Par le Dr. Ines Urdaneta, chercheur à la Fondation des sciences de la résonance

La question ci-dessus pourrait commencer par la suivante : L’espace est-il une illusion ?
Comme l’ampleur d’une force comme l’électromagnétisme et la gravité entre deux objets est inversement proportionnelle à la distance qui les sépare, il semble plausible de conclure que les objets n’interagissent avec d’autres objets que lorsqu’ils sont proches, et plus ils sont proches, plus l’interaction est forte. Par exemple, en rapprochant deux aimants l’un de l’autre, on peut sentir l’augmentation du rejet entre eux (s’ils sont approchés par le même pôle) ou de l’attraction entre eux (s’ils sont de polarité opposée). Et puisque la force peut être ressentie lorsque les objets ne sont pas encore en contact, on pourrait dire que la force est transmise par un champ. Les champs s’étendent au fur et à mesure qu’ils se propagent à l’extérieur de l’objet.

Cette dépendance des forces et des interactions à la distance est la principale caractéristique du principe de la localité. Les localisations et les vitesses des objets sont définies les unes par rapport aux autres ; elles sont relatives les unes aux autres. Tout ce qui existe, ce sont des positions et des vitesses relatives, comme le conclut le travail d’Einstein à travers sa Théorie de la relativité générale. Dans ce cadre, tout événement implique un réseau de relations par rapport au temps (mouvement) et à l’espace (localisation et distance). La localisation implique alors également la causalité ; les effets physiques sont dus à des processus causaux. Ainsi, en gros, la relativité dit que les causes ne peuvent se propager dans l’espace qu’à une vitesse finie, qui est tout au plus la vitesse de la lumière. Ce fait est appelé la causalité relativiste.

La causalité relativiste est rompue par le phénomène quantique appelé enchevêtrement (intrication quantique), où deux particules dans un tel état d’enchevêtrement peuvent s’affecter instantanément en mesurant une propriété correspondante de l’autre, quelle que soit la distance entre ces particules. Cet effet a même été mesuré dans des matériaux macroscopiques. Par conséquent, l’intrication viole le principe de localité, et elle n’est pas limitée au monde quantique, mais elle est également présente à l’échelle macroscopique.

Comme expliqué dans cet article, Espace : The Final Illusion, il existe de bonnes preuves que les violations de la causalité nécessaires pour expliquer la non-localité provoquée par l’intrication quantique émergeront avec la théorie quantique de la gravité, comme Fotini Markopoulou et al. l’ont proposé pour la première fois en 2003. Cette théorie remplacerait le traitement statistique existant fourni par la mécanique quantique standard, pour être remplacée par une description complète et exacte de ce qui se passe dans chaque processus quantique individuel, basée sur des influences voyageant arbitrairement plus vite que la lumière. Ce fait démantèle le principe de causalité relativiste, ainsi que nos notions intuitives de l’influence locale.

Lorsque la localité et l’espace lui-même émergent de la moyenne de processus fondamentaux impliquant une diversité d’événements individuels, cette localité sera désordonnée, ayant la plupart des influences locales parce que, la plupart du temps, les événements liés de manière causale se retrouveront proches les uns des autres dans la description émergente que nous appelons espace. Mais il y aura de nombreuses paires d’événements causalement liés qui finiront loin l’un de l’autre et désorganiseront ainsi l’espace et la localité.

Comme le dit l’auteur de l’article, il existe des preuves théoriques que la théorie quantique de la gravité exigera que l’espace et l’espace-temps deviennent discrets et soient construits à partir d’atomes finis de géométrie.

RSF en perspective :
L’approche holographique généralisée de Nassim Haramein et al. est basée sur des atomes finis de géométrie, qui sont précisément les unités sphériques de Planck (PSU). Et grâce aux concepts d’entropie de surface et de volume voxelés par ces PSU, un rapport de transfert d’informations entre la surface et le volume est défini, donnant naissance à la masse d’un système. Ce modèle holographique a donné les résultats les plus frappants en prédisant le rayon muonique des protons (confirmé récemment par les dernières mesures électroniques de l’hydrogène de Bezginov et al. 2019) dans les limites de l’écart-type 1σ. Ce modèle fonctionne correctement des deux points de vue : 1) la théorie de l’information du trou noir de T’Hooft et Bekenstein, et 2) la thermodynamique et la mécanique statistique. Il faut s’y attendre, car il a déjà été prouvé que l’information et l’entropie sont directement liées. Les travaux de Markopoulou et al. semblent aller dans le même sens et aboutir aux mêmes conclusions.

Source : https://www.resonancescience.org/blog/Does-space-time-emerge-from-entanglement?utm_source=ARK-twitter&utm_medium=social

Note L. LSG :

N’importe quel éveillé (Sage) ou Shaman pourraient vous dire que ni l’espace ni le temps n’existent en réalité et ne sont qu’une confusion mentale.

Vous êtes illimité, infini !

Vous êtes RIEN. Le Vide. Le trou noir. Le point zéro. qui est à la fois partout et nulle part !

C’est à dire entre l’ETRE, et le NON-ETRE (l’incréé).

C’est la raison pour laquelle en mathématique des vortex on l’appelle LE 9. Car le 9 est à la fois partout et nulle part…

Je vous donne un exemple de mathématique des vortex :

je prend un nombre au hasard et de votre coté vous pouvez faire de même en en prenant un autre… je prend le nombre : 4651297

En mathématique des vortex, on réduit le nombre en additionnant ses chiffres jusqu’il ne reste plus qu’un seul chiffre : (4+6+5+1+2+9+7)=(34)…(3+4)=(7)

Maintenant prenez le nombre que vous avez choisi et insérez le chiffre 9 entre ses chiffres, n’importe ou et autant que vous voulez, moi de mon coté je le fais sur mon nombre 4651297…

4(9)65(9)(9)(9)1297(9) que je réduis ainsi :

4+(9)+6+5+(9)+(9)+(9)+1+2+9+7+(9)=79… 7+9 =16… 1+6=7

Autrement dit, le 9 vous pouvez en rajouter autant que vous voulez, cela ne changera jamais le résultat, pareil si vous enlevez les chiffres 9 contenus dans un nombre qui en contient à la base.

Ex : 129… ce qui est réduit a 1+2+9=12… 1+2=3. Retirez maintenant le 9 à 129, il reste 12 et 1+2=3 !

Donc en mathématiques, le 9 est partout et nulle part à la fois. Être et Non-Être. Entre l’incréé (Le Créateur) et le créé (La Création) ! C’est le Christ. Le Bouddha. Le Grand Réveil à l’immortalité et l’Infini !!!!

Le GRAAL !

Autre chose importante sur le 9…

Le 9 s’écrit NEUF, et neuf signifie : “LE NOUVEAU”.
Le nouveau ne connaît pas le temps !!!
Aussitôt apparu, il disparaît pour faire place au “nouveau-nouveau”… Éternellement.
Autrement dit, il est l’impermanence dans la manifestation tout en étant l’immuabilité, la permanence dans l’instant présent Éternel du NEUF/Nouveau. L’énergie infinie du point zéro.

Vous le retrouverez encodé dans la plus part des langues.

En Francais :
neuf
nouveau

En Espagnol :
nueve
nuevo

En Anglais :
nine
new

En Allemand :
negen
nieuw

En Hindi :
नौ (nau)
नया (naya)

En Suédois :
nio
ny

En Latin :
novem
novus

En Népalais :
नौ (Nau)
नयाँ (nayām̐)

En Norvégien :
ni
ny

En Hébreux (ou Ancien phénicien) :
תֵשַׁע
חָדָשׁ

En portugais :
nove
novo

En Punjabi :
ਨੌ (Nau)
ਨਵਾਂ (navāṁ)

En Islandais :
níu
nýtt

En Roumain :
nouă
nou

En Italien :
nove
nuovo

(j’ai pas vérifié toutes les langues, à vous de compléter…)

C’est le “rien, le point zéro, le trou noir, le vide total qui est partout et qui n’est RIEN, et que vous êtes en réalité !

Et comme vous êtes l’infini, vous êtes Cela !

Comment voulez vous qu’il y ait de l’espace ou du temps entre vous et vous !!@@??

Quand Jésus nous disait : “Je suis UN dans le père et le père est UN en moi.”, ce qu’il voulait dire, c’est que “Le Père”, La Source, est le vide et que vous aussi vous êtes le vide.

Et pour donner une image (au tout petit, tout petit mental, qui sont les barreaux de votre prison d’illusions (l’égo)… ne pas confondre le petit mental avec La Conscience !), c’est la goutte d’eau qui est UN dans l’OCEAN. L’océan n’étant pas séparé, ni autre chose que ce que tu Es.

Réveillez vous de l’illusion appelée EGO, et ouvrez votre cœur à l’immensité de votre Être, lequel comprend tous les autres (multidimensionnalité), car TOUT EST UN. Et vous êtes Cela.

Namaste

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *