Finance et islam peuvent-ils faire bon ménage ? Kaouther Jouaber Snoussi, maître de conférence d’origine tunisienne en sciences de gestion, en est persuadée. À 36 ans, elle a été choisie pour codiriger le premier département universitaire préparant à un diplôme de finance islamique à Paris-Dauphine. Il ouvre ses portes le 20 novembre à une trentaine d’étudiants. La grogne de ceux qui ne voient pas d’un bon œil la poussée de la finance islamique en France l’a surprise : « Les Anglo-Saxons s’y intéressent depuis longtemps pour attirer les investissements du Moyen-Orient ! » Petite dernière de huit enfants élevés par une mère veuve qui n’est pas allée à l’école, elle est sensible aux débouchés que le droit financier musulman, présenté comme plus « éthique » – l’intérêt y est notamment prohibé -, peut offrir à un capitalisme en crise. « Ce master n’intéresse pas seulement les banques, mais aussi les étudiants qui veulent travailler avec leur pays d’origine. Et les femmes y auront leur place », promet-elle.

La-finance-islamique-enseignee-a-la-fac_mode_une

Voilà un progrès qui laisse perplexe!!??… En même temps, si ils n’arrivent pas à suivre les méandres économiques de leur pays , elle pourra toujours leur enseigner comment faire exploser des tours ….A bon entendeur …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here