En cette période d’élections, les esprits s’échauffent et les salves se décochent à cadence folle. Si le débat reste en général courtois, et même dans l’ensemble assez gentillet, chacun faisant sa petite communication policée, il y a une commune qui déchaine visiblement les passions.

Païta détient en effet le record de listes électorales dans la course aux municipales. Pas moins de 8 listes pour 22 000 habitants ! La ville de Païta, qui a connu un fort développement ces dernières années, attire visiblement les convoitises.
Figure de Païta, Harold Martin se retrouve sous les feux nourris de ses challengers, notamment sur la toile. Ces derniers temps, il n’y en a que pour lui ! C’est l’homme à abattre. Aucun coup ne lui est épargné et il ne se passe pas un jour sans qu’un scud ne lui soit envoyé.

Dès le début de sa campagne, un article en forme de scandale l’accuse d’avoir « spammé » Païta suite à un envoi de mail pour un meeting de campagne. Un débat télévisé à charge dans lequel il a eu à affronter tous les prétendants, chacun ayant préparé ses critiques bien plus que ses propositions. La cacophonie s’est poursuivie sur les réseaux sociaux où les militants ont pu continuer le bombardement, évoquant un Harold Martin « humilié ». Dans le cadre de l’affaire qui oppose le Haut-Commissaire et Gilbert Tyuiénon, le voici accusé de soutenir activement ce dernier contre le représentant de l’Etat, les militants des partis criant au complot contre Jean-Jacques Brot suite à la polémique de la révision des listes électorales. Harold le Caldoche serait devenu indépendantiste !
L’intéressé a préféré répliquer, via son blog de campagne, sur un ton humoristique, raillant la « théorie du complot » élaborée sur le site Calédosphère, évoquant un scénario « digne de la série Homeland ».
Bien mal lui en a pris ! Double-réaction de la part des adversaires du maire sortant : une volée d’articles accusateurs, avec une escalade dans l’agressivité des cyber-militants, et des termes de plus en plus acerbes : « mettre dehors », « opération coup de botte », « dégager »… La guerre fait rage et les coups de semonce se font de plus en plus violents à mesure que l’élection approche.

Harold Martin, quant à lui, ne semble pas trop tenir compte du tumulte des réseaux sociaux, préférant une campagne de terrain à Païta où il reste – quoi qu’en disent ses adversaires – toujours solidement implanté.
Il sera intéressant de voir quel effet auront ces attaques, émanant essentiellement d’officines nouméennes, sur les habitants de Païta. Ce qui est sûr, c’est que certains partis et leurs militants ont sorti l’artillerie lourde pour tenter de bouter Harold Martin hors de son fief de Païta.

harold_martin

3 COMMENTS

    • Pronostics de calédosphère tu veux dire ?? 🙂

      Idem sur dumbea et mont dore … faut il réellement appeler cela des pronostics ou plutôt de une communication de parti ?!?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here