Ce mardi ( donc demain pour la metropole) voila quel sera la une du journal liberation ( an avant premiere sur Cagou.com)

Alors selon vous ca va le faire ..ou pas ?

en tout cas c’est dans le nouvel obs que l’on pouvait deja lire qu’au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, les cadres du Front national ont déballé leurs nouveaux éléments de langage : la fin de l’UMP.
« Il y a là une force hétérogène, qui à l’intérieur d’elle-même a les idées les plus contradictoires. Elle va très certainement imploser après ces élections. Une recomposition à ce moment-là se fera sur des idées, pas sur des appareils. » Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, Louis Aliot, vice-président du Front national, détaille son analyse sur l’état de l’UMP sur les ondes de France Info. Ni plus, ni moins, les cadres frontistes prophétisent la fin du parti majoritaire.
« L’inévitable recomposition des forces politiques »

Louis Aliot poursuit :
On veut parler à cet électorat, et nous voulons que lors des élections législatives il y ait une majorité sur des idées qui se fasse sur notre programme, pas sur le programme des autres ».

Sans la citer directement, le compagnon de Marine Le Pen fait un clin d’œil à la Droite populaire. Ce collectif de députés et sénateurs UMP s’est fait connaître pour ses positions… très à droite. Le comportement de ses membres en cas de triangulaire (gauche-droite-extrême droite) aux législatives sera surveillé de très près. Le collectif vient de lancer un appel, signé par 26 de ces 43 membres, aux électeurs du Front national. Dans ce communiqué, les députés et sénateurs exhortent « tous les patriotes » à « faire barrage » à François Hollande au second tour.

L’objectif est clair pour le Front national, qui n’a aucun député à l’Assemblée nationale. « Plus il y aura de députés FN, plus il y aura une opposition à l’UMP et au PS. 20% du corps électoral mériterait d’avoir une représentation à l’Assemblée nationale. » Pour autant, Louis Aliot affirme que le parti « ne cherche pas des accords bilatéraux avec l’UMP ». Le vice-président du Front national appelle les électeurs à se préparer à « l’inévitable recomposition des forces politiques, de gauche comme de droite ».
« Une nouvelle droite est née »

Dès dimanche soir, Gilbert Collard, président du comité de soutien à Marine Le Pen, déballait déjà les nouveaux éléments de langage du parti. « Une nouvelle droite est née, une droite moderne capable d’appréhender et de régler tous les problèmes du XXIe siècle. » Gilbert Collard veut parier sur l’avenir et sur les élections législatives de juin. « Il y aura un rassemblement bleu marine partout avec les gens de droite et de gauche qui ont compris que le système est fini, et qu’il faut le changer démocratiquement. »

Marine Le Pen, dans son discours au soir du premier tour, estime que son parti est en passe de devenir la seule force d’opposition en cas de victoire de François Hollande.
Face à un président sortant, à la tête d’un parti considérablement affaibli, nous sommes désormais la seule et véritable opposition à la gauche ultralibérale, laxiste et libertaire. »

La présidente du Front national, forte de son succès, n’a que l’avenir en tête. « Rien ne sera plus jamais comme avant. Dans ce grand élan de fraternité que nous incarnons, nous imposerons le grand changement que vous attendez.  »
« Nous sommes sur une rampe de lancement »

Steeve Briois, secrétaire général du Front national, continue de propager les éléments de langage, lundi, depuis la permanence d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) : « Notre objectif est de transformer l’essai. Nous sommes sur une rampe de lancement, vous avez assisté à la première fusée hier soir. La seconde fusée sera les législatives, parce que plus rien ne sera comme avant ». Il prédit « une recomposition politique autour du Front national ». Le secrétaire général du parti l’affirme : l’objectif de Marine Le Pen est de « faire entrer la voix de la France au Parlement ».

Pour faire passer le message aux Français, une dose d’humour peut aider. Quand Louis Aliot apprend que Nicolas Sarkozy veut organiser un « très grand rassemblement » pour le « vrai travail » sur le Champ-de-Mars le 1er mai, le compagnon de Marine Le Pen ne tient plus : « Il a commencé à utiliser notre thématique depuis déjà longtemps. Aujourd’hui, il nous reprend l’idée du rassemblement pour la fête du travail pour le 1er mai. Je pense qu’on va peut-être lui livrer une perruque blonde parce que manifestement il aura la panoplie complète pour aborder ce deuxième tour. »

2 COMMENTS

  1. SARKO, IL EST MORT ! ET LA BNC, AUSSI, J’ESPERE, L’ARTICLE DU CLIENT (LA CLIENTE?) MECONTENTE A DISPARU, POURQUOI ?

  2. Le saviez-vous?
    Le 17 mai 2010, la Banque de Nouvelle-Calédonie (BNC) et la Caisse d’épargne (CE) ont annoncé officiellement leur fusion. Banque engagée en faveur du développement économique de la Nouvelle-Calédonie, la BNC finance, depuis 30 ans, les grands projets structurants tels que l’extension de l’aérogare de La Tontouta, le projet du massif de Doniambo ou encore les XIVes Jeux du Pacifique. « Avec cette fusion, nous réunissons les compétences des hommes et des femmes des deux réseaux pour une banque, en mieux, a précisé Sylvain Faure, directeur général de la BNC. C’est un projet mûrement réfléchi, qui consacre l’aboutissement du rapprochement de nos deux établissements. Depuis 2002, les deux banques appartiennent au même groupe et nos services ont été mutualisés ». Et depuis 2004, les fonctions support et administration sont communes, les services de production bancaire, de comptabilité et de gestion des ressources humaines agissant pour le compte des deux réseaux. La Banque de Nouvelle-Calédonie compte désormais 15 agences, ce qui la place au 3e rang des banques calédoniennes sur ce plan.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here