Alors qu’il lui faisait un câlin, un papy entend “le vent souffler dans le cerveau de son petit-fils” et lui sauve la vie. Une très belle histoire.

Oui, l’amour peut sauver quelqu’un. Démonstration avec cette superbe anecdote racontée ce lundi 7 janvier par le médecin et romancier Baptiste Beaulieu sur les ondes de France Inter.

Un soir, pendant les fêtes de Noël, une infirmière en pédiatrie voit débouler un papy accompagnant son petit fils de trois ans à l’hôpital. « J’entends le vent souffler dans le cerveau de mon petit-fils  », explique le grand-père à la soignante. Est-il en train de dérailler ? Pas du tout. L’amour qu’il ressent pour le gamin l’a juste mis sur la bonne piste… Regardez :

« Le motif d’entrée aux urgences semble cocasse (…) mais ce câlin d’un vieil homme à son petit-fils lui a probablement sauvé la vie.

L’enfant avait une malformation artério-veineuse cérébrale qui s’était manifestée très discrètement, mais que Papy a entendu et que les soignants ont su détecter à temps. Il a été opéré le lendemain. Et l’infirmière, ce soir-là, me dit qu’elle emporte ce cas comme la preuve que l’amour d’un grand-père peut sauver une vie.

Et si je la partage ce matin, c’est juste parce que, dans la vie, globalement, on manque de munitions contre le cynisme qui nous guette parfois. Surtout quand on est soignant. »

Un câlin peut donc sauver un enfant. Une raison de plus pour ne jamais, jamais en être avare… Merci Baptiste Beaulieu de relayer ce genre d’histoire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here