Mon cher cousin,

Les routes australiennes, même celles du bush, sont certainement plus sûres que notre centre ville.

Tu ne vas pas me croire ! Le samedi 19 au soir, Place des Cocotiers, un petit Européen retournait à sa voiture. Au moment où il allait ouvrir la portière de sa Clio, un Mélanésien lui a arraché sa clé de contact et l’a balancée à un groupe de copains qui attendaient sur le trottoir. Ceux-ci ont aussitôt cerné la voiture et ont embarqué le petit mec qui s’est retrouvé sur la banquette arrière de sa Renault entre deux armoires à glace aux visages aussi sympathiques que des Pitbulls. Et le gymkhanak dans les rues de Nouméa a commencé. 130 à l’heure de squat en squat avec la caisse et son propriétaire comme trophées.

Le jeune homme a finalement été abandonné dans une rue sombre et sa voiture dans un sale état sur la route du Trianon. Le pauvre gars a quelques difficultés à surmonter l’épreuve aussi bien psychiquement que matériellement.

Après le rapt d’un employé de EEC et une balade forcée dans le sud qui aurait pu se terminer tragiquement, voici celui d’un jeune homme en plein centre ville. Lui aussi en restera marqué toute sa vie.

Kidnapper les conducteurs européens et bousiller leurs bagnoles semble être la nouvelle distraction à la mode de nos squatteurs. Demain ce sera peut-être une conductrice européenne qui sera enlevée et sa tournée des squats risque d’être encore beaucoup plus périlleuse que celle d’un homme.

Tu vois ce que je veux dire, mon cher cousin. Parfois je me demande si au-delà de la délinquance qui, à Nouméa, grimpe plus vite que le réchauffement climatique, il n’y a pas dans tout ça des manouvres pour soumettre la ville. « La révolution viendra des squatters à Nouméa. Ils sont intra-muros, ils sont dans les murs.

Avant, c’était difficile quand on était dehors.

Mais quand on est dans la ville. » a déclaré un indépendantiste au journal Le Monde (édition du 5 décembre 2009 : article intitulé : Les squats du Grand Nouméa, un phénomène urbain original).

Mais j’ai l’esprit mal tourné, tu le sais. De toute manière, délinquance ou acte prémédité, nous n’avons plus guère le droit de réagir. Je te raconte. Une de ces dernières nuit, les chiens de mon voisin se mettent à gueuler.

Il les lâche dans le jardin. Une ombre se carapate, une autre se fait coincer contre le mur qui protège la baraque. Mon voisin s’approche, l’ombre a une bombe de peinture à la main.

Un créateur, tu sais un de ceux qui salopent systématiquement notre ville et qu’un vieux ministre socialiste décorait comme des artistes. Quand notre voisin se retourne, il découvre l’ouvre du graffiteur. Sa piaule est magnifiquement décorée de signes cabalistiques.

Il fait mettre l’ado en slobard et utilise à son tour la bombe pour faire du body art sur le tagueur Il se prépare à passer au tribunal pour atteinte à la dignité humaine. Les parents du petit merdeux ont porté plainte au lieu de lui coller une bonne paire de baffes. Au tribunal, il sera peut-être à côté d’un locataire de l’immeuble à côté de chez nous.

Il rentrait chez lui avec sa copine quand il a entendu du bruit dans son appartement. Surprise !

Une ombre dans la cuisine. Il allume et s’explique avec l’intrus. Une solide correction, bien de chez nous. Lui aussi s’apprête à prendre le chemin du tribunal. Le voleur a porté plainte pour coups et blessures.

Ces deux-là n’ont pas compris qu’il ne faut pas mettre la main à la pâte mais téléphoner à la police.

Comme en Métropole où tout se passe si bien ! Maintenant on nous demande de faire du renseignement à la place des forces de l’ordre, sauf que ceux qui suivent ces consignes ont vraiment l’impression d’un gros foutage de gueule.

Ainsi la nuit du réveillon, il n’y avait sur Nouméa qu’un fourgon de la Nationale avec trois personnes à bord et autant dans un fourgon de la Municipale. Un peu maigre pour que l’ordre règne à Nouméa-City.

Tu pouvais toujours téléphoner quand il y avait le bordel devant chez toi comme ce Nouméen qui, à trois heures du matin, a vu les choses dégénérées à Magenta Plage sans qu’aucun gyrophare ne vienne trouer la nuit malgré ses appels. Sachant peut-être les faibles effectifs de police disponibles, les ombres se sont acharnées sur notre quartier de Magenta Ouémo, visitant les parkings des immeubles, brisant les vitres des bagnoles pour récupérer ce qui pouvait l’être, surtout les autoradios.

Et à Tina, un jeune homme de 17 ans qui ramenait des amis a vu le pare-brise de sa voiturette exploser suite à un caillassage en règle devant le foyer vietnamien.

Chaque fois, mon cher cousin, il n’y a bien sûr aucun lien de cause à effet avec les squats qui prolifèrent. Squats dans lesquels, les fourgonnettes municipales servent le week-end de véhicules vide-ordures.

J’ai pu voir devant le squat du soleil, les occupants d’un véhicule municipal après une tournée dans cette résidence les pieds dans l’eau, déposer des sacs de déchets au bord de la route.

Maintenant l’endroit sert de dépotoir aux squatters. Mais comme le dit Karembeu dans le dernier numéro de Géo : « Les Canaques ont toujours été très écolos ».

Pour s’en convaincre, il suffit de voir l’état de la mangrove devant le squat. J’ai bien apprécié ta description des news sur Channel 7 à Brisbane. Surtout l’histoire de cette ado picolant avec son boy friend et qui, prise d’une envie pressante, s’est soulagée dans Anzac Square, l’équivalent de notre square Olry à nous, dis-tu.

Exploit qui lui a valu 150 $ d’amende et sa sortie du tribunal en pleurs filmée par la télévision. Si nous en faisions autant ici, il faudrait que RFO passe son journal du soir d’un quart d’heure à trois heures.

Bientôt tu seras dans le désert. Prends soin de toi. Pour nous ça devient de plus en plus difficile. Nous naviguons entre l’écourement, l’abattement et la révolte.

Qui l’emportera ? Avons-nous encore le minimum de volonté pour nous opposer à l’insécurité, qui n’est pas, crois-moi, seulement un sentiment à Nouméa ?

Ronald de Katiramona

17 COMMENTS

  1. Je soutient a 100% cet article! Vivant maintenant au USA depuis quelque mois pour les etudes, j’ai bien remarque’ le changement de vie. Les gens de NC me demandent souvent de faire attention, que je peux me faire tuer par balle, qu’il y a des gangster partout… Et ben non!! Jme sens largement plus en securite’ ici qu’a Noumea. Aucun probleme a marcher dans la rue et pas a d’insulte raciale quotidienne. Les poubelles ne sont pas la pour decorer et les trottoirs sont nickel. Tout est propre et tout bien cadre’. Les place handicape’ sont toujour libre et les personne qui ont des difficulte’ motrice ont toujour un vehicule a disposition. C’est beau tout sa, « mais c’est l’amerique, ya rien avoir avec Noumea » comme on me l’as souvent dit. Ben pourtant pour moi c’est des humains. Tout le monde fait des efforts et puis de toute facon il n’ont pas le choix. 100 000f d’amende pour un bout de papier par terre, 30 000 pour un feux grille’, des patrouilles et controle partout. Les flics feignants sa existe partout, de toute facon c’est dans la nature humaine, mais ceux qui sont motive’ donnent du resultat, USA ou NC c’est pareil. Les moyens sont la, pour une dame qui ne donne pas de signe de vie (mais pourtant saine) c’est 4 patrouille, 2 camion de pompier et une ambulance (et un voisin de bonne volonte’). Mais il faut des sous pour tout sa!! certe, si seulement les artiste cite’ plus haut arretaient leur expression sur les mauvais mur, la mairie gaspillerai moins d’argent a les effacer, de meme que pour la destruction des biens public. Cet argent pourrait meme servire a construire des batiment pour divertir les jeunes au lieu de reprendre un malheureux ex-cinema. Et quelle motivation pour ces artiste? « On est delaisse’ les dirigeants qui ne pense pas nous et patati patata »… on en fait des chansons d’ailleur sur MCM. Ben comme jlai dis plus haut, les dirigeants sont trop occupe’ a reparer les conneries. Un cerle vicieux, un discour sans fin… j’arrete le mien ici
    Desole’ pour l’absence d’accent mais clavier QWERTY oblige

  2. Bonjour,

    J’habite en Province Sud, dans la commune de Dumbéa, plus exactement. Le constat que tu fais sur l’insécurité qui règne sur Nouméa est très alarmant. Quant aux exemples que tu donnes, je n’en avais jamais entendu parlé auparavant. Ce problème repose sur les médias qui ne diffusent presque jamais, pour ne pas dire jamais les faits divers de ce gnere pourtant nombreux. Je suis tout à fait d’accord par rapport à l’insécurité qui règne en ville. Moi-même, il m’arrive parfois de cerner autour de moi tous les individus un peu étrange lorsque je me promène en ville.
    Mais, quelque chose me perturbe dans ton article : c’est cette ironie mal placé vis-à-vis des kanaks et des squatters. Je comprends que tu sois en colère, mais rien n’empêche que l’on reste correcte et respectueux de tout le monde, sans exception. Rien n’empêche de dire la vérité ne termes objectifs !!! Ton article reflète ton sentiment de rage mais le respect d’autrui est justement la Première valeur à avoir pour améliorer les choses !!

    Quant à la volonté d’en tu parles pour lutter contre l’insécurité, elle existe. Mais ce n’est avec le discours que tu tiens des autres que les gens concernés vont changer, bien au contraire.
    La JEUNESSE CALEDONIENNE est pleine de vie et d etalents, utilisons-la à bon escient !!
    Voilà, avec tout le respect que je te dois, à bientôt !!!

  3. J’hésitais avant de me lancer. En lisant cette fameuse « lettre » et la réponse qui suit je me dit après tout pourquoi pas! Je rentre de vacances des USA où j’y ai passé presque 1 mois (déc/janv) avec mon épouse. C mon premier voyage chez l’oncle Sam. Avant d’y aller, j’étais très inquiet sur notre sécurité: est-ce que rien ne va nous arriver là-bas? On est tellement gavé par les films américains qu’on a vraiment du mal à décoller du caillou pour aller chez eux car après tout (pense-t-on), on est plus en sécurité ici. Eh bien non. Grande était ma surprise en découvrant les EU et comme le dit si bien Nemcho, on se sent plus en sécurité là-bas qu’ici. Figurez-vous qu’à New York où on croise des millions de personnes dans les rues, dans les métros,… 24h/24h, à aucun moment nous n’avions été inquiété. Deux anecdotes, à NYC, mon épouse, après un bon moment de marche dans les rues complètement encombrées de monde, ne s’était pas rendue compte que son son sac à main accrochait à son dos était ouvert. Eh bien sachez que rien n’a été volé. En clair, zéro pikpocket. A Grand Canyon, dans un lieu public bondé de monde, la portière du véhicule (côté chef de bord) de location était restée ouverte durant 2 heures et RIEN n’avait été volée et Dieu sait que nous avions tous nos effets perso ainsi que nos papiers et argent à l’intérieur. Grosse frayeur à notre retour de visite. Tout était là et intact. Imaginez si c’était chez nous! Pauvre de nous. En toute honnêté, à aucun moment je n’avais sentis que nous étions dans une insécurité aux EU. Allez-y faites un tour et vous verrez.

  4. Pour info je suis une kanake et en lisant cette lettre j’ai été vraiment déçue de constater que certaines personnes se permettent de généraliser la jeunesse kanak comme délinquante.

    En effet peut-être que nous vivons en nouvelle calédonie, mais il ne faut pas mettre la jeunesse kanak comme principale cause de délinquance sur nouméa. Nous ne sommes pas des sauvages. Des blancs, des wallis ou autres vivent sur le caillou et pour dire que si vous allez dans certains quartiers dont je ne citerais pas le nom vous verrez que ce ne sont pas que des KANAKS comme vous dites qui font de la délinquance.

    Respect pour nous KANAKS

    Cordialement,

  5. Bonjour ! la petite jeunesse qui à mie le feu à un booster du coté de Tina ( quartier chique) cramé la bagnole du propriétaire et mie une famille à la rue en pleine nuit ?? c’était pas des kanak !! alors ! arrêtant de généralisé ! la délinquance , le rascisme et tout ce qui pue, dans cette société de merde na pas de couleur ! Peace !

  6. Peut-etre qu’un canaque pourrait -il exprimer son avis concernant le manque de réaction des responsables politiques indépendistes au sujet des caillassages de saint-louis?
    Est ce une statégie pour en faire partir d’autres?
    (En tout cas cela ne se passerait pas à Fiji)

  7. Peut-etre aussi pourrait-il me dire pourquoi ici les jeunes canaques marchent avec un visage souvent dissimulé par quelque bonnet,capuche,vetement ou autres,sans qu’aucune tutelle n’y voit à redire,pas meme l’homme canaque de la rue bien intégré?
    Il est bien entendu que cela ne prete à aucune interprétation,n’est ce pas.
    Pour ma part,une telle attitude de mes proches me ferait honte.
    Pourquoi toujours à Fiji,les mélanésiens eux paraissent plus ;normaux ,propres ,et mieux éduqués?

  8. cette après midi ce n’était pas un squatt et pourtant des cannettes flottaient sur la mer, des bouteilles de coca jonchaient le bord de plage, des sacs platisques volaient au vent, des mégots étaient disposer un peu partout avec des restants d’assiettes en plastique, c’était pas un squatt c’était à Anse Vata……

    • C’est quoi cette comparaison avec fiji, ils sont indépendants depuis plus de 30ans. Ils sont bien dans leurs basket….. Et St Louis? les zoreilles connaissent l’histoire de StLouis?

  9. Le plus difficile est la reconnaissance.
    Nous avons chez nous, la particularité d’avoir deux systèmes qui se côtoient ou du moins qui essayent.
    L’un, âgé d’à peine 232 ans (premier contact à Balade), qui nous apporte le confort individuel que chacun use et abuse, et qui chaque jour nous entraine d’avantage vers un future mondial incertain. Il s’appel « capitalisme ».
    L’autre, ancestrale, celui de la coutume, fondé par les liens de l’homme à la terre durant des temps immémoriaux, originel.
    Certains disent le Kanak fainéant… eux doivent les gérer tous les deux… et au quotidien.
    Que tous les blancs (Caldoche, Javanais, Tahitiens, Wallisiens, Vietnamien…etc) reconnaissent au moins qu’avant leurs arrières arrières grands parents, il y’avait les arrière arrière arrière arrière arrière arrière… grands parents de tous les Kanaks d’aujourd’hui.
    Le plus difficile est la reconnaissance.
    Pour tous ceux qui ont vue « Avatar » et qui ont aimé son scénario, vous n’avez aucune excuse de ne pas comprendre certaine violences. C’est normal. Que peut faire l’Indien contre l’Amérique, l’Amazonien contre le Brésil, le Penan (de Bornéo) contre l’Indonésie, le Tibétain contre la Chine…etc ? Tous ces peuples terriens auquel le système (Babylone) leur a inhibé le droit légitime à la terre. Mais « à chaque chose il y’a son retour » et traduit en français sa donne « qui sème le vent récolte la tempête ».
    Ici, le rapport de force n’est pas le même et tout ça finira comme au Timor… si toutefois la nature nous en laisse le temps.
    Le plus difficile est la reconnaissance.

    PS : Je suis un « blanc ».

  10. Bon, certains disent les "blancs" généralisent. Déjà, ce type de commentaire colorisé donne une idée de celui qui le fait.

    Ensuite, on ne peut malheureusement nier qu'un "blanc" qui croise seul un groupe de jeunes kanaks (j'ai pas dit noirs…)s'entend généralement saluer par un "sale enc…. de bâtard de blanc".

    Vous les kanaks qui vous ditent outrés par le fait que les "blancs" généralisent, je n'entends que votre silence sur ces agissements.

    Vous êtes aussi faux que les leaders indépendantistes qui laissent croire qu'ils oeuvrent pour un destin commun et en fait préparent un apartheid dans lequel ils auront d'abord éduqués leurs jeunes dans la haine du "blanc". Leur silence complice cautionne les agissements de Sanit-Louis, comme votre silence. Votre coutume, vos clans si prompts à revendiquer une terre dès qu'elle commence à sentir le fric, où sont-ils quant ils s'agit de démontrer leur réelle importance et la crédibilité de leur autorité ? Aucun coutumier ne pointe son nez à saint Louis pour ramener la paix, ou alors faut il en conclure que ce qui s'y passe leur convient ?

    connaissez vous le sens du mot apartheid ? Je crois que oui, je crois que vous avez compris que c'est ce que en réalité destin commun veut dire ici, et ça vous arrange.

    Alors ayez au moins le courage de l'assumer au lieu de clamer que les "blancs" généralisent….

  11. Apartheid ? Je pense que tous peuples (autochtones ou pas) dans le monde l’ayant subit savent ce que veut dire ce mot… tout comme ceux qui, il n’y a pas si longtemps de ça, l’ont appliqué ici !!!

    Le temps efface tout, mais il faut du temps.
    Et en attendant, on appel ça « sillon génétique ».

    Au fait, St Louis a été crée comme réserve du temps de l’appartheid… mais en ce temps là, NELSON n’était pas aussi populaire.

    Nono, tu dois être « promoteur immobilier » dans la vie.

  12. Bonom franchement tu vaux pas mieux que le machin qui nous a pondu sa lettre de parano/facho. Vous êtes dans l'extrémisme tous les deux et n'êtes là que pour foutre votre merde, moins y'en aura des comme vous mieux on se portera en Calédonie. D'ailleurs tu aurais pu t'abstenir de dire que t'étais blanc, ça ne te sert pas du tout! On sait tous pour la plupart que les plus grands semeurs de zizanie sont les zoreils lèchent culs et autres blancs becs qui ne voient de l'histoire que ce qui les arrange pour se faire bien voir des kanak. Tu sais au moins de quoi tu parles en mettant les caldoches, viets, javanais d'un côté et kanak de l'autre? Si t'étais moins con tu saurais que la plupart d'entre nous descendons AUSSI des kanak alors par pitié ferme la et va réviser autant sur l'histoire que sur le présent.

    • Mais encore…

      Cappucino, si tu veux que je rentre dans ton jeu il faudra "vomir" et non "cracher". Allez !!!! Un effort !! T’é pas assez insultant !!
      Fait tomber le masque que tu gardes devant les gens et fais nous lire ton vrai visage !!

      PS: JE SUIS UN BLANC !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here