Le gouvernement américain a récemment admis de manière surprenante qu’il possédait des débris d’OVNI en réponse à une demande de Freedom of Information Act (FOIA) déposée il y a plus de trois ans par cet auteur. Dans une lettre de réponse, l’Agence de renseignement de la Défense américaine (DIA) a mis fin à des décennies de spéculation en vérifiant que du matériel OVNI a bien été récupéré. Désormais officiellement désigné sous le nom de UAP (Unidentified Aerial Phenomena) plutôt que d’OVNI, une partie de ce matériel a été placée chez un entrepreneur de la défense pour être analysée et stockée dans des “installations spécialisées”. Il est incroyable qu’une partie des informations publiées parle de matériaux ayant des propriétés de récupération de forme, un peu comme les débris de “métal à mémoire” découverts lors du crash de l’OVNI de Roswell en 1947.

Et d’après la documentation reçue, il semble que les débris récupérés présentent d’autres capacités extraordinaires. En plus de “se souvenir” de leur forme originale lorsqu’ils sont pliés ou écrasés, certains de ces matériaux futuristes ont le potentiel de rendre les choses invisibles, de “comprimer” l’énergie électromagnétique, et même de ralentir la vitesse de la lumière. Bien que la plupart des détails des rapports soient caviardés, ce que l’on peut en tirer est que ces technologies représentent un saut quantique littéral au-delà des propriétés de tous les matériaux existants connus de l’homme.

Enfin, on ignore où se trouvent les débris d’OVNI détenus par l’entrepreneur. Il y a quelques mois, il a licencié ses employés et a cessé ses activités. Les anciens responsables de l’entreprise, lorsqu’ils sont contactés, refusent tout commentaire.

LA DEMANDE DE LA FOIA

La demande initiale de 2017 faite à la DIA demande les descriptions physiques, les propriétés et la composition du matériel OVNI/PEAU détenu par le gouvernement et son contractant. La demande est sans ambiguïté dans sa signification. Elle fait référence au matériel OVNI/UAP et aux “débris physiques récupérés par le personnel du Département de la Défense en tant que résidus, débris flottants, matériaux de tir ou UAP écrasés ou objets volants non identifiés”. La demande de la FOIA peut être consultée dans son intégralité ici :

https://7f215854-ce29-4a12-9bb0-f4e7eb88d38a.filesusr.com/ugd/aa4aac_c53f66ccc2f745908c6b639c1042977e.pdf

Dans sa réponse, la DIA reconnaît de façon étonnante qu’elle dispose de documents répondant à ma demande sur les débris d’OVNI récupérés et leur analyse, le programme dans le cadre duquel ils ont été administrés, l’AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program), et que leur entrepreneur de défense (Bigelow Aerospace à Las Vegas, Nevada) a stocké le matériel. Ils fournissent également quelques rapports relatifs aux applications possibles du matériel étudié.

Les retards et les excuses offerts pendant les années d’attente de la réponse à la FOIA ont été nombreux. Ils incluent le fait que la recherche de documents impliquait une autre agence qui devait être consultée ; que j’avais envoyé un courriel à mon ancienne responsable de la FOIA alors qu’elle était partie il y a plusieurs mois et n’avait jamais reçu ma communication de suivi ; à une réassignation de mon dossier au responsable de la FOIA de la DIA, Steve Tumiski. Après qu’un procès ait été menacé de retenir les services d’un avocat, la DIA a réagi d’une manière ou d’une autre, après si longtemps.

LA RELATION AVEC ROSWELL

Les informations reçues comprennent plusieurs pages de ce que l’on appelle des “rapports de technologie avancée” sur le nitinol – un alliage de récupération de forme. Le nitinol a des propriétés similaires à celles du “métal mémoire” trouvé dans les débris de l’accident d’ovni de Roswell, au Nouveau-Mexique, en 1947. Les pages trouvées dans la réponse de la FOIA sur le Nitinol explorent son potentiel d’intégration dans le corps humain pour l’amélioration de la santé. Plus de 40 témoins de Roswell ont mentionné un matériau semblable à du métal qui pourrait “se souvenir de lui-même” lorsqu’il est déformé ou plié, revenant à son état initial de façon transparente et instantanée. Dans une série d’articles d’investigation publiés dans la section des archives des articles du site web UFO Explorations, il est démontré de façon crédible que le Nitinol représente notre première tentative pour reproduire un matériau de construction du vaisseau. Les débris de Roswell ont été transportés par avion à Wright Field dans l’Ohio après l’accident. Quelques mois plus tard, Wright a accordé un contrat au Battelle Memorial Institute pour commencer les diagrammes de phase (recettes) pour le mélange du nickel et du titane ultra-pur, nécessaire à la fabrication du métal de mémoire. Le général Arthur Exon, commandant de la base de Wright Patterson dans les années 1960, qui a survolé le site du crash en 1947, s’est entretenu avec le chercheur Kevin Randle sur un enregistrement. Il a déclaré qu’il pensait que certaines des épaves testées étaient constituées en partie de titane “spécialement traité”.

Et en septembre 1947, deux mois après le crash de Roswell, le Général George Shulgen de l’Air Intelligence a décrit “les matériaux de construction” des soucoupes volantes comme étant potentiellement faits de “composite ou de construction sandwich utilisant diverses combinaisons de métal et de plastique”. Certains des débris de l’écrasement de Roswell auraient une apparence et des caractéristiques semblables à celles du métal et du plastique. Les rapports de la DIA que j’ai reçus mentionnent un matériau de haute technicité appelé “métamatériau” (voir ci-dessous) comme étant composé de “matériaux composites”. Le métamatériau peut être constitué de couches de métal et de plastique.

Tout au long des documents reçus au titre de la FOIA, il est fait mention de l’utilisation potentielle de certains des matériaux dans les “plates-formes aérospatiales avancées”. Il est fait référence aux caractéristiques souhaitées des matériaux, telles que leur légèreté et leur résistance, comme les caractéristiques des débris trouvés lors de l’accident de Roswell.

AUTRES MATÉRIAUX

Il est également fait largement référence à l’étude et à l’application de ce que les tests ont appelé le métamatériau*, y compris qu’une partie de ce matériau :

  • Peut être utilisé pour “ralentir la lumière” et même “amener la lumière à un arrêt complet”.
    (impliquant la capacité de manipuler la vitesse de la lumière (énergie électromagnétique voyageant à 186 000 miles par seconde)
  • Peut induire l’invisibilité en manipulant la réfraction, la réflectivité et en augmentant l’absorption de la lumière. Les rapports utilisent des termes comme “isolation optique” et “transparence” et font référence à une technologie “MetaMirror”.
    (impliquant la capacité de rendre quelque chose impossible à voir, et/ou à capter par radar, balayage ou imagerie)
  • A la capacité intéressante de “comprimer l’énergie électromagnétique”.
    (Cette condensation peut rendre le stockage d’informations et d’énergie plus petit et leur transfert plus rapide en réduisant le volume)
  • Présente une “résonance accordable” particulière qui a probablement été “déterminée lors de la fabrication”.
    (L’expression “résonance accordable” fait référence à une vibration de grande amplitude provenant d’un petit stimulus. Des recherches très récentes montrent un potentiel dans le domaine des technologies de “récolte d’énergie”, ou d’extraction de l’énergie de l’environnement pour les appareils électroniques de faible puissance)

Il semble y avoir de nombreuses applications techniques passionnantes, mais loin dans le futur, de ces matériaux qui changeront la façon dont nous vivons.

*Métamatériau, un mot inventé et relativement récent, est considéré comme tout matériau conçu pour avoir une propriété qui ne se trouve pas dans les matériaux naturels. Certains de ces matériaux semblent être fabriqués à partir d’assemblages d’éléments multiples façonnés à partir de matériaux composites tels que les métaux et les plastiques. Ces matériaux composites peuvent être conçus pour présenter des propriétés électromagnétiques uniques. Composés de blocs de construction de sous-longueurs d’onde (le plus souvent à base de métaux), ces métamatériaux permettent un contrôle extrême de l’énergie lumineuse et des champs optiques, permettant de réaliser des effets tels que la réfraction négative.

Certaines parties des rapports sont centrées sur les métaux amorphes de la prochaine génération (également appelés “métal liquide” ou “verre métallique”), qui sont de nouveaux alliages techniques dont la structure à l’échelle atomique est désordonnée. Le métal est cristallin à l’état solide, ce qui signifie qu’il possède une disposition très ordonnée des atomes. Les métaux amorphes sont cependant follement désordonnés – un matériau semblable au métal si unique qu’on pense qu’il pourrait un jour remplacer le plastique et le métal dans de nombreuses applications. Le matériau est plus solide et plus léger que tout autre métal existant, peut être moulé par injection comme le plastique (pas de rivets, de coutures ou d’assemblage, lisse comme de nombreux OVNI signalés) et ne se corrodera ou ne rouillera jamais. Imaginez que vous utilisiez une seule lame de rasoir pour le reste de votre vie, car elle reste toujours super aiguisée. Un club de golf si élastique qu’il peut conduire une balle plus loin que n’importe quel pro ne l’a jamais fait. Une prothèse de hanche artificielle plus performante qu’une vraie hanche. Un étui de téléphone portable qui est complètement indestructible.

Le contrat accordé à Bigelow l’a été sous les auspices d’une étude gouvernementale officielle sur les OVNI (dont l’existence a été révélée par le New York Times en 2017). Le contrat prévoyait que Bigelow construise des “installations modifiées spécialisées” pour conserver le matériel pour les tests. L’effort d’étude des OVNI du DoD/Pentagone a été appelé le Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales (AATIP). Il a fonctionné pendant quelques années (et sous plusieurs noms), et selon des sources bien informées, il est toujours en activité à ce jour. Qu’y a-t-il dans ces “installations spécialement modifiées” qui nécessite de tels services techniques sous contrat ? Quelle est la nature de ces débris anormaux et quelles sont les propriétés qu’ils doivent protéger ?

LA RÉPONSE DE LA DIA

Ci-dessus, une note placée sur plusieurs de ce que la DIA appelle des “rapports de technologie avancée” en réponse à la demande de la FOIA.

Notez que le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales (AATIP) est désigné par un nom alternatif ou prédécesseur, le programme d’applications avancées des systèmes d’armes aérospatiales (AAWSA).

Une lettre a été envoyée par la DIA à cet auteur, reconnaissant la possession de matériel OVNI récupéré et l’implication d’un entrepreneur de défense, donnant accès à certaines informations techniques (tout en refusant la plupart). En faisant défiler la lettre, on peut voir certains des rapports technologiques, qui se poursuivent dans le deuxième PDF ci-dessous. Le premier lot peut être consulté ici :

Le responsable de la FOIA qui a répondu, Steve Tumiski, explique que la DIA a identifié 5 documents totalisant 154 pages qui répondent à ma demande. Bien plus de la moitié des documents n’ont pas été divulgués. Et cette étude sur le matériel extraterrestre devrait générer des milliers de pages pertinentes pour la demande, et non pas seulement 154. La DIA cite les exemptions 3 et 6 de la réglementation fédérale sur la liberté d’information comme raisons pour lesquelles elle est obligée de supprimer certains documents. L’exemption 3 permet de retenir des informations dont la divulgation est interdite par la loi fédérale et ne laisse aucune discrétion sur la question en raison d’un préjudice potentiel pour la sécurité nationale. L’exemption 6 s’applique généralement aux documents qui concernent la vie privée. Elle intègre un critère de pondération qui met en balance l’intérêt de la protection de la vie privée et l’intérêt public de la divulgation.

Dans le second PDF, on trouve plusieurs autres des 154 pages qui existeraient sur la question. C’est dans ces documents que nous obtenons les informations sur les documents comme indiqué plus haut dans cet article. C’est ici que nous apprenons ce que sont les métamatériaux, l’invisibilité, le ralentissement de la vitesse de la lumière, la compression de l’énergie électromagnétique, l’implantation de métal à mémoire dans les personnes et d’autres choses remarquables.

Des exemples de phrases clés faisant allusion aux technologies que ces matériaux pourraient un jour nous donner se trouvent dans les pages nommées dans les deux réponses PDF FOIA : “ralentir la lumière” (pages 18, 27 et 6) ; “arrêter complètement la lumière” (page 17) ; “comprimer l’énergie” (page 6) ; “le nitinol en tant que biomatériau” (page 19) ; “de nouveaux matériaux absorbant parfaitement la lumière” (page 24) ; “de nouveaux isolateurs optiques” (page 6).

QUELS DOCUMENTS ONT ÉTÉ RETENUS ?

Les informations fournies dans la réponse à la FOIA semblent représenter des rapports directement liés à ce qui a été appris de l’étude des débris d’OVNI, et à la manière dont les connaissances acquises dans le cadre de ces études pourraient être appliquées à l’avenir, mais ne comprennent pas de détails sur les débris trouvés eux-mêmes.

Il est décevant de constater que les rapports n’incluent pas une grande partie de ce qui a été demandé, comme une description physique et la composition du matériel, l’origine du matériel et les noms des scientifiques impliqués. Cela reste confidentiel. Mais les domaines de recherche technique dérivés de l’étude de ces matériaux (c’est-à-dire l’invisibilité, la concentration d’énergie, le contrôle de la vitesse de la lumière, le métal intelligent) ont été, en partie, divulgués. Les documents publiés aident à nous informer sur les applications potentielles des matériaux, mais n’offrent pas d’informations approfondies sur la composition précise des débris. Ils parlent d’”expériences récentes” qui “fournissent de nouveaux concepts” et de “développements théoriques qui pourraient déboucher sur de nouveaux matériaux”. La DIA estime qu’elle répond à la demande de la FOIA en reconnaissant les débris d’OVNI, leur stockage par Bigelow, et en identifiant les domaines d’application future de ces matériaux sans avoir à nommer les responsables, les éléments constitutifs des matériaux, la manière dont ils sont traités, etc.

QUELQUES RAPPORTS DÉJÀ DISPONIBLES

Bien que la DIA ait insisté sur le fait que ma demande était une demande originale de la FOIA nécessitant des recherches approfondies sur une période de plusieurs années, il semble qu’au moins deux des rapports aient déjà été publiés d’une manière ou d’une autre. Il est significatif que le rapport sur le métal mémoire Nitinol n’ait pas été publié auparavant. Mais le rapport intitulé “Metamaterials for Aerospace Applications” et le document “Metallic Glasses” ont tous deux été publiés en juin 2020 et sont profondément archivés dans la section documents de Mysterywire.com. Il s’agit d’un site web relativement récent lancé par le journaliste d’investigation George Knapp de la télévision de Las Vegas, qui a de solides connexions avec le gouvernement et un intérêt marqué pour le phénomène des OVNI.

Il est intéressant de noter que ces documents contiennent les noms des scientifiques auteurs des articles ! La DIA m’avait refusé cela dans ma demande pour des “questions de vie privée” et n’a pas inclus leurs noms dans les documents qui m’ont été envoyés.

Il reste que le contexte dans lequel j’ai reçu les documents était en réponse directe aux demandes d’informations dérivées des débris d’OVNI récupérés et des tests de matériel potentiellement extraterrestre. Ma demande de documents concernait le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales (AATIP). Mais il y a une confusion délibérée et intentionnelle de la part de la DIA. Le programme fonctionnait auparavant sous un autre nom, le programme d’applications avancées des systèmes d’armes aérospatiales (AAWSA), et les documents sont estampillés avec ce nom de programme plutôt que AATIP. Cela permet à la DIA de prétendre que les études se rapportent à un programme d’armement militaire avancé pour la défense plutôt qu’à un programme aérospatial identifiant les menaces possibles de l’espace et la récupération associée de matériel de soucoupe volante.

BIGELOW AEROSPACE : OÙ SONT CES FOUTUS DÉBRIS ?

Bigelow Aerospace, LLC a été créé par Robert Bigelow, un milliardaire de l’industrie hôtelière qui s’intéresse de près aux choses cosmiques, aux autres dimensions et à l’extraterrestre. Bigelow était associé à des personnalités éminentes telles que le sénateur Harry Reid et l’ancienne star du rock Tom DeLonge. Bigelow a déjà participé à des “entreprises mystérieuses” telles que l’Institut national des sciences de la découverte (NIDS), aujourd’hui disparu et à but non lucratif. Il a également été associé à un moment donné au célèbre “Skinwalker Ranch” dans l’Utah, où de prétendues activités paranormales se produisent depuis des années. Bigelow a mis en avant un mélange unique d’argent et de ressources, d’esprit d’entreprise et d’intérêt pour les enquêtes sur le paranormal. En 1999, Bigelow a fondé Bigelow Aerospace, développant des complexes spatiaux avec équipage et des habitats gonflables. Les installations de Bigelow ont fonctionné dans le plus grand secret. Selon leur site web, un avertissement à tous est affiché sur leur page d’accueil : “Si vous avez été invité à visiter les installations de Bigelow Aerospace, sachez que vous aurez besoin d’un permis de conduire valide ou d’une autre forme de pièce d’identité délivrée par le gouvernement. Sauf autorisation de la direction, veuillez noter que les téléphones portables, les appareils photo, les clés USB et les ordinateurs portables ne sont pas autorisés sur la propriété”. Dans ce lien, nous pouvons voir une vue aérienne des installations de Bigelow près de Las Vegas. Presque toutes les fenêtres sont bloquées et tout est scellé à l’extrême. Ces structures sont-elles ce que le Pentagone appelle dans son contrat avec Bigelow des “installations spécialement modifiées” pour abriter des pièces physiques d’OVNI ?

Le contrat que Bigelow a obtenu sous les auspices d’une étude gouvernementale officielle sur les OVNI (dont l’existence a été révélée par le New York Times en 2017 et qui a été menée pendant plusieurs années sous différents noms) consistait à construire des “installations modifiées spécialisées” pour conserver le matériel à tester. L’effort d’étude des OVNI du DoD/Pentagone a été appelé le Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales (AATIP). Il a fonctionné pendant quelques années (et sous plusieurs noms, y compris AAWSA) et, selon des sources bien informées, il est toujours en activité à ce jour sous un autre nom. Qu’y a-t-il dans ces “installations spécialement modifiées” qui nécessite de tels services techniques sous contrat ? Quelle est la nature de ces débris anormaux et quelles sont les propriétés qu’ils doivent protéger ?

Il est inquiétant de constater que Bigelow Aerospace a soudainement – et sans grande fanfare – licencié discrètement presque chacun de ses 85 employés en mars de l’année dernière. Aucune raison réelle n’a été donnée, si ce n’est qu’elle a été causée, selon un porte-parole de l’entreprise, par “une parfaite tempête de problèmes”, y compris le bilan de la pandémie.

Le problème, bien sûr, est qu’avec les licenciements massifs et la cessation des activités, où se trouvent les débris d’OVNI maintenant ? On ne sait pas où se trouvent actuellement ces matériaux OVNI d’une valeur extraordinaire. Est-il toujours détenu par Bigelow ? Si oui, pourquoi, alors que l’entreprise est essentiellement disparue ? Le matériel OVNI a-t-il été transféré à une autre société de garde ? A-t-il été renvoyé au Pentagone ? Afin de découvrir où se trouve le métal extraterrestre présumé, d’anciens membres du personnel de sécurité et du service juridique de Bigelow Aerospace ont récemment été contactés.

ROBERT BIGELOW, SON DIRECTEUR DE LA SÉCURITÉ ET SON AVOCAT REFUSENT TOUT COMMENTAIRE

Robert Bigelow lui-même ne répond pas à mes courriels. Bigelow, aujourd’hui âgé de 70 ans, semble limiter le débat public sur ses recherches. J’ai donc essayé de contacter M. Ryan Aslesen, l’ancien directeur de la sécurité de Bigelow Aerospace. Avant d’être employé par Bigelow, Aslesen a occupé des postes de sécurité dans le corps des Marines américains. Il a également de l’expérience dans le domaine de l’entreposage et de la gestion logistique. Aujourd’hui, il est consultant en sécurité privée dans la région de Las Vegas. Il publie également de la science-fiction en auto-publication, avec au moins un livre sur une race extraterrestre hostile. Un message Inmail demandant où les débris pourraient se trouver a été envoyé par LinkedIn, ainsi qu’un e-mail via la page de contact de son site web, et un e-mail à son adresse e-mail personnelle directement. Aucune réponse n’a été reçue.

Un entretien avec l’ancien directeur juridique de Bigelow Aerospace, Jon Field JD de Las Vegas, NV, aujourd’hui en cabinet privé, a permis de mieux comprendre la situation. Dans ce cas précis, j’ai pu parler à un ancien initié de Bigelow. J’ai laissé un message à sa réceptionniste pour qu’il me rappelle immédiatement. Le message laissé était que l’appel était relatif à l’ancienne affiliation de Field avec Bigelow Aerospace. Je lui ai dit que je le contactais pour savoir s’il pouvait m’expliquer, maintenant que la société est en cours de dissolution, où les débris d’OVNI peuvent maintenant se trouver ? Sait-il s’il reste dans un endroit sûr et s’il a été transféré à une autre organisation ? Field voulait savoir à qui j’étais “affilié” et refusait absolument de discuter de la question de quelque façon que ce soit, répétant “Je ne peux pas commenter cela”. J’ai expliqué que la société est en cours de dissolution et qu’en tant que citoyen et contribuable, j’ai le droit de savoir si les débris d’OVNI donnés par le gouvernement à une entreprise privée pour qu’elle les stocke sont toujours en sécurité, étant donné que cette société va disparaître. J’ai dit à Field que si Bigelow n’est plus le contractant chargé de la garde des débris, nous avons le droit de savoir qui en est le gardien actuel. Field n’était pas en désaccord, se contentant de répéter de façon juriste qu’il ne pouvait rien dire. Exaspéré, je lui ai simplement lancé un appel : où puis-je aller à partir de là, peut-il m’aider ? Je lui ai dit que je ne voulais pas déranger les gens qui ne devraient pas être dérangés. Il m’a suggéré de contacter Robert Bigelow directement. Je ne lui ai pas dit que Bigelow m’avait refusé toute communication. Lorsque j’ai demandé à Field qui représente la société en tant qu’avocat général par intérim ou en tant qu’avocat externe engagé au moment de la dissolution de la société (c’est-à-dire qui est le successeur qui s’occupe des dernières affaires en suspens), il m’a répondu qu’il n’en avait aucune idée. Je lui ai dit que je ne le croyais pas. Je ne peux pas accepter qu’il ait quitté Bigelow Aerospace sans savoir comment la fonction juridique de la société continuerait à fonctionner sans lui. Il a dit qu’il n’aimait pas le sens de la conversation et nous nous sommes quittés.

UN TEMPS POUR (PLUS) DE RÉPONSES

Ce que cette enquête sur la liberté de l’information a appris est en effet historique. Des matériaux OVNI ont été retrouvés. Les matériaux étudiés pourraient un jour nous apporter de grandes avancées technologiques et d’autres aspects de notre vie quotidienne. Mais les documents sont incomplets de l’aveu de la DIA, et les raisons qu’ils invoquent sont faibles. Pourquoi ne pas divulguer l’endroit où les matériaux ont été récupérés et par qui ? Pourquoi ont-ils expurgé les noms des auteurs de ces documents technologiques ? Parce qu’une fois identifiés, on peut les interroger. L’autre raison invoquée pour justifier l’exemption de leur identité et de ce qu’ils ont appris est liée à la sécurité nationale, qui est apparemment si grande qu’”il ne peut y avoir de discrétion en la matière”. Je vais contester ces exemptions qui empêchent la divulgation des informations demandées en m’adressant à l’agent d’appel de la FOIA de l’agence. Ils doivent être contraints de nous en dire plus sur ce matériel extraterrestre extraordinaire.

Anthony Bragalia

Source : https://www.ufoexplorations.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *