Madame, monsieur,

Nous souhaiterions apporter quelques commentaires à votre article intitulé « Benoît XVI bénit le destin commun », publié dans Les Nouvelles Calédoniennes du 16/12/2011.

Vous écrivez tout d’abord : « Mercredi au Vatican, Pierre Frogier et Roch Wamytan, ont été reçus par le pape Benoît XVI en audience privée ». L’information est inexacte. En effet, si messieurs Wamytan et Frogier ont bien été reçus au Vatican le mercredi 14 décembre, ce n’était nullement dans le cadre d’une audience privée mais bel et bien dans celui d’une audience publique, celle du mercredi où sa Sainteté reçoit chaque semaine des pèlerins du monde entier dans la salle Paul VI. Cette salle a une capacité d’environ dix mille personnes. Il y a certainement cadre plus intime pour la tenue d’une « audience privée ». D’ailleurs, une vidéo accessible sur le site du Vatican montre ce jour-là les deux élus Calédoniens au milieu de plusieurs milliers de fidèles. La délégation Calédonienne y a été annoncée parmi une multitude d’autres.

Vous ajoutez : « Ce faisant, ils ont obtenu d’une certaine manière la bénédiction papale de la démarche entreprise en février 2010 avec la proposition de faire flotter le drapeau du FLNKS aux côtés du drapeau français ». Or, à moins que vous n’ayez vous-même assisté à l’entretien, rien ne vous permet d’affirmer que le pape ait émis une opinion quelconque au sujet des deux drapeaux, dans la mesure où, ni lui-même, ni son service de presse n’ont communiqué à ce sujet.

Après la retranscription de certains propos du sénateur de la Nouvelle-Calédonie qui n’engagent que lui-même, vous écrivez : « L’audience accordée à Pierre Frogier et à Roch Wamytan est le fruit d’un patient travail de préparation. La diplomatie pontificale a ses règles très particulières et très complexes ». Pour votre information, sachez que certaines agences de voyage se sont spécialisées dans les entrevues avec le Pape dans le cadre des audiences publiques du mercredi, précisément une de celles auxquelles ont assisté messieurs Frogier et Wamytan. L’inscription est très aisée par internet, sans qu’il y ait nécessité d’un quelconque « travail de préparation ».

Finalement, eu égard à son caractère factuel, une des seules informations plausibles est celle de votre conclusion : « Les deux hommes ont invité le Saint-Père à venir un jour en Calédonie. Il s’est contenté de répondre que c’était très loin ».
Compte tenu de ce qui précède, nous pensons qu’il serait avisé de votre part que vous publiez le présent courrier dans vos colonnes, au titre d’un droit de réponse, ou alors que vous apportiez vous-même un rectificatif à votre article sus mentionné.
Les Nouvelles Calédoniennes, seul quotidien de la Nouvelle-Calédonie se doit en effet de faire la preuve sans faille d’un traitement objectif de l’information. Il y va de sa crédibilité.

Bien cordialement.
Le Mouvement Républicain Calédonien.

J’adore la reponse ( affligeante ?)du journaliste P.Frediere, qualifiee  pertinemment,  de  » veritable morceau d’anthologie dans la categorie revisionnisme en temps reel:

 » Bonjour. Nous avons exagéré, je vous l’accorde. Mais que dire de la presse pontificale! Elle a totalement déliré en produisant dans l’édition française de l’Osservatore Romano un article deux à trois fois plus long que le notre sur la rencontre du Pape avec deux des 8000 visiteurs du mercredi. Je vous transmets l’article en pièce jointe afin que vous puissiez adresser un droit de réponse à ces élucubrateurs.
Cordialement « .

Il est à noter qu’à aucun moment, dans cet article de l’Osservatore Romano n’est fait mention d’audience privée ni de reconnaissance du drapeau FLNKS.

5 COMMENTS

  1. Bonjour ,

    C’est justement parce qu’il est en situation de monopole , (comme tout ici !) , qu’il n’a pas besoin d’être objectif !!!! Il s’agit de « la voix de son Maître » , comme dans toute bonne dictature éclairée du globe .
    Le mieux est de s’en passer , ou de ne lire que les petites annonces , c’est ce qu’il y a de mieux dans ce torchon …
    Joyeuses Fêtes .

    Z6PO .

  2. pourquoi perdre son temps à lire « la presse locale » alors que grâce à internet nous avons accès à toutes les sources d’informations nationales et internationales.
    si ce n’est que pour se tenir informé des potins et ragots locaux le prix de ce quotidien n’en vaut pas la peine et encore moins sa consommation de papier.

  3. Y a moyen de faire circuler le document dont il est fait mention, je veux parler de : l’édition française de l’Osservatore Romano…
    En effet, nous serions sans doute tous très heureux de pouvoir le lire.
    Merci d’avance .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here