Les médias réserveraient-ils le mot "terroriste" uniquement aux musulmans ?

Image : Les terroristes James Holmes (à gauche) et Anders Breivik (à droite).

Pourquoi les crimes commis par les musulmans sont considérés comme  des actes terroristes alors que les crimes de non-musulmans sont considérés comme des actes commis par des schizophrènes ? Deux poids, deux mesures.

Un an après la tuerie d’Anders Breivik, la Norvège en est encore choquée suite à ce massacre perpétré par ce soi-disant  « fou », « schizophrène », « déséquilibré », « tueur en série » mais jamais qualifié de  « terroriste » alors que ce dernier était un extrémiste chrétien prônant des valeurs racistes et islamophobe. Essayons de comprendre comment un extrémiste chrétien commettant une tuerie ne sera jamais appelé terroriste par les médias. Dès l’annonce du massacre Anders Breivik qui avait fait 77 morts, les chaines télévisées se sont empressées dans un premier temps de dire que ce massacre aurait été perpétré par des terroristes musulmans. Sans imaginer une seule seconde que ce crime pouvait être perpétré par un chrétien norvégien. A cette époque,  de nombreux médias à travers le monde, se sont fait un plaisir de diffuser une information erronée celle de « terroriste musulman qui aurait massacré des civils norvégiens ».

Autre exemple tout récent, il y a moins de deux semaines, nous avons tristement appris la nouvelle de la tuerie de Denver aux États-unis commise par James Holmes, un jeune homme encore une fois qualifié de « fou », de « malade mental » de « schizophrène » mais  jamais de « terroriste ». Ce massacre avait provoqué tout de même  12 morts et 57 blessés lors de la projection du film Dark Knight. Imaginez-vous si ce terroriste avait été musulman.

A croire que les médias et les politiciens réservent le mot « terroriste » pour les musulmans seulement. Une fois de plus, les medias pensait avoir affaire à des musulmans. Dès lors qu’ils ont découvert qu’il ne s’agissait pas d’un musulman, les médias n’ont pas traités l’information de la même manière. Les politiciens et  les médias n’hésitent pas à diaboliser l’ensemble de la communauté musulmane en une sorte de communauté terroriste, affirmant que le terrorisme est un acte accepté par l’Islam.

Est-ce que les medias auraient traités de la même manière l’information de la tuerie d’Oslo et de Denver si les meurtriers avaient été musulmans ?

Les musulmans, des sous-hommes ?

En plus de cela, dans un message de condoléances après la tuerie de Denver, le président américain Barack Obama  avait déclaré : « Les gens que nous avons perdus à Denver aimaient et ils ont été aimés. C’étaient des mères et des pères de famille, des maris et femmes, des frères et sœurs, des fils et filles, des amis et voisins. Ils avaient espoir en l’avenir et ils avaient des rêves encore à réaliser ». Cela voudrait-il dire que les afghans, les irakiens qui vivent chaque jours sous les drones américains et les bombes de l’OTAN (sous l’autorité de Barack Obama) n’ont pas eux aussi le droit de rêver, de vivre ? Est-ce que la vie d’un musulman est moins importante que celle des non-musulmans aux yeux de l’Occident. Chaque jour, des centaines voire des milliers de musulmans meurent dans le monde à cause d’injustices, d’oppressions, mais est-ce que l’Occident réagit ?

Il est grand temps que les Etats-Unis et l’Europe se remettent en question concernant le traitement de l’image des musulmans dans l’actualité. Ce n’est pas en entretenant l’image du « méchant musulman » que l’occident va avancer alors que de l’autre côté du monde, ils commettent des crimes. Un soldat américain abusant de son pouvoir en Irak ou Afghanistan doit être jugé comme un membre d’Al-Qaïda ou des talibans soupçonné de terrorisme.

L’Amérique doit apprendre à respecter  les morts musulmans et du Tiers-Monde en général, ainsi que de faire le deuil des personnes tués par les drones américains quotidiennement.

2 COMMENTS

  1. Breivik est un terroriste, cela ne fait aucun doute; les motifs de sa tuerie sont idéologiques. Holmes n’est pas un terroriste dans la mesure où ses motifs ne s’inscrivent pas dans un combat idéologique, mais dans un phénomène de société bien américain: grâce à la facilité d’obtention d’armes à feu, des individus déséquilibrés tuent le maximum de personnes. Comme le jeune d’origine coréenne à l’Université de Virginia Tech en 2009, qui a abattu 32 personnes. Ce jeune homme avait des problèmes relationnels. Aucun des deux, l’un américain de naissance, l’autre d’immigration, n’a été considéré comme terroriste.
    Si les Norvégiens ne reconnaissent pas Breivik comme un terroriste, à eux de s’en expliquer, pas aux Américains. La Norvège n’ayant pas été un pays souvent victime de terroriste, peut-être que l’appellation n’est pas encore entré dans les mentalités.

    Des Américains ayant commis sur leur propre territoire, et contre leur propres pays, des actes violents ont déjà été considérés comme des terroristes, et ce depuis longtemps, depuis 1995, date de l’attentat contre l’immeuble fédéral d’Oklahoma City. Timothy McVeigh, tout américain qu’il est, était considéré comme terroriste du temps de son procès. Il tombe dans la catégorie « domestic terrorism »; Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, plusieurs groupuscules, comme des écologistes protecteurs des forêts aux discours et méthodes radicales (saccage de matériel), des groupuscules anti-avortement qui mènent une vie d’enfer aux médecins (menaces de mort, bombes), tombent sous le coup de la classification « domestic terrorists ». Certains ont été condamnés à de très lourdes peines. Timothy mcVeigh, lui, a été exécuté. Etre américain ne lui a pas épargné la vie.

    Les médias, le système judiciaire américain ne réservent donc pas le mot terroriste aux seuls terroristes agissant sur des motifs religieux dirigés contre les Etats-Unis. Etre un terroriste, c’est entrer dans un mouvement idéologique hostile envers des personnes définis selon une caractéristique (obédience politique, religieuse, appartenance ethnique, etc) envers les institutions d’un autre pays ( que ce soit son propre pays ou un autre) et exprimer son hostilité par des actes violents, par la volonté de tuer. Il n’y a donc pas eu de « deux poids deux mesures ». Tous ont été considérés de manière équitable. Quant à Al Qaida, ceux qui s’y joignent se réclament haut et fort d’êtres terroristes. Ceux qui posent des bombes contre d’autres musulmans dans les rues de Bagdad et qui tuent des dizaines de personnes, sont des terroristes par la nature et les motivations mêmes de leurs actes, sans que les Américains aient besoin de leur attribuer ce titre; ils se le sont attribué par eux-mêmes.

    Enfin, il y a une belle incohérence dans ton texte. Tu as écrit « Chaque jour, des centaines voire des milliers de musulmans meurent dans le monde à cause d’injustices, d’oppressions, mais est-ce que l’Occident réagit ? ». Pour te rappeler un peu l’histoire, c’est bien ce qui s’est passé en Afghanistan, ou des musulmans-talibans opprimaient d’autres musulmans avec des règles d’un autre temps: exécution sommaires, lapidation pour adultère, droit de mort sur les femmes etc, et l’Occident a réagi contre cela. Aujourd’hui, on le lui reproche. Enfin, la France a tout fait pour empêcher Kadhafi d’utiliser des armes lourdes, comme des hélicoptères de combat, contre ses citoyens, ce qui aurait été un carnage abominable. Donc l’Occident réagi, mais l’Occident a toujours tort, quoiqu’il fasse…

    Ceux qui se font régulièrement tuer par des drones américans sont des « Al Qaida operatives » qui organisent des réseaux et des moyens de commettre des attentats contre des civils innocents. Al Qaida a déclaré la guerre à l’Amérique, ils ont eu la guerre. Toute tête qui dépasse et se réclame d’Al Qaida recevra un missile Hellfire. Quand on se veut terroriste et qu’on s’implique au péril de sa vie, on meurt en méchant terroriste, pas en méchant musulman. Un musulman et un terroriste islamiste sont deux choses différentes. Mais le deuxième fait tout pour prétendre représenter tous les premiers.

    Il y a des soldats de confessions musulmane dans l’Armée américaine. D’ailleurs l’un d’entre eux a retourné son armes contre 10 autres soldats dans un base militaire du Texas en octobre 2010. Les musulmans américains ne sont pas considérés comme des sous-hommes par les lois et règles de leur pays.

    Ton texte est vicié; tu mélanges tout, plus sur des bases idéologiques que sur des bases solides tant dans la connaissance factuelle que dans l’analyse.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here