C’est l’une des mesures annoncées par Roselyne Bachelot et Marie-Luce Penchard…

Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, accompagnée de Marie-Luce Penchard, ministre de l’Outre-mer dans une visite aux antilles, a annoncé samedi le remboursement des examens de sérologie pourle depistage de la Dengue.

De son côté, Marie-Luce Penchard a aussi annoncé le déblocage d’un budget de 200.000 euros pour les agences environnementales de Martinique et de Guadeloupe afin qu’elles lancent un vaste plan d’élimination des déchets.

Ramassage des véhicules hors d’usage

Dans un courrier adressé vendredi à  Bachelot, le député Victorin Lurel et le sénateur Jacques Gillot, respectivement patrons de la région et du département de Guadeloupe, avaient ecrit que la lutte contre la prolifération des moustiques «implique une politique vigoureuse de ramassage et de traitement des véhicules hors d’usage», souvent laissés à l’abandon par des particuliers.

«Nous devons trouver un moyen d’enlever tous les véhicules hors d’usages qui jonchent le bas côté des routes de l’ile», a rapporté Marie-Luce Penchard à la fin de leur visite en Martinique, samedi matin.

300 volontaires du Service civique mobilisés

«Nous allons mobiliser, avec les crédits de l’Etat et grâce à l’Agence de service civique, des jeunes volontaires qui vont pouvoir se déployer sur le terrain dans la lutte anti-vectorielle, notamment faire le travail de sensibilisation et de prévention auprès du grand public», a continué Roselyn Bachelot.

Arrivées en Guadeloupe le samedi après-midi, les ministres ont précisé que 300 volontaires du Service civique seront «mobilisés».

«Nous remarquons une légère baisse de cas mais il est encore trop tôt pour parler d’une diminution de l’épidémie et nous devons mettre tous les moyens en place pour aller dans ce sens», a déclaré Roselyne Bachelot.

Baisse du nombre de cas

La semaine dernière, le nombre de cas de dengue constatés a légèrement diminué, passant de 4.000 à 3.600 consultations médicales relatives à la dengue. 29.200 cas pour 13 décès ont été avérés depuis le début de l’épidémie, en février 2010. Le pic ne serait cependant toujours pas atteint, selon les experts.

Depuis le début de la semaine, les forces armées sont venues apporter de l’aide aux services sanitaires qui ont en charge la lutte anti-vectorielle. 150 militaires sont mobilisés en Martinique et en Guadeloupe pour détruire les gîtes du moustique Aedes Egypti dans les écoles à quelques jours de la rentrée. En Martinique, 40 pompiers vérifient tous les centres d’accueil pour personnes âgées de l’île.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here