Aujourd’hui j’ai eu une longue conversation avec le grand chef, descendant de Quindo, dont certains convoitent le terrain du centre ville. Trois heures de conversation quand il faudrait des années pour apprendre.
Il en ressort que le moment n’est pas venu de révéler l’histoire des « attaché, détaché ». Le grand chef attend la décision de justice le 23 juin pour décider ce qu’il convient de faire. Il ne cherche pas l’affrontement, il a toujours à la bouche des paroles d’apaisement. Il sait qu’il ne faut pas rajouter de divisions dans le monde kanak, déjà si déchiré.

Nous avons parlé de la peur que l’on sent dans les commentaires de certains du genre : « il peuvent revendiquer des terres du domaine public et après.. ». C’est encore la peur d’être moins légitime que l’autre, qui pousse les européens à se jeter au visage leur généalogie (moi la première). Si vous aviez été là avec nous, vous n’auriez pas entendu le discours d’exclusion dont on nous a abreuvé pendant les événements. Le grand chef veut seulement que l’on respecte la terre et les hommes qui y vivent. Pour lui, présenter avec respect une coutume, serait le premier pas vers une reconnaissance mutuelle. Il souhaite aussi que le gouvernement calédonien entérine le texte que le gouvernement français à signé à l’ONU sur les droits des peuples autochtones. Rien à voir avec un discours de haine.

Comme moi, il a remarqué que les paroles de haine viennent la plupart du temps de ceux qui ne sont pas assis coutumièrement. J’avais fait se constat sur la côte Est, le Sud le confirme.
Il est consternant de constater que les véritables coutumiers sont encore niés, le Sénat n’est qu’un gadjet. Les officiels ne présentent pas les coutumes aux maîtres de la terre. C’était ceux de Pouébo au moment de la levée du drapeau kanak lors de la visite du premier ministre, ou à ceux de Poindimié sur le site du Médipol plus récemment. On ne va pas nous faire croire qu’ils ne savent pas, qu’ils pêchent par ignorance! Non, on continue le travail de sape commencé par le colonisateur. C’est toujours la même recette, nier les légitimes, mettre en avant les importés. En 2012, il n’y a toujours pas un édifice, une route qui porte le nom de Quindo, ni à Païta, ni à Nouméa.

Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire, le grand chef n’a pas la même version de la fin de Quindo que celle que j’ai lu dans les livres d’histoire qui ne restituent souvent que la vision du colonisateur. Quindo selon certaines sources, aurait été tué le 31 mai ou le premier juillet 1858 avec son frère Ténédo dans les montagnes où la Carikouié prend sa source. Il aurait été tué par les gens du village de Nundo qui voulaient venger leur chef Trémébou.
Mais Ignace me livre une toute autre version. D’après lui, Quindo se serait rendu à Nouméa dans son campement du Parc forestier. Ses femmes se seraient alors faites capturer par les Français et Quindo se serait fait attraper en leur portant secours. Il aurait ensuite été torturé par les Français qui voulaient obtenir son ralliement, là même où Ignace est installé, près de l’hôpital.

Concernant ce terrain du centre ville, les Païta s’y sont réinstallés depuis 1992. Ils ne s’en laisseront pas chasser par la justice sans réagir. N’oublions pas que même si elles livrent leur version, toutes les sources dont nous disposons disent la même chose : Quindo dominait le Sud du pays. Je sais quand on lit toutes ces histoires inventées par de faux revendicateurs (à Nouville par exemple) et que l’on n’y connait pas grand chose, on se dit : un de plus! Il n’en est rien. Pour une fois, c’est le légitime que l’on veut spolier. C’est pourquoi, il ne faut pas se sentir menacé par cette revendication, mais plutôt la défendre. Les vrais coutumiers on leur pierre a apporter à la construction du destin commun, nous ne devons pas les considérer comme une menace.

33 COMMENTS

  1. Et qu’est-ce qui prouve que c’est bien LUI le légitime?
    Parce que quand tu les écoutes, ces mecs là, ils sont tous plus légitimes les uns que les autres…
    Et ils sont même très très forts pour raconter de jolies histoires à quiconque leur prête l’oreille.

    Alors à force on ne sait plus…

  2. ALLEZ ENCORE UN FRAICHEMENT DEBARQUE QUI VA NOUS DONNER DES LECONS, PITOYABLE, TU CROIS VRAIMENT LE PREMIER VENU, QUI TE RACONTE DES BOBARDS, NON MAIS YEN A QUI SONT GRAVE…

  3. Salut, Val, excuse mon ignorance mais pourrais-tu me dire, s’il te plait ce qu’il en fait de son terrain le Grand Chef ? Est-il construit ce terrain?

    • Bonjour Princesse, c’est un terrain construit en face de l’immeuble administratif Iekawe (l’aquarium), une case y est construite, que l’on peut voir du haut de l’hopital Gaston Bourret. C’est un endroit chargé d’histoires,  » imprégné  » où il
      fait bon d’aller boir le Kava. Enfin et surtout c’est une place où vivent plusieurs familles.

  4. Pour ceux que cela intéresse quelques copiés/collés de plusieurs porte-paroles de M. Pweita dans un débat plus ou moins houleux sur lnc.nc, bonne lecture :

    Préambule pour se mettre dans l’ambiance : « « La France n’a donc pas à statuer sur les problèmes de droit foncier ici, puisque juridiquement, elle n’est pas chez elle. »
    Le Grand Chef Djumwâ a raison.
    D’ailleurs, le Grand Chef Vendegou, sénateur UMP (majorité présidentielle) a dit exactement la même chose:
    de mémoire: « ici, c’est pas la France ». »

    « Croyez-vous qu’il aurait été intronisé Grand Chef du district si comme vous l’insinuez clairement, son père n’avait pas été Grand Chef ET Kambwa ? C’est prendre les gens du coin pour des imbéciles ! Et c’est méconnaitre les règles de l’adoption (Un adopté n’aurait pas pu être nommé Grand Chef).
    Pour votre information, le Grand Chef Nökwë est né en 1902 et l’état civil coutumier a été créé en 1934, alors si vous êtes en possession de registres plus anciens prouvant ce que vous avancez avec entêtement, c’est une véritable fortune que vous avez entre les mains… Unique au monde, et de plus totalement inédite ! Alors n’hésitez surtout pas : aller montrer vos preuves aux journalistes, au lieu de diffamer. »

    « Le Grand Chef Djumwâ demande à être reconnu pour ce qu’il est: le représentant d’un clan propriétaire terrien autrefois spolié, décimé, déporté.
    Estimez-vous heureux : la revendication foncière ne porte que sur des terres relevant du domaine public, conformément au préambule de l’ADN et à la loi organique découlant de l’ADN. Que craignez-vous donc ?
    Bien entendu, si vous faites partie des promoteurs qui lorgnent sur le terrain du Camp Est et sa plus belle plage de Nouméa, nous comprenons parfaitement que vous n’appréciez pas que cette terre soit rendue à son légitime propriétaire, mais comprenez à votre tour que 0 % de terres coutumières à Nouméa, c’est inacceptable. Or, le représentant de la lignée ainée des Kambwa, descendante de Kuindo, Grand Chef du pays N’Umia, est le Grand Chef Djumwâ, que cela vous plaise ou non. Ne pas respecter son lien à la terre, c’est aujourd’hui non pas seulement violer l’ADN, mais aussi cracher sur votre constitution. Vous ne feriez pas cela, quand même ?
    Si vous devenez courtois et respectueux, vous pourrez peut-être louer une parcelle au Grand Chef, dans le cadre d’un bail emphytéotique, avec vue sur la mer à Nouville. C’est toujours mieux que des logements vendus à prix d’or que seuls quelques privilégiés peuvent s’acheter, non ? »

    « Quant à la tribu de Saint-Louis, tout le monde ici sait qu’elle était à sa création une réduction mariste destinée à accueillir les réfugiés catholiques expulsés du Nord. Kuindo a détruit la première mission. Les curés lui ont fait une coutume pour installer la seconde mission. Des gens de cette tribu ont très rapidement composé le premier corps expéditionnaire kanak chargé de détruire les villages relevant de la grande chefferie de Kuindo : alors on ne voit pas comment Nicolas Wamytan, qui sort de cette tribu, pourrait être chef des Kambwa. Documentez-vous un peu, les preuves de tout ce que nous écrivons existent : vous trouverez la trace de ce corps expéditionnaire dans les publications officielles, ainsi que les lieux d’origine de leurs membres, leurs petits noms chrétiens aussi : on appelait ces soldats des supplétifs ou des auxiliaires, à l’époque : ça n’a pas beaucoup changé depuis : l’administration coloniale est toujours fidèlement soutenue par les descendants de ses premiers supplétifs. L’origine de cette tribu explique peut-être le fameux rendez-vous papal : un retour aux sources, en quelque sorte. »

    « 1. Kuindo était l’ainé de la lignée ainée et c’est bien pour cela qu’il était le chef incontesté. Boen était un cadet parmi les cadets, et sa simple appartenance à la lignée ainée n’est absolument pas garantie…
    2. Selon Jean Guiart (thèse soutenue dans les années 60), il aurait été tué par ses proches en raison de sa grande cruauté et à aucun moment Kuindo n’est mis en cause, puisque c’est ce que vous semblez insinuer. Kuindo était déjà chef depuis longtemps lorsque Boen a été tué par les siens.
    3. Ceux auxquels vous pensez ne descendent de toute manière pas de Boen. C’est d’ailleurs bien la raison pour laquelle la maman de l’ancêtre de ceux-là a été attachée à un arbre en vue d’être tuée par Boen, puis détachée en cachette par les oncles utérins. Cet attachement-détachement est directement à l’origine du nom donné au nourrisson (qui n’est pas de Boen). Ce nom, créé pour la circonstance, est totalement absent des généalogies kanak…
    4. Il n’a pas été possible de lui donner le nom du grand père utérin pour une raison bien précise que nous ne révèlerons pas ici : c’est pourquoi un nom nouveau lui a été donné.
    5. Quand les Français prennent possession du pays, c’est Kuindo qu’ils rencontrent et personne d’autres, alors on ne voit pas trop ce que vient faire Boen là-dedans…
    Vous comprenez qu’il est inutile de tenter de réécrire cette histoire qui appartient aux Kambwa Wecho Pweyta… mais nous comprenons que c’est bien tentant quand on se cherche une légitimité. »

    « Vous devez vous tromper de personne mon bon: il a plus fait pour son clan depuis sa retraite que tous les « chefs » administratifs en poste depuis une éternité pour des raisons purement politiques et qui de notoriété publique sont grassement payés (élus, sénateurs, etc.) à ne rien faire (suivez notre regard).
    Et le présent combat en est une brillante démonstration, pendant que d’autres vont faire des baise-main au Vatican… »

    « La culture kanak est certes orale à l’origine, mais vous avez l’air d’ignorer que depuis le début de la colonisation, l’écrit est entré dans le monde kanak : aujourd’hui, toute coutume réalisée en bonne et due forme donne lieu à des écrits (comme les cahiers d’enregistrement des dons). L’ancien PV de tenue de palabre a même été remplacé par l’acte coutumier qui constitue un document dit « authentique ».
    Concernant l’histoire des Kambwa, depuis l’arrivée des Européens, elle a fait l’objet de plusieurs écrits publiés par des Européens, témoins, curés, ethnologues, etc. (généalogies par exemple) et de très nombreux documents permettent de retracer assez précisément son histoire…
    En résumé, contrairement à ce que vous pensez, il existe bien des pièces irréfutables : par exemple, les enfants de Kuindo pris en otage lors au moment de l’assassinat de leur père ont eu droit à un acte de décès (avec la mention « otages, fils de Kuindo, chef de la tribu de Nouméa ») tout ce qu’il y a de plus officiel. Ces documents permettent d’affirmer avec certitude que deux fils et un neveu de Kuindo sont morts en détention sur une période d’un an et demi (ils étaient âgés de moins de 10 ans). Et ce n’est qu’un exemple. Il en existe des centaines. »

  5. Mania NC mes ancêtres ont débarqué il y a plus de 150 ans et cela fait plus de vingt ans que je fais de l’histoire, que je lis les textes anciens, que j’écoute les vieux; C’est qui qui est grave à ton avis?

    Est-il bien le légitime? En tout cas tous les textes ancien parlent de Kouindo et de ses démêles avec les Français. Pour voir si on a à faire à un légitime, il y a beaucoup de questions à poser. Si le sujet intéresse des lecteurs je peux écrire dessus.Ignace à retracé devant moi les chemins coutumiers, mais bien sur c’est sa version. Je ne me prétends pas historienne, à eux de croiser les versions pour approcher la vérité. Pour argumenter il faudrait aussi il faudrait que je parle de ceux que je sais des autres, ce que je ne veux pas faire.

    Pour NC poyer relis bien ce que j’ai écrit, je ne vois pas bien où je dis que je suis supérieur aux Zoreilles. Agumentes en ce sens pour que je souhaite comprendre, enfin s’il y a quelque chose à comprendre.

  6. qu’on les fassent pas chier, donc, il faut les aider, au contraire, mettre une superbe fleche faitiere (si la case n’en a pas?) et tout faire pour que se soit esthetiquement super et qu’il fasse bon y vivre… Allez un peu de courage et acceptons la difference ! Apres tout la convoitise des promoteurs immobiliers on peut s’en passer, quelque fois (c’est pas souvent que ca arrive, le fric, ca parle, ca tue…)…

  7. Employons un super architecte (Piano? non, peut etre moins haut de gamme… A moins que… je connais des gens celebres qui sont genereux…) et apres avoir demande aux proprietaires, aux voisins, ce qui leur ferait plaisir, modifions l’endroit qui plaira apres a tout le monde, ou a une majorite, toutes ethnies confondues en tout cas. Nous pourrions y ajouter, a cote des habitations, un ‘mini centre culturel’, un jardin de plantes medicinales, un petit bassin et comme au Centre Tjibaou, y celebrer la creation, le debut, la lune, le debut de la creation avec la dent de la lune, puisque le Centre Tjibaou, lui, il est un peu loin du centre ville….
    Il est grand temps que l’on explique a ts le monde la culture Kanak, nous nous sentirons mieux ensemble, apres ce petit effort…

  8. merci a Val et Julien, donc, voila que l’on avance a grands pas grace a eux…
    Et il est bien sur que 0% de terres coutumieres a Nea, c’est chercher la merde…
    Un ‘mini’ centre culturel qui porterait le nom du grand chef actuel, le proprietaire, si il est d’accord, non?

  9. Merci à Julien je n’avais pas suivi ce débat, mais j’approuve le récit détaillé qui vient de gens qui savent bien mieux que moi de quoi ils parlent.

    Il faut dire aussi un mot d’apaisement pour les descendants de Boen, comme les autre citoyens calédoniens ils ont leur place, on veut seulement qu’ils arrêtent de convoiter celle de l’ainé.

    Pour monsieur Moglia, les faits cités et vérifiables, la généalogie connue des Kambwa Wecho Pweyta font que leur légitimité est incontestable. Je comprend vos doutes et j’ai cité une revendication fantaisiste dans mon article et il y en a eu tant d’autre! C’est d’ailleurs pourquoi, nous avons bien besoin de coutumiers purs (oui cela existe encore) pour remettre à leur vraie place les profiteurs qui n’ont que l’apparence du kanak.

    Pour la grenouille, ce qui je pense ferait vraiment plaisir au grand chef, c’est qu’enfin quelque chose porte le nom de Quindo. Quand est-ce que l’on parle de tout cela autour d’un thé chère soeur batracienne?

    • ah oui, ca alors, jaimerais bien te rencontrer, j’aime tes ‘projets’ dans ta vie, tu es vraiment une super nana, toi… Bientot quand je serais moins prise par une montagne de boulot (je me demande meme comment je trouve le temps de ‘blaguer’ ici…mdr…) c’est promis, Val !
      J’espere que le gd chef va aimer l’idee d’un’ mini’ (Apres le Tjibaou, tout est petit…) centre culturel, le Centre Quindo !!!

    • Je veux juste clarifier les choses. Je suis prêt à manisfester pour que M. Pweita récupère certaines terres du domaine PUBLIC et surtout qu’il fasse construire une Grande Chefferie Du Sud digne de ce nom.
      Mais pour être clair sur ma pensée : ce qui appartient à l’Etat et non à un calédonien qui s’est saigné les veines au travail pour avoir une parcelle de terre de la Nouvelle Calédonie (ou Caillou ou bout de terre dans le plus vaste des océans puisqu’il n’avait pas de nom avant la colonisation), il est hors de question de céder la moindre miette de terre gagné par le travail de celle-ci ou le gain de celle-ci, Kanak ou pas Kanak ! Jadis c’était les guerres tribales (même en Europe, vous en conviendrez, guerre de cent ans, les croisades…) et maintenant c’est le capitalisme et sa base, qui est le travail et le gain d’argent pour s’offrir un bout de terre, pour tout les être-humains ! C’est comme ça… c’est l’évolution humaine ! Bénéfique pour certains et maléfiques pour d’autres. J’aurais aimé vivre à une autre époque mais je suis là et je fais avec.

      Une dernière chose :
      Jadis la tribu nommé la France a battu toutes les tribus du Caillou (avec ou sans les supplétifs elle les aurait battu, ceci est incontestable.)
      Tout ce que je souhaite c’est qu’un jour les Kanak le comprennent et l’acceptent.
      Je ne comprends pas pourquoi c’est à la France de toujours s’excuser d’avoir été une tribu supérieure et conquérante.
      Avant la colonisation et l’arrivée du « blanc », il y avait bien des guerres tribales ? A quels fins ? Que gagnait la tribu conquérante ? Que perdait la tribu vaincu ? M. Pweita s’excuserait il, au nom de ces ancêtres et leur lignée de Grand Chef, d’avoir vaincu d’autres tribus et les avoir soumis ? Et reconnaisserait il Napoléon III comme Grand Chef de Nouvelle Calédonie ?
      Que M. Pweita ne le prenne pas mal ce ne sont que des questions de curiosité et d’éclaircissement…

  10. quelques soient les droits supposées des uns et des autres d’une coutume orale accepter une revendication de ce type c’est nier le présent construit sur une conception de l’Etat
    dire que l’on peut considérer une revendication coutumière (Même sans contestation) sur une part du domaine publique consiste par définition comme une négation de son existence et de sa définition par opposition à la propriété privée .Accepter ce genre de revendications ouvre la porte aux conséquences prévisibles et déjà à l’oeuvre ailleurs ..par exemple droit de péage coutumier pour circuler ,droit de péage pour utilisation d ‘un aérodrome ,pour pêcher en mer …
    qui dit domaine public dit Etat Nation dit acceptation de valeurs supérieures à celles à toutes autres et reconnaissance d’un droit de coercition de la part de l’Etat .Vouloir faire unEtat Kanaky et commencer par ressortir les histoires coutumière pré Etatiques est contradictoire
    peut on ressortir en France les coutumes des tribus gauloises (qui n’étaient plus au stade la pierre polie)???
    kakaky ou la coutume faut faire un choix

  11. les Gaulois ils sont morts… Les peages coutumiers pourquoi pas, si ils sont bien negocies et ne s’ajoutent pas a ceux de l ‘etat ou ceux des proprietaires de ces peages (rarement pauvres), apres ce n’est qu’une question d’equilibrage de ces taxes, aucun probleme, sauf un probleme d’ego pour certains, certaines… Pour moi, (et beaucoup) 0% terres coutumieres, pas question, c’est la recette pour la merde (et perte du littoral, un jour, peut etre, pas si loin…)

  12. C’est toujours la peur qui transparait dans vos propos. Qui nie l’existence d’un domaine publique?
    Des revendications, surtout des illégitimes; ont été par le passé satisfaites. Pourquoi pas pour une fois, accéder à la demande des véritables maîtres de la terre? Je vois cela comme un geste de reconnaissance, de respect, alors que vous souhaitez lui donner un sens politique.
    « Vouloir faire un Etat Kanaky et commencer par ressortir les histoires coutumières pré Etatiques est contradictoire ». Le vieux Ignace n’a pas voté depuis trente ans et il est très critique à l’égard des politiques. Son action ne s’inscrit pas dans une logique indépendantiste, c’est une démarche coutumière, c’est pour cela que je le défend. Il veut obtenir la reconnaissance, le respect qu’on lui refuse depuis plus de 150 ans. Faire ressortir des « histoires coutumière pré Étatiques » c’est notre façon de regarder en face notre passé, d’arrêter de l’ignorer car on ne peut construire un avenir sur un mensonge. Elie Wisel prix Nobel de littérature n’a t-il pas dit : »Tout peuple qui ignore son histoire est condamné à la revivre »
    Vous auriez du vous abstenir de ce commentaire qui à l’odeur malodorante du raciste Monsieur : « tribus gauloises (qui n’étaient plus au stade la pierre polie) ». En effet si vous connaissiez mieux vos ancêtres les Gaulois, vous sauriez qu’ils étaient cannibales, oui monsieur et en plus j’ai appris cela à l’université. Ils consommaient en effet des morceaux de leur adversaires dans des sortes de cabanes qu’ils appelaient « fan » et c’est d’ailleurs de là que vient le mot fanatique.

  13. impossible de débattre sans se faire traiter de raciste..je vous rappelle que Louis XI fut le premier à vouloir soumettre les féodaux
    et que l’Etat s’est construit contre eux .Toutes les propriétés actuelles publiques ou privées françaises sont entachées de drames récents ou trés anciens… c’est le propre de toutes les histoires de tous les pays
    vous voulez construire kanaky… très bien soyez logique jusqu’au bout et dites stop au passé et oui à l’imagination et au futur.
    aucun pays ne se construira sur le passé coutumier sauf à en faire un champ de bataille permanent vu l’oralité des droits… ceci est un fait qui ne suppose aucune exception
    autre exemple le droit du sous sol minier est domaine public…. va t on renégocier avec tous les coutumiers?
    vous voulez être indépendants pourquoi pas.. mais assumez en les conséquences… ce n’est pas être raciste que de pointer du doigt les incohérences de ce genre de réclamations
    au fait 150ans ça fait beaucoup winchester de Mouac?

  14. Merci pour tes paroles Julien.
    Ne t’inquiète pas le vieux sage ne veut chasser personne. Je l’ai reçu dans ma maison où ma famille est installée depuis 90 ans et nous avons parlé de cette inquiétude de tous les Calédoniens. Qu’on leur redise un jour: » tu n’es pas chez toi. » Le vieux m’a dit : « Je ne suis pas comme cela ». Je lui ai posé une autre question :
    « Et si demain on veut réouvrir une mine sur Païta, tu fais quoi, tu demandes des dividendes?
    Il m’a répondu :
    « Non j’arrête la mine. »
    C’est sur, la convoitise, a animé de nombreuses revendications, mais cette fois ci, il s’agit d’une juste reconnaissance.
    Tu sais mon rêve serai qu’un jour des calédoniens de toutes origines aillent présenter une coutume au vieux, pour faire le geste que nos ancêtres n’ont pas su faire.
    Pour moi hors de question de s’excuser de crimes que l’on a pas commis, il faut simplement faire un geste. je refuse aussi l’histoire du bail évoqué dans le dialogue que tu as reproduit. Pour que la démarche soit pure, elle ne doit pas être vénale car « quand l’argent parle , la vérité se tait ».
    « Jadis la tribu nommé la France a battu toutes les tribus du Caillou (avec ou sans les supplétifs elle les aurait battu, ceci est incontestable.) » Si un jour j’ai le plaisir de te rencontrer, j’aimerais bien parler avec toi du courageux combat des Kanak qui parfois ont mis de bonnes raclées aux Français, c’étaient de grands guerriers qui méritent le respect. Nous évoquerons aussi l’insurrection, ou les choses auraient très bien pu tourner autrement.
    Amicalement.

    Val

    • Je ne pense pas que nous puissions nous entendre et je ne cherche pas d’amis (ou de partisans pour d’autres…) sur ce site. Dans ma contribution je ne parle pas de courage mais de vainqueurs et de vaincus aussi simplement que ça, à cet époque vous deviez être courageux qu’importe du côté où vous étiez. Il n’y a pas à dialoguer des heures là dessus, il n’y a pas que vous qui avez des connaissances en histoire mais contrairement à vous je m’en sers comme support à ma réflexion.

  15. Momeo ce n’est pas vous qui êtes raciste, c’est votre commentaire qui l’est : des tribus gauloises (qui n’étaient plus au stade la pierre polie).Moi de mon coté j’aimerai bien que vous arrêtiez de me traiter d’indépendantiste.

    Moi je ne veux pas construire Kanaky car je ne suis pas indépendantistes et je l’ai écrit plus d’une fois. Pourquoi devrait on forcément être indépendantistes quand on défend et respecte les Kanak? D’ailleurs j’aime taquiner mes amis indépendantistes en leur disant : « Je ne peux pas être indépendantiste car vous êtes trop c..s »
    Il m’est impossible de dire stop au passé car cela reviendrai à me mettre au chômage cher Monsieur. Par contre, vous avez raison, il faut être imaginatif pour l’avenir. Mais là on est mal barré avec les carnes de politiciens qui nous dirigent

    En ce qui concerne les mines (et la je donne mon avis), c’est un mal nécessaire. Celle qui personnellement me met vraiment en colère, c’est celle du Sud car une trop petite partie des dividendes va au pays. A mon sens les vrais coutumiers devraient penser plus à protéger la terre qu’au fric, en tout cas c’est le cas d’Ignace. Il n’a rien à voir avec ceux qui ont mangé à tous les râteliers, qui ouvrent leur gueules jusqu’à ce que l’industriel leur fasse un gros chèque.

  16. c’est juste un fait et les faits sont têtus….et pas raciste
    soit la calédonie reste la calédonie cad une province française même très très décentralisée et dans ce cas là un domaine public est un domaine public point barre voir précis de droit administratif français
    soit la calédonie devient Kanaky mais le fait même qu’elle devienne une entité inscrite à l ‘ONU,;par nature un droit public régalien est instauré droit au dessus des coutumes car satisfaisant l’intérêt de tous et pas l’intérêt d’un clan…
    voila le problème /un Etat suppose une supériorité d’une entité au dessus de tous,c’est d’autant plus évident qu’une indépendance multiraciale rend impossible le retour à avant 1853

  17. Julien je ne cherche ni amis, ni partisans pour personne étant libre et indépendante, je ne roule pour personne et si un jour je ne suis plus en accord avec Ignace , je n’hésiterai pas à la lui dire.J’aimerai seulement retrouver un peu d’espoir et quand je dialogue avec des êtres ouverts et bienveillants, cela m’aide.
    En ce qui concerne l’histoire, puisque vous ne souhaitez pas me parler et que vous dites la connaître, revoyez les classiques vous comprendrez alors ce que j’ai voulu dire. Oui les Français ont gagné, c’est un fait historique, mais les choses, à certains moments, auraient pu tourner autrement. C’est tout ce que j’ai voulu dire.
     » il n’y a pas que vous qui avez des connaissances en histoire mais contrairement à vous je m’en sers comme support à ma réflexion » je ne comprends pas l’accusation donc je ne peux pas répondre.

    Pour Moméo, j’ai bien compris la leçon de droit, mais je ne peux répondre aux incohérences réelles ou supposées que vous soulevez. Il faudrait poser cette question à un indépendantiste.

  18. indépendantiste ou pas il aura le même problème à régler Etat or not Etat….yes Etat ,ONU etc..ok alors forcément le domaine public s’impose à tous .pas d’accord..ok alors merdier généralisé à prévoir
    désolé faudra grandir et accepter le s conséquences de ses actes

  19. Désolé pour mes propos qui vous en semblez hargneux, cela est dû à la mauvaise influence d’un contributeur propagandiste de ce site nommé Victor.
    ” il n’y a pas que vous qui avez des connaissances en histoire mais contrairement à vous je m’en sers comme support à ma réflexion” Je suis objectif sur l’histoire, je ne prends pas parti pour M. Pweita et ses ancêtres ni pour la France. Et si le guerrier Atai était arrivé à ses fins, et si les preneurs d’otage d’Ouvéa étaient arrivés à leurs fins, et si… et si… L’Histoire ne se fait pas avec des « et si », elle est comme elle est.

  20. Tu as raison, il faut être objectif en histoire et elle ne se refait pas avec des si. Ce qui m’a fait écrire pour Ignace, c’est que j’ai lu son histoire avant qu’il ne me la raconte. Ce qui objectivement m’a conduit à penser qu’il dit vrai. Si j’en ai dit moins que d’autres, c’est parce que j’en sais moins que celui qui a écrit sur le site des nouvelles. De plus, étant femme et mère, je dois plus que d’autres, éviter d’écrire ce qui peut allumer le feu.
    Je ne veux pas refaire l’histoire, mais c’est être objectif, concernant l’insurrection, que les Kanak sont passés près de la victoire. Si j’insiste, ce n’est pas pour te contredire, mais parce que l’histoire m’a appris que le vainqueur a toujours intérêt à considérer le vaincu, pour avancer vers une vraie réconciliation.

  21. demande lui de nous prouvais qu’il est l’ultime descendant de mon frère, a l’époque mon frère a perdu plusieurs de ces enfant donc Marc ne fessait pas partie de cela…

  22. la transmission orale fait partie du clan, pourquoi inventer les histoires, Ignace pourquoi mentir aux personnes ignorant de notre gouemba, les vraies qui ont le droit de porter le nom Paita ce sont ceux de la Tamoa.

  23.  » j’ai lu son histoire avant qu’il ne me la raconte ». Voilà pourquoi je sais qu’il ne raconte pas n’importe quoi. Maintenant s’il à votre avis il dit des bêtises, le mieux c’est d’aller lui dire en face et pas sur un blog. Moi tout ce que je souhaite c’est qu’on laisse son terrain à Ignace et je ne veux pas remuer des histoires de famille douloureuses car chacun à sa place au pays des AND, il s’agit seulement en la circonstance de respecter l’ainé. Il va être dur de réécrire l’histoire car il y a trop d’archives et trop de gens vivants qui la connaisse. Celui qui sait les généalogie peut en quelques phrases rétablir la véritable hiérarchie de la parole et rappeler à certains qu’ils ne sont que les derniers arrivés sur la terre qu’ils pensent contrôler.La voix de la vraie coutume n’est pas encore éteinte.
    Mon conseil amical retrouvez la voix du consensus comme la coutume vous le commande.

  24. Maintenant, ma question sera la suivante:
    est-ce que nous sommes d’accord? La vocation de ce site est de devenir LE MUSEE (ou autre nom adequate…) DE LA COUTUME, qui porterait, ou non, le nom de QUINDO (comme le Centre Culturel est le Centre Tjibaou…)? Sommes nous d’accord sur le fond? je suis personnellement FAVORABLE a ce projet tres culturel, maintenant si il ne reste que le nom a definir, nous sommes a moitie parcours, non? Il va falloir se mettre d’accord et commencer a entreprendre les demarches pour la construction de ce MUSEE, non?… Si il y a des differents, mettons les a plat et surtout trouvons les solutions, l’important c’est que le MUSEE DE LA COUTUME DEVIENNE UNE REALITE, LE CONCEPT EST FORT, IL FAUT UN MUSEE DE LA COUTUME EN VILLE…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here