La photo d’un homme sur le point de mourir écrasé par un train s’est retrouvée en Une du New-York Post, suscitant une véritable fronde sur les réseaux sociaux.

Voici un homme « condamné ». Ce mardi, le New-York Post a réinventé le principe même de la Une choc. Le quotidien populaire, dont la réputation sulfureuse n’est plus à faire, a en effet publié en couverture la photo d’un homme de 58 ans, Ki Suk Han, agrippé au quai du métro, le regard fixé sur le train qui le percuta quelques secondes plus tard, après avoir été poussé sur les voies par un inconnu.

« DOOMED » (« condamné ») titre, de manière très éloquente, le journal, avant d’ajouter en sous-titre : « poussé sur la voie, cet homme va mourir ». Selon La police, le quinquagénaire d’origine coréenne avait tenté en vain de remonter sur le quai, après une dispute avec son agresseur, qui serai a priori un SDF d’une trentaine d’années. Le principal suspect, retrouvé ce mardi aux alentours de Time Square, a été immédiatement placé en détention préventive.

Fruit du travail d’un pigiste, Umar Abbasi, cette image révoltante a été prise alors que ledit journaliste attendait le métro. Se rendant compte qu’un homme allait mourir, ce dernier a « couru vers le train en actionnant son flash à plusieurs reprises pour avertir le conducteur ».

Des explications peu convaincantes, qui n’ont fait que renforcer le sentiment de colère des utilisateurs des réseaux sociaux. « C’est une honte que les gens soient plus pressés de prendre une photo de terribles événements plutôt que d’aider des personnes en danger. Dans quel monde vivons-nous? », s’est indigné un lecteur du New York Times sur le site du quotidien. « Pourquoi le NY Post a-t-il fait sa Une avec ça ? C’est vraiment dégueulasse » a ajouté un autre internaute, sur Twitter, pendant que d’autres appellaient au Boycott du quotidien : « Boycottez le @nypost pour avoir publié les derniers moments de la victime du métro, c’est dégoûtant ».

Sur le site du NY Post, des centaines de personnes ont également commenté le fait divers tragique. « Aucun homme sur le quai n’a eu le courage d’arrêter cette ordure, il devait bien y avoir plusieurs hommes? », se demandait notamment Richie Ardisson, avant qu’une dénommée Nicole Stagg lui réponde « Il n’y a pas beaucoup de vrais hommes à New York (…) Il n’y a que des moutons ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here