Le compte-rendu médical lors de la venue de Nafissatou Diallo a été rendu public. En conclusion, la présumée victime présente bien des traces de viol.

Le 14 mai 2011, à 15h59, Nafissatou Diallo entrait à l’hôpital St Luke’s Roosevelt de Manhattan. D’après le rapport médical, elle est arrivée en ambulance avec un policier et dans un état « alerte, capable de se déplacer seule. Sa peau est chaude et sèche ». Les ambulanciers déclarent qu’elle est « une femme de ménage du Sofitel qui a subi une agression sexuelle par l’occupant d’une chambre et qu’elle se plaint aussi d’une douleur à l’épaule gauche ». Ils répètent également la description de l’incident par Nafissatou Diallo, : »il m’a poussé vers le bas et m’a enfoncé son pénis dans la bouche ». Sa douleur à l’épaule gauche se révélera être une « rupture du ligament », après un scanner.

Dans le rapport, le médecin décrit le comportement de la victime qui était « en larmes. Elle relate l’incident sur un mode narratif. Elle s’interrompt, marque des pauses, en décrivant l’acte de fellation ». Le récit de l’agression est également présent dans le compte-rendu : «  »L’homme nu aux cheveux blancs verrouille la porte et l’entraîne sur le lit », déchire ses collants, saisit « la partie extérieure de sa zone vaginale, enfonce profondément son pénis dans sa bouche en la saisissant par les cheveux ». Jusqu’à l’émission du sperme dont elle décrit le goût et « qu’elle crache sur la moquette », rapporte L’Express. La dernière partie du rapport comporte un schéma de la zone vaginale de Nafissatou Diallo, qui montre un traumatisme au niveau de la « fourchette postérieure », la partie inférieure du vagin. Conclusion : « Diagnostic : agression. Cause des blessures : agression. Viol. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here