Fernando-Patolsky-drogue-du-violeur-350x350On pensait a de l'intox, mais les bruits se sont faits insistants alors on a fouillé on a interrogé et contacté la victime de ce fait divers effrayant.

Ce n' est pas la première fois que la rédaction reçoit des témoignages sur ce sujet, mais aujourd'hui la victime est bien connue de tous, sérieuse et il difficile de douter de son témoignage.

Le but est donc de mettre en garde tous ceux et celles qui fréquentent les établissements de nuit et de leur conseiller fortement de surveiller leur verre.
________________________________________
TEMOIGNAGE de la victime (sans modification) :
"j' AI CONNU LA DROGUE DU VIOLEUR EN BOITE DE NUIT A NOUMEA !
PROTEGEZ VOS ENFANTS ! NOS ENFANTS DU PAYS…

Un soir, je suis invitée à sortir en boite.
j' aime pas ça d' habitude mais je les connais et je sais que tout ira bien.
Ils connaissent ma démarche, la cause que je mène et l' amour que je porte à notre pays.
j' accepte donc…

Ambiance alcoolisée, je vais dans mon coin et j' observe comme je l' ai toujours fait. j' ai besoin de comprendre comment tourne le monde, comment quelques lumières et une musique forte peuvent enivrer les gens.
Je me suis mise dans un coin et je sirote mon verre…Mon 1er.

Des hommes à coté de moi veulent entamer la conversation mais leur respiration, leurs pupilles coupées de la raison, leurs paroles rapides et excitées m' incite à ne pas engager la discussion.
De loin, ma petite bande me fait signe de venir les rejoindre et de danser un peu…j' accepte et je pars 5 mn en laissant mon verre sur le bar. Connaissant la barmaid, je lui demande de le surveiller.
Quand je reviens, je sens un apaisement dans le rythme cardiaque des mecs et je me retourne pour les dévisager 2 secondes. Ils avaient un sourire aux lèvres et le malaise s' installe dans mon esprit…
Je regarde la barmaid et je sens qu 'elle n' a rien vu…trop de boulot.
Je bois 3 gorgées et très vite, je sens mes sens s' alourdir. La musique se ralentir… Je me sens ailleurs. Je me sens…pas là !

Je me retourne vers les hommes et je sens qu 'ils attendent… mais quoi ?!
Je me connais…je secoue la tête et je comprends ! Je comprends que dans quelques minutes, je n' aurais plus les moyens de parler, de crier, de me défendre.
Je me lève et je me dirige vers ma bande mais les hommes me retiennent violemment. Je sais que j ai peu de temps pour alerter mes amis(es).

Je ne parle déjà plus…mes yeux se révulsent.
j' essaye d' utiliser mes dernières forces pour sortir de leurs griffes.
Ensuite…je vois une ombre, une amie venir vers moi et c' est le black-out complet.
Je me réveille le lendemain chez ma maman avec mon amie à coté de moi et elle me raconte la soirée.
Elle m' a vu me débattre avec ces hommes et elle a comprit que quelque chose n' allait pas. Elle est venue et m' a arracher de leurs mains.

Elle m a dit que je ne répondais plus à rien. Je ne parlais plus…j’ étais comme un enfant qu' on mène sans effort. Je ne me suis pas écroulée…j’ étais consciente mais mes yeux étaient vides…j’ étais un automate.
Elle m' a ramené à la maison et elle s' est endormie à coté de moi tellement elle se sentait coupable.
Je revois la scène…quand je me suis réveillée et qu 'elle pleurait…
Je la remercie de m' avoir sauvé.

Protégez vos enfants!

Cette drogue tourne dans les boites et les enfants du pays sont en danger.
Merci à ma soeur de m' avoir porté secours…
Il faut que ce fléau s' arrête !"

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here