Qui est le pire, le Président Mohamed Morsi, l’islamiste élu cherchant à appliquer la loi islamique en Egypte, ou le président Hosni Moubarak, l’ancien dictateur déchu pour avoir tenté d’initier une dynastie? De façon plus générale, un ordre libéral, démocratique a-t-il plus de possibilités d’émerger avec des idéologues islamistes qui triomphent par la voie des urnes ou avec des dictateurs cupides qui n’ont en vue que leur propre survie et leur exercice du pouvoir?

Les actions récentes de Morsi fournissent une réponse, établissant que les islamistes sont encore pires que les dictateurs.

Cette question a été soulevée dans un débat intéressant pour le compte de Intelligence Squared US au début d’octobre lorsque Reuel Marc Gerecht, de la Fondation pour la Défense des Démocraties, et Brian Katulis, du Centre pour le Progrès Américain, ont soutenu que « les islamistes élus c’est mieux que les dictateurs » , tandis que Zuhdi Jasser, du Forum islamique américain pour la démocratie, et moi-même, soutenions le contre-argument. Eh bien, personne n’a vraiment argumenté «pour» personne. L’autre équipe n’a pas approuvé les islamistes, nous n’avons pas, bien sûr, célébré les dictateurs. La question était plutôt quel type de gouvernant est le moindre des deux maux, et peut être forcé à devenir démocratique.

Katulis a blâmé les dictatures pour favoriser «les sortes d’idéologies» qui ont conduit au 11 septembre et Gerecht a insisté sur le fait que les juntes militaires, et non les islamistes, sont généralement «le vrai danger …. La seule façon que vous avez d’obtenir un ordre plus libéral dans le Moyen-Orient c’est à travers les gens de religion» qui votent pour avoir les islamistes au pouvoir. Katulis a fait valoir que les élus islamistes changent et se transforment, devenant de moins en moins idéologiques et plus pragmatiques ; ils évoluent en réponse à la prise de conscience de la rudesse de la politique qui les fait retomber sur terre pour se concentrer sur les «besoins essentiels» tels que la sécurité et l’emploi.

En Irak, Gerecht a affirmé avoir observé «un véritable raz –de- marée de gens qui étaient autrefois des islamistes purs et durs qui …sont devenus des démocrates assez profondément convaincus, pour ne pas dire libéraux». Quant à l’Egypte, il a noté d’un ton approbateur, mais de façon inexacte que « Les Frères musulmans ont de graves débats internes parce qu’ils n’ont pas compris comment gérer [leur succès]. Or nous ce que nous voulons c’est qu’ils règlent la question en se disputant pour aller de l’avant»

Jasser et moi avons répondu à ce catalogue d’inexactitudes (les juntes militaires ont conduit au 11 septembre?) et de vœux pieux , prenant leurs désirs pour des réalités (les vrais croyants feront des compromis sur leurs objectifs? Une immense vague, véritable raz-de-marée, d’islamistes irakiens sont devenus libéraux?) en affirmant d’abord que les idéologues sont «des super dictateurs [littéralement cortico-dépendants, gonflés aux stéroïdes (NDLT)]»qui ne se modèrent pas en atteignant le pouvoir, mais se préparent à attaquer, construisent les bases pour rester indéfiniment au pouvoir. Deuxièmement, les idéologues négligent les questions mêmes sur lesquelles nos adversaires ont mis l’accent- la sécurité et l’emploi – en faveur de l’application des lois islamiques. Les dictateurs cupides, en revanche, faute d’idéologie et de vision, n’ont pas une vision de la société et peuvent donc être convaincus de s’orienter vers le développement économique, les libertés personnelles, un processus politique ouvert, et la règle de droit (par exemple, la Corée du Sud).

Et voilà, Morsi et les Frères musulmans ont suivi exactement notre scénario. Depuis qu’il a pris le pouvoir en août, Morsi (1) a mis à l’écart l’armée, s’est ensuite concentré sur l’enracinement et l’expansion de sa suprématie, notamment en émettant une série d’ordres le 22 novembre par lesquels il s’arrogeait des pouvoirs autocratiques et en répandant les théories du complot sioniste à propos de ses adversaires. Il a ensuite (2) donné un coup de boutoir par une constitution orientée islamiste le 30 novembre et a appelé à un brusque référendum le 15 décembre. Absorbé par ces deux tâches, il a pratiquement ignoré les multiples problèmes qui affligent l’Egypte, en particulier la crise économique imminente et le manque de fonds pour payer la nourriture importée.

La prise de pouvoir de Morsi a stimulé les Egyptiens anti-islamistes pour unir leurs forces comme c’est le cas dans le «Front de salut national» et se confronter aux islamistes dans les plus violents combats de rue jamais vus en six décennies, le forçant à retirer partiellement ses ordres du 22 novembre. Ironie du sort, après avoir habilement mis de côté l’armée en août, le fait pour Morsi d’avoir été trop loin a créé des circonstances qui ont renvoyé l’autorité ultime aux généraux, qui peuvent intervenir pour ou contre lui. En choisissant des sympathisants des islamistes comme officiers supérieurs et en offrant des privilèges militaires renforcés dans le projet de constitution, il a, selon toute vraisemblance gagné leur soutien. La loi martiale est probablement pour bientôt

En seulement trois mois, Morsi a montré qu’il aspirait à de plus grands pouvoirs dictatoriaux que ceux de Moubarak et que son régime laissait présager être une calamité encore plus grande pour l’Egypte que ne le fut Moubarak. Il a parfaitement justifié le point de vue de Jasser et mon point de vue: c’est mieux d’avoir des dictateurs que des islamistes élus. Comme je l’ai noté dans le débat, les Occidentaux devraient claquer la porte au nez aux dictateurs idéologiques comme les islamistes tout en faisant pression sur les dictateurs cupides pour permettre [le développement] de la société civile. Cela offre la seule porte de sortie de la fausse alternative entre les deux formes de tyrannie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here