Les parrainages sont « une règle absurde » pour Jean-Luc Mélenchon

Condition nécessaire pour se présenter à l’élection présidentielle, obtenir 500 signatures d’élus provenant de 30 départements différents. Cette règle est jugée « absurde » par Jean-Luc Mélenchon le candidat du Front de Gauche à la Présidentielle.

Afin d’éviter le trop grand nombre de candidats à l’élection présidentielle, une réforme des parrainages avait été entreprise en 1976, le nombre de signatures d’élus ayant été revu à la hausse (de 100, il est passé à 500). Tous les élus peuvent signer, les maires, les députés, les sénateurs, les parlementaires européens, les conseillers régionaux et généraux. Soit au total 47 000 signatures potentielles.

Dans un long entretien accordé à Libération, Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à la présidentielle, fustige cette règle qu’il qualifie d’ « absurde. On a donné le pouvoir à 500 notables de dire qui a la capacité ou non d’aller dans l’élection majeure. On mystifie tout le monde. On fait croire que c’est une élection libre, mais elle dépend de 500 personnes qui donnent ou pas le ticket d’entrée à l’élection libre ».

Une autre candidate peine à récolter ses 500 voix, Marine Le Pen candidate FN. A la question si Marine Le Pen n’obtient pas ses signatures, serait-ce un « problème » ? Jean-Luc Mélenchon répond : « Personnellement je m’en fiche. Si elle n’est pas candidate, je m’en frotte les mains. Se elle l’est, je m’en frotte les mains aussi, parce que je vais me battre contre elle ».

Dans cet entretien, Jean-Luc Mélenchon a écarté toute possibilité d’alliance avec François Hollande: « Je l’ai dit et redit, à supposer que, pour notre malheur, ce soit François Hollande qui soit en tête de la gauche et pas moi, il est impossible de croire qu’il me suffira de claquer dans les doigts en disant à ceux qui ont voté pour moi: Maintenant il faut voter pour l’autre. (…) Je demande solennellement à François Hollande de ne pas multiplier les embûches, car il le paiera à un moment donné, pour  notre désespoir à tous ». Je ne participerai à aucun autre gouvernement que celui que je dirigerais ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *