La fraude encore et toujours

Voici un dossier de fraude intellectuelle et scientifique. Un de plus.

Après avoir fait l’impasse sur les erreurs et autres incompétences, un rapport fouillé incrimine une figure de premier plan de la science.  Celle-ci se voit accusée d’« inconduites scientifiques » comme l’écrivent joliment les académiciens pour parler d’anomalies (sont) « classées en cinq niveaux de gravité croissante », allant de « l’embellissement » à la « fabrication de résultats » en passant par la « manipulation » et la « falsification » (cf le billet ci-dessous). Excusez du peu !

Malgré ce dossier accablant, nous apprenons que les directions du CNRS et du CEA ont décidé d’enterrer le rapport de l’Académie des Sciences.

Nous ne faisons plus face dans ce cas précis au manquement d’une personne isolée, mais plutôt à un système gangréné qui touche plusieurs personnalités de premier plan aussi bien du monde académique, scientifique que politique.

Un petit mot tout de même sur la star déchue, Mme Peyroche, qui hier encore était si encensée qu’elle était chargée de la sélection des dossiers des candidats que le président Macron voulait attirer dans le cadre de sa volonté de « Make our planet great again ».

Et c’est Mme Peyroche qui s’occupait de ce dossier hautement stratégique. La sélection des acteurs est bien plus sensible que l’on peut l’imaginer. D’abord, il s’agit sans aucun doute d’une affaire de gros sous, ensuite le choix des candidats détermine le choix des méthodes qui seront adoptées et imposées au pays. Mme Peyroche était donc supposée contrôler un processus dans lequel nous pouvons imaginer que la haute finance de la Silicon Valley et d’ailleurs avait des intérêts déterminants.

Le système qui connaissait ses faiblesses déontologiques l’a court-circuitée

Le problème dans tout cela, c’est que comme  le dit Anne Peyroche dans une interview accordée en décembre 2017  ICI, ce sont les scientifiques qui éclairent les décideurs publics. Il y était question d’une exposition du train du climat, « animée par les scientifiques des “messagers du climat” » qui devrait permettre « d’apporter un éclairage au grand public et aux décideurs publics ». L’objectif étant que les scientifiques offrent les bases rationnelles qui permettent de tirer la sonnette d’alarme.

Oui mais à quoi servent des bases rationnelles lorsque les « experts » sont capables de falsification ? Et puis les manquements déontologiques de Mme Peyroche ont-ils favorisés une stratégie politique plutôt qu’une autre ? Et si oui laquelle ? Et pourquoi n’avons-nous pas plus d’informations sur les liens entre le dérapage de Mme Peyroche et la problématique du climat ? Comment a-t-on pu donner le pouvoir à des individus de vendre aux politiques des orientations lourdes sous le couvert d’une science supposée au-dessus de tout soupçon ?

Bref, pour devenir réalité, le projet « Make our planet great again », ne peut compter que sur un miracle aussi bien politique que scientifique...

Le rapport accablant contre l’ex-patronne du CNRS. L’Express/Anne Jouan

L’Express révèle que le CEA a commandé un rapport évaluant les travaux d’Anne Peyroche qui a conclu à des fraudes scientifiques.

L’ancienne présidente par intérim du CNRS, le plus grand organisme public de recherche française et ex-conseillère au ministère de la Recherche, Anne Peyroche, a-t-elle signé des articles dans lesquels des données ont été trafiquées ? Pour l’Académie des Sciences, la réponse est claire : oui.

A moins de 50 ans, cette spécialiste en biologie cellulaire est une étoile montante de la recherche hexagonale. Ancienne élève de l’Ecole Normale supérieure de Cachan (promo 91), elle est reçue major à l’agrégation de biochimie en 1994. Cinq ans plus tard, elle soutient une thèse de doctorat avant d’entrer au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). En 2010, elle reçoit des mains de la Nobel Françoise Barré-Sinoussi le prix Irène Joliot-Curie de la « scientifique de l’année » décerné à « une jeune femme qui se distingue par un parcours et une activité exemplaire ».

Une distinction alors assortie de la somme de 10.000 euros. En 2013, Anne Peyroche devient directrice adjointe du laboratoire de génétique moléculaire du CEA et, l’année suivante, elle intègre le secrétariat d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la recherche de Geneviève Fioraso comme conseillère en charge, justement, de la recherche. Toujours sous la tutelle du CEA, elle a été mise à la disposition du CNRS.

 Une carrière fulgurante

Mais cette carrière fulgurante s’est arrêtée subitement en début d’année alors qu’Anne Peyroche était pressentie pour prendre la tête du CNRS après son intérim. Quelques temps avant, le site Pub Peerconnu pour dénoncer des fraudes scientifiques, avait relevé des images retouchées dans ses publications, laissant supposer que les données avaient été bidouillées. Après ces révélations, ses chances de prendre la tête du CNRS se sont envolées. Or, grâce au rapport que nous révélons, on découvre que le CEA avait demandé à l’Académie des Sciences d’enquêter sur le dossier. Pour autant, depuis mai, il a tenu secret ce travail très critique envers sa salariée.

Nous nous sommes procurés le courrier envoyé le 3 mai dernier en recommandé par Jean-François Bach, secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie des Sciences, à l’administrateur général François Jacq ainsi qu’au haut-commissaire Yves Brechet et au directeur du CEA Vincent Berger (patron de la recherche fondamentale). « Le CEA m’a mandaté il y a quelques mois pour présider un comité d’audition chargé d’examiner cinq articles publiés par Anne Peyroche. Ces articles avaient fait l’objet d’allégations d’inconduite scientifique sur le site Pub Peer. Le comité avait la mission d’analyser la réalité de ces allégations et de rencontrer de façon contradictoire les principaux auteurs des articles. Le comité s’est réuni à cinq reprises et vient de terminer son rapport que vous trouverez ci-joint ». Bach ajoute qu’il n’a pas été possible d’auditionner la mise en cause « pour des raisons médicales », en l’occurrence, une hospitalisation pour burn-out.

 Inconduite scientifique

Le « rapport d’étape sur 5 articles publiés de Madame Anne Peyroche » de l’Académie compte 31 pages. Les « inconduites scientifiques » comme l’écrivent joliment les académiciens pour parler d’anomalies sont « classées en cinq niveaux de gravité croissante », allant de « l’embellissement » à la « fabrication de résultats » en passant par la « manipulation » et la « falsification ». Les simples erreurs traduisant « un certain niveau de négligence, voire d’incompétence » ne sont pas prises en compte. Or dans cinq articles signés par Anne Peyroche entre 2001 et 2011, l’Académie relève en tout 22 inconduites dont 6 falsifications de niveau 4.

Page 31, les académiciens notent : « Le problème se pose de savoir si certains de ces articles devraient faire l’objet d’un erratum ou d’une rétraction. C’est, selon l’avis du comité d’audition, le cas des articles de 2003, 2007 et 2009. Pour conclure, il paraît peu douteux que des inconduites difficilement acceptables aient été commises dans la rédaction des cinq articles incriminés. La responsabilité partielle ou totale de Madame A. Peyroche apparaît clairement (…) ».

 Une chercheuse protégée ?

Malgré la gravité de ces conclusions, les directions du CNRS et du CEA ont décidé d’enterrer le rapport de l’Académie des Sciences. Cette attitude suscite colère et incompréhension de certaines huiles des deux organismes mais aussi à l’Académie des Sciences, d’ordinaire très feutrée, sidérée que l’on ait pu s’asseoir sur un rapport portant des accusations de fraude aussi lourdes. Selon nos informations, Daniel Verwaerde, l’ancien administrateur général du CEA, commanditaire du rapport, avait décidé de mettre Anne Peyroche à la porte.

Mais son successeur, François Jacq, récipiendaire du travail des académiciens, n’a pas donné suite. Il faut ajouter que Frédérique Vidal, la ministre de la Recherche a tout fait pour protéger la chercheuse fautive. Ainsi lors d’une réunion au ministère tenue au printemps dernier, la ministre a expressément demandé à Daniel Verwaerde et Vincent Berger de suspendre les sanctions en cours, dont le licenciement prévu.

Verwaerde a plaidé que de tels comportements scientifiques étaient contraires à l’éthique. Sans succès. « Si un étudiant faisait la même chose au cours de son stage de master, il serait viré automatiquement. », s’insurge un chercheur du CEA. La dernière fois qu’un agent CEA a été licencié pour des motifs similaires c’était il y a une vingtaine d’années à cause d’éléments trafiqués dans sa thèse.

Dans une interview en 2016, Anne Peyroche déclarait : « Ce que j’aime en biologie, c’est qu’on n’invente pas de système. On essaie de comprendre ce qui existe en dehors de soi-même, et ça demande une certaine humilité. On peut échafauder toutes les hypothèses qu’on veut, il n’empêche que la réalité est là pour vous rappeler à l’ordre ».

Source: Aphadolie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here