Le temps s’est écoulé depuis ce fameux match de boxe.

 

Les jours qui suivirent furent difficiles pour Yanno, heureux pour Lagarde et son mentor, fastes pour votre serviteur.

 

Reçu en grandes pompes, tel l’ancien combattant, j’ai eu les honneurs de celui, qui avait voulu y croire. PG voulait à tout prix rencontrer ce Boynaku qui avait produit ce merveilleux texte prémonitoire lorsque lui, le chef, le gourou, se prenait la tête entre les mains en se disant « je suis foutu ».

 

Belle rencontre, éloquente, instructive pour quelqu’un, comme moi, qui parle peu mais qui écoute. Quelle soirée ! Que de ramages, à défaut de beaux plumages ! La cour du roi était là, bien présente, serrée comme il se doit. Il y avait deux journalistes, sortis de leur habituel métier pour endosser le costume de militant, informés comme il se doit. Il y avait deux beaux parleurs de la Cour, hommes lettrés à la verve pleine de circonvolutions, pédants comme il se doit. Il y avait le fou du roi, malin et roublard, vicieux comme il se doit. Et puis il y avait le chef, pétaradant, paradant, s’amusant, en retard comme il se doit. J’oubliais le chauffeur du chef, dans la rue comme il se doit.

 

Moi, humble membre du humble MRC, je me voyais catapulté dans les stratosphères de ceux qui comptent sur Calédosphère. On avait pris soin de me coopter, accompagné que j’étais par celui que je considérais comme un ami, secrétaire général du MRC, qui avait ses entrées et qui avait dévoilé mon identité, pour la bonne cause bien sûr.  J’ignorais encore, naïf que j’étais, ses arrières pensées.

 

Ce qui fait de PG un chef c’est qu’il fume le cigare. Si possible en public, et idéalement dans un lieu confiné. Et lorsque la cour, suffocante, étourdie par les volutes, continue de faire semblant de rire aux mauvaises plaisanteries du chef, alors PG mesure avec satisfaction peu dissimulée la puissance de la relation établie avec ceux qui pensent être ses proches.

 

Pour ceux qui peut-être me lisent et votent pour lui, savez-vous ce que pense PG des électeurs, la façon dont il en parle en fin de repas ? La pudeur m’oblige à ne pas le répéter, mais à coup sûr, si je le faisais, vous ne voteriez plus pour lui.

 

Je suis reparti de cette soirée réconforté. PG était bien tel que je l’imaginais. J’ai retrouvé mes camarades, mon président, avec le plaisir de ceux qui ont levé le dernier doute. Mon ancien ami ne m’a jamais pardonné…

 

Le temps a passé. L’ex ami nous a quittés. PG et SL ont convolé. Gaël Yanno a médité, puis s’est enfin décidé. Frasques de la députée, arrogance du gourou éclairé, création du MPC, grève des ministres CE zélés, création de l’Union et adoption d’un socle commun, programmes de campagne, électeurs harcelés, campagne… et premier tour.

Curieusement, on retrouve en sortie de ce premier round des Municipales 2014 les mêmes éléments, inversés, que ceux de la campagne législative 2012. SL qui vire en tête, Yanno juste derrière, un réservoir de voies désespérément vide pour la conseillère de l’opposition, un panier bien garni pour le 1er adjoint. Comme il faut conjurer le sort, et consciente de sa triste situation, l’ancienne speakrine tente un joker bien peu inspiré. Puisque la tendre amitié avec le Palika est passée progressivement dans l’opinion de rumeur à évidence, pourquoi ne pas solliciter publiquement le report des voix de son amie ? L’urgence est parfois mauvaise conseillère…

 

Aujourd’hui, la candidate est dans les cordes. En tentant un uppercut, elle a baissé Lagarde, prenant de plein fouet le crochet loyaliste. Les derniers mauvais coups qu’elle tente de porter à son adversaire manquent de puissance, de conviction, de précision.  Le KO est proche…père noel cigare

2 COMMENTS

  1. Il paraîtrait que notre députée « irréprochable » doive quelques sous à la Cafat… pas terrible çà pour gérer un budget communal!!! (pour grimper au cocotier ,il faut avoir les fesses propres:-) )
    c’est peut-être çà finalement le changement promis…lol

  2. De la difficulté à faire des prévisions surtout pour le futur….
    Enfin ,moi, je crois que les électeurs n’obéissent plus aux chefs….que quand on a un choix entre 2 mauvais soit on s’abstient soit on élimine le plus mauvais (en tous cas perçu comme tel par les électeurs qui peuvent aussi se gourer)
    c’est ce qui vient de se passer..je sais bien qu’en politique il y a des résurrections miraculeuses mais là , notre expert comptable devrait songer à revenir à son métier premier et passer la main…la nature ayant horreur du vide , il y aura bien quelqu’un pour prendre la place
    quant à Nouméa je souhaite juste me tromper Fifils n’était pas un aigle mais il savait serrer les mains,prendre le vent dominant, et connaissait ses familles calédonienne par coeur bref un authentique notable de province.
    Madame Lagarde était l’opposition à Fifils au conseil municipal il lui reste donc à démontrer qu’elle fera moins pire que Fifils. Connaissant les 2 personnages et on ne change dans la vie qu’ à la marge ,j’aurai tendance à penser qu’elle n’a pas l’étoffe pour gérer une ville de 1000000 habitants mais bon c’est au pied du mur qu’on voit la guêpe maçonne
    A Suivre donc et bonne chance

Répondre à Suisse Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here