C’est ça qui vient nous faire la morale ?!!! C’est ça qui vient nous donner des leçons de démocratie, d’économie, de légalité et de respect ?!!! C’est ça qui vient nous contrôler ?!!! Que l’état français, que l’Europe, que les deux grands pays démocratiques anglo-saxons de notre zone, dont nous avons les soutiens et avec qui nous avons de véritables échanges (FED, bourses d’études et hôpitaux NZ et Aust. , commerce, tourisme etc…) suivent l’évolution de la Nouvelle-Calédonie, d’accord ! Mais pas eux !!! Pas ça !

Que le dictateur Bainimara soit là ou pas, ça ne change rien à l’affaire. Fallait pas les laisser venir. Fallait pas les laisser s’ingérer dans notre processus et piétiner nos Accords, comme s’ils n’existaient pas, à grands coups de « kanaky Xcra »

Les points communs entre les pays en faillite du Fer de Lance ce sont :

– Un nombrilisme culturel et ethnique, radicalement fermé sur lui-même, confinant à la haine de l’autre et au racisme, obsessionnellement axé sur la mélanitude : festivals « mélanésiens » des arts, jeux sportifs « mélanésiens » , sécurité « mélanésienne » de la zone, gestion « mélanésienne » du foncier, exclusivité « mélanésienne » du pouvoir politique.

– une agriculture de subsistance, nourrissant à peine les populations, une économie de royalties reconduisant les populations dans le rôle de spectateurs et profiteurs passifs de l’économie sans perspectives de progrès et de prises de reponsabilité, une subventionite aigüe quémandant régulièrement le colmatage des déficits publics par les grandes puissances de la zone et par les états de tutelle du passé, avec beaucoup moins d’état d’âme quant à cette mendicité déshonorante que ces états non viables n’en ont à l’égard de ce qu’ils qualifient de scandaleuse et indigne situation coloniale de leurs frères mélanésiens de Nouvelle-Calédonie.

– une corruption généralisée, où les dirigeants vendent rapidement, le temps de leur pouvoir éphémère, les pays aux multinationales les mieux disantes, ou plutôt les mieux corrompantes : braderies du foncier public, cessions opaques des droits de pêche et d’exploitation du sous-sol et du bois, ponctionnement des baux fonciers accordés aux occidentaux et aux asiatiques privant les coutumiers de leurs terres agricoles pour des décennies, pillage des ressources halieutiques par les Chinois.

– une impuissance totale à parer aux catastrophes naturelles et aux plaies sanitaires : cyclones, tsunamis, malaria, sida.

– un statut traditionnel de la femme la dépossédant à la naissance de tout droit et la maintenant dans une position de minorité jusqu’à sa mort, une incapacité juridique coutumière dans tous les secteurs de la vie, réduisant toute velléité de protestation féminine et de plaintes contre les maltraitances et les viols à une absurdité au regard des structures ancestrales et figées ( le « fer de lance » n’est pas doux pour les femmes, à la grande différence du statut des femmes dans l’aire polynésienne du Pacifique).

– des guerres tribales perpétuelles, des élections truquées et annulées et une instabilité politique chronique, ponctuée de putschs militaires et de coups d’état de dictateurs d’opérette.

– une insécurité et une criminalité galopantes de type Port-Moresbyenne, conduisant à mettre très sérieusement en garde les voyageurs sur tous les sites d’informations touristiques.

– des régimes sociaux anti-démocratiques d’asservissement des petits sujets par des oligarchies coutumières, héréditaires et féodales.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here