« Je transmets cet article qui m’est parvenu d’un historien du Territoire  »
Bonne lecture…intéressante…

Monsieur le président milliardaire et néanmoins communiste, vous avez prononcé devant les élus du Congrès un discours étonnamment raciste et sectaire pour un homme qui serre la main de ses amis Bové et Besancenot, ardents défenseurs en métropole des immigrés, fussent-ils de la veille, et de la mondialisation, fût-elle alternative. Vous vous construisez le profil d’un Robert Mugabé, nationaliste et socialiste, cela nous fait peur.

Faut-il vous rappeler la généalogie de votre clan ? Certains, dont je suis, sauront vous la rappeler en temps utile, s’ils ne sont pas pris de vitesse par ceux qui préparent, parait-il, les herbes pour vous.

Dites-nous, avant de vous prétendre « peuple premier », ce que vos vieux ont fait, quand ils ont colonisé Tiga et Maré, des Rué-Ezi, des Si-Pacuen, des Si-Rama et des autres clans eletok, les « têtes aînées » qu’ils ont exterminé au début du XIXe siècle. Les Kanak en Nouvelle-Calédonie ne sont pas plus peuple premier que les Herero et les Ovambo en Namibie, ou les Bantous en Afrique du Sud, pays qu’ils ont colonisés il y a quelques siècles en arrivant du Soudan, du Congo et autres pays d’Afrique centrale et en exterminant les Bushmen seuls vrai peuple premier de toute l’Afrique du Sud (il en reste 30 000 environ).

Dans toute la Mélanésie, il y avait des Négritos (les Eletok) avant les Papous et les Kanak. On les trouve encore nombreux en Papouasie (350 000), aux Iles Salomon, quelques-uns au Vanuatu où l’on écrit encore leur langue dans certaines îles du nord. En Nouvelle-Calédonie, vers 1790, le chef  Wabutrune Etoroï  a commencé leur massacre, il a duré trente ans. Mais cela fait-il des colons kanak de Tiga et Maré et en fait de toute la Kanaky un peuple premier ? Et si c’était le cas, faudrait-il appeler « peuple premier » les Anglais en Tasmanie et les Espagnols en terre de Feu ?

Vous qui vous prétendez démocrate, mais ne l’êtes pas plus que je ne suis archevêque de Canterbury, comment pouvez-vous prétendre exercer le droit du sang sur des gens sous prétexte qu’ils sont arrivés ici un peu après vos vieux ? De quel droit méprisez-vous les Pieds-Noirs qui sont eux aussi, puisqu’il faut vous le rappeler, des « victimes de l’Histoire » ?

Souvenez-vous de ce qui est arrivé à Robert Sinemeiné, ce Lifou qui avait du sang japonais dans les veines, comme Jean-Marie Tjibaou, et que les Kanak de la vallée de la Hienghène ont chassé en le traitant de « colon étranger ». Souvenez-vous aussi de ce qu’avait déclaré Burck un jour : « Les mecs des îles ? quand il y aura l’indépendance ils auront intérêt à acheter des planches à voile ».

Nous sommes tous, vous, moi, tous les autres quelle que soit la couleur de leur peau, des colons, des métis, des étrangers et si ce n’est pas nous ce sont nos parents, nos vieux qui l’ont été. Il n’y a pas de race pure, de Kanak purement kanak. La propriété de la terre « depuis la nuit des temps » n’est qu’une légende partout dans le monde et surtout en Calédonie.

Nouvelle-Calédonie avant l’arrivée des Européens était un pays sans nom, sans Etat, sans souveraineté : une juxtaposition de clans en guerres perpétuelles dont la plupart ignoraient même qu’ils étaient sur une île puisque sortir des limites du clan sans une solide bande armée c’était souvent se condamner à mort. Leur horizon, c’était les montagnes d’alentour et la mer au bout de la vallée. Leur vie, la peur perpétuelle d’être chassés de leurs terres par le clan voisin devenu plus fort, d’être tués et mangés dans un coup de main ou une embuscade, d’être emboucanés.

À Maré, connaissez-vous une seule tribu dont les frontières n’ont pas bougé depuis deux siècles ? Pourquoi croyez-vous que le grand chef Naisseline soit hostile à la constitution d’un cadastre coutumier ?

Kanak ? Les colons qui nous l’ont imposé ont dû l’emprunter aux Maohis d’Hawaï parce que les habitants de ce pays sans nom n’avaient pas de nom.

Le drapeau du FLNKS avec ses bandes bleue, rouge, verte et son soleil ? Il est directement copié de celui de la SWAPO en Namibie qui est devenu drapeau national en 1990 et cela, même Monsieur Mokaddem l’ignore.

Alors, Monsieur Urégeï, faites-nous plaisir, faites comme Léopold Jorédié, cessez vos rodomontades vaubanesques et puisque votre fortune est faite, prenez votre retraite.

270 COMMENTS

  1. Marcel, c’est pire que ce je croyais…???
    Je lis vos échanges avec inforétif et je me dis que le retour des botte est pour bientôt !!!
    Tant de haine c’est effrayant !!!
    J’ai écris que les cons n’avaient pas de couleurs, mais j’aurais du ajouter les malades, les tueurs et les fossoyeurs du monde…!!!

    Marcel y a pas de races meilleures que d’autre y a surtout des gens comme vous pour adhérer à des thèses qui rendent possible le nettoyage ethnique…

    Qu’elle misère… Quand j’y pense je suis sur le cul de lire ces horreurs…

    Marcel, je ne vais plus échanger avec vous, vous n’en valez pas la peine. Ne prenez même pas la peine de répondre à ce post…

    Beurk !!! C’est ma conclusion…

      • Hé ! les colons, on vous connait plus racistes que vous, tu meurs !!
        Esclavagistes, assassins, pilleurs, voleurs ……………. Faut lire Aimé Césaire … si vous n’aimez pas Malcom X !!

        Pour ce qui est des israeliens vous allez pas non plus nous le faire, si vous avez lu les livres de nathan ce ne nous étonne pas !!

        L’Histoire on la connait, la colonisation qu’ils font aussi, les tueries également !!

        Mais cela vous le savez :

        Où est passé le Birobidjan ?

        A part quelques initiés, tout le monde a ignoré, et ignore toujours, qu’il existe une « république autonome juive », installée il est vrai sur un territoire inhabité de l’URSS. En 1928 (donc vingt ans avant la création d’Israël), sur proposition du président Mikhaïl Kalinine, Staline décide de créer à 8 400 kilomètres de Moscou, au Birobidjan, région perdue, marécageuse et désertique de l’Extrême-Orient sibérien, près de la frontière avec la Chine, une « entité nationale juive », avec le statut de terre d’accueil pour les Juifs d’URSS. En 1934, le Birobidjan reçoit son statut officiel de région autonome juive. En 1937, on y compte 37 000 Juifs.

        http://blog.mondediplo.net/2008-03-26-Ou-est-passe-le-Birobidjan

        Mais là il n’y a pas de richesse à piller.

        Comme vous des cupides, sanguinaires et qui se ressemble s’assemble en Irak, Afganistan, Libye, Mali …

        Il n(y a que la vérité qui blesse

        • A part quelques initiés, tout le monde a ignoré, et ignore toujours, qu’il existe une « république autonome juive », installée il est vrai sur un territoire inhabité de l’URSS. En 1928 (donc vingt ans avant la création d’Israël), sur proposition du président Mikhaïl Kalinine, Staline décide de créer à 8 400 kilomètres de Moscou, au Birobidjan, région perdue, marécageuse et désertique de l’Extrême-Orient sibérien, près de la frontière avec la Chine, une « entité nationale juive », avec le statut de terre d’accueil pour les Juifs d’URSS. En 1934, le Birobidjan reçoit son statut officiel de région autonome juive. En 1937, on y compte 37 000 Juifs.

          • C’est sur que l’erreur provient bien du fait que après la guerre l’ONU a remis la Palestine (plan de partage de la Palestine en 1947) au peuple juif et cree ainsi l’etat d’Israel: aller mettre les juifs (dans un etat religieux!!!) au milieu des pays arabes, quel bonne idee!!!
            Leur constitution (en Hebreu erets-israel) est base sur des affirmations jamais prouvees (« lieu où naquit le peuple juif »…) et toute la religion, a ce stade des etudes sur le sujet, repose sur des legendes, des chimeres.
            Par contre la republique autonome juive (dans l’ancienne URSS) et d’autres (il y avait ausii un projet de creer un etat d’Israel au Nord de l’Europe) par tres bon a mon avis, ces gens ont besoin de faire du commerce et les isoler avait aucun sens.

          • Etes vous satisfait des massacres commis par les Juifs sur les Territoires occupés de Palestine ?
            Utilisation de missiles incendiaires ou à fragmentation , bombes au phosphore et j’en passe…
            Et i y en a qui protège les Juifs On devrait les transférer tous à BIROBIDJAN et la paix reviendra au moyen Orient.
            Citez moi un pays au monde où il n’y a pas de Juifs ? Ils sont comme des cafards. Ils s’installent partout , s’incrustent et s’accaparent se tout. Ils contrôlent les Banques dans le monde , le commerce des pierres précieuses et j’en passe…
            Il y a six millions de Juifs à NEW YORK. Les deux tours détruites par les avions suicide représentaient la puissance financière juive..

            PS. Enfant palestinien brulé par une bombe au phosphore. C’est beau ça ?

    • Lepen ! Sortez du corps de Marcel !
      Incroyable de lire de tels propos encore de nos jours.
      Marcel prouve bien par ses écrits que l’on peut parfaitement avoir un certain bagage intellectuel (et encore cela reste à prouver puisqu’avec internet maintenant, les pseudos intellectuels pulullent) et être con (spéciale dédicace à Patou 😉 ).

  2. L’ancien testament, realite ou fiction, legende?
    La meilleure emission sur le sujet est passé sur deux tres serieuses chaines de TV, une Anglaise, la BBC et l’autre Australienne. La journaliste, pour la chaine Australienne est la repute Geraldine Doogue et l’article est par le non moins repute journaliste Britannique, otage a Beyrouth, John McGrath, voice les trois episodes en commencant par le 1er, en Anglais ( il serait important de vous le faire traduire si vous ne comprenez pas l’Anglais, cette recherche de McGrath est l’etude la plus complete et la mieux realisee sur le sujet, bourree de details croustillants, vous devriez etre sideres par les recentes decouvertes des meilleurs scientifiques mondiaux):

    http://www.abc.net.au/compass/s766064.htm

  3. CorrectionS:

    *la meilleure emission est passée (feminin)…
    *et l’autre Australienne, ABC TV…
    *est la repute (EE)…
    *John McGrath est cite dans le texte en introduction mais il s’agit en fait de John McCarthy, le journaliste otage…
    *voice = voici…
    Donc, le dimanche (jour ou j’ai ecrit ce texte, pressee entre deux rdv) je ferais mieux de rester couchee sous la couette, avec, bien sur, petit dej -avec croissants- au lit…

    Pour la peine je vous traduirai le texte en Francais si vous le souhaitez, si besoin est, ou je resumerai tout simplement le contenu en Anglais, je vs donne le choix…

    (Et oui je tape toujours sur un clavier Americain, sans accents, cedilles, etc…)

    Meilleurs sentiments,

    LGV

  4. Je mets la charrue devant les boeufs mais maintenant qu’il existe une porte (meme si a peine entrouverte) qui donne sur la possibilite de devenir un department d’outre-mer, base sur le tres interessant article de clakounette concernant le statut des iles Cook (a paraitre, que je reprends ci-apres), base en particulier sur les explications pertinentes du docteur Guy Agniel et je le cite:

     » Pour prendre l’exemple de la Nouvelle-Calédonie, les referenda prévus à partir de 2014 sont la concrétisation de l’autodétermination de la population concernée. Selon la formulation de la question qui sera posée, elle aura le choix entre les trois options ci-dessus : ou devenir indépendante, ou intégrer la République française, ou se diriger vers un statut qu’elle définira librement avec la France.  »

    meme, si (je cite Dr Agniel):

     » Compte tenu des positionnements des deux grands courants politiques, il semble évident que les deux premières solutions entraineraient une situation de blocage et de tensions qui pourrait rapidement dégénérer.  »

    La possibilite de faire partie integrale de la France existerait donc bien.

    Merci a Clakounette et au docteur en droit pour cette eclaircissement d’un sujet bien complique et deforme par beaucoup de novices en matiere de droit.

    Devenons Francais a part entiere, comme l’ont fait nos amis de Mayotte, les avantages sont enormes pour TOUS, toutes ethnies confondues, et rien ne nous en empeche dorenavant, les Lafleur et autres rois caldoches sont partis…

    LGV

    • je doute que le »docteur » Agniel ait pu écrire cela
      il suffit de lire le texte

      5. L’évolution de l’organisation politique

      de la Nouvelle-Calédonie

      Au cours du quatrième mandat (de cinq ans) du Congrès, une consultation électorale sera organisée. La date de cette consultation sera déterminée par le Congrès, au cours de ce mandat, à la majorité qualifiée des trois cinquièmes.

      Si le Congrès n’a pas fixé cette date avant la fin de l’avant-dernière année de ce quatrième mandat, la consultation sera organisée, à une date fixée par l’Etat, dans la dernière année du mandat.

      La consultation portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité.

      Si la réponse des électeurs à ces propositions est négative, le tiers des membres du Congrès pourra provoquer l’organisation d’une nouvelle consultation qui interviendra dans la deuxième année suivant la première consultation. Si la réponse est à nouveau négative, une nouvelle consultation pourra être organisée selon la même procédure et dans les mêmes délais. Si la réponse est encore négative, les partenaires politiques se réuniront pour examiner la situation ainsi créée.

      Tant que les consultations n’auront pas abouti à la nouvelle organisation politique proposée, l’organisation politique mise en place par l’accord de 1998 restera en vigueur, à son dernier stade d’évolution, sans possibilité de retour en arrière, cette « irréversibilité » étant constitutionnellement garantie.

      Le résultat de cette consultation s’appliquera globalement pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie. Une partie de la Nouvelle-Calédonie ne pourra accéder seule à la pleine souveraineté ou conserver seule des liens différents avec la France, au motif que les résultats de la consultation électorale y auraient été différents du résultat global.

      L’Etat reconnaît la vocation de la Nouvelle-Calédonie à bénéficier, à la fin de cette période, d’une complète émancipation.
      alors département faut oublier

      • Voila donc le billet dans son integral et je lis bien [après a)/b)/c)]  » Pour prendre l’exemple de la Nouvelle-Calédonie, les referenda prévus à partir de 2014 sont la concrétisation de l’autodétermination de la population concernée. Selon la formulation de la question qui sera posée, elle aura le choix entre les trois options ci-dessus : ou devenir indépendante, ou intégrer la République française, ou se diriger vers un statut qu’elle définira librement avec la France.  » :
        PEUT DONC ETRE LU:
        « OU INTEGRER LA REPUBLIQUE FRANCAISE », voici le billet en entier:

        Le phénomène de colonisation / décolonisation remonte à l’Antiquité et n’a épargné aucune région du monde : Europe, Amériques, Afrique, Asie, Océanie.

        Pour l’illustrer par des exemples simples :

        – L’empire romain a colonisé la Gaule.

        – Les États-Unis d’Amérique sont le premier État moderne issu d’une décolonisation (le colonisateur était britannique : colonisation/décolonisation n’induit pas automatiquement de relation ethnique).

        Aujourd’hui, il ne reste plus que quelques rares cas de territoires colonisés, ou en cours de décolonisation. Mais que signifie précisément ce dernier terme ? C’est un mécanisme relativement simple à comprendre, mais il faut bien en maîtriser le processus et distinguer entre décolonisation et autodétermination :

        Toute société humaine organisée (le mode d’organisation est variable selon les types de civilisation) est réputée détenir un pouvoir souverain.
        Quand la société humaine est colonisée, l’État colonisateur confisque à son profit cette souveraineté.
        Lorsque la décolonisation intervient la société humaine en question recouvre sa souveraineté initiale.
        L’autodétermination, qui est accomplie par la population concernée, consiste à décider librement ce que la société humaine va faire de la souveraineté qu’elle va recouvrir (c’est une sorte de « mode d’emploi ») :

        a) Soit la population décide d’assumer pleinement sa souveraineté : c’est l’accession à l’indépendance

        b) Soit elle y renonce totalement et intègre alors un État existant

        c) Soit elle décide de l’aménager, en négociant avec un État indépendant un accord, en général pour lui confier les compétences de souveraineté (qu’on appelle beaucoup en Nouvelle-Calédonie les « compétences régaliennes ») les plus coûteuses ou les plus difficile à appliquer : relations internationales, défense…

        Pour prendre l’exemple de la Nouvelle-Calédonie, les referenda prévus à partir de 2014 sont la concrétisation de l’autodétermination de la population concernée. Selon la formulation de la question qui sera posée, elle aura le choix entre les trois options ci-dessus : ou devenir indépendante, ou intégrer la République française, ou se diriger vers un statut qu’elle définira librement avec la France.

        Compte tenu des positionnements des deux grands courants politiques, il semble évident que les deux premières solutions entraineraient une situation de blocage et de tensions qui pourrait rapidement dégénérer.

        Reste la troisième solution, que l’ONU appelle le Territoire associé (Résolution 1541 de 1960) et qu’elle a élargie dans la résolution 2625 de 1970.

        A ce propos, il faut garder à l’esprit la distinction fondamentale (qui vous a été enseignée dès la première année) entre un État et un territoire non autonome :

        – Un État est souverain, c’est à dire indépendant. Il possède sa propre nationalité. Il peut entrer en association avec d’autres États,

        Soit dans une relation multilatérale, en créant une organisation internationale qui peut être à vocation régionale, (comme la CPS ou l’Union Européenne), ou a vocation universelle, comme l’ONU et ses institutions spécialisées.
        Soit dans une relation bilatérale, comme c’est le cas des États-Unis avec la république des Marshall ou les États fédérés de Micronésie.
        – Un territoire est une collectivité territoriale qui n’est pas souveraine, donc pas indépendante. Ce territoire n’a pas de nationalité propre, mais possède celle de l’État auquel il est rattaché.

        Lorsqu’un Territoire, anciennement colonisé, fait l’objet d’une décolonisation (c’est le processus de l’Accord de Nouméa), il peut s’autodéterminer pour former avec la Métropole un territoire associé, selon des formes et modalités auxquelles il a librement consenti (c’est-à-dire qu’elles ne lui sont pas imposées par la métropole)

        La notion de territoire associé est peu connue des Calédoniens car elle est essentiellement appliquée dans le droit anglo-saxon.

        Il s’agit, comme indiqué précédemment, d’une solution qui s’inscrit dans le cadre des préconisations de l’organisation des Nations Unies (résolution 1541 de 1960 et 2625 de 1970).

        Le Territoire associé n’est pas assimilable à un État associé. Pourquoi?

        Être un État associé suppose avoir accédé à l’indépendance pour ensuite s’associer avec un autre État qui le souhaite.

        À contrario, le Territoire associé n’est pas un État. Le Territoire associé n’est donc ni indépendant ni souverain. La souveraineté de ce territoire est librement confiée par sa population à l’État avec lequel il est dans une relation d’association.

        Cette souveraineté est donc exercée par l’État référent pour le compte du Territoire et, en théorie, sous son contrôle.

        A ce titre, dans le Pacifique, les îles Cook et Niué sont des Territoires associés. Leurs citoyens sont de nationalité néo-zélandaise puisque ces territoires sont associés à la Nouvelle-Zélande. La souveraine institutionnelle de ces îles est donc Elisabeth II d’Angleterre, également souveraine de Nouvelle-Zélande.

        Ni les îles Cook, ni Niué n’ont de représentants à l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies.

        Le statut de libre association se négocie entre le territoire et l’État référent car il n’a pas de contenu prédéterminé et donne lieu à un accord. Cet accord est ensuite soumis à l’approbation de la population du territoire concerné.

        L’intérêt du statut de Territoire associé est le mécanisme juridique qui permet à un territoire d’exercer son droit à l’autodétermination sans rompre les liens avec sa Métropole tout en bénéficiant d’une très large autonomie de décision concernant ses compétences internes.

        Guy AGNIEL

        Docteur d’État en droit

        Professeur des Universités de droit public

      • Pardon?
        voici donc la signature au bas du billet (en reprenant le paragraphe et en attendant le texte integral, modere en ce moment):

         » Pour prendre l’exemple de la Nouvelle-Calédonie, les referenda prévus à partir de 2014 sont la concrétisation de l’autodétermination de la population concernée. Selon la formulation de la question qui sera posée, elle aura le choix entre les trois options ci-dessus : ou devenir indépendante, ou intégrer la République française, ou se diriger vers un statut qu’elle définira librement avec la France.

        EST BIEN ECRIS: « ou integrer la Republique francaise » et, a la fin du billet, la signature:

        Guy AGNIEL

        Docteur d’État en droit

        Professeur des Universités de droit public

        • je répète ( enfin je rappelle le paragraphe intégral des ADN)
          « La consultation portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité.

          Si la réponse des électeurs à ces propositions est négative, le tiers des membres du Congrès pourra provoquer l’organisation d’une nouvelle consultation qui interviendra dans la deuxième année suivant la première consultation. Si la réponse est à nouveau négative, une nouvelle consultation pourra être organisée selon la même procédure et dans les mêmes délais. Si la réponse est encore négative, les partenaires politiques se réuniront pour examiner la situation ainsi créée.

          Tant que les consultations n’auront pas abouti à la nouvelle organisation politique proposée, l’organisation politique mise en place par l’accord de 1998 restera en vigueur, à son dernier stade d’évolution, sans possibilité de retour en arrière, cette « irréversibilité » étant constitutionnellement garantie.

          alors si le Docteur en droit a écrit ce que vous citez c’est grave ça voudrait dire qu’il ne comprend pas un texte on ne peut plus clair au moins sur ce point .. 3 référendums possible sur l’indépendance ( transfert des compétences régalienne) si l’indépendance n’est pas acquise au bout du 3eme qu’est ce qu’on fait ? on ne sait pas, on organise la palabre..ça veut dire que le choix pourrait être département qu à condition d’imaginer un nouvel accord ou les indépendantiste renoncent à l’être et unanimement acceptent de devenir département..on peut rêver ,d’autant que l’irréversibilité du statut actuel est garanti constitutionnellement jusqu’ à ce qu’un nouvel accord soit trouvé (mais pas imposé par la France)
          conclusion le bon Docteur a fumé la moquette s’ il a écrit cela ou alors un soir d’ivresse il a pris ses désirs pour des réalités
          il suffit de savoir lire pour comprendre ce paragraphe des ADN.. même un capacitaire en droit comme fifils peut le comprendre
          c’est clair , c’est indépendance ou statut quo sauf si toutes les parties signaient autre chose… ça veut dire que le problème politique indépendance or not indépendance au bout de 3 référendums perdus reste entier …
          Personne a obligé Lafleur à signer cela mais il l’a fait et tous les autres aux ordres que vous connaissez aussi ,72% ont dit oui au texte… quand le vin est tiré ,il faut le boire dit le proverbe même si c’est de la piquette vinaigrée

  5. Bonjour à tous.

    Attention aux dérives et aux mauvaises réactions. C’est la réponse d’un kanak d’une tribu de Canala révolté par le commentaire publié certainement par un calédonien(e) sur le blog cagou.com le 19/04/2013 avec pour pseudo Nemo et pour titre My 2 cents. Cette personne a écrit un commentaire raciste à l’encontre des kanaks et s’est déclarée être descendant(e) de colons. J’ai plus de 350 adresses mails d’indépendantistes kanaks et je puis vous assurer que les informations passent vite chez eux. J’adresse une mis en garde à ces messieurs Eric , Julien , Inforectif et compagnie qui tiennent des propos racistes en se couvrant derrière l’anonymat. Mais je les ai tous démasqués. Respectant l’anonymat de ce blog je ne révélerai pas publiquement leurs coordonnées. Pour prouver mes dires je leur enverrai de gentils messages par mail.
    J’ai publié cette lettre d’un kanak pour vous dire d’arrêter de mettre de l’huile sur le feu.
    J »e ne vous ai pas insulté comme vous l’avez fait à mon égard.
    En bon entendeur salut.
    Marcel.

    • Vous avez vu les amis, le Marcel il est pas bien ???
      Il tient des propos racistes, il donne dans le communautaire et ensuite il tente de faire croire que nous avons, nous, des discours xénophobe…???
      C’est le monde à l’envers…
      On est juste pas indépendantiste c’est tout… Il s’agit juste d’une position politique et rien de plus…

      Quand aux propos d’un certain Némo, nous savons tous que c’est un faux. En effet, tout le monde connait la personne qui est derrière ce pseudo. Cette personne n’aurait jamais tenue de tels propos. Et parce que ce n’est pas son genre et parce que justement tout le monde connait son identité…

      • Bonjour aux colonialistes.

        Arrêtez de me faire passer pour ce que je ne suis pas.
        Je suis anti-sioniste. Anti-colonialiste. N’essayez pas de me mettre un étiquette de raciste. Je ne suis pas raciste. Si j’étais raciste je ne n’aurais jamais soutenu les nationalistes kanaks. Je répète encore je soutiens les nationalistes kanaks. Je suis pour la création d’un Etat palestinien comme je suis également pour la décolonisation de ce territoire colonial en faveur des kanaks , peuple autochtone et création d’une Nation kanake. Les kanaks ont droit à leur Nation et à leur drapeau. Maintenant que le drapeau Kanak a été hissé il ne descendra plus. Louis Kotra UREGEI dans son dernier interview sur TV Calédonie 1ère a remercié FROGIER et a dit éprouver envers lui beaucoup de sympathie pour son courage. N’oublions pas qu’un Ministre de la France est venu spécialement sur le territoire pour honorer cet heureux événement. L’indépendance au profit des kanaks est inéluctable , inaliénable. Je souhaite que le drapeau Français continuera à flotter à côté du drapeau kanak dans le cadre de deux nations amies. Relations d’Etat à Etat.

        Cordialement.

        Marcel.

        •  » Je ne suis pas raciste.  »

          « les juifs sont comme les cafards » : ce n’est pas raciste, ça ?! Je répète : pauvre type !

          • En effet, il n’est pas raciste. Il n’aime pas les juifs et les loyalistes, mais il n’est pas raciste.
            J’aimerais bien voir si dans sa famille on est aussi mélangé que dans la mienne…

            On va devoir lui répéter combien de foi que les ADN détermineront l’avenir du Pays et que nous le ferons sans lui…
            Et que l’indépendance ne l’emportera que si c’est le choix des Calédoniens inscrits sur les listes électorales… Un point c’est tout…

            Toutes explications ces remarques à deux balles on s’en fiche, le chemin s’appel ADN…

          • Réponse à Eric et ses illuminés.

             » en effet il n’est pas raciste. Il n’aime pas les Juifs et les loyalistes  » etc…
            Ne déformez pas ce que j’ai dit. Je ne suis pas d’accord avec les Juifs qui massacrent les palestiniens femmes et enfants compris avec des moyens disproportionnés.
            Pour moi loyaliste c’est être loyal envers autrui. On peut être loyal envers sa femme , envers la mafia locale dans ce territoire colonial qui se couvre derrière le drapeau français pour opérer en toute quiétude , envers GOMES , envers FROGIER , envers MARTIN , envers LKU , envers TUYENON , envers qui finalement ? Ceux qui sont véritablement loyalistes envers la France sont pour la Départementalisation. Ceux qui sont véritablement loyalistes envers le peuple kanak sont pour l’indépendance kanake. Ceux qui sont loyalistes envers la mafia locale sont maintenant pour l’autonomie interne élargie. C’est bien vague votre appellation de loyaliste. Découvrez vos véritables visages bande de lâches que vous êtes. C’est facile de dégueuler derrière des pseudos. Malheureusement nous avons les moyens de vous démasquer.
            En bon entendeur salut.

            Marcel

            PS. Eric je vous ai demandé c’est quoi la FINC ? Il y aurait une appellation qui serait la suivante :  » FEDERATION DES INDEPENDANTISTES NEO-CALEDONIENS » abritant des ultras comme en Algérie ?

          • Réponse à Inforectif :

            Citez moi des pays dans le monde où il n’y pas un seul juif. Il y a même des communautés juives en Iran , en Libye , en Syrie , au fin fond de la Sibérie…bref ils sont partout comme les cafards. Citez moi un pays où on ne trouve pas un cafard ? Même en Alaska par – 30° il y a des cafards. Ils s’introduisent dans les containers et pénètrent ensuite dans des demeures bien chauffées et grignotent ce qu’ils trouvent. Savez vous qu’en République Juive de BIROBIDJAN créée par Staline la température baisse à -40° l’hiver et les Juifs tiennent le coup. Vraiment ce Staline n’avait aucune pitié envers les Juifs comme Hitler d’ailleurs. Et là je ne suis pas d’accord aux traitements qui leur ont été infligés par Staline et Hitler. Mais que les Juifs aujourd’hui font pire que Staline et Hitler envers les populations musulmanes je dis NIET . Je ne suis pas d’accord de soutenir des criminels.
            Marcel.

    • « J’ai plus de 350 adresses mails d’indépendantistes kanaks et je puis vous assurer que les informations passent vite chez eux. J’adresse une mis en garde à ces messieurs Eric , Julien , Inforectif  »

      Mais c’est qu’il nous menace en plus, ce pauvre type !

    • Hé Marcel ! Vous habitez toujours Val Plaisance ? Si oui, je peux passer vous voir pour que vous m’expliquiez comment vous vous êtes procuré toutes ces adresses mails ?
      Par ailleurs, pouvez vous me faire des copiés/collés de mes propos racistes ? Quand on traite un peuple (juif) de cafard, il vaut mieux ne pas trop la ramener ensuite.
      Vos menaces vous pouvez vous les carrer bien profond et j’attends votre mail avec impatience, vous pouvez même m’appeler ou passer me voir, je serais disponible pour vous.
      A bon entendeur.
      Hasta pronto cabron !

      • Ah j’oubliais, pouvez vous me dire de quoi vous vous mêlez ? Vos amis indépendantistes, ont ils besoin d’un papy zoreil pour les défendre ? N’est ce pas un des principes de l’indépendance que de se débrouiller seul sans aides extérieures ?

        • Julien.

          L’indépendance ce n’est pas se débrouiller seul, autrement il n’y aurait plus d’Etats Unis, plus de France, plus de Chine, c’est simplement gérer nos intérêts et nos interdépendances dans le respect et pour les intérêts de chaque partie.
          Marcel.

      • Réponse à Julien.
        Vraiment je suis confronté à des pauvres types.
        Grandes gueules mais rien dans le pantalon.

        Si vous venez à mon domicile je vous réserverai un accueil très particulier. Je puis vous garantir que vous redescendrez les escaliers de mon immeuble vite fait. Vous verrez ce qu’un papy est capable de faire devant un branlotin menaçant de votre espèce. Les indépendantistes kanaks n’ont peut-être pas besoin d’un papy pour leur donner des conseils mais ils sont contents d’avoir un papy avec eux dans leur combat pour se libérer du joug du colonialisme français. Les kanaks sont suffisamment intelligents et capables de prendre leur propre destin en mains. De diriger leur pays. Ils n’ont pas besoin d’un branquignol comme vous. Je n’ai jamais dit que j’étais leur guide spirituel. Où avez vous vu ou entendu ça ? On est avec eux ou contre eux. On est avec le pouvoir mafieux ou on est contre. La Nouvelle Calédonie n’est pas la France. C »e n’est pas un Département Français mais bien un territoire colonial en voie d’émancipation. Merci de votre publicité avec ma photo que j’ai diffusée largement dans les milieux kanaks avec vos invectives. Vous avez augmenté mon crédit auprès d’eux. Ils savent que je suis confronté à des suppôts du pouvoir mafieux .
        Les chiens aboient et la caravane passe.
        Chao…
        Marcel.

        • « Si vous venez à mon domicile je vous réserverai un accueil très particulier. Je puis vous garantir que vous redescendrez les escaliers de mon immeuble vite fait. Vous verrez ce qu’un papy est capable de faire devant un branlotin menaçant de votre espèce. »
          Ahahahahah n’allez pas nous péter une durite papy ! Ma proposition de passer chez vous n’était aucunement une menace de vous faire quoique ce soit physiquement mais simplement que vous m’expliquiez de vive voix comment avez vous fait pour vous procurer les coordonnées de certains intervenants de ce site puisque vous évitez à chaque fois d’y répondre, je suis curieux. J’attends toujours que vous m’écriviez à quel moment ai je tenu des propos racistes ? Je suis anti-indépendantiste et certainement pas raciste comme vous le dîtes.

          « Les indépendantistes kanaks n’ont peut-être pas besoin d’un papy pour leur donner des conseils mais ils sont contents d’avoir un papy avec eux dans leur combat pour se libérer du joug du colonialisme français. »
          Sont ils au moins au courant que vous étiez dans l’armée coloniale ? Vous êtes bien content de toucher une retraite de l’empire colonial n’est ce pas ? Si vous voulez vraiment être solidaire avec eux, renoncez à votre retraite ainsi que votre habitation dans les quatiers sud et allez vivre en tribu par exemple, vous aurez encore plus de crédit.

          « Je n’ai jamais dit que j’étais leur guide spirituel. »
          Je ne l’ai jamais dit non plus.

          « Ils savent que je suis confronté à des suppôts du pouvoir mafieux . »
          Vous avez vraiment un problème psychologique mon pauvre vieux, complètement parano. Pour moi, être contre l’indépendance c’est être contre le repli sur soi, être contre la fuite des capitaux (qui est inéluctable si indépendance) et être contre la corruption qui va en découler. Je suis au courant que certains de nos élus sont pourris jusqu’à l’os. Citez moi des pays devenus indépendants qui ne soient pas gangrénés par la corruption et qui ne mendient pas auprès des organisations internationales et/ou pays qui les entourent.
          Juste pour rigoler comme ça, si indépendance il y a et que le pays change de nom et devient la Kanaky, je serais donc Kanak étant enfant de ce pays, n’est ce pas ?
          Enfin bref… Je vais m’arrêter là avec vous, je n’ai aucun intérêt à continuer avec un papy hypocrite et antisémite comme vous. Vous n’en valez pas la peine.
          Je ne vous salue pas.

  6. Bonjour à tous.

    Attention aux dérives et aux mauvaises réactions. C’est la réponse d’un kanak d’une tribu de Canala révolté par le commentaire publié certainement par un calédonien(e) sur le blog cagou.com le 19/04/2013 avec pour pseudo Nemo et pour titre My 2 cents. Cette personne a écrit un commentaire raciste à l’encontre des kanaks et s’est déclarée être descendant(e) de colons. J’ai plus de 350 adresses mails d’indépendantistes kanaks et je puis vous assurer que les informations passent vite chez eux. J’adresse une mis en garde à ces messieurs Eric , Julien , Inforectif et compagnie qui tiennent des propos racistes en se couvrant derrière l’anonymat. Mais je les ai tous démasqués. Respectant l’anonymat de ce blog je ne révélerai pas publiquement leurs coordonnées. Pour prouver mes dires je leur enverrai de gentils messages par mail.
    J’ai publié cette lettre d’un kanak pour vous dire d’arrêter de mettre de l’huile sur le feu.
    J”e ne vous ai pas insulté comme vous l’avez fait à mon égard.
    En bon entendeur salut.
    Marcel.

  7. Bonjour à tous.

    Le drapeau Français flottera encore longtemps à côté du drapeau kanak. Tout dépendra du comportement des victimes de l’histoire envers les kanaks.
    Marcel

    • Tout a fait possible, Marcel, je vois bien ce tres joli drapeau -par ailleurs- devenir le drapeau de la 102eme COLLECTIVITE DEPARTEMENTALE D’OUTRE-MER, tout comme les departements d’outre-mer (aussi appelles Collectivite Locales d’Outre-Mer…) et aussi les provinces Francaises (en particulier les Basques, les Bretons, les Corses, etc…) ont les leurs…

      • Informer « dans la sérénité »

        Publié le mercredi 15 mai 2013 à 03H00

        Si « l’Association océanienne » au sein de l’USTKE existe depuis vingt ans, ses missions viennent d’être remises sur le devant de la scène.
        « Notre mission est d’expliquer et d’informer l’ensemble des Océaniens, de créer les conditions d’un débat serein », explique Fidel Malalua, qui préside aux destinées de l’association, qui souhaite ainsi « amener de la sérénité dans le débat. »

        Projet. De quel débat s’agit-il ? De celui qui a agité les communautés océaniennes, tahitiennes et wallisiennes, qui comptent parmi les rangs du syndicat après les propos de Louis Kotra Uregeï sur « Kanaky 2014 ». Soit, il y a plus d’un an de cela.
        « Tout le monde s’est agité après ces déclarations, admet Fidel Malalua. Il y a eu de la peur, de la colère, de l’incompréhension. Notre but, c’est de sortir des clichés, de démystifier tout cela ».
        C’est ainsi que samedi prochain l’association océanienne tiendra sa première grande réunion d’information, au foyer wallisien de Magenta, à partir de midi. Louis Kotra Uregei et le bureau politique du Parti travailliste seront présents pour répondre aux questions et expliquer leur projet.
        « Notre but, c’est vraiment d’expliquer aux gens que ce soient nos adhérents et même au-delà et aux responsables politiques ce qu’est l’indépendance. Si les non-indépendantistes nous sollicitent, on ira aussi les voir », insiste Fidel Malalua.
        Premier rendez-vous, samedi prochain, au foyer wallisien, à partir de midi.

        • Mais c’est n’importe quoi encore..!!!
          Faut lui supprimer les médocs au Marcel ???

          Le voilà qui transfert un article sur la section indépendantiste walisienne de l’USTKE , en mettant comme drapeau les couleurs nationalistes pro-françaises de Wallis et Futuna ???

          Pffff il est bien fatigué notre guerrier des quartiers sud ???

          • Eric.

            Justement on verra en 2014 si les Wallsiens et Futuniens qui ont un drapeau nationaliste pro-français conçu par les curés catholiques voteront pour le pouvoir colonial mafiosi ou les indépendantistes kanaks. Ils sont en pays kanak. S’ils veulent rester en Kanaky ils ont intérêt à se joindre aux kanaks d’autant plus qu’ils sont des Océaniens. Quant à moi devenu un anti- colonialiste depuis la Guerre d’Indochine pays où j’ai vécu 17 ans et demi je voterai pour la liste qui sera présentée par les Partis Indépendantistes Kanaks. .
            Difficile donc pour vous de m’endoctriner à la cause mafiosi.
            salut.
            marcel.

          • Mais Marcel personne ne cherche rien à vous faire faire qui ne soit pas votre souhait. Il est juste question de vous dire quand vous dites des conneries…que vous dites des conneries. Ni plus ni moins…
            Vous avez des propos racistes un point c’est tout…
            Le racisme n’a pas de couleur, à votre age vous devriez le savoir. Etre anti noir, jaune, vert ou blanc ne fait rien à l’affaire et quelque soit les raisons invoqués…!!!

            Votre militantisme vous égare mon pauvre Monsieur et vous faire de la pub auprès des indépendantistes ne vous protégera pas du nettoyage s’il devait y en avoir un un jour…

          • Ma réponse aux ultras.
            Le Protectorat ayant pris fin pour Wallis et FUTUNA , l’implantation des Wallisiens et Futuniens en Nouvelle Calédonie était une idée lumineuse de Jacques SOUSTELLE ex-Ministre de l’ex-l’Algérie Française. Fort de ses déboires en Algérie il s’est mis en tête qu’il fallait annihiler le peuple kanak en faisant venir en Nouvelle Calédonie un maximum d’immigrés si possible pro-français. En Algérie il y avait plus d’arabes que de blancs. Son idée a été soutenue puis reprise par LAFLEUR père et fils mais surtout par Roger LAROQUE l’ex- grand patron des Etablissements Ballande dont le siège est toujours à Bordeaux. Les Etablissements Ballande avaient à la belle époque le monopole du commerce dans ce territoire, possédaient des mines, des stations d’élevage et bien d’autres entreprises parallèles. Roger Laroque est devenu ensuite le Maire de Nouméa en s’associant aux sphères LAFLEUR. Donc LAROQUE et d’autres gros patrons de la place avaient besoin d’une main d’œuvre travailleuse, intelligente, soumise et contrainte d’accepter les bas salaires. Ils se sont donc tournés vers Wallis et Futuna et cela a été l’invasion d’immigrés économiques. Après cette exploitation humaine il y a eu l’exploitation politique sous forme de chantage. Les tenants du pouvoir colonial l ont dit aux Wallisiens et Futuniens : si vous ne votez pas pour nous vous serez obligés de retourner à Wallis et Futuna et plus de boulot.
            C’est ainsi que les Wallisiens sont devenus des bêtes de sommes sous-payées et des suppôts du régime colonial. Beaucoup d’entre eux qui en avaient marre d’être exploités par des patrons sans scrupule ont adhéré à L’USTKE d’ailleurs seul syndicat avec LKU en tête à pouvoir les défendre convenablement et à faire respecter la convention collective du travail.
            On verra donc en 2014 pour qui voteront ces immigrés économiques. Avec ou sans leur drapeau royaliste. Wait and see…
            Mes écrits s’arrêteront ici car cela peut continuer d’après vous jusqu’en 2023. Le papy que vous n’aimez pas beaucoup et qui va fêter ses 78 n’est pas loin de la caisse. Je n’arriverai pas à 2023. Hélas ! J’ai déjà préparé mon départ. Relève aux jeunes.
            Vos écrits ont permis d’éclaircir les urines.
            Cordialement.

            Marcel.

        • C’est quoi Kanaky 2O14 ?
          Publié le lundi 20 mai 2013 à 03H00

          Louis Kotra Uregei, leader du Parti travailliste, a tenu le micro au Foyer wallisien, samedi, pour rassurer et déminer certains de ses propos, mal perçus par la communauté wallisienne et futunienne. L’exercice a duré trois heures, avec peu de questions.

          Une bonne centaine de personnes ont assisté à la rencontre avec Louis Kotra Uregei, organisée au Foyer wallisien par l’Association océanienne issue de l’USTKE.

          Photo Théo Rouby

          Le slogan « Kanaky 2014 » ou surtout cette fin de commentaire télévisé « je considère que les Wallisiens n’ont pas à se prononcer sur notre drapeau… », sont des propos de Louis Kotra Uregei, président du Parti travailliste et fondateur du syndicat indépendantiste USTKE, qui ont semé l’inquiétude dans la communauté.
          Samedi après-midi, l’homme est venu s’expliquer au Foyer wallisien, à Nouméa, lors d’une rencontre organisée par l’Association océanienne. L’explication a duré près de trois heures. Avec une longue prise de parole de Louis Kotra Uregei, après la coutume. En retraçant l’histoire du peuple kanak, de la colonisation aux accords de Matignon et Oudinot, le président du Parti travailliste avait deux messages : que cette histoire aboutira inéluctablement à l’indépendance et que c’est aux Kanak de revendiquer leurs droits, aux autres de les accompagner. « Quand je dis Kanaky 2014, je ne fous pas les gens dehors, assure LKU. Je dis fort, mais j’invente rien : les transferts de compétences sont irréversibles. Le corps électoral gelé est encore plus restrictif pour le référendum que pour les provinciales, et c’est favorable aux Kanak. »

          Citoyenneté. Le président du Parti travailliste dément avoir un discours d’exclusion et appelle la communauté wallisienne à ne pas avoir peur. « Ce qui me différencie avec l’UC et le Palika, c’est que eux, c’était 2018 et moi 2014. Mais que ce soit 2014 ou 2018, on va à l’indépendance. » Et de revenir sur son commentaire télévisé. « Nous, on ne nous a pas demandé d’aller choisir le drapeau des Wallisiens ou des Tahitiens. Donc, moi je dis laissez-nous au moins ça. Choisir notre nom et notre drapeau. Qu’est-ce que je vous enlève quand je dis ça ? », interroge LKU. Et « je n’ai jamais dit la Kanaky aux Kanak », répète-t-il plusieurs fois. « La citoyenneté demain elle sera la nationalité. Si vous décidez de rester chez nous, vous serez des citoyens kanak d’origine wallisienne », décrit-il, ajoutant : « Moi aujourd’hui, je suis un Français d’origine kanak. Par la force des choses, hein ! »

          Ironie. L’ironie de l’indépendantiste déclenche des rires dans la salle. A la veille des provinciales de 2014, Louis Kotra Uregei est en campagne. « Demain, on sera pas malheureux. Vous êtes dans un pays qui est riche », rassure-t-il.
          En échange de cette promesse de partage, le leader du Parti travailliste fait plus que du pied, appelant la communauté wallisienne à voter pour sa bannière, sous un pudique « rejoignez-nous ». Il souligne que la majorité peut être raflée au Congrès si les indépendantistes sont unis en province Sud.
          La séance d’explications a-t-elle suffi ? Peu de questions ont été posées. Le faipule Paulo Taofifenua dit la volonté de paix et sa confiance dans la tradition d’accueil des Océaniens.
          Mais pense que les coutumiers doivent « conseiller aux jeunes de considérer qu’on est comme entre frères ». « Je crois que là aussi il y a un peu d’utilisation politique de la différence entre ethnies », ajoute-t-il. Un autre coutumier salue le discours et dit mieux comprendre la légitimité de revendication de l’indépendance.

          • mais bien sur on y croit..
            en cas d’indépendance, les Mélanésiens et Wallisiens se tenant par main dans une grande farandolle fraternelle hein?
            Z’etes bien naif!

            C’est sur que comme tout les fonctionnaire qui se respecte, z’avez pas du cotoyer et travailler souvent avec la population LOCALE!
            par contre vous donnez des leçons sans savoir de quoi vous parlez!
            N’importe qui ici vous dira que ces 2 ethnies ne se supportent pas!

          • Réponse à Gloubi :

            Détrompez vous Gloubi. je vis en Nouvelle Calédonie depuis 44 ans et j’ai occupé tous les emplois possibles et inimaginables : mécanicien à la SLN à THIO, Chef de chantier aux Laboratoires des TP chargé des forages en Nouvelle Calédonie, Mécanicien Avion à la compagnie aérienne TRANSPAC et UTA , Responsable du magasin central du CHS de Nouville , Responsable du stock intercommunal de matériel d’adduction d’eau du Génie Rural , Chef de chantier au Plan Etat, responsable du magasin du CFPR à Bourail et vous dîtes que j’ai été un fonctionnaire ayant une méconnaissance de la population locale alors que j’ai travaillé avec des kanaks et des Wallisiens aussi bien à Nouméa qu’en brousse..
            J’ai bien travaillé dans l’Administration territoriale comme contractuel déclaré à la CAFAT. Je n’ai jamais été fonctionnaire en Nouvelle Calédonie. Par contre avant de venir dans ce Territoire j’ai servi 17 ans et demi dans l’Armée de l’Air en qualité de mécanicien sur avions et hélicoptères et j’ai séjourné dans bon nombre de pays dans le monde. Je vais aujourd’yhui sur mes 78 ans et j’ai une retraite proportionnelle de l’Armée dee l’AIR et une retraite CAFAT. Rien ne vous empêche de faire comme moi : entrer par concours dans une Ecole Militaire pour devenir mécanicien sur avions et Hélicoptères et travailler ensuite dans le civil avec une demi-retraite de l’Etat. On parle tous dans le vide. On verra après les élections de 2014 les forces en présence. Nous sommes tous devant une grande inconnue. Je n’ai jamais été d’accord avec ce système colonial avec les 40 années de règne de Jacquot et aujourd’hui les voyous qui étaient avec lui ont pris le pouvoir en se couvrant derrière le drapeau Français. On verra en 2014 si les Wallisiens et Futuniens qui sont des catholiques franco-royalistes voteront pour les indépendantistes kanaks socalistes ou les tenants du pouvoir colonial. La Nouvelle Calédonie ce n’est pas la France. Ce n’est pas un Département Français. Un territoire colonial de la République Française. actuellement sous statut néo-colonial avec l’ADN. Wait and see…

            Cordialement.

            Marcel.

    • C’est une bien étrange intervention du Marcel que voilà !!!
      En effet, si l’indépendance l’emporte le drapeau tricolore disparaîtra…
      Pourquoi faire ce stupide commentaire ???

      • La notion de citoyen calédonien est parfaitement définie par la Constitution et la loi organique, à ses articles 4 et 188. On connaît le corps électoral au nom près (Mathias Chauchat, « Les institutions en Nouvelle-Calédonie », CDPNC 2011, p. 33 et suivantes). On rappellera ici succinctement que, puisque l’Accord de Nouméa met fin à la colonisation, il met fin au peuplement. C’est l’explication simple des restrictions apportées au corps électoral.

        Sous prétexte de définir la citoyenneté, il est périodiquement proposé d’en élargir le périmètre. Les prises de position publiques de Anne Gras, qui était déjà intervenue dans une réunion consacrée au corps électoral à la demande du Haut-commissaire, n’y font pas exception.

        1. La citoyenneté est précisément définie aux articles 4 et 188 de la loi organique

        Article LO. 4

        Il est institué une citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie dont bénéficient les personnes de nationalité française qui remplissent les conditions fixées à l’article 188.

        Article LO. 188

        I. – Le congrès et les assemblées de province sont élus par un corps électoral composé des électeurs satisfaisant à l’une des conditions suivantes :

        a) Remplir les conditions pour être inscrits sur les listes électorales de la Nouvelle-Calédonie établies en vue de la consultation du 8 novembre 1998 ;

        b) Etre inscrits sur le tableau annexe et domiciliés depuis dix ans en Nouvelle-Calédonie à la date de l’élection au congrès et aux assemblées de province ;

        c) Avoir atteint l’âge de la majorité après le 31 octobre 1998 et soit justifier de dix ans de domicile en Nouvelle-Calédonie en 1998, soit avoir eu un de leurs parents remplissant les conditions pour être électeur au scrutin du 8 novembre 1998, soit avoir un de leurs parents inscrit au tableau annexe et justifier d’une durée de domicile de dix ans en Nouvelle-Calédonie à la date de l’élection.

        II. – Les périodes passées en dehors de la Nouvelle-Calédonie pour accomplir le service national, pour suivre des études ou une formation ou pour des raisons familiales, professionnelles ou médicales ne sont pas, pour les personnes qui y étaient antérieurement domiciliées, interruptives du délai pris en considération pour apprécier la condition de domicile.

        Le gel du corps électoral en 2007 a introduit de nouvelles dispositions juridiques dans la Constitution. Le nouvel article 76, dernier alinéa, de la Constitution dispose : « Pour la définition du corps électoral appelé à élire les membres des assemblées délibérantes de la Nouvelle-Calédonie et des provinces, le tableau auquel se réfèrent l’accord mentionné à l’article 76 et les articles 188 et 189 de la loi organique n° 99-209 du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie est le tableau dressé à l’occasion du scrutin prévu audit article 76 et comprenant les personnes non admises à y participer ».

        2. La Cour de cassation applique à la lettre les exigences légales

        On pensait que le point de départ de la citoyenneté (le corps provincial) était la date d’arrivée dans le pays (avant le 8 novembre 1998). Or, la Cour de cassation a dit en 2011 que c’était la date d’inscription sur la liste spéciale qui comptait, et non pas la date d’arrivée ; Cour de cassation, chambre civile 2, du 16 novembre 2011, n° de pourvoi : 11-61169, Mme Jollivel :« attendu que le paragraphe 1-a) de l’article 188 de la loi organique n° 99-209 du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie permet l’inscription sur la liste électorale spéciale à l’élection du congrès et des assemblées de province de Nouvelle-Calédonie des électeurs ayant rempli les conditions pour être inscrits sur les listes électorales de la Nouvelle-Calédonie établies en vue de la consultation du 8 novembre 1998 ; que le paragraphe 1-b) du même article prévoit aussi l’inscription sur cette liste électorale spéciale des personnes inscrites sur le tableau annexe et domiciliées en Nouvelle-Calédonie depuis dix ans à la date de l’élection ; que l’article 77, dernier alinéa, de la Constitution, tel que modifié par la loi constitutionnelle n° 2007-237 du 23 février 2007, précise que le tableau annexe est celui dressé à l’occasion du scrutin du 8 novembre 1998 et comprenant les personnes non admises à y participer ;

        Et attendu que le jugement retient que Mme Y…, quoique présente sur le territoire depuis plus d’une année en novembre 1998, n’avait pas, pour des raisons personnelles, fait le nécessaire pour être inscrite sur la liste générale et, de ce fait, sur le tableau annexe ou sur la liste spéciale ; qu’elle ne s’est inscrite sur la liste générale qu’en 2007 ; que de ces constatations et énonciations, le tribunal de première instance a exactement déduit que Mme Y… ne pouvait être inscrite sur la liste électorale spéciale de sa commune ».

        Cet arrêt est commenté sur le site du LARJE : http://larje.univ-nc.nc/index.php/les-travaux/faits-et-analyses/273-la-brutalite-du-gel-du-corps-electoral

        Cette jurisprudence a été confirmée à nouveau par la Cour de cassation, dans un arrêt explicite, du 5 décembre 2012, pourvoi n° 12-60.526, Mme Oesterlin.

        Dans les Nouvelles calédoniennes, datées du jeudi 9 mai, Anne Gras, considère que l’arrêt de la Cour de cassation va au-delà de la référence constitutionnelle au tableau annexe ; « la Haute juridiction remplace l’expression « remplir les conditions » par « ayant rempli les conditions », ce qui n’est pas équivalent ».

        L’article de Anne Gras dans les Nouvelles calédoniennes du 9 mai 2013 peut être obtenu ici :

        LNC 9 Mai 2013 AGras vote 2014

        Pour comprendre la confusion entretenue, il faut reprendre les conditions de l’article 188, qui sont alternatives (satisfaire « à l’une des conditions suivantes ») :

        Le point a) Remplir les conditions pour être inscrits sur les listes électorales de la Nouvelle-Calédonie établies en vue de la consultation du 8 novembre 1998 vise exclusivement ceux qui pouvaient voter en 1998, donc avaient droit, par leur présence depuis 1988 en Nouvelle-Calédonie, à l’inscription sur le tableau des citoyens (c’est-à-dire suivant l’article 76 de la Constitution « les personnes remplissant les conditions fixées à l’article 2 de la loi n° 88-1028 du 9 novembre 1988 »). Mme Jollivel n’avait qu’un an de présence et ne pouvait donc pas voter à ce titre en 1998.
        Le point b) Etre inscrits sur le tableau annexe et domiciliés depuis dix ans en Nouvelle-Calédonie à la date de l’élection au congrès et aux assemblées de province vise exclusivement les personnes non citoyennes arrivées entre 1988 et 1998. On note qu’il faut impérativement « être inscrit sur le tableau annexe ». Or Mme Jollivel ne remplissait pas cette condition, présente depuis 1997, mais inscrite seulement en 2007.
        Le point c) Avoir atteint l’âge de la majorité après le 31 octobre 1998 et soit justifier de dix ans de domicile en Nouvelle-Calédonie en 1998, soit avoir eu un de leurs parents remplissant les conditions pour être électeur au scrutin du 8 novembre 1998, soit avoir un de leurs parents inscrit au tableau annexe et justifier d’une durée de domicile de dix ans en Nouvelle-Calédonie à la date de l’élection vise les jeunes. On est passé en 1998 au droit du sang : il faut nécessairement, outre la condition de 10 ans de résidence continue, un parent citoyen, soit au titre du 188-a, soit au titre du 188-b.
        La confusion entretenue par Anne Gras mélange les termes de l’article 188-a et de l’article 188-b, alors qu’ils ne s’adressent pas aux mêmes publics. Pour les personnes « qui remplissaient les conditions pour voter en 1988 » et donc en 1998 (1er gel de 10 ans), il leur suffit de pouvoir être inscrits sur la liste du scrutin du 8 novembre 1998. Mais ces personnes sont citoyennes. Pour les personnes arrivées entre 1988 et 1998, il faut bien, à la différence, avoir « été inscrit » sur le tableau annexe avant le 8 novembre 1998. Toute autre interprétation consisterait en une révision constitutionnelle implicite du gel du corps électoral.

        Le point II de l’article 188 suivant lequel « II. – Les périodes passées en dehors de la Nouvelle-Calédonie pour accomplir le service national, pour suivre des études ou une formation ou pour des raisons familiales, professionnelles ou médicales ne sont pas, pour les personnes qui y étaient antérieurement domiciliées, interruptives du délai pris en considération pour apprécier la condition de domicile », a autorisé la jurisprudence Kilikili de la Cour de cassation du 26 mai 2005, sous le n° de pourvoi 05-60166, sur les interruptions de séjour acceptables. Cette jurisprudence règle la question difficile des Calédoniens, qui étaient absents aux deux moments essentiels qui ont ouvert la citoyenneté (le vote du 6 novembre 1988 sur le statut de Matignon et celui du 8 novembre 1988 sur l’Accord de Nouméa), et n’ont pu de ce fait intégrer le corps électoral. La Cour de cassation accepte assez largement le « droit au retour » des Calédoniens, y compris après une longue durée d’absence. La question des Calédoniens, nés ici et qui seraient prétendument exclus du corps électoral, a ainsi déjà été réglée par la Cour de cassation.

        Cet arrêt est commenté sur le site du LARJE : http://larje.univ-nc.nc/index.php/les-travaux/veille-juridique-et-jurisprudences/87-larret-kilikili-sur-la-qualite-de-citoyen-de-la-nouvelle-caledonie

        3. La question prioritaire de constitutionnalité n’a pas lieu d’être

        La proposition de QPC suggérée par Anne Gras n’est normalement pas recevable, puisque les décisions du Conseil constitutionnel sont absolues et définitives. Mais elle invoque « le changement de circonstances » avec le gel de 2007, qui seul permettrait au Conseil constitutionnel de rouvrir l’examen. Quelle que soit la juridiction devant laquelle la question prioritaire de constitutionnalité est soulevée, celle-ci ne peut être transmise à la Cour de cassation ou renvoyée par la Cour au Conseil constitutionnel que si la disposition contestée « n’a pas déjà été déclarée conforme à la Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil constitutionnel, sauf changement des circonstances» (2° de l’article 23-2 de l’ordonnance organique n° 58-1067 modifiée du 7 novembre 1958, s’agissant des juridictions relevant de la Cour de cassation ; article 23-4 s’agissant de la Cour de cassation). Ce sont les juridictions qui apprécient la notion de changement de circonstances et in fine le Conseil constitutionnel lui-même.

        Son argumentation n’est, en définitive, pas recevable. Le gel n’est en aucune manière intervenu sur le texte de l’article 188 de la loi organique. Il n’y a donc pas de changement de circonstances. La question a, de surcroît, été réglée par la Cour de cassation qui a appliqué à la lettre des textes jugés conformes à la Constitution par le Conseil constitutionnel. Une QPC serait une manœuvre visant à faire prendre au Conseil constitutionnel une position politique pour neutraliser les exigences de l’Accord de Nouméa.
        4. Une loi du pays peut être utile pour définir le contenu de la citoyenneté calédonienne

        Une loi du pays est fréquemment demandée pour définir la citoyenneté calédonienne. Or, le Congrès, comme les autres institutions et l’Etat, sont liés par les termes de l’article 77 de la Constitution qui dispose : « la loi organique, prise après avis de l’assemblée délibérante de la Nouvelle-Calédonie, détermine, pour assurer l’évolution de la Nouvelle-Calédonie dans le respect des orientations définies par cet accord et selon les modalités nécessaires à sa mise en œuvre : (…) les règles relatives à la citoyenneté, au régime électoral, à l’emploi et au statut civil coutumier ». Une telle loi du pays interviendrait hors de son champ d’application et empiéterait sur le domaine de la loi organique elle-même. Il s’agit donc moins d’assigner à cette loi du pays la tâche de définir la citoyenneté que d’intervenir sur son contenu potentiel.

        La citoyenneté, ce n’est pas que l’emploi local et le droit de vote. « Une mention du nom du pays pourra être apposée sur les documents d’identité, comme signe de citoyenneté » (point 1.5. de l’Accord). C’est à l’Etat d’ajouter une mention sur la carte d’identité nationale : « citoyen de la Nouvelle-Calédonie ». Ce document pourrait être demandé devant la commission pour l’emploi local. On pourrait aussi faire un Livret d’accueil à Tontouta qui explique aux « résidents » leur statut, ainsi que dans les écoles. La citoyenneté, c’est aussi le statut civil futur des Calédoniens qui devrait à l’avenir les différencier des résidents soumis à leur statut d’origine, que ce statut soit métropolitain ou étranger, et des Kanak de statut coutumier. Enfin, sans même modifier le droit existant, on peut utiliser les notions de « peuple kanak » et de « communauté », reconnues toutes deux par l’Accord de Nouméa, pour mettre en place des dispositifs spécialisés « d’affirmative action » (ou « discrimination positive ») en vue d’aboutir à une meilleure égalité concrète ou à un rééquilibrage économique ou social.

        Mathias CHAUCHAT, Professeur des universités, agrégé de droit public

      • Drapeau de Wallis et Futuna. – Ce drapeau, adopté seulement localement, est rouge, avec quatre triangles isocèles blancs rassemblés en son centre pour former un carré. Ils représentent les trois rois coutumiers des îles Wallis et Futuna (royaumes d’Alo et de Sigave), et l’administrateur français. A l’angle supérieur, du côté de la hampe, figure un petit drapeau français bordé de blanc. C’est le drapeau français qui est le drapeau officiel.
        Le dessin de ce drapeau est dérivé d’une bannière rouge avec une croix pattée blanche qui avait été introduite au XIXe siècle par des missionnaires français.

        Symbole : le sautoir rouge (croix de Saint André) dans un carré blanc sur fond rouge.

        Hymne national : en tant que territoire de la France, Wallis et Futuna a La Marseillaise pour hymne officiel.

        • ????
          Mais c’est pas possible… Y a quelqu’un dans son cerveau à ce monsieur…!!!???

          On est pas aveugle et on connait tous ce drapeau, la question n’est pas là. La question est de savoir pourquoi vous mélangez ce drapeau pro-français « régional » avec une « association » indépendantiste wallisienne ???

          • Eric.

            Attention le drapeau Wallisien FUTUNIEN est plus que nationaliste iil est royaliste. Les Wallisiens et Futuniens ont des ROIS dans ,leur pays qu’ils respectent et leur obéissent. Ce sont d’ailleurs les ROIS qui donneront consignes de votes à ses sujets pour cette affaire de grande importance mettant en jeu sa communauté en cas d’indépendance..Il n’ y jamais eu un drapeau wallisien et Futunien Indépendantiste. C’est faux. Le palabre qui aura lieu le samedi 18 à 12heures au Foyer Wallisien de Magenta a pour but de demander aux Wllisiens et Futuniens membres de l’USTKE s’ils veulent accepter le drapeau kanaks et de vivre et travailler en kanaky en harmonie avec le peuple kanak. On leur demandera de voter pour les electeurs indépendantistes en 2014 par solidarité avec le peuple kanaK. Rien d’autres. Les européens peuvent assister au palabre et échanger des opinions. Louis Kotra UREGEI sera présent. Il y aura un pot d’amité à la fin du palabre. Ils vont également aplanir certaines dissenssions politiques et syndicaux Attention ce sont des discussions préléminaires d’approches pour régler certains désaccords au sein de l’USTKE sur le sujet du drapeau et les objectfs de l’USTKE dans le cadre syndical..Cordialement. Marcel

          • Eric

            Le drapeau kianak n’a pas été encore accepté par la totalité de la communauté Wallisienne et Futunienne. Il y a des dissensions dans leurs communautés. Pour le moment ils viennent avec leur drapeau national ou royaliste de leur pays Pensez cela comme vous l’entendez. Les kanaks viendront avec leur drapeau national de kanaky. Le drapeau Wallisien flotte à Paita et il y a eu des troubles avec les kanaks. Un coup de fusil a été tiré sur le stèle supportant le drapeau.
            Le drapeau a été mis en pièce et brulé. Je ne crois pas du tout au destin commun. C’est un slogan lancé par je ne sais qui.. et repris par des imbéciles. Il y a une chose qui est sure c’est que maintenant que le drapeau kanak a été hissé il ne descendra plus.
            Marcel

          • ERIC

            Vous n’avez rien compris.

            C’est une association Océanienne composée de Wallisiens et Futuniens adhérents de l’USTKE. Il ont formé au sein de l’USTKE une Association Océanienne pour être entre eux et faciliter des aides entre eux. Faire des fêtes entre eux. Soutenir des personnes de chez eux en difficulté etc..Quoi de mal.? C’est un genre d’amicale. Si cette association organise une réunion elle a quand même le droit d’utiliser un drapeau Wallisien. Quoi de mal. Cela ne veut pas dire qu’ils sont anti-kanaks. Il y a quelque chose chez vous qui ne va pas de voir toujours du mal autour de vous et de critiquer sans comprendre. A côté de chez moi j’ai une association des Basques qui ont mis leur drapeau à l’entrée de leur restaurant. Et alors.?; Savez vous qu’à la suite d’un cyclone à FUTUNA Louis Kotra UREGEI a envoyé sur FUTUNA un bateau rempli de vivres , de vêtements , du matériels divers pour secourir les Futuniens en détresse. Alors arrêter de vomir sur KOTRA. Et savez vous ce qu’a dit UREGEI ? J’ai des Futuniens dans mon syndicat je dois les aider. Je ne peux pas les abandonner. Avez vous vu des syndicalistes faire ça à Nouméa.
            Marcel

          • Marcel, vous faites les questions et les réponses, vous vous parlez en sommes !!!
            Je n’ai fait que souligner la stupidité de certain de vos propos, ni plus ni moins….

            Une fois de plus tout le monde sait qu’à Wallis et Futuna il y a des rois…!!! Quel rapport avec nos échanges ???
            Je dis juste qu’il est idiot de mettre le drapeau « régional » de W&F pour représenter des représentants syndicaux indépendantistes constitués en association ???
            Je n’ai jamais écris qu’il y avait un drapeau indépendantistes W&F, vous divaguez mon bon monsieur…!!!
            Est-ce que vous comprenez mon propos, je vous dis qu’il est particulièrement con de représenter les W&F indépendantistes de l’USTKE avec l’étendard de leurs îles qui plus est pro-françaises….
            C’est plus claire comme çà ????

            Marcel, les W&F qui croient à l’indépendance sont une poignée et il y a peu de chance pour que cela change. Et si vous attendez sur le Lavelua pour donner des consignes de vote qui iraient dans le sens du camp indépendantiste vous vous faite des illusions…

            Après nous avoir fait la démonstration de votre racisme, voici que vous nous dites que vous ne croyez pas au destin commun…!!!
            Là au moins c’est claire et net, votre choix va vers l’extrémisme. C’est vous qui voyez…!!!

            Quand au rôle de l’association, je n’ai rien dis de malveillant à son endroit ??? C’est une association W&F indépendantiste issu des rangs de l’USTKE, c’est tout…???
            Je vous explique juste que leur bannière n’est pas celle que vous avez collé sur votre commentaire…. Eux ils sont indépendantistes et leur drapeau est celui du front….

            Marcel vous avez de plus en plus de difficultés à suivre une conversation, faite une pause ou mangez du poisson ou relisez-vous, mais faite quelque chose, parce que là çà va pas fort…

          • Réponse à ERIC.

            Il y a des Français qui sont pour l’indépendance kanake.
            Il y a des Wallisiens et Futuniens qui sont pur l’indépendance kanake
            Il y a des antillais qui sont pour l’indépendance kanake.
            Il y a des vietnamiens qui sont pour l’indépendance kanake.
            Il y a des Javanais qui sont pour l’indépendance Kanake.
            etc… etc…
            Il y en a parmi eux qui sont contre…
            Attendons 2014 pour voir plus clair.
            En attendant nos hommes politiques ont du pain sur la planche. C’est la pêche aux voix. C’est celui qui ment le plus qui gagne toujours. Ou celui qui débourse. SARKOZY a obtenu l’aide de KADHAFI et de Madame BETTENCOURT.
            Philippe GOMES connait bien la communauté Wallisienne et Futunienne..
            Il a fait la coutume avec les chefs coutumiers , les chefs de clan , des membres influents de cette communauté et aussi avec la noblesse royale qui vit en Nouvelle Calédonie. Où il y a royauté il y a noblesse royale. Enfin le GOMES a puisé dans les deniers publics donc l’argent des contribuables calédoniens pour les distribuer aux personnes intéressées et influentes de la communauté Wallisienne et Futunienne. Comme par hasard avant les élections ? Les mauvaises langues disent que GOMES a arrosé tout ce beau monde pour avoir des voix pour son Parti Politique CALEDONIE ENSEMBLE ? Pouvez vous m’éclaircir sur cette histoire mon cher Eric car je suis un contribuable et je paie mes impôts. Mes retraites sont imposables. Enfin GOMES affirme toujours qu’il a fait la coutume. Et les juges au Tribunal ont avalé ça. En principe quand on fait la coutume il y a toujours un échange de cadeaux. Tout se paie , tout s’achète. On ne va pas me faire croire qu’ils ont remis des bananes en retour à GOMES.
            Eclairez moi quand même sur la coutume de GOMES.
            Je suis sur qu’au siège de CALEDONIE ENSEMBLE il y a le drapeau Franco-royal de Wallis et Futuna avec pour fond le Vatican.
            Ah! Encore une demande d’information.
            On m’a dit que FINC se cache sous un autre nom FEDERATION INDEPENDANTISTE NEO-CALEDONIENNE. ??? Un petit groupuscule d’excités voulant le pouvoir blanc ? C’est vrai ça ?

            dans l’attente de votre lumière…

            Cordialement.

            Marcel.

          • Mon cher Marcel, je ne pense pas que 2014 apportera l’indépendance tant attendu par LKU. Mais cette échéance d aura le mérite de mettre tout le monde d’accord sur les forces en présence.
            Et c’est bien ce que je vous dis depuis le début, laissez la population s’exprimer…

            Quand aux communautés il y a dans chacune d’elle des indépendantistes. C’est pas nouveau !!! Mais c’est encore insuffisant !!!

            Pour ce qui est de Gomes et des Wallisiens j’en sais rien moi, je ne suis pas membre de CE…???

            Quand à la FINC, je ne vois pas trop le sens de votre propos ? Cette organisation est composé d’entreprises de toutes tailles et les patrons sont de toutes ethnies et de tous bords politiques ???
            Précisez votre pensée et peut-être que je pourrais vous en dire plus….

  8. en reponse a gloubi, plus-haut (« etat religieux juif au milieu des Arabes… » , ou les debuts des problemes sur la planete, les debuts du terrorisme…):
    L’ONU, bien sur… Voici les details: (tu remarquera que les Israeliens commencent tres tot a grignoter, a voler les terres des Palestiniens, sous des pretexts pas valables du tout, les chimeres de leur religion, encore, souvent et toujours, les Etats Unis, la Grande Bretagne, la France ont une responsabilite dans la creation de cet Etat d’Israel, c’est sur, l’ONU a ses membres permanents…):

    En février 1947, alors que l’idée d’un État-refuge en Terre sainte pour les rescapés de la Shoah s’impose dans l’opinion occidentale, le gouvernement britannique remet le mandat qu’il détenait depuis 1920 sur la Palestine aux Nations unies.

    Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies adopte la résolution 181 qui prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe.

    Le nouveau Yichouv et les communautés juives sionistes accueillent favorablement ce vote mais les Arabes palestiniens et l’ensemble des pays arabes qui militaient pour la constitution d’un État palestinien rejettent la résolution.

    Le lendemain du vote, la guerre civile éclate entre les communautés juive et arabe palestiniennes.

    Le 30 novembre 1947, la guerre voit s’affronter les communautés juive et arabe. En janvier, des volontaires arabes entrent en Palestine pour seconder les arabes palestiniens. En avril, les forces juives passent à l’offensive. Les forces et la société palestiniennes s’effondrent. Le 14 mai, dernier jour du mandat britannique, l’indépendance de l’État d’Israël est proclamée en tant « qu’État juif dans le pays d’Israël ». Le lendemain 15 mai, les États arabes voisins, opposés au partage, interviennent. En théorie alliés, ceux-ci ambitionnent des objectifs différents et combattront leur adversaire de manière désorganisée et désunie. À la suite d’une série d’opérations entrecoupées de trêves, les forces israéliennes vainquent militairement sur tous les fronts. La ligne d’armistice partage Jérusalem, laissant la vieille ville du côté arabe.

    En gagnant la guerre de 1948, Israël conquiert 26 % de territoires supplémentaires par rapport au plan de partage et prend le contrôle de 81 % de la Palestine de 1947. La guerre s’accompagne de bouleversements démographiques. Entre novembre 1947 et juillet 1949, environ 720 000 Arabes de Palestine fuient ou sont expulsés des territoires qui formeront Israël et dans les 20 années qui suivront, en parallèle avec les tensions du conflit israélo-arabe, l’essentiel des membres de la communauté juive du monde arabo-islamique, soit plus de 850 000 personnes, fuient ces pays souvent en abandonnant tous leurs biens.

    Le 7 janvier 1949, un ultime cessez-le-feu est imposé avec succès sous la pression conjointe des Britanniques et des Américains. Le 24 février 1949, Israéliens et Égyptiens signent à Rhodes, sous l’égide de l’ONU, un accord d’armistice et des armistices seront signés avec les autres protagonistes les mois suivants.

    La guerre a fait 6000 morts militaires et civils parmi les Israéliens, 2000 morts dans les armées arabes et un nombre inconnu de morts parmi les civils arabes.

    Cette guerre marque le début d’une très importante immigration de Juifs en provenance des pays arabes et d’Europe, avec la mise en œuvre d’une série d’opérations programmées comme au Yémen (opération Tapis Volant) ou en Irak (opération Ezra et Néhémie).

  9. Pour la partie historique oui, je prends sur Wiki, c’est fait pour cela, surtout que c’eat bien traite, mais il n’y a pas que cela , du copie-colle, ton avis a toi c’est quoi au juste? tu peux meme repondre avec du copie-colle, j’aimerais que tu mettes plus dans tes reponses, tes commentaires (!)…

    • La Grenouille verte

      J’ai lu tous vos écrits attentivement. Ils sont intéressants et instructifs et je vous félicite pour votre travail ide recherches.. Il y a des choses que j’ignorais. et que j’apprends par vous. Il y des personnes jalouses qui vous critiquent. Ne répondez pas. Vous perdez votre temps.
      Ils font ça pour vous décourager ou se moquer de vous. Pauvres gens Pauvre Calédonie.
      Mes amitiés.

      Marcel

      • Continuez à chercher, grenouille, continuez. Et si vous trouvez des arguments permettant de mieux identifier encore les juifs à des cafards (cherchez par exemple dans les affiches de propagande du temps de Pétain), n’hésitez pas à copier-coller, ça fera tellement plaisir à notre ami Besrest.

        • Ouvrez vos yeux Inforectif.
          Si les Juifs arrêtent leurs massacres contre les palestiniens et acceptent la création d’un Etat Palestinien je serai avec eux et non contre eux.

          Halte aux crimes israeliens à Gaza.Israéliens
          Cette affiche ne date pas du temps de Pétain.
          Marcel.

      • A propos des Wallisien, Besrest a commis :
        « Ce sont d’ailleurs les ROIS qui donneront consignes de votes à ses sujets pour cette affaire de grande importance mettant en jeu sa communauté en cas d’indépendance.. »

        Les kanak ont eux aussi coutumièrement des chefs… Décidément Besrest vous ne rendez pas service aux indépendantistes, vous devriez cesser d’écrire : en arriver à écrire que les Océaniens ont si peu de libre-arbitre, fallait le faire !

      • Merci, Marcel, meme si beaucoup nous separe, j’apprecie vos encouragements et ce respect mutuel, une qualite de la ‘vielle ecole’, les anciens avaient, ont des ‘valeurs’, ‘valeurs’ qui nous differencient des primates, l’inquietant etant, bien sur, que ces valeurs se perdent avec certains de ces primates sur notre planete…

    • Pas mal cette pancarte. « Je réponds aux imbéciles uniquement par le silence. »
      Mais difficile parfois de garder le silence face aux imbéciles. Il faut quand même les instruire et les éduquer sinon notre planète va être contaminée par des imbéciles. Ils sont comme des cafards.
      Marcel

  10. Destin commun ?‏

    Actions
    Ronald FRERE 15/05/2013
    À : Marcel BESREST.
    Cc : Franck Areski Adour

    Bonjour monsieur Besrest.

    Vous avez raison dans votre commentaire, nous avons là le spécimen parfait du Zoreille celui que l’on accepte plus ici, pas le Français que nous respectons parce qu’il nous respecte.

    Ces gens d’un autre temps sont restés figés dans des concepts dépassés, ils se sont auto proclamés maîtres du monde dans leur imaginaire d’une France conquérante et impérialiste, modèle du monde. Ils sont tellement égo centrés qu’ils ne rendent plus compte qu’ils sont totalement dépassés, obsolètes. En anglais on les affublerais de hopeless. Ils n’ont pas compris que le monde évolue et qu’il ne les attend pas.

    Autre sujet vous pourriez lui répondre que l’indépendance ce n’est pas se débrouiller seul, autrement il n’y aurait plus d’Etats Unis, plus de France, plus de Chine, c’est simplement gérer nos intérêts et nos interdépendances dans le respect et pour les intérêts de chaque partie.

    Amitiés.

    Ronald FRERE
    ronald.frere@me.com

    • « nous avons là le spécimen parfait du Zoreille celui que l’on accepte plus ici, pas le Français que nous respectons parce qu’il nous respecte. »

      C’est une histoire de fous, mais qui donc n’a pas respecté les kanak sur ce fil ????
      Encore une fois être contre l’indépendance de la NC n’a absolument RIEN d’irrespectueux envers quiconque !

    • Personnellement, je pense qu’il va falloir reflechir aux raisons pour lesquelles la Nouvelle-Caledonie est ce qu’elle est: ce territoire francais du Pacifique est devenu ce qu’il est parce que beaucoup de Francais ont travaille, ont investi des sommes colossales, pas qu’en l’argent (argent du contribuable Francais), mais aussi en idees, en hommes, pendant des siecles, et maintenant il faudrait tout effacer? Ce serait lache, surtout quand la metropole, elle-meme, subit les assauts des consequences de la crise financiere, les consequences de mauvaises politiques europeenes (qui seront reajustees ds le temps), lacher la France ce n’est pas le moment, la France a trop fait pour le ‘Caillou’, non?
      Pourquoi ne pas, tous ensemble, lui venir en aide a la France, a notre facon a nous, Neo-Caledoniens de tous bords, toutes ethnies confondues? Tout a fait relativement, bien sur, en nous rassemblant et en mettant a sa dispositions nos richesses et nos avoirs, une facon de lui dire merci a la France, au moment ou elle en a besoin. Nous, nous en avons eu besoin de la France, nous en avons toujours besoin de la France, nous en aurons besoin, pour de nombreux siecles a venir. Quand la crise financiere mondiale se sera estompee, quand l’Europe aura ajuste ses politiques inerrantes a sa creation, la France, au sein de l’Europe rayonnera encore, il serait tellement juste de contribuer a notre tour a sortir le lieu de nos raciness de la crise, pourquoi toujours recevoir? le temps est arrive de donner et de creer ce lien qui n’a jamais vraiment exister avec le pays des droits de l’homme, le temps est venu de demander la departementalisation afin d’apporter, nous Neo-caledoniens de tous horizons notre petite contribution qui ramenera le pays a la place qu’il merite et de recevoir en retour un avoir plus raisonne, plus juste de a part de la France.

    • Certains veulent le pouvoir parce qu’ils ont une ambition démesurée, d’autres pour s’en mettre plein les poches, enfin, je veux dire, il y a plein de motivations, et je trouve que les gens qui veulent véritablement le bien du pays sont relativement rares.

      Extrait d’un interview de Didier LEROUX reproduit par Caledosphère. Un nanti qui parle bien.Il n’a pas l’air d’accord avec ceux qui nous gouvernent et qui s’en mettent plein les poches.

      Marcel.

  11.  » ‘valeurs’ qui nous differencient des primates »

    C’est vrai, les autres primates ne sont pas antisémites.

    Ça s’arrange pas, grenouille : Homo sapiens EST un primate, il ne s’en différencie donc pas.

    L’homme fait partie du groupe des homininés qui ne comprend actuellement que 2 autres espèces : le bonobo et le chimpanzé.
    Pour les détails : http://www.rationalisme.org/french/sciences_primates.htm

    • il manque le mot ‘autres’ et la (accent) la phrase prend tous son sens:  » valeur qui nous deifferencient des autres primates », puisque, oui, nous en faisons partie des primates… Pourquoi utiliser le mot ‘antisemites’? je ne comprends pas l’utilisation de ce mot (qui n’est pas ds mon vocabulaire) dans ce contexte….

      • antisémite = qui discrimine les juifs dans une intention hostile.

        Les propos antisémites (comme le « les juifs sont comme les cafards » de Besrest) publics, comme sur ce blog, sont passibles de poursuites judiciaires en cas de plainte, comme pour tout propos raciste.
        Vous dites que nous différons des (autres) primates, je réponds que eux ne sont en effet pas antisémites (c’est une différence), en référence avec l’odieuse comparaison de Besrest, sur laquelle d’ailleurs il n’a à ce jour exprimé aucun regret.

        • Pour éclairer Inforectif. On n’est pas anti-sioniste , on le devient.

          Soldat israélien lisant les écritures juives entre deux massacres de goy palestiniens

        • Réponse à Inforectif.

          Les Juifs sont comme les cafards ils envahissent notre planète. Tout en ayant un passeport juif tous les pays du monde leur accordent les yeux fermés les nationalités qu’ils désirent. Au départ les juifs étaient des arabes. Aujourd’hui il y a des juifs à peau blanche avec des yeux bleus et même à peau noire. ( Juifs Ethiopiens ). Juifs par conversion ? Savez vous qu’il y a des problèmes raciaux en Israël ? Les Juifs blancs ne peuvent pas s’entendre avec les Juifs arabes et les juifs noirs. Il y a discrimination raciale en Israël. Il y a eu des heurts raciaux violents entre eux. J’espère que l’on ne connaîtra pas cette situation en Nouvelle Calédonie entre différentes communautés. Savez vous que l notre Assemblée Nationale en France vient d’interdire l’utilisation du mot race. On n’a plus le droit de dire race blanche ou race jaune par exemple.
          Je répète encore on ne devient pas anti-sioniste mais on le devient par la force des choses. Je me suis penché sur la théorie des complots : les Juifs et les Francs-Maçons gouvernent le monde.
          Je peux vous produire des videos et des quantités de photos sur les massacres perpétrés par les Juifs. C’est pire que les nazis. Il vaut mieux stopper notre polémique qui porte ombrage aux Juifs. OK ?

          Marcel

        • Vous n’allez pas bien Inforectif.

          Exprimer des regrets pour qui et pour quoi ? Voulez vous que je soutienne les Juifs qui commettent des crimes contre l’humanité? Il y a une chose que l’on ne peut enlever aux Juifs c’est leur intelligence. Hitler lutilisait leur intelligence avant de les exterminer. Leur intelligence leur permet de nous dominer sur cette planète.
          Marcel.

  12. La notion de citoyen calédonien est parfaitement définie par la Constitution et la loi organique, à ses articles 4 et 188. On connaît le corps électoral au nom près (Mathias Chauchat, « Les institutions en Nouvelle-Calédonie », CDPNC 2011, p. 33 et suivantes). On rappellera ici succinctement que, puisque l’Accord de Nouméa met fin à la colonisation, il met fin au peuplement. C’est l’explication simple des restrictions apportées au corps électoral.
    Marcel

  13. Non mais kotra uregei, ce mec est une blague il s’est enrichi grace a l’argent de la France, c’est le politique le plus riche de calédonie, si il est vraiment généreux pourquoi il aide pas ses soi disants frères ???
    Il veut pas l’indépendance, si la France s’en va c’est fini les valises de gros billets…

  14. Ça remet en cause toutes les bases fondamentales de l’indépendance de ce pays qui finalement ne serait pas Kanak ? Mais si tel est le cas il faudra m’expliquer comment sont-ils arrivés à être reconnu par l’ONU ?
    En attendant il a rassé une belle cartouche.
    Je partage.

Répondre à libertegalitefraternite Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here