Voila une analyse plus que pertinente, pour ceux qui ne l’aurait pas recu par le biais de la chaine email je le partage sur Cagpu sans plus tarder :

Prisonnier de son idée farfelue du double drapeau et de la schizophrénie culturelle qu’elle symbolise, le président député sénateur semble vouloir l’appliquer à tout: après le logement avec des squats officiels pour océaniens à côté des logements réglementaires pour blancs, cela s’appliquerait maintenant aux actes officiels avec un geste coutumier obligatoire dans les cérémonies officielles.

Doit-on y voir, un moyen légal, de pouvoir recevoir des « enveloppes financières  » pour services rendus (appel d’offres, etc.) et d’échapper à toutes poursuites judiciaires et à échapper à tout prélèvement fiscal.
Quel sera sa prochaine initiative en matiére de signaux d’indépendance?:

Sous couvert de la coutume, rien ne m’interdit de recevoir une enveloppe de 1 million CFP qui correspondrait en fait à l’octroi d’un marché, d’un poste à responsabilité et cela sans obligation de déclaration fiscale pour le receveur. L’actualité locale est monopolisée par les affaires de corruption et de prise illégale d’intérêt qui éclabousse l’ensemble de la classe politique : bienvenue en République bananiére qui a trouvé un moyen légal d’échapper aux poursuites puisque le tribunal se déclarera incompétent pour les questions relevant du droit coutumier.

fait d’ouvrir le débat sur les conditions d’octroi de la citoyenneté calédonienne pour appuyer la campagne législative sur le corps électoral gelé : en définissant les conditions d’octroi de cette citoyenneté, certains électeurs du corps électoral gelé pourront accéder à la citoyenneté calédonienne (liens familiaux, conditions de résidence, etc.)
En résumé, PF roule pour l’indépendance et GY tente de séduire un électorat discriminé : le RUMP va-t-il imploser entre ces 2 visions?

Drapeau , geste coutumier , ne manque plus à la panoplie du destin Komin que le nom de pays ! (Kanaky – Nouvelle Calédonie, « Pas encore tranché » pour reprendre les mots de Mme GORODE). A la veille de son départ pour ses nouvelles fonctions PF devrait arrêter là ses initiatives ! L’ héritage va être des plus lourd pour ses seconds couteaux à l’approche des législative ! Il serait peut être temps de quitter le navire pour certains .Une chose est sure c’est Gaël Yanno lors des législatives qui risque d’être le 1er dommage collatéral de ce positionnement du Président du RUMP totalement incompréhensible et contraire à ses engagements de campagne…

12 COMMENTS

  1. « Une chose est sure c’est Gaël Yanno lors des législatives qui risque d’être le 1er dommage collatéral de ce positionnement du Président du RUMP totalement incompréhensible et contraire à ses engagements de campagne… »

    Oui.
    Yanno a besoin des voix indépendantistes s’il veut être réelu et encore ça va être dur dur. Il pense naïvement que la PIL a majorité FLNKS lui permettera de passer la barre. Et bien non, jamais un indépendantiste votera pour lui à cause de sa posture sur le corps électoral. Idem pour le candidat de la 2° circonscription encore plus difficile. Donc len ce moment, le Rump nous fait une fuite en avant avec une opèration de seduction en direction de l’UC/PT et des squatts qui votent pour beaucoup en PIL. Il faudra s’attendre à encore beaucoup de « petits cadeaux » de cette nature au fur et à meseure de l’approche de 2012.

  2. Les indépendantistes vont tenter de faire liste commune pour les législatives car les automistes du RUMP/AE et ceux de CE ne feront jamais une liste commune tant la haine est visible
    Or, cette liste commune FLNKS sera difficile a mettre en oeuvre car les tensions entre l’UC et le Palika sont permanentes : l’UC souhaite faire tomber PN de son trône de la PN.

    Malgré la ligne politique prise par le RUMP, GY tente de surfer encore sur son capital sympathie qui a souffert en partie depuis les frogiéries.
    PF continue a envoyé des signaux d’indépendance, a marqué sa préférence pour EG pour la conduite du RUMP.
    Si GY veut poursuivre une carrière politique honnéte vis-àvis de ses convictions (pas de transfert du code civil, calédonie française, etc.), soit :
    – il se porte candidat à la tête du RUMP pour inverser la vapeur et supprimer le systéme de castres en interne,
    – il le quitte avant que les décisions proposées ou actées par PF ne l’éclabousse d’ici quelques mois.

    En tentant de séduire les exclus du corps électoral, GY va devoir communiquer sur l’argumentation du MRC qui pour, en finir du corps électoral gelé, propose de définir de la citoyenneté calédonienne, donc des droits politiques.

    On n’impose pas des us et coutumes dans une citoyenneté, cela n’existe que dans les didactures (cf salut au leader) ou dans les Etats totalitaires dirigés par une minorité ethnique, ce sont les citoyens qui avec le temps façonnent ce savoir-vivre, savoir-être en fonction des apports des uns et des autres tel que sous-entendu dans la notion de destin commun.

  3. Yanno descendra avec le navire Rump. Il n’a tout simplement pas le courage de s’opposer au clan du MtDore qui truste déjà le poste de député de la 2° circ pour EG. Et puis au moindre faux pas de sa part, Maresca (qui à sorti un bouquin dernièrement pour se faire mousser) réapparaitra par magie pour briguer sa place de député au et nom du Rump. Pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, Maresca est un scud en attente pour éventuellement descendre en flammes une fronde de Gael.
    Par contre, il n’est pas exclu que pour gagner les provinciales de 2014, le Rump renoue avec son vieu discours radical du style FN comme « purger l’indépendance » ou « ici c’est la France ». Il y aura toujours de gogos pour voter pour eux.

  4. Quel tissus d’aneries qui est formulé là … où le geste coutumier a t’il été « déclaré obligatoire dans les cérémonies officielles » ??

    Une cérémonie très forte en symbole, mardi 27 septembre, dans l’enceinte de l’hôtel de la province Sud, en réponse à l’invitation de Pierre FROGIER et en présence de nombreux élus et responsables politiques.

    Tout a commencé par une déclaration du Sénateur et Président de la province Sud, qui a répété les mots qu’il avait prononcés le 24 septembre à Balade, lors de la fête de la citoyenneté. En présence du président et de nombreux membres du gouvernement, du président du Congrès et de la plupart des élus de la province Sud, Pierre FROGIER a rappelé 158 ans d’histoire commune, avant d’indiquer que les deux drapeaux peuvent peut-être permettre d’esquisser les contours de la citoyenneté calédonienne.

    Une citoyenneté dont il a regrettée qu’elle ait balbutiée, ces dernières années :

    « La citoyenneté est restée une coquille vide, parce que nous avons fait l’erreur de l’enfermer dans des concepts juridiques. Parce que nous l’avons définie par défaut en la cantonnant dans des notions d’emploi local et de corps électoral. Parce que nous en avons fait un instrument d’exclusion, alors qu’elle doit être synonyme d’adhésion et d’intégration. »

    La citoyenneté, affirme Pierre FROGIER, qui rappelle que le président de la République a donné son accord pour que l’on travaille sur cette question, la citoyenneté, c’est ce qui doit créer des liens et qui doit unir et rassembler :

    « La citoyenneté calédonienne doit être basée sur l’addition des valeurs que nous partageons et dont nous trouvons nos racines dans nos cultures respectives. Les valeurs d’accueil, de respect, d’humilité que portent la civilisation mélanésienne, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui fondent la République française, nous devons faire en sorte que ces valeurs s’unissent pour traduire la reconnaissance et l’acceptation de l’autre, car la citoyenneté est constituée de ce qui lie les autres, de ce qui les unit. »

    Et c’est sur cette base que Pierre FROGIER a formulé une proposition concernant la citoyenneté calédonienne, une citoyenneté qu’il souhaite élargir, pour y accueillir tous ceux qui veulent participer au vivre ensemble :

    « Je propose que ce lien, entre les femmes et les hommes de Nouvelle-Calédonie, sur le geste coutumier, qui, en plus de sa valeur spécifiquement coutumière, pourrait devenir ce geste d’amitié que chacun intégrerait dans ses pratiques. Ce geste deviendrait un signe d’alliance, de lien et donc, d’unité entre toutes nos communautés, grâce à ce geste partagé par tous, qui deviendrait le symbole visible de la citoyenneté calédonienne. »

    Trois jours après que ce discours ait été prononcé une première fois à Balade, les responsables politiques indépendantistes ont donc tenu à répondre à cette proposition en faisant un geste coutumier. Hier soir, ils ont lié, par un manou, un bois représentant l’esprit de la terre, aux deux drapeaux qui flottent désormais dans l’enceinte de la province. Ils y ont attaché une plante, la cordyline, qui symbolise la vie. Un geste que le président du Congrès, Rock WAMYTAN, a expliqué :

    « Il attache ce drapeau français et le drapeau kanak dans cette symbolique, dans cette politique souhaitée et voulue par Pierre, par Charlie, par Harold, par nous tous. »

    Et le président du Congrès s’est exprimé en écho aux déclarations de Pierre FROGIER:

    « Cette coutume-là dit aussi, donne aussi des valeurs qui sont des valeurs universelles, qui sont aussi représentées par le bleu blanc rouge, liberté, égalité, fraternité. Cette coutume, c’est la coutume des Mélanésiens et des Océaniens, mais c’est votre coutume aussi, c’est à nous maintenant cette coutume-là ! C’est quoi ? C’est le respect, c’est l’humilité, c’est la tolérance, c’est l’acceptation de l’autre et c’est les liens par le manou qui nous unit chacun d’entre nous, parce que nous sommes liés par notre histoire, et comme aussi ça a été dit à Balade, nous sommes aussi liés par le sang. On est tous embarqués dans la même pirogue. »

    Un geste expliqué également par le président de l’UC, Charles PIDJOT, qui a tenu à souligner que tout un travail a été fait pour construire le destin commun :

    « Ce soir, à travers ce geste, à travers ces drapeaux, à travers la citoyenneté, c’est un sens qui est donné de ce que le pays pourrait être demain. Il y aura des propositions qui seront faites là-dessus, et notamment sur le plan économique, sur le plan social, sur le plan culturel, c’est de savoir comment on continue à le bâtir. C’est pour dire que ce n’est pas simplement des rencontres entre nous, c’est pas simplement des instants où l’on se retrouve, des espaces comme ça, c’est qu’on y travaille tous les jours. Malgré les difficultés, on y croit, et je demande d’y croire, parce que le pays a besoin de nous, nos enfants ont besoin de nous, c’est de leur offrir une perspective aujourd’hui qui leur permet de bâtir ce destin commun. »

  5. Une autre voie exploitable renégocier son contrat actuel pour supprimer les heures sup, les primes qui n’apparaitront plus et feront l’objet d’une coutume mensuelle : baisse des impots pour l’employé et pour l’entreprise car les sommes versées pour la coutume peuvent être mise au passif de l’entreprise, sans charges sociales, etc.
    Si l’inspection du travail vient, on fait une petite coutume et tout rentre dans l’ordre.
    Quelle idée lumineuse de légaliser la coutume…….

  6. Aille aille aille, ma parole, c’est comme au pays.
    inch allah.

    Bakchich est un terme utilisé pour décrire à la fois un don charitable ainsi que certaines formes de corruption par pot-de-vin au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Ouest…….et en Kanaky.

  7. Victor, t’es un comique toi

    « Je propose que ce lien, entre les femmes et les hommes de Nouvelle-Calédonie, sur le geste coutumier, qui, en plus de sa valeur spécifiquement coutumière, pourrait devenir ce geste d’amitié que chacun intégrerait dans ses pratiques »

    C’est clair net et précis: « que chacun intégrerait dans ses pratiques »

  8. Toutes les actions engagées vont vers une assimilation de l’ensemble des communautés présentes en NC aux us et coutumes de la communauté canaque qui se traduira à terme par un asservissement de ces communautés en cas d’indépendance.
    On s’éloigne du destin commun qui doit assurer la laicité dans les échanges du quotidien tout en permettant le respect à la pratique de son héritage cultuel propre des uns et des autres pour s’engager dans une impasse d’assimilation forcée qui ne peut qu’insulter la mémoire de JL et JMT en conduisant vers de possibles conflits.
    Demain, quelle sera sa nouvelle idée lumineuse, la primauté du droit coutumier sur le droit civil pour satisfaire la revendication des terres?

  9. Au moins, les sénateurs vont se « marrer » avec l’artiste qui se « débalonne »
    devant une partie d’un territoire de 250000 personnes.
    Il leur suffira d’élever le ton et tout passera…
    et cela, ils le savent.
    Maintenant, qu’elle est la vrai question:
    Il a été élu pour nous représenter
    ou
    il a été élu pour nous en débarasser…
    C’est vrai, il revient cher, mais la liberté n’a pas de prix (lui si).

  10. Arrêtez de confondre geste coutumier (qui faut-il le souligner est un GESTE) et corruption à coup d’enveloppes de millions de francs ! Arrêtez l’anti-kanak à tout va svp si vous êtes vraiment pour un « destin commun ».

  11. Mais qu’est ce qu’en s’en branle ! si les politiques veulent se faire la coutume entre eux, qu’ils le fassent…je ne sais pas pourquoi ça vous dérange !…je sens de la crainte dans vos propos…en 2014 si il y a vote, je sais très bien que je voterai « contre » l’indépendance; je veux restait français, mais en même temps je ne vois pas d’inconvénient que l’on reconnaisse le droit Kanak (peuple 1er).

  12. tu veux rester Français, c’est à dire citoyen d’une République laique et moderne mais tu n’as rien contre la généralisation du droit kanak (concept à préciser au passage) qui est un ensemble de pratiques traditionnelles ethniques ?
    T’as pas l’impression qu’il y a un problème de cohérence dans ce que tu dis ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here