REPUBLIQUE FRANCAISE

                   SENAT

Pierre FROGIER
Sénateur de la Nouvelle-Calédonie

                                                                                                                                        Nouméa, le 19 septembre 2013

 

Mes chers compatriotes

 

Il y a 160 ans aujourd’hui, le 24 septembre 1853, commençait notre histoire commune.

C’est une date que nous devons apprendre à considérer, ensemble, sereinement, si nous voulons construire notre communauté de destin.

Si nous voulons, comme nous y appelle l’Accord de Nouméa, « poser les bases d’une citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie, permettant au peuple d’origine de constituer, avec les hommes et les femmes qui y vivent, une communauté humaine affirmant son destin commun. »

Ce 24 septembre, c’est une borne, un repère historique. C’est le jour où le contre-amiral Febvrier-Despointes a pris officiellement possession de la Nouvelle-Calédonie au nom de l’empereur Napoléon III.

Mais ce n’est, bien sûr, pas à cela que se limite cette commémoration.

 

Ce que nous célébrons en ce 24 septembre, c’est l’histoire dense, riche, et mouvementée que nous partageons depuis 160 ans, sur cette terre de Calédonie, devenue terre de partage et terre de France.

Une histoire commune, faite d’ombres et de lumières qui fonde la légitimité de nos communautés.

Elles se sont rencontrées, découvertes et reconnues. Elles sont allées les unes vers les autres et elles ont essayé de se comprendre.

 

Et elles se sont aussi violemment affrontées, il n’y a pas si longtemps, lors des « événements » des années 80.

Cette histoire commune aurait pu se terminer dans le sang et les larmes si, au bord de la rupture, nous n’avions choisi, il y a 25 ans, la voie du pardon, de la conciliation, de la paix, du partage et du rééquilibrage.

Désormais, nous sommes engagés, les uns et les autres, dans la construction de notre communauté de destin et c’est dans cet esprit que nous célébrons, ce 24 septembre, comme la fête de la citoyenneté.

Mais vous le savez bien, depuis la signature de l’Accord de Nouméa, nous cherchons en vain à déterminer qui est citoyen, ce qu’est la citoyenneté et ce qui la définit.

 

La citoyenneté calédonienne à laquelle nous voulons aboutir doit être généreuse et attractive.

Pour moi, la citoyenneté, doit créer des liens, unir et rassembler.

La citoyenneté, c’est ce qui permet de regarder ensemble dans une même direction et de porter des projets communs.

Et je crois que la citoyenneté calédonienne doit être basée sur l’addition des valeurs que nous partageons et dont nous trouvons les racines dans nos cultures respectives.

Les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, qui fondent la République française.

Les valeurs d’accueil, de respect et d’humilité que porte la culture kanak.

Les valeurs de charité et d’espérance, issues de l’héritage chrétien, que toutes nos communautés ont en partage.

 

C’est dans cet esprit que j’ai proposé, il y a plus de trois ans, de faire flotter ensemble le drapeau tricolore et le drapeau identitaire kanak.

Ces deux drapeaux racontent, illustrent et résument l’histoire contemporaine de notre communauté humaine.

Ils traduisent une histoire commune qui, depuis 160 ans, associe l’identité mélanésienne et océanienne de la Nouvelle-Calédonie à son identité européenne et française.

 

En ce 24 septembre, je voudrais que chacun d’entre vous ait conscience que cette histoire commune, c’est aussi la sienne.

Celle des mélanésiens, qui occupent cette terre depuis des millénaires.

Celle des européens, dont les ancêtres sont arrivés il y a plus de 160 ans.

Celle des autres communautés qui, depuis, volontairement ou non, s’y sont installés et y ont fait souche.

Celle de tous ceux qui, depuis, de gré ou de force, par choix, par amour, par passion ou en raison des aléas de l’histoire, ont fait leur vie en Nouvelle-Calédonie.

 

Je suis convaincu que, dans l’esprit de l’Accord de Nouméa, c’est la meilleure définition que l’on puisse donner des « citoyens calédoniens » et elle n’entraine aucune exclusion.

Dans ce contexte, nous devons admettre que la construction du destin commun ne peut être restrictive et exclusive.

Sur le long terme, elle ne peut pas être réservée, comme aujourd’hui, à ceux qui seraient arrivés, en Calédonie, avant telle ou telle date, fixée arbitrairement.

 

A l’inverse, la citoyenneté a vocation à être ouverte à ceux qui y vivent, à ceux qui y sont durablement installés, à ceux qui y sont profondément attachés et qui veulent s’engager sur le chemin de demain.

C’est la raison pour laquelle, il nous faudra rouvrir le dossier du corps électoral.

 

Je sais l’importance que les indépendantistes attachent à cette question.

Mais ils doivent comprendre, eux aussi, qu’on ne construit pas une communauté de destin sur l’exclusion et sur le repli sur soi.

Ils doivent admettre que des femmes et des hommes qui ont leur vie, leurs biens, leur cœur, en Calédonie, ne pourront pas être écartés, éternellement, des consultations qui conditionnent leur avenir, celui de leurs enfants et leur vie au quotidien.

 

Je vous propose, qu’ensemble, nous donnions, à la citoyenneté, ce contour positif qui autorisera chaque Calédonienne et chaque Calédonien à se l’approprier.

Je vous propose que nous l’élargissions pour y accueillir tous ceux qui partagent nos valeurs, qui veulent participer à ce vivre ensemble et être acteur du destin commun.Et alors tout en étant citoyen calédonien, l’on n’en sera pas moins Français, et tout en étant viscéralement Français l’on pourra se sentir pleinement citoyen de la Nouvelle-Calédonie, et ce quelle que soit notre origine.

 

Pierre FROGIER

Sénateur de la Nouvelle-Calédonie

6 COMMENTS

  1. Pierrot, ne te casse pas trop la tete, nous sommes…. FRANCAIS…. Mets toi bien cela dans ta petite tete de politique politicien manipulateur de tout et tous, toutes (toi et feu ton copain, l’autre roi caldoche Lafleur), ne cree pas des problemes la ou il n’y-en-a pas, avec comme seul but recherché, la protection de tes interets personnels.

  2. incroyable mais vrai l’UMP a voté pour la modification du projet contre le cumul des mandats en le modifiant de manière à ce que le texte s’applique MAIS PAS AUX SENATEURS…. Donc Pierre Frogier est pour le cumul des mandats ..

    Scrutin n° 347 – séance du 19 septembre 2013
    sur l’ensemble du projet de loi organique, adopté par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député et limitant à une seule fonction exécutive locale le cumul avec le mandat de sénateur

    Consulter le dossier législatif

    Résultat du scrutin

    Nombre de votants : 327
    Suffrages exprimés : 315
    Pour : 208
    Contre : 107

    Le Sénat a adopté

    Analyse par groupes politiques
    Groupe Union pour un Mouvement Populaire (132)

    Pour : 129
    Contre : 3 – M. Pierre Hérisson, Mme Fabienne Keller, M. Jean-René Lecerf
    Groupe socialiste et apparentés (128)

    Pour : 31 – MM. Jacques Berthou, Martial Bourquin, Jean-Pierre Caffet, Jean-Louis Carrère, Luc Carvounas, Mme Karine Claireaux, MM. Yves Daudigny, Marc Daunis, Mmes Josette Durrieu, Frédérique Espagnac, MM. Alain Fauconnier, Jean Germain, Mme Dominique Gillot, MM. Jean-Noël Guérini, Claude Jeannerot, Mme Virginie Klès, MM. Yves Krattinger, Jacky Le Menn, Jeanny Lorgeoux, Roger Madec, Gérard Miquel, Thani Mohamed Soilihi, Robert Navarro, Alain Néri, Jean-Marc Pastor, Georges Patient, François Patriat, Roland Povinelli, François Rebsamen, Yves Rome, André Vallini
    Contre : 69
    Abstentions : 8 – MM. Serge Andreoni, Michel Delebarre, Rachel Mazuir, Daniel Percheron, Alain Richard, Jean-Marc Todeschini, Richard Tuheiava, André Vairetto
    N’ont pas pris part au vote : 20 – MM. Jean-Étienne Antoinette, Michel Berson, Jean Besson, Yannick Botrel, Bernard Cazeau, Gérard Collomb, Jacques Cornano, Philippe Esnol, Jacques Gillot, Claude Haut, Mme Odette Herviaux, MM. Philippe Kaltenbach, Ronan Kerdraon, Jean-Claude Leroy, Alain Le Vern, Philippe Madrelle, Mme Renée Nicoux, MM. Bernard Piras, Hervé Poher, Mme Gisèle Printz
    Groupe Union des Démocrates et Indépendants – UC (32)

    Pour : 26
    Contre : 1 – Mme Nathalie Goulet
    Abstentions : 4 – Mme Jacqueline Gourault, MM. Jean-Jacques Lasserre, Michel Mercier, Jean-Marie Vanlerenberghe
    N’a pas pris part au vote : 1 – Mme Muguette Dini
    Groupe communiste républicain et citoyen (20)

    Contre : 20
    Groupe du Rassemblement Démocratique et Social européen (18)

    Pour : 18
    Groupe écologiste (12)

    Contre : 12
    Sénateurs ne figurant sur la liste d’aucun groupe (6)

    Pour : 4
    Contre : 2 – MM. Pierre Bernard-Reymond, Jean Louis Masson
    Analyse détaillée
    Ont voté pour

    Philippe Adnot Serge Dassault François Grosdidier Aymeri de Montesquiou
    Nicolas Alfonsi Yves Daudigny Charles Guené Albéric de Montgolfier
    Jean-Paul Amoudry Marc Daunis Jean-Noël Guérini Catherine Morin-Desailly
    Pierre André Isabelle Debré Joël Guerriau Philippe Nachbar
    Jean Arthuis Robert del Picchia Michel Houel Christian Namy
    Gérard Bailly Vincent Delahaye Alain Houpert Robert Navarro
    Gilbert Barbier Francis Delattre Robert Hue Louis Nègre
    Philippe Bas Marcel Deneux Jean-François Humbert Alain Néri
    Jean-Michel Baylet Gérard Dériot Christiane Hummel Jean-Marc Pastor
    René Beaumont Catherine Deroche Benoît Huré Georges Patient
    Christophe Béchu Marie-Hélène Des Esgaulx Jean-François Husson François Patriat
    Michel Bécot Yves Détraigne Jean-Jacques Hyest Philippe Paul
    Claude Belot Éric Doligé Pierre Jarlier Jackie Pierre
    Jacques Berthou Philippe Dominati Claude Jeannerot François Pillet
    Alain Bertrand Michel Doublet Sophie Joissains Xavier Pintat
    Joël Billard Daniel Dubois Chantal Jouanno Louis Pinton
    Jean Bizet Marie-Annick Duchêne Christiane Kammermann Jean-Pierre Plancade
    Jean-Marie Bockel Alain Dufaut Roger Karoutchi Rémy Pointereau
    Françoise Boog André Dulait Virginie Klès Christian Poncelet
    Pierre Bordier Ambroise Dupont Yves Krattinger Ladislas Poniatowski
    Natacha Bouchart Jean-Léonce Dupont Françoise Laborde Hugues Portelli
    Joël Bourdin Josette Durrieu Marc Laménie Roland Povinelli
    Christian Bourquin Louis Duvernois Élisabeth Lamure Yves Pozzo di Borgo
    Martial Bourquin Jean-Paul Emorine Gérard Larcher Sophie Primas
    Jean Boyer Frédérique Espagnac Robert Laufoaulu Catherine Procaccia
    Marie-Thérèse Bruguière Hubert Falco Daniel Laurent Jean-Pierre Raffarin, Président de séance
    François-Noël Buffet Jacqueline Farreyrol Antoine Lefèvre Henri de Raincourt
    Jean-Pierre Caffet Alain Fauconnier Jacques Legendre François Rebsamen
    François Calvet Françoise Férat Dominique de Legge André Reichardt
    Christian Cambon André Ferrand Jean-Pierre Leleux Jean-Claude Requier
    Jean-Pierre Cantegrit Louis-Constant Fleming Jacky Le Menn Bruno Retailleau
    Vincent Capo-Canellas Gaston Flosse Jean-Claude Lenoir Charles Revet
    Jean-Noël Cardoux Michel Fontaine Philippe Leroy Gérard Roche
    Jean-Claude Carle François Fortassin Valérie Létard Yves Rome
    Jean-Louis Carrère Alain Fouché Gérard Longuet Bernard Saugey
    Luc Carvounas Bernard Fournier Jeanny Lorgeoux René-Paul Savary
    Caroline Cayeux Jean-Paul Fournier Roland du Luart Michel Savin
    Gérard César Christophe-André Frassa Roger Madec Bruno Sido
    Pierre Charon Pierre Frogier Michel Magras Esther Sittler
    Alain Chatillon Yann Gaillard Philippe Marini Abdourahamane Soilihi
    Jean-Pierre Chauveau René Garrec Hervé Marseille Henri Tandonnet
    Jean-Pierre Chevènement Joëlle Garriaud-Maylam Pierre Martin André Trillard
    Karine Claireaux Jean-Claude Gaudin Hélène Masson-Maret Catherine Troendle
    Marcel-Pierre Cléach Jacques Gautier Hervé Maurey Robert Tropeano
    Christian Cointat Patrice Gélard Jean-François Mayet François Trucy
    Yvon Collin Jean Germain Stéphane Mazars Alex Türk
    Pierre-Yves Collombat Bruno Gilles Colette Mélot Raymond Vall
    Gérard Cornu Dominique Gillot Jean-Claude Merceron André Vallini
    Raymond Couderc Colette Giudicelli Jacques Mézard François Vendasi
    Jean-Patrick Courtois Alain Gournac Alain Milon Hilarion Vendegou
    Philippe Dallier Sylvie Goy-Chavent Gérard Miquel Jean-Pierre Vial
    Philippe Darniche Francis Grignon Thani Mohamed Soilihi François Zocchetto
    Ont voté contre

    Leila Aïchi Françoise Cartron Jean-Pierre Godefroy Danielle Michel
    Jacqueline Alquier Yves Chastan Brigitte Gonthier-Maurin Jean-Pierre Michel
    Michèle André Jacques Chiron Gaëtan Gorce Jean-Jacques Mirassou
    Kalliopi Ango Ela Laurence Cohen Nathalie Goulet Isabelle Pasquet
    Maurice Antiste Roland Courteau Didier Guillaume Jean-Claude Peyronnet
    Alain Anziani Cécile Cukierman Pierre Hérisson Jean-Vincent Placé
    Aline Archimbaud Ronan Dantec Edmond Hervé Marcel Rainaud
    Éliane Assassi Annie David Fabienne Keller Daniel Raoul
    David Assouline Jean-Pierre Demerliat Bariza Khiari Daniel Reiner
    Bertrand Auban Michelle Demessine Georges Labazée Roland Ries
    Dominique Bailly Christiane Demontès Joël Labbé Gilbert Roger
    Delphine Bataille Jean Desessard Serge Larcher Laurence Rossignol
    Marie-France Beaufils Félix Desplan Pierre Laurent Patricia Schillinger
    Jean-Pierre Bel, Président du Sénat Évelyne Didier Françoise Laurent-Perrigot Mireille Schurch
    Esther Benbassa Claude Dilain Gérard Le Cam Jean-Pierre Sueur
    Claude Bérit-Débat Claude Domeizel Jean-René Lecerf Simon Sutour
    Pierre Bernard-Reymond Vincent Eblé Jean-Yves Leconte Catherine Tasca
    Michel Billout Anne Emery-Dumas Claudine Lepage Michel Teston
    Marie-Christine Blandin Christian Favier Michel Le Scouarnec René Teulade
    Maryvonne Blondin Jean-Luc Fichet Marie-Noëlle Lienemann René Vandierendonck
    Éric Bocquet Jean-Jacques Filleul Hélène Lipietz Yannick Vaugrenard
    Nicole Bonnefoy Guy Fischer Jean-Jacques Lozach Paul Vergès
    Corinne Bouchoux Thierry Foucaud Jacques-Bernard Magner Michel Vergoz
    Bernadette Bourzai Jean-Claude Frécon François Marc Maurice Vincent
    Michel Boutant André Gattolin Marc Massion Dominique Watrin
    Pierre Camani Catherine Génisson Jean Louis Masson Richard Yung
    Claire-Lise Campion Samia Ghali Michelle Meunier
    Abstentions

    Serge Andreoni Jean-Jacques Lasserre Daniel Percheron Richard Tuheiava
    Michel Delebarre Rachel Mazuir Alain Richard André Vairetto
    Jacqueline Gourault Michel Mercier Jean-Marc Todeschini Jean-Marie Vanlerenberghe
    N’ont pas pris part au vote

    Jean-Étienne Antoinette Jacques Cornano Philippe Kaltenbach Bernard Piras
    Michel Berson Muguette Dini Ronan Kerdraon Hervé Poher
    Jean Besson Philippe Esnol Jean-Claude Leroy Gisèle Printz
    Yannick Botrel Jacques Gillot Alain Le Vern
    Bernard Cazeau Claude Haut Philippe Madrelle
    Gérard Collomb Odette Herviaux Renée Nicoux

    •  » Donc Pierre Frogier est pour le cumul des mandats .. »
      Oui en effet, et il semble aussi être pour le cumul des mandales
      (électorales) à maintenir son cap en faveur du drapeau indépendantiste (qualifié par lui de drapeau identitaire kanak).

  3. Kanaky, ce serait bien, oui, bien sur, convers mais c’est en fait comme un reve qui serait realisable, et le reve, cela fait partie des possibilities pour l’etre humain, c’est ‘therapeutique’, pas de problem a imaginer un pays qui s’appellerait Kanaky, l’histpoire en a decide autrement, et ca a aussi du bon, crois moi, convers…….
    Bien mieux sera la Nouvelle-Caledonie francaise SANS l’UMP, mais avec le… TOUR de FRANCE… Crois moi aussi mon poteau de convers…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here