A quelques heures de sa parution, Le Point a déclenché une vive polémique avec sa Une radicale « Cet Islam sans gène ».

La provoc’ semble décidément être un exercice à la mode. Après la énième polémique déclenchée par Charlie Hebdo et ses caricatures de Mahomet, c’est au tour du Point de dévoiler une Une qui fait déjà grand bruit, avant même sa parution, jeudi 1er novembre. La couverture de l’hebdomadaire affiche une photo d’une femme couverte d’un Niqab, accompagnée d’un titre pour le moins provocateur : « Cet islam sans gêne ».

Dévoilée mardi soir, l’image a immédiatement suscité de multiples réactions sur les réseaux sociaux, notamment Twitter. Ancien élu socialiste, Marc Vasseur s’interroge ironiquement « Aujourd’hui Le Point a fusionné avec Minute (mensuel d’extrême droite, Ndlr)… Une union pour durer ? ». De son côté, Pascal Boniface, directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques, déplore également ce choix éditorial, dans un style bien plus direct : « cru à un gag ou un pastiche. Non c’est bien Le Point, une vraie couverture. Dégueulasse du verbe « dégueuler » « .

Et si la Une en choque certains, d’autres ne s’émeuvent pas outre-mesure de la marginalisation continuelle de la religion musulmane. Invité du Grand Journal, hier soir, Manuel Valls a ainsi affirmé ne pas être choqué par cette couverture, qui exprime selon lui « une réalité ». « Ce qui me choque moi, et ça me choquera toujours : c’est une femme complètement voilée. Parce que dans cet islam-là, dans cet islam radical, il y a la négation du visage de l’autre et en particulier de la femme » a ajouté le ministre de l’Intérieur, avant de conclure « Les religions ont leur place dans la République. On a le droit de croire ou de ne pas croire, mais elles ne peuvent pas envahir l’espace public, elles ne peuvent pas imposer leur logique par rapport aux valeurs républicaines. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here