L’ingérence de Nicolas Sarkozy dans le débat inter-calédonien

Je suis tombee sur un article fort interessant sur temoignages.re.. Je voous en fait le copie/coller integral parceque je pense que la lecture vaut le detour :-): Ecrit par Céline Tabou :

La Nouvelle-Calédonie, ancien territoire d’Outre-mer, dispose d’un statut particulier de large autonomie « de son propre genre » instauré par l’accord de Nouméa. Le nouveau référendum voté prévu, entre 2014 et 2019, par le peuple de Nouvelle-Calédonie portera sur son indépendance ou son maintien au sein de la République française. À trois ans du vote, Nicolas Sarkozy a choisi son camp. Il ne se comporte pas comme un président de la République, mais comme le porte-parole d’un parti politique.

En pleine période de tension, Nicolas Sarkozy est venu poser un problème qui n’est pas le sien. Lors de son discours, le chef de l’état français est sorti de son rôle de président pour donner son avis sur le prochain référendum. Nicolas Sarkozy, en tant que président de la République en visite officielle, a déclaré : « ici, en Calédonie, chaque force politique a sa préférence. Vous connaissez la mienne, qui va au maintien de la Calédonie dans la France. C’est un choix qui vient du cœur, et qui repose aussi sur la conviction que c’est l’intérêt de la Nouvelle-Calédonie ».

Retour sur le référendum d’autodétermination

En 1998, l’accord de Nouméa prévoyait le transfert de certaines compétences de la France vers la Nouvelle-Calédonie dans de nombreux domaines à l’exception de ceux de la défense, de la sécurité, de la justice et de la monnaie. Négocié après les accords de Matignon de 1988, l’accord a été signé le 5 mai 1998 à Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie. En novembre 1998, la consultation populaire a approuvé, l’accord de Nouméa à 72% des suffrages exprimés (taux de participation : 74%, blancs et nuls inférieur à 3%).
Un scrutin d’autodétermination sur l’indépendance ou le maintien dans la République française sera organisé à l’issue de cette démarche entre 2014 et 2019. La décision des Calédoniens déterminera la prochaine politique de la Nouvelle-Calédonie.
Dans un processus progressiste et ambitieux d’indépendance, les Calédoniens se sont dotés de symboles forts définissant une nation. L’an dernier, l’île a adopté un hymne, une devise, le graphisme des billets et un drapeau tricolore de l’étendard kanaky. Car comme l’a expliqué Anthony Lecren, ministre de l’Économie et du Développement durable dans le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et membre du parti indépendantiste Union calédonienne, « Pour nous, c’est très important, on est un peuple de symboles, de parole, on prend ça à cœur. Ça préfigure un état d’esprit nouveau : on est sorti d’une idéologie cloisonnée entre indépendantistes et non-indépendantistes ».

La Nouvelle-Calédonie maintenue dans la France ?

Voulant convaincre les Kanaks que « la France n’est pas un carcan qui oppresse, elle est un espace de liberté qui protège », Nicolas Sarkozy tente de convaincre en arguant l’atout économique de la France. « La Nouvelle-Calédonie peut s’appuyer sur le rayonnement international de la France dans ses relations avec ses voisins du Pacifique, peut emprunter sur les marchés aux taux qui sont ceux d’une grande puissance, peut compter sur la solidarité nationale lorsqu’elle a besoin » a indiqué Nicolas Sarkozy.
Cependant, la Nouvelle-Calédonie possède un atout majeur pour la France, son nickel ; c’est pour cette raison que Nicolas Sarkozy argue « La Nouvelle-Calédonie occupe une place essentielle dans le rayonnement de la France. Elle a besoin de la France, comme la France a besoin d’elle ». La Nouvelle-Calédonie est le second producteur mondial de nickel et en possède 30% des réserves mondiales.
Nicolas Sarkozy a déclaré « ici, en Calédonie, chaque force politique a sa préférence. Vous connaissez la mienne, qui va au maintien de la Calédonie dans la France. C’est un choix qui vient du cœur, et qui repose aussi sur la conviction que c’est l’intérêt de la Nouvelle-Calédonie ».

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Ingérence ? Mais tant que la Calédonie fait partie des territoires d’outre mer de la France, le président de la France a parfaitement le droit et même le devoir d’intervenir en Calédonie : nulle ingérence là dedans, juste son boulot …

  2. Si le discours sonnait vrai, je serai très heureux des propos du Président de la République, car moi ma préférence va pour la Nouvelle Calédonie dans la France et même plus. Je suis pour la départementalisation et l’arrêt de l’autonomisation qui nous conduit tout droit vers une indépendance à la mode vanuataise.
    Je serai très heureux si je ne pensais pas que ce discours sonne faux et que le Président de la République ne pense pas ce qu’il dit.

  3. Cet argument du Nickel revient toujours… on aurait pas peur de l’independance et meme tout interet à cette situation car ainsi la France arreterait de gagner de l’argent avec notre nickel… C’est cette meme idee qui font croire aux independantistes que la NC pourra vivre seule de son Nickel… Oui vivre, certes mais vivre comment ?

    Le monde malheureusement nous donne l’exemple de pays beaucoup plus riche que nous en terme de matiere premiere dans lesquels ils ne fait pas aussi bon vivre qu’ici … enfin sauf a me tromper je ne connais pas de Calédonienes ou Kanaks qui ont immigrés par exemple en Angola ou en Papouasie Nouvelle Guinée . Et ces deux pays sont l’exemple meme des pays qui sont riche par les matieres premiere et ou personne ne veut aller (sauf divers mercenaires au services de multinationales sans scrupules).

    Alors oui Eramet est francais, oui la NC ne tire pas toute la valeur ajouté du Nickel oui la France aime cette reserve minérale, mais quelle est la contrepartie ? Un systeme de santé performant, des ecoles , un haut niveau de revenu (par rapport au Etats voisin du pacifique), internet, compagnie aerienne internationale… des routes et j’en passe… tous les avantages d’un pays developpé (voire meme trop).

    Dans la nature parfois ce qui peut apparaitre comme un parasite est en fait le partenaire d’un equilibre, d’une symbiose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *