Il s’avère que derrière tout ce que nous pensions être la puissance, ou la force, ou même le pouvoir de notre être, se trouve la reconnaissance. Reconnaître son propre choix, celui de s’incarner, par exemple, celui de porter au monde sa propre note, sa couleur divine, est la grande force que nous avons. C’est aussi notre joie, et la vie la plus fluide, la plus simple, et la plus riche que nous pouvons manifester. Car reconnaître sa joie, sa signature, c’est faire le ménage des lignes de vie qui en réalité ne nous ont jamais vraiment convenues, et ne se contenter que de marcher sur sa ligne d’évidence.

www.laurent-e-levy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *