« L’Académie Balzac », première téléréalité littéraire débarque en France.

60aab077d546e6bdba033f6feee6a9edLe concept de l’émission « L’Académie Balzac » est une première en France. Pendant près d’un mois, vingt auteurs enfermés dans un château et filmés 24h/24 devront travailler ensemble pour rédiger un roman. Organisée par les Editions du Net, cette première émission de « téléréalité littéraire » sera diffusée tous les soirs au mois d’octobre prochain.

Un château, des caméras qui filment 24h sur 24, vingt candidats enfermés : ceci n’est pas le descriptif d’un nouveau « Loft Story » en préparation, mais de la première téléréalité littéraire française. Baptisée « l’Académie balzac », l’émission mettra en scène vingt candidats qui devront rédiger un roman collectif en vingt jours.

Entre le mois de février et d’août 2014, les auteurs intéressés par le projet pourront proposer leur candidature sur le site de l’émission.  Seule condition pour postuler: avoir édité au moins un ouvrage.

L’émission quotidienne de 30 minutes sera diffusée à 19h, entre le 1er au 23 octobre.

Plus culturelle que Loft Story, « L’Académie Balzac » réunira tout de même les ingrédients traditionnels du sensationnalisme propre à la télé-réalité : une piscine chauffée et un spa seront ainsi installés dans le château de Brillac, perdu dans les vignes de Cognac en Charente.

Les téléspectateurs et les écrivains eux-mêmes devront également procéder à l’élimination des candidats, jusqu’à ce qu’ils ne soient plus que dix à continuer l’aventure.

Le roman collectif sera révélé lors d’un Prime Time, le 24 octobre, à l’occasion de la Journée du Manuscrit. Le roman sera édité aux Editions du Net et proposé aux comités de lectures des grandes maisons d’édition.

Comme le rappelle France TV info, ce n’est pas la première fois qu’une émission de télé-réalité littéraire est lancée en Europe. En novembre dernier, la chaîne italienne Rai 3 a diffusé l’émission Masterpiece, la première « téléréalité du livre » dans le pays. Les 70 candidats retenus devaient présenter et lire quelques pages de leur manuscrit devant un jury, un panel de professionnels du monde de l’édition. Le vainqueur s’est vu récompensé par la publication de son livre chez l’éditeur Bompiani, diffusé à 100 000 exemplaires.

Cagou a déjà une favorite et a réussi à décrocher une interview exclusive.

1)      Bonjour Fausta, Comment vous est-il venu l’idée d’écrire ?  Quels sont vos motivations pour l’écriture ? Pourquoi écrivez-vous (passe-temps, passion,.. )?

Dans mon cas c’est assez particulier! J’ai toujours aimé l’écriture mais je n’ai jamais osé me lancer. Je m’en jugeais incapable. Puis il y a bientôt 3 ans j’ai perdu mon grand frère dans des circonstances tragiques.

J’ai cherché longtemps comment me venger d’une douleur qui m’a été infligée par d’autres … et j’ai décidé de le faire avec ma plume …Ce livre c’est surtout l’histoire d’une détermination féroce, l’histoire toute simple d’une sœur qui veut faire justice, pour que les derniers mots de la vie de son frère ne soit pas mensonges et cruauté.

Ma victoire serait que l’on achète sans l’ombre d’une hésitation, cette lutte avec moi!Je tiens d’ailleurs à remercier les Editions Sudarenes qui ont cru en mon livre et David Martin.

2)      Combien de temps avez-vous pris pour écrire.

Clairement j’ai écris ce livre en enfer !Il m’a fallu 2 ans et demi. Le premier jet fut le plus douloureux, d’ailleurs une amie présente dans toutes les étapes m’a très justement dit : ” au départ tu y as mis tes tripes , à la fin tu y as rajouté ton âme “… Mais voilà ce ne fut pas sans difficulté.

Je comprends que mes pages dérangent,  mais j’espère surtout qu’elle donne envie de partir en croisade avec cette sœur, touchante de révolte et surtout d’amour pour ce frère qu’elle n’a pas pu sauver, tout d’abord de ses propres démons, mais aussi et surtout de cette femme .

3)      En l’écrivant, aviez-vous conscience des réactions qu’il pourrait susciter ? Est-ce que cela a influencé votre écriture ? qu’en a pensé votre famille ?

Oui et ça me hante encore…J’ai essayé justement que cela n’influence pas mon écriture, ni dans l’excès de ” haine” ni dans ” la culpabilité”.

Je ne sais toujours pas ce qu’en a pensé ma famille ! La sortie nationale est prévue pour le 1 mai ( ndlr: date anniversaire de la mort de son frère) je saurais à ce moment la :-). Ma mère n’est pas prête encore à le lire, la perte de mon frère est bien trop fraiche.

4)      Est-ce que vous avez fait des études ?

J’ai passé un baccalauréat littéraire mais immédiatement je me suis inscrite en droit ou j’y ai souffert jusqu’en licence. Je regrette sincèrement cette erreur d’orientation car après ce choix et malgré mon amour des livres, des mots, de l’écriture, et à cause d’une mentalité bien “académique”, je ne me suis jamais lancée car justement je pensais n’avoir aucune légitimité.
Comme si les diplômes ou le cursus étaient en soi une autorisation absolue et incontournable.

5)      Quel(lles) auteur(es) vous inspire  ?

Je suis fan  de Stephen King, Maxime Chattam, Koontz, Weber et autre Dan Brown… J’ai lu l’œuvre intégrale de F.S.Fiztgerald, j’adore Albert Cohen et j’aime toujours dévoré un bon Mary Higgins Clark :-)

6)      Vous êtes-vous découvert une vocation ?Comptez-vous écrire un autre livre ?

On va plutôt  dire que j’ai redécouvert une vocation . Effectivement un autre livre est en cours !

7)    avez-vous peur de la critique littéraire ?

Bien sûr … J’ai l’impression abominable de m’être mise complètement nue, ce qui est d’autant plus perturbant !

Ce qui me sauve c’est que je n’ai aucune prétention de quelques ordres que ce soit et que je pars du principe que toutes critiques, à partir du moment on elle est constructive, est bonne à entendre !

Et bien Fausta merci et  il ne nous reste plus qu’a vous souhaiter bonne chance !!!

Nous on vote pour vous  Sur :
http://www.academiebalzac.fr/_fausta_.html

Ci-dessous le trailer de son livre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *