Monseigneur Hippolyte Simon, l’archevêque de Clermont-Ferrand a célébré la messe de ce jeudi de l’Assomption dans les environs de Nouméa. Un premier voyage pour l’ecclésiastique en Nouvelle-Calédonie dont le diocèse a été crée il y a 170 ans par un clermontois.

C’est une première pour l’archevêque de Clermont-Ferrand. C’est la première fois qu’il se rend en Nouvelle-Calédonie. Invité d’honneur du diocèse calédonien pour les festivités du 15 août, c’est pour Monseigneur Hippolyte Simon l’occasion de resserrer les liens entre les deux diocèses, celui de Clermont-Ferrand et celui de Nouvelle Calédonie. D’autant que c’est un clermontois qui a créé il y a 170 ans le diocèse de Nouvelle-Calédonie, Monseigneur Guillaume Douarre, originaire d’Ambert. Pour l’archevêque de Clermont-Ferrand, qui a célébré la messe du 15 août aux alentours de Nouméa, « c’est une satisfaction de voir que le peuple est toujours rassemblé dans la joie, la communion universelle ».

Plus de 4000 personnes ont débuté cette journée de l’Assomption par une longue marche. Certains dès quatre heures du matin. Ils sont venus du Grand Nouméa, des îles ou du grand nord, tous venus se repentir et prier. L’une des chrétiennes confie « prier pour la Calédonie, et surtout pour ceux qui les gouvernent, pour trouver le bon chemin pour nous ».
Cet événement a mobilisé le diocèse local depuis le début d’année. Nisié Filitoga, diacre au diocèse calédonien déclare « que le diocèse a choisi le thème Marie notre modèle dans la foi, un thème pour marquer les 50 ans du Vatican II. Pour cette fête, il y a environ une vingtaine de prêtres et une dizaine de diacres qui sont présents ».

Après la marche, la messe de l’Assomption a donc été célébrée ce jeudi après-midi par Monseigneur Hippolyte Simon. Une messe qui, cette année encore, a attiré de nombreux fidèles.

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here