battues, incestes, etc.), agressions raciales, caillassages, etc.

      Il y a un gouffre entre le racisme latent (il est Blanc ou Jaune ou Noir ou Vert, je ne l’aime pas) et le racisme actif (je ne l’aime pas, alors je lui démonte la tête). La plupart du temps, c’est l’alcool qui incite à franchir ce gouffre.

      La grande question devient donc : que faire pour lutter efficacement contre l’alcoolisme sur notre Caillou ?

  3. Pour ma part, mon agression sera traitée devant le Tribunal de Nouméa demain matin. Pour rappel, j’ai été, avec mon ami, victime de coups et blessures par un groupe de personnes ivres à la rivière à Dumbea en mars dernier. Nous avons été traumatisés par la situation, j’imagine aisément ce que ces personnes ont vécu à l’îlot du vallon Dore.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here