A 82 ans, le fondateur d’Air Austral, la compagnie réunionnaise, a brutalement décidé de quitter la compagnie long courrier fondée il y a 35 ans pour « faciliter le redressement de la compagnie », a-t-il précisé dans un communiqué envoyé à la presse locale. « Dans le contexte délicat que traverse l’entreprise, je ne pouvais prendre une seule seconde le risque de représenter un obstacle au support nécessaire et incontournable d’organismes financiers pour la continuité des activités de la compagnie ». Un nouveau président devrait être nommé d’ici le 30 juin.

De fait, Air Austral connaît de sérieuses difficultés financières : elle prévoit des pertes de l’ordre de 30 millions d’euros en 2011-2012 pour un chiffre d’affaires de 400 millions. La faute, selon son ex-dirigeant, à la crise : « En deux ans, nous avons dû supporter un surcoût d’exploitation de 84 millions d’euros, lié à l’explosion du prix du kérosène et à l’évolution de la parité euro/dollar. Il est incontestable que la sous-capitalisation de la compagnie, rapportée à son chiffre d’affaire et confrontée à la conjoncture externe, est au cœur de nos problèmes, mais je fais confiance à notre nouveau conseil de surveillance et à mon successeur pour y remédier ».

Cependant, il semble y avoir eu également des problèmes internes à la compagnie. Alors que Gérard Ethève a longtemps été considéré comme l’un des patrons les plus visionnaires du secteur, il avait pris récemment une série de décisions très contestées. En particulier, l’octogénaire avait commandé deux A380 en 2009, dont le premier devait être livré en 2014 – et la facture payée à ce moment-là, malgré les difficultés financières d’Air Austral… La configuration était unique au monde, puisqu’il s’agissait de proposer 826 places – uniquement de la classe éco – dans ce qui aurait été des avions low costs géants. L’idée était de les exploiter dans une filiale, Outre Mer 380, entre les Antilles (via un partenariat avec une compagnie qui, selon La Tribune, aurait pu être Air Caraibes), la métropole et la Réunion.

De nouvelles dessertes très coûteuses

Des lignes long courriers non rentables ont également été ouvertes ces trois dernières années, en particulier vers Nouméa ou Bangkok, causant de nouvelles pertes. L’actionnaire principal d’Air Austral à 46%, la société d’économie mixte Sematra, détenue par la Région et le département, ont injecté en urgence 18,6 millions d’euros en février dernier. En vain.

Enfin, le climat social de la compagnie semble tout sauf serein. Air Austral a été condamnée le 3 mars dernier pour « procédure abusive » contre l’un de ses pilotes. Celui-ci avait refusé de décoller alors qu’un cyclone menaçait et avait dénoncé ses employeurs à la justice… Air Austral l’avait alors traîné à son tour devant les tribunaux pour dénonciation calomnieuse – elle a été déboutée et condamnée à verser 8000 euros au pilote. Gérard Ethève a également été condamné pour harcèlement moral en août dernier sur une collaboratrice, et passera de nouveau, pour la même raison mais sur une autre salariée, devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis en septembre prochain.

Par Anna Rousseau

5 COMMENTS

    • Bien, merci jojo, et dans les pays anglo-saxons, c’est bien bien pire, oui, le serment d’Hippocrate c’est dur de se le rappeller pour beaucoup, parfois… Et puis, ce qui fait vraiment chier, c’est que ces cons de constructeurs de voitures (Alllemands, souvent…), ils sortent de nouveaux modeles tous les ans, font chier…

    • Facile, on a ka donner le nom d’un vieux bagne (Cayenne, ou Nouville ca marche aussi bien, apres tout) a celle-la, de bagnole francaise que j’aime bien, parce que le moteur est, comme dans la Porsche, derriere, donc on est bien sur la voie, avec notre Renault ‘Nouville », on-va-se-la-peter:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here