Des snipers étaient en position à Paris sur des toits des immeubles bordant les Champs-Élysées, lors de la manifestation de samedi

Un membre des forces de l’ordre, armé [1], était-il posté sur un des toits des immeubles bordant les Champs-Élysées, lors de la manifestation des Gilets jaunes, samedi 1er décembre ? C’est ce que confirme l’agence Reuters qui l’a filmé. Pour autant, ni le ministère de l’Intérieur, ni la Préfecture de Police ne reconnaissent avoir fait appel à un tireur.

Une vidéo postée sur Facebook montre les images d’un homme armé d’un fusil à lunette, à la nuit tombée sur un toit d’immeuble, le long des Champs-Élysées à Paris. Ces images, visionnées plus d’1,7 millions de fois sur le réseau social, ont fait réagir de nombreux internautes, qui s’interrogent sur les raisons de la présence d’un sniper (un tireur d’élite) [1] sur le parcours de la manifestation des Gilets jaunes, samedi 1er décembre à Paris.

Cette manifestation a mobilisé plus de 5.000 membres des forces de l’ordre, tandis que près de 10.000 personnes participaient au rassemblement. La journée de mobilisation a été émaillée de scènes de guérilla urbaine, de saccages – comme à l’Arc de Triomphe – mais aussi de nombreux incendies (249 recensés par les pompiers de Paris).

Les snipers pour gérer les Gilets Jaunes … En 1789 le peuple avait des fourches, des faux, des faucilles face aux soldats armés de fusils et baillonnettes. Et il y a eu des morts des deux cotés. Aujourd’hui, le pouvoir se tient prêt.

Posted by Olivier Mayer on Saturday, 1 December 2018

« Les snipers pour gérer les Gilets jaunes. », commente l’internaute qui diffuse la séquence vidéo. « En 1789, le peuple avait des fourches, des faux, des faucilles face aux soldats armés de fusils et baïonnettes. Et il y a eu des morts des deux côtés. Aujourd’hui, le pouvoir se tient prêt. » D’où vient cette vidéo ? Ouest-France fait le point en quatre questions.

1. D’où viennent ces images ?

La vidéo postée sur Facebook a été tournée par le service vidéo de l’agence Reuters dans le cadre des manifestations du 1er décembre, comme en ont obtenu confirmation les journalistes de la rubrique CheckNews de Libération. Ce document a été fourni à toutes les télévisions partenaires, samedi, aux alentours de 18 h 50, précise franceinfo.

2. Où le sniper était-il positionné ?

Plusieurs indices sur la vidéo permettent de localiser la position de l’homme armé. Les premières images montrent qu’il est situé en hauteur, à proximité de l’Arc de Triomphe. On voit également se détacher en second plan, derrière sa silhouette, une façade d’immeuble illuminée en rouge qui correspond à une partie de l’immeuble de la boutique Cartier, basée sur la grande avenue parisienne.

CheckNews estime que l’homme se trouve probablement en haut de l’immeuble du Drugstore Publicis, situé au 133 de l’avenue des Champs-Elysées.

3. Sa présence est-elle banale ou exceptionnelle ?

Les membres du service vidéo de Reuters indiquent à CheckNews que ce n’est pas la première fois « qu’ils voient des snipers » dans le cadre de la sécurité de manifestations publiques. Cela a été le cas, par exemple lors du concert des Rolling Stones, à Paris, en octobre 2017.

Selon CheckNews, citant une source policière, depuis 2014 il existe des « binômes tireur-observateur » parmi les CRS, qui sont présents « sur les grosses manifestations ». On note d’ailleurs sur les images de la vidéo que l’homme armé est accompagné d’une deuxième personne, muni d’un objectif. Leur rôle est « d’assurer d’abord la sécurité des manifestants contre des attaques armées et potentiellement la sécurité des forces de l’ordre contre des manifestants armés ».

Leur présence « me semble complètement justifié(e) puisqu’il s’agissait d’un gros rassemblement avec des participants qui arrivaient de partout, dont des casseurs. », explique pour sa part Philippe Capon, du syndicat Unsa-Police à franceinfo« Depuis [les attentats terroristes de] 2015, lorsqu’une manifestation est organisée avec beaucoup de monde, comme les Fêtes de Bayonne, il y en a, c’est une pratique fréquente. », ajoute ce représentant.

 « Leur rôle est de neutraliser et de protéger la foule face à une personne qui viendrait avec une arme ou qui pourrait commettre un acte terroriste. Ce n’est évidemment pas pour viser les manifestants.  », précise le syndicaliste. [2]

4. Qui a donné l’ordre au sniper de prendre position ?

Selon le tweet d’un militant de la France insoumise, repéré par CheckNews, l’ordre de positionner un sniper, proviendrait directement du chef de l’État. Le militant tiendrait cette information d’une source à la DGSE, les services de renseignement extérieurs français, ce qui semble peu crédible.

Si les CRS dépendent de la police nationale, ils peuvent être mis à disposition de la préfecture de Paris, rappelle CheckNews. Mais, selon leurs sources policières, la préfecture aurait affirmé ne « pas (avoir) mobilisé de tireur de haute précision dans le dispositif » de sécurité du 1er décembre. Contacté par franceinfo, le ministère de l’Intérieur renvoyait vers la préfecture, en rappelant que la mobilisation de snipers fait partie du plan Vigipirate et de l’antiterrorisme. [3]

Ouest France

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here