Petite devinette : quel est l’homme qui contrôle plus de 4 900 milliards de dollars, soit bien plus que le PIB de la France ?

Warren Buffett l’homme le plus riche du monde en 2008 ?
Lloyd Blankfein, le patron de Goldman Sachs ?

Pas du tout !

Il s’appelle Laurence Douglas Fink dit Larry Fink, né en 1952 et dirige BlackRock, la plus grosse firme de gestion d’actifs du monde.

Vous n’en aviez jamais entendu parler ?
Normal, BlackRock est à peu près inconnu en dehors de Wall Street.

Autre devinette : Qui est le premier actionnaire de Total, d’Air Liquide, Valeo, Vinci, Unibail, etc. ?
Oui, c’est encore BlackRock !

Il ne s’agit pas d’un groupe de death metal mais du plus gros gestionnaire d’actifs mondial, une firme new-yorkaise qui investit à tout va et à long terme pour pouvoir faire fructifier au mieux l’épargne des retraités américains.

Quelle est le point commun entre la Deutsche Bank, BASF, Siemens, Apple, Microsoft, McDonald’s, Allianz, BMW, Daimler AG, Intel, HSBC Holdings, British American Tobacco (BAT), Vodafone, ainsi le 3 plus grandes Banques des Etats-Unis ? Le plus important actionnaire de tous est Blackrock !

BlackRock possède aujourd’hui des participations significatives dans 18 des 40 sociétés du CAC40, l’indice des valeurs phares de la Bourse de Paris comme AXA, Sanofi, Safran, la Société Générale, BNP Paribas, Schneider Electric, Michelin, Vivendi, Accor Hotels ou Lafarge Holcim.

http://www.ouest-france.fr/economie/bourse/blackrock-le-fonds-de-pension-americain-patron-du-cac-40-4508811

BlackRock est sans doute l’institution financière la plus puissante au monde et celle qui est sortie grande gagnante des années de crise financière.
Pourtant, qui connaît ce groupe et ses dirigeants ? En dehors des financiers eux-mêmes, presque personne.

Aujourd’hui, BlackRock, dont le siège est situé à New York, est le premier gestionnaire d’actifs mondial avec 12000 employés et 4900 milliards de dollars d’actifs gérés (dont 150 en France et 35 dans les entreprises du CAC40).

http://www.ouest-france.fr/economie/bourse/blackrock-le-fonds-de-pension-americain-patron-du-cac-40-4508811

Déserté par les investisseurs institutionnels français, le capital des grands groupes tricolore est de plus en plus ouvert aux acteurs internationaux. Numéro 1 : le champion américain de la gestion d’actifs
BlackRock est parvenue à éviter l’attention des autorités de surveillance, des régulateurs et des politiciens au moment où le dénigrement de la finance battait son plein. Peut-être parce que ce groupe créé en 1988 n’est pas une banque. BlackRock gère l’argent de ses seuls clients, jamais le sien, contrairement à Goldman Sachs ou JP Morgan. Le groupe cultive aussi la discrétion !

BlackRock appuie son pouvoir sur deux autres piliers.

En premier lieu, son poids dans le capital des entreprises : elle est non seulement le premier actionnaire d’une société américaine sur cinq, selon le New York Times. BlackRock possède aussi au moins 5% du capital de quatre sociétés américaines cotées en bourse sur dix, comme JP Morgan, Chevron ou Walmart.

Larry Fink

L’autre pilier de son pouvoir tient aussi à Larry Fink lui-même. D’une taille imposante, mais parlant lentement sans appuyer la voix, c’est une personnalité dont l’opinion est recherchée tant par les clients que par ses concurrents ou le gouvernement. Parce qu’il dit ce qu’il pense, sans avoir d’agenda personnel à défendre, parce qu’il connaît les marchés et comprend les risques. « Une société qui diminue le risque réduit sa prospérité », expliquait-il.

C’est en effet à lui que le gouvernement américain a confié la tâche d’évaluer les actifs « difficiles à estimer », en clair les actifs pourris, provenant du Trésor et de la Réserve fédérale. Ou encore le contrôle du bilan des agences hypothécaires para-étatiques surendettées, Fannie Mae et Freddie Mac, l’aide au sauvetage du premier assureur au monde, AIG, et à la vente de Bear Stearns à JP Morgan. Ses conseils ont également été recherchés par la Grèce et l’Irlande.

En 2010 Blackrock avait détrôné Goldman & Sachs pour y devenir le N° 1 de Wallstreet.

http://www.businessinsider.com/blackrock-is-now-the-800-pound-gorilla-2010-2?IR=T
En 2012, BlackRock a exercé ses droits de vote au sein de 14 872 assemblées générales d’actionnaires, dont 3800 aux Etats-Unis.

En 2013, Blackrock n’été pas seulement un leader des fonds de placement. BlackRock mène aussi le bal des ETF (exchange traded funds) (fonds indiciels cotés) , des produits construits sur les indices boursiers. A travers sa société iShares, elle détient 39% de ce marché avec une fortune de 803 milliards. Deutsche Bank, le premier européen, ne pèse que 32 milliards (en 2013) de cette activité en hausse chaque année de 20 à 30%.

Les fonds ETF sont utilisés par les Hedgefonds ainsi par les traideurs, trading à haute fréquence, avec des transactions ultrarapides appellé THF ou HFT, de l’anglais high-frequency trading, ce sont des exécutions à très grande vitesse de transactions financières faites par des algorithmes informatiques.

C’est une des catégories du « trading automatique » (basé sur la décision statistique), qui gère de plus en plus les données boursières à la manière d’un big data devenu inaccessible à l’analyse humaine et bancaire traditionnelle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Transactions_%C3%A0_haute_fr%C3%A9quence
Pierre Jovanovic
https://www.youtube.com/watch?v=DB5eN7QRqDo&feature=youtu.be&t=5m53s

BlackRock et Google s’associent dans l’intelligence artificelle

La firme technologique Google et le leader mondial de la gestion d’actifs BlackRock sont en discussions pour créer une co-entreprise dans l’intelligence artificielle.

Cette entente, révélée par le Financial Times, serait une première dans le monde de la gestion.

http://www.lesechos.fr/21/10/2015/lesechos.fr/021422393727_blackrock-et-google-s-associent-dans-l-intelligence-artificelle.htm

Selon le milliardaire Carl Icahn, la société d’investissement BlackRock qui avait environ 4700 milliards de dollars d’encours sous gestion en juillet 2015, serait « extrêmement » dangereuse.

https://www.easybourse.com/financieres/article/30404/blackrock-une-societe-jugee-extremement-dangereuse-.html

BlackRock, Vanguard, GPFG… Ces fonds d’investissement étendent leurs tentacules également en Suisse, au risque de déstabiliser l’économie du pays. Leur progression est moins visible que l’arrivée des milliardaires chinois, mais bien plus massive.

Lire la suite sur  https://www.agoravox.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here