Son film « l’ordre et la morale » a pas mal déclenché de polémiques diverses et variés chez nouz’autes ! Ce buzz a t’il fait poussé Kassovitz  a croire qu’il serait incontournable aux césars ? rien n’est moins sur, en tout cas il y a de quoi se poser la question devant sa réaction totalement hallucinante via son twitter a l’annonce des nominations aux césars 2012.

Alors que Certaines équipes de films, notamment celles de « Polisse », « The Artist », « L’Exercice de l’Etat » ou encore « Intouchables » doivent être à la fête aujourd’hui,l équipe de « L’Ordre et la Morale »,l’est beaucoup moins.Si le long-métrage est nommé dans la catégorie « Scénario adapté », son réalisateur n’est visiblement pas satisfait et a décidé de le faire savoir par l’intermédiaire de son compte Twitter ce soir.

« Une seule nomination aux césars. J encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde » a ainsi tweeté ce soir le réalisateur du film, à qui l’on doit aussi notamment « La Haine » et « Les Rivières Pourpres ». Devant la vague de réponses des membres du réseau social, Mathieu Kassovitz a tenu à s’expliquer et a poursuivi : « Je m en fout des césars. Je n’y ai jamais mis les pieds. Je suis juste choqué par le manque d intérêt ».

« Je vous emmerde. Bonne journée. »

Le réalisateur a continué en indiquant « Je devrais faire des films plus simple », une pique qui semble directement adressée à la comédie phénomène de 2011, « Intouchables », qui a récemment intégré le Top 3 des films les plus vus de l’histoire dans notre pays. Puis, Mathieu Kassovitz a tenu à répondre directement aux utilisateurs de Twitter, avec des mots tout aussi crus. « Vous ne m aimez pas. Je ne vous aime pas non plus » et « Narcissique et prétentieux. Je le suis. Je l affirme. Je vous emmerde. Bonne journée. » a-t-il continué de tweeter.

Sorti en salles le 16 novembre dernier, « L’Ordre et la Morale » n’a pas attiré les foules malgré son budget de 12,8 millions d’euros. Fin décembre, moins de 150.000 spectateurs avaient été passionnées par ce long-métrage sur la prise en otage de gendarmes français en Nouvelle Calédonie, plaçant le film dans notre top 20 des flops de l’année. Mathieu Kassovitz va devoir tenter de remonter la pente en tant qu’acteur dans « La vie d’une autre », le prochain long-métrage de Sylvie Testud, en salles le 15 février prochain, aux côtés de Juliette Binoche.

16 COMMENTS

  1. Contrairement à ce qu’il ne semble toujours pas comprendre, il est bien l’auteur d’un film de merde…!!!
    Et c’est sans doute la raison de son échec….
    En ne voulant pas faire autre chose que la propagande il n’a pas peu atteindre son but….
    Un peu moins d’opportunisme et un peu plus d’honnêteté historique lui aurait peut-être permis de ne pas être parmi les 20 plus mauvais films de l’année, mais parmi les 50 daubes du moment….

  2. d’abord il nous a pété les roubignolles avec son film,
    mais maintenant il pète les plombs….
    voilà, justice a été faite.

  3. Moi j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi vous n’avez aujourd’hui de cesse de taper sur ce film alors que Calédonie ensemble, par la voie de P.Gomes l’a complétement soutenu … voici d’ailleurs ce que déclarait Ph.Gomes sur le sujet :

    « De la même manière que le préambule de l’accord de Nouméa a permis de mettre des mots sur des douleurs, le tournage de l’ordre et la morale retrace l’ ombre et la lumière de notre histoire coloniale ».  » ce film représente un symbole fort en Nouvelle Calédonie, et nous permet de repartir sur de bonnes bases, celles de la fraternité… » c’est ainsi que Philippe Gomes a décrit le sujet. « Bien sûr je regrette que le film n’ai pas put être tourné en Nouvelle Calédonie, mais ici au moins, on est en terrain neutre…c’est mieux ainsi » poursuit-il rappelant qu’une seule personne continuait à faire obstacle à ce tournage, mais que cela se respectait.
    Il a également tenu a souligner que Paul Néaoutyne, président de la province Nord, soutenait également ce projet.

    Source : Tahiti info …

    Eric … Ph.Gomes parle de retracer « l’ombre et la lumière de notre histoire coloniale » … il parle de « symbole fort en Nouvelle Calédonie, permettant de repartir sur de bonnes bases, celle de la fraternité » … et toi tu parles d’un « film de merde » … « ne voulant pas faire autre chose que la propagande » …

    Tu m’expliques stp ??

  4. Quand à la diffusion du « film de merde »… « ne voulant pas faire autre chose que la propagande » … voici ce que déclarait l’un de ses producteur très récemment :

    « Selon Philip Boëffard, l’un des producteurs du film, une solution serait sur le point d’être trouvée. « On avait effectivement des problèmes sur l’exploitation du film car l’unique exploitant ne souhaitait pas le diffuser dans son multiplexe par peur de débordements. On a entamé des discussions avec lui et on est en train de trouver de nouvelles solutions à ce problème. Philippe Gomes nous soutient et va nous aider à trouver les bonnes solutions. Nous espérons que la raison prendra le dessus » a déclaré le producteur lundi. »

    Y aurait il des points de désaccord ??

  5. Les nouvelles de Tahiti du 10 septembre 2010 :

    ANA’A. Philippe Gomès, président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, s’est rendu hier sur le plateau tournage de « L’Ordre et la morale » à Ana’a, pour apporter son soutien au réalisateur Mathieu Kassovitz.

    Quel regard portez-vous sur ce film ?

    « J’ai rencontré, à Nouméa comme à Paris, les producteurs et le réalisateur de ce film. Je peux donc témoigner personnellement de l’investissement qui a été le leur. Ce projet est porté depuis longtemps dans la compréhension et le respect réciproques. Ils ont longtemps été en Nouvelle-Calédonie sur le site pour parler, expliquer, échanger avec les gens et mieux comprendre les choses. La démarche qu’ils ont engagée est exemplaire. Ils ont contacté l’ensemble des familles qui ont été endeuillées pendant le drame d’Ouvéa, aussi bien les familles des militants indépendantistes, que les familles des gendarmes et des militaires qui ont été tués. Ils ont engagé des démarches à l’égard de la population de l’ensemble de l’île, des autorités coutumières de l’île, de la commune d’Ouvéa, de la province nord et de l’ensemble des institutions du pays. Ça a été long mais ça va porter ses fruits. »

    Ça reste douloureux malgré tout…

    « Ça, personne ne le niera jamais. C’est si douloureux que parfois, dans le pays, c’est comme si on était écorché vif. Mais en même temps, ce film doit être comme les Accords de Nouméa. Dans leur préambule, ces accords reconnaissaient que, au moment de la colonisation, les populations kanaks ont été déplacées, que leurs langues ont été niées, leur patrimoine artistique volé, que le peuple kanak a été repoussé aux marges géographiques, économiques et politiques de son propre pays. En même temps, les accords de Nouméa disent que d’autres populations sont venues au fil de l’histoire depuis 150 ans : asiatiques, métropolitaines, polynésiennes, etc., et toutes ces populations ont permis au pays de jeter les bases de son développement. Les accords de Nouméa reconnaissent cette double légitimité, et le préambule a une très jolie phrase : il parle des ombres et des lumières de la période coloniale. Nous, Calédoniens, Kanaks, non Kanaks, indépendantistes, non indépendantistes, nous avons été capables de regarder en face cette part de l’histoire de notre pays sans la nier. Ce film doit procéder de la même manière : ce doit être notre capacité à regarder en face notre histoire, à en assumer cette part douloureuse, à en accepter les ombres et les lumières. C’est ce qui est en train d’être fait aujourd’hui par Mathieu Kassovitz et son équipe. » … ce film doit être comme les Accords de Nouméa

    Quel message aux Calédoniens qui participent au tournage ?

    « Je tiens à remercier les gens de Nouvelle- Calédonie, de Nouméa, d’Ouvéa, qui apportent une part de leur âme et de leur identité au tournage de ce film. Je tiens à leur dire que je les soutiens et les remercie. Je sais qu’ils doutent, qu’il y a des moments où ils se couchent le soir en se demandant si ce qu’ils font est bien. Je leur dis : vous faites bien de participer au film ! Vous faites bien pour notre pays, parce qu’il faut que nous acceptions collectivement de regarder notre histoire commune, quelle qu’elle ait été. Quand nous la verrons en face, avec un regard équilibré, nous pourrons alors parler de destin commun. »

    Qu’attendez-vous de l’oeuvre ?

    « Ce que je souhaite, c’est que ce film soit, non pas à la hauteur des attentes du marché, mais à la hauteur des attentes du peuple calédonien qui est en train de se construire. Cette construction n’est pas facile, et il faut que le film reflète sa réalité, parfois crue. Il faut donc que ce soit juste et équilibré. »

    Comment expliquez-vous la prise de position de Pierre Frogier contre le tournage en Polynésie française ?

    “Je ne porterai pas de jugement de valeur, je ne suis pas venu jeter de l’huile sur le feu. Je ne suis ni contre les uns, ni contre les autres. Je suis pour ce projet. »

    Regrettez-vous que le tournage n’ait pas lieu en Nouvelle-Calédonie ?

    « À titre personnel, j’aurais bien aimé. Mais je comprends la décision de l’équipe de tournage. Parce que sur place, en Nouvelle- Calédonie, il y a encore une opposition à ce film, certes ultra minoritaire, mais elle existe. Or, ce film ne pouvait pas être tourné en Nouvelle-Calédonie s’il n’y avait pas l’unanimité. Et puis il y a une deuxième raison qui fait que finalement, c’est intéressant que le tournage ait lieu en Polynésie française : c’est que les Calédoniens qui jouent dans ce film peuvent s’exprimer plus librement, loin de la pression environnante en Nouvelle-Calédonie. »

    Ça a le mérite d’être clair non ?!?

  6. Victor,
    moi j’en ai rien à foutre de ce qu’a dit Gomès,
    je n’ai pas besoin d’un homme politique pour savoir ce que je dois en penser.

    chacun est libre de croire aux fantaisies qu’il veut, genre « film symbole pour se réconcilier et repartir sur de bonnes bases » et blabla…

    va dire ça à ceux qui se font traiter d’enc. de blancs tous les jours…
    va dire ça à ceux qui chaque semaine retrouvent leur voiture volée incendiée
    etc etc

  7. Mais Mister Eric la phrase que tu sors là elle n’est pas de moi elle est de P.Gomes … c’est donc à lui qu’il faut dire : « va dire ça à ceux qui se font traiter d’enc. de blancs tous les jours… va dire ça à ceux qui chaque semaine retrouvent leur voiture volée incendiée »

    Dis moi sincèrement … parce que parfois j’ai l’impression qu’on ne vit pas au même endroit … :

    Tu te fais traiter d’enc. de blanc tous les jours toi ??

    Tu connais des gens qui, chaque semaine, retrouvent leur voiture volée incendiée ??

  8. Cette histoire de film, c’est le parfait exemple de ce qu’on te dit souvent…
    C’est parce que nous ne sommes pas ou plus en phase avec le RUMP que nous sommes totalement d’accord avec CE…!!!
    Il existe d’autres mouvements et il existe aussi la possibilité de donner son avis sans toute fois voter pour un parti !!!!

  9. il fallait comprendre :
    des gens différents chaque week-ends, pour les voitures volées,
    comme les insultes racistes.
    tu fais exprès de tordre le sens des phrases, tu n’es pas idiot à ce point-là quand même…
    ça doit t’amuser sans doute d’essayer de bloquer avec ce genre ce fantaisie qui ne prouve rien.

    ben dis-donc Victor,
    t’as pas l’air d’être au fait sur la vie en Calédonie ( ni les ploucs qui t’ont donné des points à ton comm d’ailleurs)
    t’as du rater les journaux et la télé qui récemment expliquait que les agressions à caractère raciste se confirmaient comme une nouvelle tendance inquiétante. ( et ça,même Madame la Procureure l’a dit )
    le web calédonien lui aussi en raconte pas mal,
    mais bon, Victor fidèle à lui-même, va nier les choses qui ne lui conviennent pas,
    c’est son éternelle façon de faire.

    c’est vrai, après tout, on doit pas vivre au même endroit,
    tu vis ou toi, à Tina Golf , à NGéa ?

  10. En tout cas je crois bien que c’est lui qui est emerdé,ce prétention ,c’est pas avec un film raciste qu’on peut avoir une récompense ,moi aussi je l’emerde des peids à la tête ,t’as qu’a changer de nationalité,on te retient pas

  11. Kassovitz est un mauvais réalisateur, et personne ne paye pour voir ses merdes, ca c’est une chose. Mais ca c’est pas grave des mauvais y’en a dans tous les domaines…
    Par contre ce qui est grave c’est que ce mec qui n’a jamais vécu en calédonie se permet de promouvoir sur pellicule et dans sa vie personnelle (drapeau flnks dans le jardin de sa maison en France) des opinions politiques d’un pays qu’il ne connait pas !!!

    Autre question, qui a financé cette merde ?
    Parceque si 1 centime provient de fonds pour la promotion des arts que ce soit de la France ou de l’Europe c’est encore plus grave, financer des merdes pareilles avec l’argent du contribuable, y’en a marre !

  12. Donc, puisque ce film est « une merde » (dixit certains intervenants), désormais, on dira que c’est un « kakassowitz ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here