L’étonnante nouvelle langue inventée au coeur de l’Australie

Une nouvelle langue a émergé en Australie. Mélange de créole, d’anglais et de Warlpiri, ce jeune dialecte en est à ses débuts mais est déjà pratiqué par les jeunes d’une communauté vivant au nord du pays.

Plus le temps avance, plus la mondialisation se propage et plus le nombre de dialectes ou langages en voix de disparition augmente. Pourtant, dans un petit village isolé au nord de l’Australie, une langue a été créée par les jeunes aborigènes : le Light Warlpiri. Les ethnologues découvrent souvent des langages inconnus dans les sociétés tribales, mais à la différence de la majorité, le Light Warlpiri en est vraiment à ses balbutiements.

La langue est faite d’un mélange surprenant. Métissage de créole, d’anglais et de Warlpiri (Un dialecte traditionnel pratiquée par plusieurs villages aborigènes), le Light Warlpiri est pratiqué par près de 600 personnes aujourd’hui, comme le rapporte le New York Times qui y a consacré un long article.

Sa grammaire propre

Carmel O’Shannessy est une passionnée et aussi une professeure de linguistique à l’université du Michigan. Pendant près de 10 ans, à raisons de plusieurs semaines par an en immersion, pour décrypter cette nouvelle langue. Le village d’où la langue est originaire est situé 900 kilomètres au sud de Darwin et s’appelle Lajamanu. On peut constater que le Light Warlpiri reprend des notions d’anglais. Dans la vidéo visible ci-dessous et adressée aux enfants, le texte est raconté dans la langue locale et sous-titré en anglais et en français. Quand certains termes et expressions viennent du Warlpiri ou d’un créole mélangeant les deux langues, d’autres mots ont été inventés de toutes pièces, pour un résultat parfois étonnant au niveau de la phonétique.

Une langue pour les plus jeunes

Ce qui est étrange avec l’émergence de cette nouvelle langue, c’est qu’il n’y en avait en apparence par la nécessité car il existe déjà des moyens de communication bien établis dans la région. En effet, le Warlpiri existe déjà et est pratiqué par nombre d’indigènes. Encore au stade de ses balbutiements, le Light Warlpiri est pratiqué essentiellement par de jeunes adultes. Seules les personnes de moins de 35 ans le connaissent, et la première génération de personne le parlant est toujours vivante.

Chose étonnante, malgré leur apprentissage de l’anglais dès le plus jeune âge, c’est bien le Light Warlpiri que les adolescents choisissent de parler entre eux lorsqu’ils partent au collège. Cette démarche pourrait faire écho à un besoin de réaffirmer leur identité par le langage, créer une communauté renouvelée autour de cette nouvelle langue.

Une communauté en autarcie

Selon Carmel O’Shannessy, le Light Warlpiri jouerait un rôle important dans la construction de leur identité. Mais pas seulement. D’après elle, c’est bien parce que Lajamanu est un village particulièrement isolé que cette nouvelle langue a pu se développer. Celui-ci est en effet si difficilement accessible qu’un avion apporte deux fois par semaine le courrier et un camion de la nourriture et de l’équipement chaque semaine à la boutique du village, comme l’indique le Huffingtonpost. Manifestement, le Light Warlpiri a de beaux jours devant lui. « Si les aînés veulent préserver la langue traditionnelle le Warlpiri, je ne suis pas sûre que ce sera le cas. Le Light Warlpiri semble plutôt solide, » estime la professeure de linguistique Carmel O’Shannessy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *