De tous les continents se trouvant sur la planète Terre, le continent glacé de l’Antarctique est bien celui que nous connaissons le moins bien. À présent, des scientifiques ont utilisé l’imagerie satellitaire pour scruter la tectonique de la planète, révélant les structures cachées de l’Antarctique.

En raison de son emplacement éloigné et de son abondance en glace, il reste compliqué de cartographier les caractéristiques géologiques de l’Antarctique. Cependant, les satellites Gravity Field et Steady State Ocean Circulation Explorer (GOCE) peuvent voir ce que d’autres satellites ne peuvent pas. Tout cela, en mesurant avec précision la force d’attraction de la Terre, soit la gravité, afin de cartographier du terrain précédemment caché.

Les scientifiques étudient les données recueillies par GOCE, ce qui leur a permis de découvrir de nouvelles informations quant à la formation de l’Antarctique et sur le fonctionnement de la tectonique des plaques. « En Antarctique oriental, nous voyons une mosaïque passionnante de caractéristiques géologiques qui révèlent des similitudes et des différences fondamentales entre la croûte terrestre située sous l’Antarctique et les autres continents auxquels elle a été rattachée, il y a 160 millions d’années. », déclare l’un des membres de l’équipe, Fausto Ferraccioli, du British Antarctic Survey.

L’Antarctique faisait autrefois partie du supercontinent nommé Gondwana, qui a commencé à se désintégrer il y a environ 130 millions d’années, bien que le lien entre l’Antarctique et l’Australie se soit maintenu encore jusqu’à il y a 55 millions d’années.

C’est en combinant les analyses des données récoltées par GOCE aux données sismologiques, que les chercheurs ont pu créer des cartes en 3D de la lithosphère terrestre, composée de la croûte et du manteau en fusion.

Cette lithosphère comprend des chaînes de montagnes, des fonds marins ainsi que des zones rocheuses, appelées cratons : de véritables vestiges d’anciens continents englobés dans les continents tels que nous les connaissons aujourd’hui.

« Les données satellitaires de gravité peuvent être combinées avec des données sismologiques pour produire des images plus cohérentes de la croûte et du manteau supérieur en 3D, ce qui est crucial pour comprendre comment la tectonique des plaques et la dynamique du manteau profond interagissent. », a déclaré l’un des chercheurs, Jörg Ebbing de l’Université de Kiel (Allemagne).

Le satellite GOCE a survolé notre planète pendant plus de quatre ans, de mars 2009 à novembre 2013. Durant cette période, il s’est exceptionnellement rapproché de la Terre à une altitude de seulement 225 km, dans le but d’optimiser la précision de ses mesures. En comparaison, la Station spatiale internationale (ISS) est environ deux fois plus éloignée de la surface de la Terre.

Parmi les nombreuses découvertes de cette nouvelle étude, il y a aussi la découverte d’une croûte et d’une lithosphère dans l’Antarctique occidental, plus fines, par rapport à l’Antarctique oriental. Crédits : Kiel University/BAS

De plus, ces données sont utiles pour plus que la simple localisation des vestiges d’anciens continents au cours des 200 derniers millions d’années : elles peuvent également être utilisées pour déterminer comment les calottes glaciaires pourraient réagir à des températures plus chaudes.

Compte tenu du nombre de variables à prendre en compte, il est très difficile de prédire comment la fonte des glaces progressera dans l’Antarctique. De ce fait, toute aide que les scientifiques pourront obtenir sera la bienvenue ! « Ces images gravimétriques révolutionnent notre capacité à étudier le continent le moins compris de la planète, l’Antarctique ! », a déclaré Ferraccioli.

Source: thrustmyscience via Aphadolie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here