Le Krampus est une créature mythique anthropomorphe et munie de cornes, fréquemment décrite comme « mi-chèvre, mi-démon » et présente dans un certain nombre de folklores européens, comme l’Autriche, la Bavière, la Croatie, la République tchèque, la Hongrie, l’Italie du Nord et le Tyrol du Sud, la Slovaquie et la Slovenie. Ces folklores lui donnent pour rôle, à l’époque de Noël, de punir les enfants s’étant mal conduits. Il est fréquemment associé à saint Nicolas.

Pour l’historien Maurice Bruce (article de 1958) :

« Il semble y avoir peu de doute quant à sa véritable identité, car dans aucune autre représentation, on ne retrouve autant de regalia du Dieu Cornu des Sorcières si bien préservées. Le bouleau – abstention faite de sa signification phallique – peut avoir une relation avec les rites d’initiation de certains cercles wicca. Cela dans des rites avec des comportements d’attachement et de flagellation comme une forme rituelle de mise à mort. Les chaînes ont pu être introduites dans une tentative de christianisation du rituel pour « lier le Diable » ou être une persistance d’un rituel païen quelconque. »

Le 6 décembre, fête de Saint Nicolas, c’est là que débutent à Salzbourg des défilés traditionnels de sorcières et de Krampus, des sortes de Pères-fouettards. Avec ces représentants d’un autre temps, de masques sculptés dans du bois, de costumes en peau de bête et ornés de lourdes cloches ; une coutume ancestrale est réveillée.

Des compères sauvages : les défilés des Krampus et des Sorcières à Salzbourg

Des sonnailles sauvages, des fourrures hirsutes, des cornes pointues et des masques terrifiants : tous les spectateurs frémissent un peu lorsque les Krampus et les Sorcières longent les rues avec leur rugissement en dansant et en piétinant. Un défilé des Krampus ou des Sorcières est une aventure inoubliable et fait partie de l’Avent à Salzbourg, tout comme le marché de Noël et les chants de Noël appelant au recueillement. Cet évènement traditionnel particulier a lieu de fin novembre au début décembre à Salzbourg. Une coutume très ancienne dans la région des Préalpes.

Un personnage diabolique : le Krampus

Les défilés des Krampus et des Sorcières ont une longue tradition en Autriche. Le Krampus et la Sorcière ne remplissent pas la même fonction. Le Krampus est dans toutes les coutumes alpines un être ressemblant au diable et qui accompagne Saint Nicolas le 6 décembre. Le nom allemand « Krampus » vient de ses griffes de diable. « Grampa » est le nom italien pour « patte/ongle ». Cette coutume existait déjà dans l’Empire des Habsbourg et les régions environnantes.

Sorcières : Perchten

Les Sorcières par contre sont des personnages qui n’existent que dans l’espace alpin des traditions bavaroises et autrichiennes. Selon les différentes sources, le nom nous ramène sans doute à un personnage de légende, la « Perchta » (ou « Berchta). Tous ces masques sculptés dans le bois par des artistes, sont encore faits main. Les groupes de Sorcières portent une ou plusieurs cloches pour chasser l’hiver.

Selon la coutume, les Sorcières ne viennent que dans la nuit du 24 au 25 décembre et du 31 décembre au 1er janvier. Mais entre-temps, les défilés des Sorcières (Perchten en allemand) ont lieu pendant tout le mois de décembre. En 1837, celles de Gastein sont même venues saluer l’empereur Ferdinand 1er. Depuis 2011, les Sorcières de Gastein sont inscrites sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Dans la foulée de la vague folklorique du 20ème siècle, les limites entre Krampus et Sorcières s’estompent de plus en plus. On est arrivé à des « Sorcières-Krampus » et bien d’autres groupes, appelés aussi « Pass ». Rien qu’à Salzbourg, il existe environ 200 groupes (« Passes ») différents.

Vivre les coutumes

Le langage populaire affirme que dans tout défilé se cache une vraie Sorcière. Lorsque l’on observe ces compères sauvages à une distance sécuritaire, lorsque la multitude de lumières se reflète sur les masques sculptés selon les règles de l’art, on est bien obligé d’y regarder à deux fois : n’ai-je pas vu bouger une oreille pointue ? Ou n’était ce que le vent ? Est-ce-que les légendes ne contiennent-elles pas toutes un brin de vérité ?

Wikipédia / Salzburg.info

Source: Aphadolie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here