Les illusions des indépendantistes

Pour équilibrer les critiques dénonçant les illusions sur lesquelles les politiques ont bercé les loyalistes, il convient également d’examiner les illusions entretenues chez les indépendantistes.

La lutte pour l’indépendance constitue, en notre époque très matérialiste, l’une des dernières idéologies dans laquelle les gens s’inscrivent et fondent leur vie comme le communisme a, dans le passé, servi de moteur à des générations d’ouvriers. Mais l’idéologie de la lutte pour l’indépendance n’est-t-elle pas, elle aussi, comme le communisme, une utopie par laquelle les puissants récupèrent les aspirations légitimes des opprimés?

1ère illusion indépendantiste : croire qu’avec l’indépendance, tout s’arrangera

Sur le modèle des utopies marxistes et révolutionnaires, l’indépendance est la terre promise censée apporter une vie meilleure.

Les exemples de pays ayant obtenu l’indépendance en Afrique (Côte d’Ivoire, Mali…) et en Océanie (Fidji, Vanuatu…) montrent que bien souvent l’indépendance n’a pas apporté le bonheur aux populations émancipées mais la misère et l’oppression (dictatures, castes ou clans de privilégiés, coups d’état, privations des droits, internements arbitraires, exécutions sommaires, viols, guerres civiles, effondrement des systèmes économiques, détournements des fonds publics, spoliations, corruptions…).

2ème illusion indépendantiste : croire qu’en étant indépendantiste on lutte contre la métropole alors que la métropole a largement inspiré les indépendantistes

L’idéologie de la lutte pour l’indépendance plaît beaucoup aux peuples premiers parce qu’elle permet de verbaliser son mal être et ses aspirations.

Cette idéologie est alors exprimée et véhiculée dans la langue du colonisateur… Ne subit-t-elle pas alors l’influence du mode de pensée du colonisateur, d’autant plus que cette idéologie est en vogue dans les milieux politiques et syndicaux largement tenus par des gens de métropole ?

3ème illusion indépendantiste : croire que l’on va s’émanciper de la métropole alors que l’indépendance ne serait qu’une autre forme du colonialisme

La France ne continuerait-t-elle pas de tirer les ficelles dans les anciennes colonies devenues indépendantes ? Les grandes entreprises françaises ont, en effet, la part belle dans ces nouveaux Etats indépendants (exemple d’ELF Gabon…) dans lesquels les militaires français interviennent en cas de problèmes (exemple de la Côte d’Ivoire, du Mali…).

C’est qu’avant de « donner » l’indépendance, la France aurait pris le soin de former les futurs dirigeants dans les réseaux de l’élite (franc maçons, grandes écoles …) pour pouvoir conclure des accords de coopération (Françafrique) …

Il se murmure même que l’élite de métropole aurait l’habitude d’infiltrer longtemps à l’avance les indépendantistes afin de favoriser l’ascension de ses poulains qui se présenteraient ensuite comme les leaders avec lesquels l’Etat négocierait l’indépendance (et les accords de coopération)…

En fait, « donner » l’indépendance à un pays, ne serait-ce pas un moyen commode de continuer à exploiter les richesses d’un pays à moindre coût tout en respectant les règles hypocrites de l’ONU? L’indépendance ne serait-ce pas, en fait, une autre forme de colonialisme?

Conclusion

Vouloir être respecté, être traité en égal et non en inférieur, en « débile » auquel on fait l’aumône, vouloir que sa culture soit reconnue en tant que telle et non considérée comme des pratiques de sauvage, est une aspiration légitime des peuples premiers.  Pourquoi ne pas les exprimer simplement au lieu de revendiquer ses droits à travers une idéologie récupérée par les puissants?

Il faut que les calédoniens se libèrent de la dialectique indépendantiste/loyaliste par laquelle les politiciens les auraient toujours manipulés depuis des années…sinon, les calédoniens risquent fort de perdre beaucoup plus que leurs illusions…

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *