COMMUNIQUE DE PRESSE FPLS – 02 Novembre 2015

Article LNC_Aide Médicale Mise au Régime

La Fédération des Professionnels libéraux de la Santé a pris connaissance de l’article des Nouvelles en date du 2 Novembre 2015 intitulé « L’aide Médicale gratuite mise au régime »

Il y est avancé que : « La DPASS Sud et la CAFAT se seraient aperçues que les médecins appartenant au secteur public (Dispensaires, Centres Médicaux Sociaux, Hopitaux) seraient plus « parcimonieux » dans le volume de prescriptions que leurs confrères du secteur libéral.

En conséquence les patients relevant de l’Aide Médicale Sud devront à l’avenir avoir un médecin référent appartenant au secteur Public.

La Fédération qui a activement participé aux récentes Assises de la Santé s’interroge sur l’esprit de consensus et d’échange revendiqué par les participants dont la DPASS Sud: Elle veut rappeler ici certains points forts des Assises

  • La nécessité IMPERIEUSE de disposer d’un Bilan partagé entre les acteurs de santé, bilan aujourd’hui inexistant.
  • La volonté des Assises de remettre le patient au centre du dispositif Or
    • L’article des Nouvelles Calédoniennes fait état d’une affirmation unilatérale qui est loin d’être partagée par tous les professionnels concernés
    • L’obligation de recourir à un médecin du secteur public lorsque le patient est un ressortissant de l’Aide médicale va à l’encontre de la nécessité de placer le patient au centre du système de soins
      En effet le passage obligatoire pour les ressortissants de l’Aide Médicale dans le système public implique une saturation des services du CHT en spécialité et des déplacements non justifiés hors hôpital.
    • L’étude CAFAT (Septembre 2012)  » Wolf – Petit  » sur la Longue Maladie (Elle-même contestée car non contradictoire) avait conclu

      J. Constat sur les actes de spécialité médicale :

      La consommation des soins de spécialité médicale en LM est très inférieure à ce que prévoient les protocoles de soins.
      Des actes considérés comme nécessaires au suivi de certaines pathologies ne sont pas réalisés, ou ne le sont
      pas à la fréquence recommandée.

      Ce constat nous amène à nous poser certaines questions :
      – Pour quelles raisons ces soins n’ont-ils pas été réalisés : insuffisance de l’offre de soins, manque d’implication du médecin référent, négligence du patient,…. ?


      Dès lors la Fédération interprète la décision de la DPASS Sud comme une volonté de rationnement des soins des plus démunis puisque l’argument mis en avant est que les médecins du secteur public prescriraient moins encore que ceux du secteur libéral.

  • Autre point crucial des assises:
    la question des coûts réels de fonctionnement des Centres médicaux sociaux, des dispensaires ou encore de l’hôpital par rapport aux coûts engendrés par le système libéral. Sur ces points la FPLS apporte 2 éléments indicatifs dont elle demande l’expertise:

    • Cout des CMS abordé par la rapport de la Cour Nationale des Comptes (Nov 2007)
    • Rapport de la Chambre Territoriale des Comptes sur le MEDIPOLE (Avril 2015)

      En 2000 un élève de troisième année d’école de commerce et de gestion avait réalisé un rapport de stage sur cette question (NDLR Coût de revient des CMS par rapport au secteur libéral).
      Le rapport fait apparaître que les CMS de Rivière Salée et du RECEIVING avaient un coût supérieur au coût de recours au secteur libéral ( 466,5 MF CFP contre 377,4 MF CFP) 


      LA FPLS souhaite ici réaffirmer que ce n’est ni en opposant les systèmes publics et privés ni en procédant par effet d’annonce que la Calédonie pourra relever le défi de la maîtrise des dépenses de santé.

      Elle rappelle également au décours de cette annonce l’importance de voir la ou les politiques de Santé centralisées au niveau du territoire afin que chaque usager en Calédonie dispose d’un accès égal aux soins quelque soit l’organisme payeur dont il relève

      La collaboration Public/Privé peut potentiellement apporter beaucoup d’économies pour peu que les modes de financement et la gouvernance du secteur public soient remis en cause comme l’ont préconisé les groupes de travail des Assises.

SOURCEFEDERATION DES PROFESSIONNELS LIBERAUX DE SANTE
SHARE
Previous articleDocumentaire complet attentats du 11 septembre 2001
Next articleDes négociations secrètes de haut niveau continuent alors que l’armée de l’État malsain d’Israël est mise sous blocus aérien et maritime
Une Federation des Professionnels de santé cela veut dire 12 syndicats près de 500 adhérents représentant près de 700 professionnels détenant une expérience de terrain et le lien de proximité avec la population. C'est une Force de Proposition pour La Santé. L'objectif fixé par l'Assemblée Générale a été de lancer l'idée d'un débat public sur la Santé ... Le CES en Janvier 2012 suivi du Congrès puis du Gouvernement ont approuvé et validé cette idée. Les buts de la FPLS dans le cadre de ces assises ... Faire une photographie de la situation en Nouvelle Calédonie pour faire des proposition dans le cadre d'un plan quinquenal pour la Santé. Les thèmes: - FInancemen du RUAMM - Les réseaux de soins et l'accès aux soins - Bilan de la Prévention Création d'un Observatoire de la Santé dont le rôle sera de mettre en place des marqueurs de santé, faire le bilan des décisions des assises, élaborer de façon contradictoire les documents permettant de prendre des décisions réformant le système de santé, proposer des évolutions aux décideurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here