0c0b53d0fad6bb90e0aa47cb87485e29Que vous aimiez ou non l’école, le dimanche est souvent une journée difficile. La simple idée de devoir se lever aux aurores pour y retourner peut en décourager plus d’un, voire même faire peur. Chez certaines personnes, c’est une vraie maladie. Petite présentation d’un mal peu commun, la didaskaleinophobie.

Si vos dimanches sont davantage synonymes d’anxiété, de panique, de dépression même, alors il y a de fortes chances que vous en souffriez – ou ayez souffert, c’est selon -. Selon une étude menée par Burke et al, 1,3% des adolescents entre 14 et 16 ans et entre 4,1 et 4,7% des enfants âgés de 7 à 11 ans souffrent de cette phobie de l’école. 5% des enfants en âge d’aller à l’école, eux, ont été identifiés comme « refusant l’école ».

Et lorsqu’une peur viscérale s’insinue en nous, celle-ci peut se manifester de bien des manières : tenter de débrancher le réveil de maman, faire appel au Dieu de la neige – même en plein Été -, imaginer des scénarios invraisemblables, envisager de lancer une alerte à la bombe, faire semblant d’être malade ou même rêver d’être adulte ! Si vous souhaitez partager vos symptômes/astuces, les commentaires sont tout désignés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here