Ferme-laParce que les même causes produisent les mêmes effets et puisque l’étoile verte semble vouloir prendre en France demain la place de l’étoile jaune allemande d’hier, il est bon parfois de faire coller le présent au passé histoire de voir si par hasard, quelque chose ne nous aurait pas échappé ?

Paris : une «pervenche» n’ayant pas respecté la minute de silence suspendue

A Paris, mais aussi à Lille, plusieurs agents municipaux ayant refusé de participer à l’hommage national rendu après les attentats contre Charlie Hebdo risquent la révocation.

Une agent de surveillance de Paris (ASP, les ex-«pervenche»), a été suspendue par la préfecture de police (PP) pour ne pas avoir respecté jeudi dernier la minute de silence en hommage aux victimes de Charlie Hebdo.Cette fonctionnaire, qui assume son refus, «va être traduite rapidement en conseil de discipline et risque la révocation».

Les ASP, qui sont chargés de dresser des contraventions, dépendent du personnel de la ville de Paris mais sont mis à disposition de la Préfecture de police.

Jeudi dernier, une minute de silence avait été observée dans toute la France en hommage aux 12 morts lors de l’attentat commis contre Charlie Hebdo. Cette contractuelle, «connue pour être radicalisée, et qui se présentait assez souvent lors d’entretiens avec sa hiérarchie en portant le voile», a ostensiblement refusé, devant ses collègues, d’observer l’hommage rendu par l’ensemble des fonctionnaires.  «Une faute grave», précise un proche du dossier. Cette fonctionnaire faisait  l’objet d’autres enquêtes internes pour des fautes répétées.

Trois agents municipaux de Lille risquent la radiation

Des mesures disciplinaires ont par ailleurs été prises à l’encontre de trois agents municipaux, des vacataires qui assurent la pause méridienne dans les écoles de la ville de Lille, a annoncé jeudi matin la maire Martine Aubry. Selon le quotidien La Voix du Nord, l’autre jeudi, lors de l’hommage national, ces derniers n’ont pas souhaité respecter la minute de silence demandée en hommage aux victimes de l’attentat perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo. Deux ont quitté la salle en clamant haut et fort qu’il était hors de question de le faire. Rappelés à l’ordre, ils risquent la radiation. Le troisième homme, lui, s’est fendu de remarques faisant, semble t-il, l’apologie du terrorisme. Une plainte a été déposée à son encontre.http://www.cagou.com/blog/wp-admin/post-new.php

La suite de l’article en clicquant ici :http://lesmoutonsenrages.fr/2015/01/16/de-der-sturmer-a-charlie-hebdo-le-droit-de-ne-pas-la-fermer-durant-une-minute/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here