PHOTO-Gerard-Depardieu-menotte-sur-l-affiche-de-Welcome-to-New-York_portrait_w532Alors que la bande-annonce de Welcome to New York vient d’être dévoilée par Télérama, Gérard Depardieu est revenu dans le magazine sur l’affaire du Sofitel et sur les raisons qui l’ont poussé à incarner le rôle de Dominique Strauss-Kahn.

Le 17 mai prochain, le film d’Abel Ferrara sur l’affaire DSK sortira en VOD. Retraçant l’affaire du Sofitel – dans laquelle l’acteur politique Dominique Strauss-Kahn était accusé d’agression sexuelle, tentative de viol et séquestration d’une femme de chambre en 2011 –, Gérard Depardieu incarnera le personnage principal. Il est revenu sur son choix de jouer Dominique Strauss-Kahn, commentant au passage l’affaire.

Dès le départ, la bande-annonce met en place le contexte de Welcome to New York. « Ce film est inspiré d’une affaire judiciaire dont les phases publiques ont été filmées et commentées par les médias du monde entier. Mais les personnages et les séquences les représentant dans leur vie privée relèvent de la fiction » prévient-elle. Une bande-annonce très sombre, qui joue sur les ombres et la lumière pour illustrer le personnage aux mœurs légères.

Gérard Depardieu a évoqué dans Télérama ses motivations à jouer ce personnage particulier. « Pour dire vrai, je ne me suis pas précipité dans Welcome to New York avec gourmandise. J’étais même un peu dégoûté. Mais ce n’est pas mon genre, non plus, de jouer les redresseurs de torts. D’autant que les hommes politiques sont rarement des modèles de vertu. Ils sont dans l’arrangement, la stratégie. Ils mentent constamment. Au point où en était Dominique Strauss-Kahn, à la veille sans doute d’être élu président, la lutte pour le pouvoir devient quelque chose d’inhumain. Exige de vous des comportements inhumains » a-t-il longuement confié au magazine.

Mais c’est ce que cache cette affaire qui a finalement convaincu l’acteur. Pour lui, « la tragédie d’un homme au faîte de la puissance et piégé par ses pulsions, parce que ne les remettant jamais en question, trop sûr de lui. La tragédie intime d’un couple – elle sait et il sait qu’elle sait. La tragédie officielle de ce couple à la veille de prendre le pouvoir en France, quand tout s’écroule. » était intéressante à jouer.
Gérard Depardieu a aussi tenu à rappeler son antipathie vis-à-vis de Dominique Strauss-Kahn pour justifier sa présence dans le film. « De toute façon, on est souvent meilleur dans les rôles qu’on n’aime pas. On n’y est pas piégé par l’affect. En plus, j’ai horreur des personnages de fiction qui s’expliquent. Je n’aime pas qu’ils révèlent trop d’intimité. Je voulais surtout montrer le drame d’être traqué, puis inculpé. Qui qu’on soit. Montrer combien la chair peut être triste, aussi » a-t-il expliqué. Un entretien à retrouver dans Télérama.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here