Douze heures après avoir perdu le contact avec l’Airbus A320 qui avait 162 personnes à son bord, aucune trace de l’appareil n’a été trouvée. Les recherches de l’avion d’Air Asia, disparu dimanche matin entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour, ont été suspendue à la tombée de la nuit.

Un Airbus A320 de la compagnie malaisienne à bas coûts Air Asia a disparu tôt dimanche matin entre l’Indonésie et Singapour avec 162 personnes à son bord. Les recherches pour retrouver la trace de l’appareil ou d’éventuels survivants ont été interrompues vers 19h30 (12h30 en France) en raison de la tombée de la nuit.

Le vol QZ8501 a quitté l’aéroport international Juanda de Surabaya, sur l’île indonésienne de Java, à 5h20 et devait atterrir à l’aéroport Changi de Singapour à 8h30, heure locale. «Jakarta a perdu le contact avec le vol Air Asia entre Surabaya et Singapour à 7h55» heure locale (soit 23h55 heure française), a indiqué un porte-parole du ministère indonésien des Transports, J.A. Barata. L’A320-200 transportait sept membres d’équipage et 155 passagers dont 16 enfants et un nourrisson, a précisé le directeur général de l’aviation civile indonésienne, Djoko Murjatmodjo.

A bord de l’appareil se trouvaient 155 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Français, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien, a précisé AirAsia dans une actualisation du décompte par nationalités.

Selon un communiqué publié sur le compte Facebook d’Air Asia, 149 Indonésiens faisaient partie des passagers, ainsi que trois Sud-Coréens, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien. Un Français était également à bord de l’avion, comme co-pilote de l’appareil. Une information confirmée par un porte-parole du ministère indonésien des Transports et par le ministère français des Affaires étrangères, qui précise avoir prévenu sa famille. «Nous sommes en contact étroit avec les autorités singapouriennes et indonésiennes au sujet des recherches et les assurons de toute notre solidarité», a ajouté le Quai d’Orsay.

Des cellules de crise ont été activées à l’aéroport de Changi à Singapour et à Surabaya pour accueillir les proches des passagers. A l’aéroport de Surabaya les noms des passagers ont été affichés. Une femme de 45 ans a déclaré avoir six membres de sa famille dans cet avion : «Ils allaient à Singapour pour passer des vacances. Ils ont toujours volé avec AirAsia sans problème. Je suis choquée par la nouvelle et très inquiète à l’idée que l’avion ait pu s’écraser», a-t-elle dit.

Le pilote de l’Airbus voulait «dévier» son plan de vol

Le pilote de l’Airbus A320 «avait demandé à dévier» de son plan de vol en raison de mauvaises conditions météorologiques, a indiqué de son côté Air Asia, ajoutant que «la communication avec l’avion a été perdue pendant qu’il était encore sous le contrôle des Autorités indonésiennes du trafic aérien (ATC)».

«L’avion était en bonne condition, mais la météo n’était pas très bonne», a souligné le directeur général de l’aviation civile indonésienne, Djoko Murjatmodjo. Selon la direction de l’aviation civile de Singapour, le contact a été perdu dans l’espace aérien indonésien, à «200 milles nautiques (environ 350 km) au sud-est de la frontière entre les régions d’information de vol de Jakarta et de Singapour».

Les recherches se concentrent sur une région entre l’île de Belitung et Kalimantan, sur le côté ouest de l’île de Bornéo, à mi-chemin du plan de vol prévu. Suspendues à la tombée de la nuit, elles devraient reprendre lundi matin. «Il commençait à faire nuit. La météo aussi n’était pas très bonne. Nous allons reprendre demain à 7 heures (23 heures en France) ou même plus tôt si la météo est bonne», a déclaré un porte-parole du ministère indonésien des Transports, Hadi Mustofa Hadi Mustofa

L’armée de l’air indonésienne avait dépêché deux avions et un hélicoptère pour effectuer ces recherches dans une région dans l’est de Java, au sud-est de Pangkalan Bun, dans la province de Kalimantan. Des bateaux étaient aussi en route. Un avion de transport militaire C130 de Singapour a également été dépêché, tandis que la Malaisie a indiqué avoir engagé des «moyens militaires».

L’Australie a de son côté promis de l’aide pour les enquêtes, de même que le constructeur européen Airbus et le Bureau d’enquête et d’analyse (BEA), l’Etat de construction de l’appareil étant la France.

Etrange ! tres etrange !

2014 restera une année noire pour l’aviation malaisienne avec la perte de deux avions de la compagnie nationale Malaysia Airlines. Le 8 mars, le vol MH370 disparaissait peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord. Sa disparition reste inexpliquée à ce jour. L’appareil se serait abîmé dans le sud de l’océan Indien, à court de carburant. Le 17 juillet, un autre Boeing de Malaysia Airlines, assurant la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, explosait en vol, vraisemblablement abattu par un missile pendant son survol de l’est de l’Ukraine. Il transportait 298 personnes, dont 193 ressortissants néerlandais.

L’Indonésie, archipel qui dépend beaucoup du transport aérien pour les liaisons entre ses 17 000 îles, affiche quant à elle l’un des pires bilans en Asie en matière de sécurité aérienne.

Décidément Malaysia airlines vend beaucoup d’allers simples :-))) Ok je sors >>>>

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here