mexiqueFranceFlorenceCassezElUniversal07032009r250Il ne l’oublie pas.Nicolas Sarkozy s’est entretenu dimanche soir par téléphone avec Florence Cassez, condamnée à 60 ans de réclusion au Mexique pour des enlèvements dont elle se dit innocente. Le chef de l’Etat a tenu à lui apporter son soutien en lui assurant qu’il veillait « personnellement à suivre son cas ». Incarcérée depuis quatre ans à Mexico, la jeune femme de 32 ans lutte sans relâche, et ce malgré les coups durs, pour son transfert dans une prison française. Le 8 décembre dernier, elle faisait part sur « europe1  » des faux espoirs suicités par la visite de Nicolas Sakozy  au Mexique en mars dernier. Les  conditions présentées par le chef de l’Etat français n’avaient pas convaincu Mexico voulant s’ assurer que Florence Cassez ne bénéficiera pas de remises de peine, relativement fréquentes en France. Un ultime recours pourrait cependant être encore envisageable. Son avocat, Franck Berton, a annoncé la semaine dernière une possible saisine de la Cour internationale de Justice. Mais cette solution reste en suspens. Rien n’a encore été décidé pour le moment.

Petit rappel des faits :

Cette Française originaire de la région de Béthune, âgée de 33 ans, a été reconnue coupable par la justice mexicaine de quatre enlèvements, d’association de malfaiteurs et de possession d’armes. Si son appel est refusé, ou rejeté, elle ne devrait cependant purger que sa peine la plus lourde vingt ans dans une prison française.

Maigre consolation pour cette jeune femme qui crie son innocence et dont l’histoire est somme toute banale. Car quand Florence Cassez arrive au Mexique, en août 2003, c’est d’abord pour prendre des vacances. Son frère y a monté une entreprise quelques années auparavant, le pays lui plaît. Florence décide alors de s’installer à Mexico. Elle trouve du travail dans un grand hôtel de la capitale où elle rencontre Israel Vallarta, celui que la police présente aujourd’hui comme le kidnappeur en chef de la bande du «Zodiaque».

C’est à partir de ce moment-là que les versions divergent. La Française, affirme une partie de la presse mexicaine, n’était pas seulement la compagne d’Israel Vallarta. Cette «ravisseuse sanguinaire et diabolique» était aussi sa complice et n’hésitait pas à se servir de son travail pour repérer de futures victimes qui étaient ensuite enfermées dans le ranch d’Israel, à une cinquantaine de kilomètres de Mexico. Florence, répondent ses parents, n’a vécu que cinq mois chez le chef du Zodiaque et ignorait tout de ses activités criminelles… Souvent absent de son domicile, il se présentait comme un revendeur de voitures d’occasion.
Son seul tort, finalement, serait il  d’avoir fait confiance à un homme dont elle était amoureuse?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here