La route de la servitude

« Vous, chers Bulgares, vous préférez envoyer vos enfants à l’étranger plutôt que de prendre la rue et de dire ce que vous pensez », écrit le blogueur bulgare Nikolay Florov sur le portail Sbobodata (via Google Translate) :

« Vous regardez, pendant qu’une bande de bandits, nés des cendres du communisme, façonne votre vie et vous force à vivre derrière des portes de fer et des fenêtres barrées. Vous payez vos pots de vin sans faire d’histoire et vous cédez facilement à la compromission parce que c’est ce que les politiciens veulent que vous fassiez. (…) Ils vous prennent pour des idiots et vous jouent la comédie. Mais si vous n’avez pas encore compris cela, alors vous ne méritez rien de mieux. Parce que tant que vous resterez ainsi les mains dans les poches sans rien y faire, cela continuera. Jusqu’à ce qu’un jour vous réalisiez que vous vivez parmi des étrangers, et plus dans votre propre pays, parce qu’il y aura longtemps qu’ils vous auront confisqué votre patrie. Et non seulement votre patrie, mais aussi celle de vos enfants.”

C’est curieux j’ai l’impression que ça pourrait aussi s’appliquer ailleurs qu’en Bulgarie.Pas vous?

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Eeeehhhh mais oui dis donc….
    Depuis le temps que nouzôts on n’dit à eux….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *