FRANCE : UNE MAROCAINE DE 19 ANS BATTUE PUIS EXPULSÉE

Najlae, jeune Marocaine de 19 ans, est arrivée en France à l’âge de 14 ans. Elle avait décidé de fuir son pays pour éviter un mariage arrangé par son père. Malheureusement pour elle, le cauchemar ne faisait que commencer, comme le relate aujourd’hui « Libération ». Réfugiée chez son frère, elle découvre en fait que ce dernier est un homme violent, qui la bat régulièrement. La semaine dernière, après avoir trouvé un mégot de cigarette dans la chambre de sa sœur, l’homme a saisi un manche d’aspirateur et un fer à lisser pour la frapper. Le geste de trop qui incite Najlae à se rendre à la gendarmerie de Château-Renard (Loiret) pour y déposer une plainte. Mal lui en a pris ! De victime (elle écope de huit jours d’incapacité de travail), elle est devenue coupable : un gendarme trop zélé prévient la préfecture de son statut d’irrégulière et place la jeune femme en garde-à-vue. Elle a été expulsée vers le Maroc samedi matin, où elle sera jugée pour avoir fui son pays.

Le quatrième cas dans le Loiret en quelques mois

Cette situation scandaleuse a suscité la colère de plusieurs collectifs et certains responsables politiques. « C’est une violence inouïe de la part de nos autorités que d’infliger à la victime une nouvelle maltraitance », s’insurge Dominique Tripet, du Collectif Orléanais des Droits des Femmes. « Nous appelons les citoyens à saisir leurs parlementaires pour que des dispositions spécifiques conduisent à mieux protéger toutes les femmes de ces violences conjugales, y compris les femmes d’origines étrangères qui aujourd’hui subissent une double peine », explique quant à elle Marie-Noëlle Vitry, militante à la Cimade, une association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile. « L’expulsion de  Najlaé est absolument abominable. Mais dans quel monde vivons-nous? », a commenté pour sa part Christophe Rossignol, conseiller régional (Verts) du Centre. Najlae représente le quatrième cas de femme battue et menacée d’expulsion – ou expulsée – dans le Loiret en l’espace de quelques mois. L’année 2010 n’avait-elle pas été déclarée grande cause nationale dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

(Sources : Le magazine ELLE)

Voilà une situation qui mérite une prise de position super délicate …Ici il y a quand même 2 poids 2 mesures!! Et il est important de bien faire le « distingo »!!
Du point du vue du flic …Si, ça sert de le dire,…c’est Infâme . C’est vrai que les vieux fantômes pétainistes ne sont pas morts.Nous avons tous un devoir de désobéissance devant l’inacceptable. Même les fonctionnaires. En l’occurrence la loi laisse une certaine latitude d’application , il ne s’agissait même pas de désobéissance, mais de ne pas faire d’excès de zèle . Elle est belle l’humanité, parfois!
Ce qui est bien regrettable  c’est que certains peuples en soit encore aux « mariages forcés », pratique qu’on avait pu croire disparu en France depuis le XXème siècle, et que certains hommes brutalisent leurs soeurs, leurs épouses, leurs filles………mais la France ne peut pas résoudre les problèmes sociaux du monde entier.

Les droits de l’Homme, c’est aussi le droit des peuples à disposer d’eux -même. La France est passée par des révolutions pour en arrivée aux structures sociales actuelles. A chaque peuple son histoire. IL est tends que certains prennent leur pays en main, au lieu de toujours fuir en attendant que leurs pays se développe politiquement et socialement. Trop de gens exploitent et abusent de la notion de droit d’asile avec pour seul but de profiter du système sociale et économique. Le Maroc est un pays civilisé et en paix. Si il y a des choses a changer c’est aux marocains de le changer, mais ca suppose du courage.
L’ironie ici c’est qu’en plein débat sur la burqa et la niqa ils utilisent des arguments qui du coup nous font bien rire!! Alors comme ça cest une religion basée sur le respect et que la femme n’est pas du tout soumises ou maltraitée ???!!!Là tout de suite on y croit ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *