Résumé

Nous introduisons une nouvelle hypothèse qui affirme que l’utilisation thérapeutique de la psilocybine a des effets bénéfiques sur le vieillissement génétique.

Ex hypothesi, nous prédisons a priori que les interventions contrôlées de psilocybine exercent un impact positif quantifiable sur la longueur des télomères des leucocytes (les télomères sont un prédicteur robuste de la mortalité et de diverses maladies liées au vieillissement).

Notre hypothèse suit la logique popperienne de la découverte scientifique, à savoir que les conjectures audacieuses (et réfutables) constituent le fondement même du progrès scientifique.

L’hypothèse de la psilocybine-télomère est formalisée comme un argument déductif (syllogistique) logiquement valable et nous fournissons des preuves substantielles pour soutenir les prémisses sous-jacentes.

L’impulsion de notre théorisation provient d’une pluralité de sources empiriques convergentes indiquant que la psilocybine a des effets bénéfiques persistants sur divers aspects de la santé mentale (par exemple, dans le contexte de la dépression, de l’anxiété, du SSPT, du TOC, de la toxicomanie, etc.) ).

Un soutien supplémentaire s’appuie sur un vaste corpus d’études qui établissent des corrélations fiables entre la santé mentale et l’attrition des télomères (l’amélioration de la santé mentale est généralement corrélée avec des télomères plus longs).

Un autre élément pertinent de notre argumentation s’appuie sur des études récentes qui démontrent que les “états de conscience méditatifs” ont des effets bénéfiques sur le vieillissement génétique.

De même, la psilocybine peut induire des états de conscience qui sont significativement congruents, sur le plan neurophysiologique et phénoménologique, avec les états méditatifs.

De plus, des recherches antérieures ont démontré qu’une seule dose de psilocybine peut provoquer des expériences transformatrices qui changent la vie (≈ 70 % des volontaires en bonne santé classent leur expérience avec la psilocybine parmi les cinq événements de la vie les plus significatifs sur le plan personnel, à savoir, la naissance d’un enfant ou la perte d’un être cher).

Nous postulons que ces événements psychologiques profonds laissent des traces quantifiables au niveau de la génétique moléculaire/épigénétique. Étant donné l’omniprésence et la rentabilité des analyses de la longueur des télomères, nous suggérons que l’analyse quantitative des télomères soit régulièrement incluse dans les futures études sur la psilocybine en tant que marqueur biologique complémentaire (c’est-à-dire pour faciliter la consilience scientifique par triangulation méthodologique).

Afin d’étayer l’”hypothèse de la psilocybine télomère”, les mécanismes d’action potentiels neuropsychopharmacologiques, endocrinologiques et génétiques sont examinés (par exemple la réactivité de l’axe HPA, la neurogenèse hippocampique, les facteurs de croissance neurotropes tels que le BDNF, l’agonisme du récepteur 5-HT2A, la neuroplasticité/synaptoplasticité, les altérations de la densité de connectivité fonctionnelle neuronale à l’échelle du cerveau, l’implication du gène transporteur de sérotonine SLC6A4, entre autres).

Le programme de recherche proposé est donc intrinsèquement très interdisciplinaire, et il a de profondes ramifications du point de vue de la philosophie des sciences, car il relie le niveau épistémique (phénoménologie expérientielle qualitative) au niveau ontique (génétique moléculaire quantitative) de l’analyse.

À long terme, des recherches multidisciplinaires et innovantes sur l’hypothèse de la “psilocybine télomère” pourraient contribuer à l’amélioration des interventions psychologiques sénothérapeutiques et à l’identification de nouvelles cibles pharmaceutiques géroprotectrices et neuroprotectrices/restauratrices pour ralentir le vieillissement génétique et améliorer le bien-être et la qualité de vie pendant le processus de vieillissement.

Introduction

Une pléthore d’études génétiques et géroscientifiques indiquent que la longueur des télomères est un biomarqueur fiable du vieillissement cellulaire [1], [2], c’est-à-dire que les télomères sont considérés comme un indicateur robuste de la longévité des cellules mitotiques et éventuellement des organismes [3].

L’attrition/décapage des télomères est associée à la dégénérescence de multiples systèmes tels que les défaillances de divers organes, l’épuisement du répertoire des cellules souches totipotentes, l’atrophie des tissus, les altérations des réponses aux blessures et divers processus (neuro)réparateurs, entre autres [4].

En outre, il a été proposé que les télomères fonctionnent comme un “psychobiomarqueur” car ils sont partiellement régulés par des facteurs psychologiques [5], [6].

Au sensu lato, un mode de vie sain et une vision positive de la vie sont généralement associés à des télomères plus longs, tandis que, inversement, un mode de vie malsain et un état d’esprit négatif/pessimiste sont associés à des télomères plus courts [7], [8].

De nombreux facteurs influencent l’attrition des télomères, par exemple, les prédispositions génétiques maternelles [9], les niveaux de stress in utero, la qualité de l’alimentation [10], [11] et la disponibilité de ω – 3 acides gras [12], la consommation d’alcool [13], le tabagisme [14], les habitudes de sommeil [15], une variété de variables sociales/interpersonnelles [16], [17], [18], la condition physique et l’exercice physique [19], [20], l’exposition aux toxines environnementales telles que la pollution du trafic [21] et divers composés chimiques présents dans les plastiques [22], etc. pp. (pour un examen complet, voir, [23]).

De plus, des preuves convergentes indiquent que les télomères sont affectés par des conditions psychologiques telles que le stress chronique, la dépression et les schémas de pensée négatifs répétitifs, à savoir la rumination chronique [3], [24], [25], [26], [27] et l’errance mentale auto-référentielle [28].

La littérature pertinente délimite le schéma dichotomique suivant : Les états psychologiques positifs sont corrélés avec des télomères plus longs, tandis que la dépression, le stress chronique et l’anxiété présentent une corrélation négative [29].

En accord avec ce contexte empirique, notre hypothèse principale est basée sur l’hypothèse majeure que les conditions psychologiques affectent les télomères. En outre, notre hypothèse repose sur le postulat mineur selon lequel l’utilisation thérapeutique de la psilocybine présente des effets bénéfiques significatifs sur divers aspects de la santé psychologique.

Une accumulation rapide de preuves empiriques convergentes soutient cette affirmation [30], [31], [32], [33], [34].

Plus précisément, un important corpus d’études a démontré que l’utilisation thérapeutique de la psilocybine réduit la dépression dans diverses populations [35], [36], [37] et, par souci de précision et de parcimonie, la présente discussion portera principalement sur ce facteur. Toutefois, des arguments similaires pourraient être formulés en ce qui concerne le SSPT, divers troubles anxieux, les dépendances comportementales et aux substances, etc. (par exemple, [38]).

Étant donné la comorbidité bien établie entre ces “psychopathologies” [39], il est logiquement logique de supposer que les mécanismes cognitifs, émotionnels et biochimiques sous-jacents sont sensiblement congruents à de nombreux égards, par exemple en termes de dynamique caractéristique des neurotransmetteurs et de dynamique des réseaux à l’échelle du cerveau.

L’hypothèse comme argument syllogistique déductif

Notre hypothèse est basée sur l’hypothèse empirique que les facteurs neuropsychologiques influencent le vieillissement au niveau génétique. Nous postulons que des conditions psychologiques bénéfiques sont associées à la santé télomérique (c’est-à-dire des télomères plus longs par l’activation de l’enzyme télomérase transcriptase inverse qui ajoute des séquences de nucléotides aux extrémités de l’ADN).

Par conséquent, nous prédisons a priori que les changements psychologiques et neurobiologiques thérapeutiques induits par la psilocybine sont quantifiables par l’analyse des télomères (mais aussi par d’autres biomarqueurs du vieillissement, comme nous le verrons plus loin). L’hypothèse principale peut être énoncée comme un argument déductif sous la forme d’un syllogisme catégorique aristotélicien valide.

Syllogisme n° 1

Principale prémisse : la dépression est associée à des télomères plus courts.
Prémisse mineure : la psilocybine réduit la dépression.

Conclusion :

Par conséquent, la psilocybine a un effet positif sur la longueur des télomères.

N.B. : Selon la logique syllogistique, chacun des trois termes distincts représente une catégorie, c’est-à-dire : [Dépression] – [Télomères] – [Psilocybine].

Dans le syllogisme n°1, la catégorie [Télomères] constitue le terme majeur et [Psilocybine] représente le terme mineur. Il est essentiel que les prémisses aient un seul terme en commun (le terme moyen) qui apparaît comme le sujet ou le prédicat de la proposition catégorielle, in casu, [Dépression].

Selon les principes de la logique propositionnelle, la conclusion suit déductivement si la prémisse majeure et la prémisse mineure sont acceptées comme véridiques. Dans les sections suivantes, nous fournirons donc des preuves empiriques afin d’étayer la prémisse majeure et mineure, c’est-à-dire 1) que la dépression est associée à des télomères plus courts et 2) que la psilocybine réduit la dépression. Notez que notre hypothèse pourrait également être remodelée dans le cadre de l’épistémologie bayésienne. Dans ce cas, les informations présentées ultérieurement peuvent être utilisées pour calibrer/paramétrer les “antécédents informés” qui constituent une base probabiliste conditionnelle pour la prédiction bayésienne, à savoir les degrés de croyance ou de crédibilité.

Hypothèse auxiliaire

Nous posons que les phénoménologies négatives de la psilocybine ne peuvent pas produire de manière fiable les effets génétiques prédits a priori. Ainsi, notre hypothèse est directionnelle (unilatérale) dans le cas d’une phénoménologie de la psilocybine à valence positive, mais bidirectionnelle sans spécification supplémentaire car nous supposons que les phénoménologies à valence négative peuvent provoquer un stress et une anxiété aigus.

Dans le pire des cas, de telles expériences (appelées familièrement “bad trips”) peuvent provoquer des traumatismes psychologiques durables.

Ex hypothesi, les conditions psychologiques négatives facilitent l’attrition des télomères [40].

Cependant, d’un point de vue longitudinal, une expérience apparemment négative de psilocybine peut exercer des effets psychothérapeutiques/cathartiques longitudinaux bénéfiques qui peuvent prendre beaucoup de temps à se manifester (par analogie avec l’apparition de divers effets secondaires négatifs qui accompagnent fréquemment la désintoxication physiologique et qui peuvent provoquer la libération de toxines déposées qui déclenchent divers effets secondaires apparemment négatifs qui sont en fait propices à une guérison à long terme – de manière similaire, la psilocybine peut rendre plus accessibles des contenus inconscients problématiques qui peuvent être très problématiques mais qui sont susceptibles d’améliorer longitudinalement la santé mentale et la qualité de vie).

Les phénoménologies à valence négative doivent donc être étudiées de manière nuancée et diachronique pour évaluer le déroulement temporel du développement psychothérapeutique (par exemple, en employant un plan de recherche longitudinal et des procédures analytiques appropriées telles que l’analyse statistique des séries chronologiques).

Dans une présentation générique, l’”hypothèse de la psilocybine-télomère” peut être reformulée dans un format sémantique plus souple, comme l’illustre le syllogisme n° 2. Toutefois, dans un souci de spécificité (c’est-à-dire d’opérationnalisme expérimental/falsifiabilité), nous axerons la discussion qui suit sur la formalisation plus concrète qui porte exclusivement sur la dépression.

En outre, il n’est pas encore clair si la psilocybine en soi est suffisante pour induire des effets neuropsychologiques bénéfiques ou s’il est généralement conseillé de la combiner avec une psychothérapie pour exploiter tout son potentiel psychologique.

La question est donc ouverte : La psilocybine est-elle intrinsèquement thérapeutique (comme le prétendent diverses cultures indigènes) ou une psychothérapie supplémentaire est-elle indiquée pour “guider” le processus et faciliter l’intégration post-festale afin d’améliorer l’efficacité psychologique et médicale de l’intervention ?

Il s’agit d’une question empirique qui doit être étudiée de manière contrôlée. Les recherches futures devraient également élucider l’efficacité synergique de la psilocybine (cf. [41]) lorsqu’elle est associée à différentes modalités de traitement psychothérapeutique, par exemple la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie somatique, la thérapie transpersonnelle, la psychanalyse, la musicothérapie, la méditation, l’entraînement à la pleine conscience, entre autres.

Nous soutenons que les aspects phénoménologiques transcendantaux/spirituels sont essentiels pour les effets thérapeutiques de la psilocybine (cf. le sens étymologique du lexème composite “psychologie” ; c’est-à-dire dérivé du grec ψυχή psyche, d’où, dans son sens originel, la psychologie se réfère à l’étude de l’âme/esprit/souffle). Toutefois, une véritable appréciation de cette reconceptualisation exige un changement de paradigme kuhnien dans la pensée scientifique dominante (à savoir une perspective holistique/intégrale qui remplace le réductionnisme matériel dogmatique et l’épiphénoménalisme).

Syllogisme n° 2

Principale prémisse : les changements neuropsychologiques bénéfiques ont un effet positif sur la longueur des télomères.

Prémisse mineure : la psilocybine a des effets neuropsychologiques bénéfiques quantifiables.

Conclusion :

Par conséquent, la psilocybine a un effet positif sur la longueur des télomères.

Il convient de souligner que nous avons choisi la dépression comme exemple représentatif pour démontrer une ligne de pensée beaucoup plus large. La psilocybine a des effets à plusieurs niveaux sur la santé psychologique et les effets génétiques/épigénétiques prévus sont donc probablement complexes et multifactoriels et ne se limitent pas exclusivement aux télomères.

Cependant, les télomères sont un biomarqueur pratique qui est facilement quantifiable avec les méthodes de laboratoire modernes (par exemple, les essais basés sur la PCR).

Par conséquent, l’hypothèse de la psilocybine et des télomères permet la construction simple d’une experimentum crusis (une expérience décisive qui permet une falsification directe), c’est-à-dire une expérience contrôlée basée sur le principe ceteris paribus (c’est-à-dire un plan d’expérience dans lequel toutes les variables confondantes potentielles connues sont rigoureusement contrôlées dans toutes les conditions expérimentales afin de tenter d’isoler une relation de cause à effet entre la psilocybine et les télomères).

Pour un test plus synoptique de l’”hypothèse psilocybine-télomère”, il faudrait mesurer l’activité enzymatique de la télomérase et utiliser d’autres méthodes pour quantifier le processus de vieillissement.

Les autres “horloges biologiques” sont, par exemple, les prédicteurs transcriptomiques, les prédicteurs protéomiques, les prédicteurs basés sur la métabolomique et les prédicteurs composites de biomarqueurs [42].

Les données indiquent que différents biomarqueurs mesurent différents aspects (non liés) du vieillissement biologique [43].

Par exemple, en plus de l’analyse des télomères, l’analyse de l’horloge épigénétique basée sur les données de méthylation de l’ADN pourrait être utilisée comme mesure complémentaire [44].

La longueur des télomères et l’horloge épigénétique sont indépendamment associées à l’âge chronologique et à la mortalité (45) et pourraient donc être utilisées de manière à effectuer une validation croisée.

Il a été proposé que l’âge de méthylation de l’ADN quantifie “l’effet cumulatif d’un système de maintenance épigénétique” et que “cette nouvelle horloge épigénétique peut être utilisée pour répondre à une foule de questions dans le domaine de la biologie du développement, du cancer et de la recherche sur le vieillissement” (46) ainsi qu’à des questions liées à la “reprogrammation et au rajeunissement épigénétique” (47).

Comme l’analyse des télomères, l’analyse de l’horloge épigénétique montre des corrélations avec l’alimentation, l’exercice, l’éducation et les facteurs liés au mode de vie.

Preuves à l’appui de la prémisse principale : la dépression est associée à l’attrition télomérique.

De nombreuses études indiquent que la dépression a des effets quantifiables sur les télomères [48], [49], [50] et des modèles animaux confirment cette conclusion [51].

Une récente méta-analyse de 83 études a confirmé une corrélation significative entre la dépression et la longueur des télomères [149].

La littérature pertinente indique un schéma général : Les états psychologiques mentaux positifs ont des effets bénéfiques sur la longueur des télomères alors que l’inverse est vrai pour les états négatifs tels que le stress, la dépression et l’anxiété [40], [52].

Les preuves accumulées indiquent donc que la dépression accélère le vieillissement génétique (c’est-à-dire l’attrition/sénescence des télomères) et il a été supposé que le lien entre la dépression et le vieillissement génétique est, entre autres, médié par l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (axe HPA) [53].

L’axe HPA est crucial pour l’induction de réponses au stress en réaction à un facteur de stress donné, par exemple la libération des hormones de stress cortisol, épinéphrine/adrénaline et norépinéphrine.

L’inflammation est un autre facteur important et interdépendant dans le contexte du stress, de la dépression et du vieillissement génétique [54].

Les mécanismes psychoneuroendocrinologiques exacts font l’objet d’un débat scientifique permanent (pour un compte rendu de l’évolution, voir [55]).

Un autre facteur important associé à la dépression est le stress oxydatif [56].

Là encore, il a été démontré que le stress oxydatif contribue au vieillissement génétique, c’est-à-dire qu’il accélère l’attrition des télomères [57], [58].

En fait, les biomarqueurs du stress inflammatoire et oxydatif peuvent être considérés comme des “biomarqueurs périphériques” dans la dépression majeure (pour une revue, voir [56]).

Le rôle de la psilocybine et des tryptamines structurellement apparentées comme agents anti-inflammatoires est un sujet qui a récemment attiré l’attention (59) et le rôle du récepteur σ1 dans la neuroinflammation et la neurodégénérescence est particulièrement intéressant dans le contexte actuel.

Des altérations des concentrations de divers facteurs de croissance cérébrale ont été associées au stress et à la dépression. Plus précisément, le BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) a fait l’objet d’une étude approfondie à cet égard [60] et il semble être réduit dans les populations cliniquement déprimées [61], [62], [63].

Des niveaux inférieurs de BDNF peuvent être responsables des changements neuroanatomiques qui accompagnent la dépression. Particulièrement pertinent pour l’hypothèse en question, il a été suggéré que la télomérase est le médiateur des actions du BDNF qui favorisent la survie des cellules [64].

Par conséquent, il serait très intéressant d’examiner les effets de la psilocybine sur les concentrations de BDNF [65] car cela pourrait fournir des informations de base sur les mécanismes biochimiques intermédiaires qui interviennent entre la psilocybine et ses effets supposés sur le vieillissement génétique.

Les recherches indiquent que diverses formes de stress (dont la rumination chronique comme symptôme de dépression) mettent en mouvement une cascade psychoneurochimique d’effets néfastes qui affectent négativement les télomères [66], [67], [68].

Le stress amplifie diverses réactions inflammatoires endogènes qui, à leur tour, inhibent l’activité des télomères (voir aussi [69]).

Là encore, les mécanismes exacts font actuellement l’objet de recherches actives (voir [6]).

On a émis l’hypothèse que l’exposition au stress active un large éventail complexe de médiateurs biologiques en interaction, ce qui entraîne le raccourcissement des télomères [70].

Pour résumer : L’excitation du stress augmente les hormones du stress, la neuroinflammation et le stress oxydatif. Ces facteurs ont été associés de manière fiable à l’attrition des télomères [67], [71], [72].

Il existe plusieurs facteurs de protection qui modulent l’impact néfaste du stress chronique. Par exemple, certaines hormones neurostéroïdes contrecarrent les effets négatifs de niveaux excessivement élevés de cortisol.

Par exemple, il a été démontré que la déhydroépiandrostérone (DHEA), une hormone stéroïde endogène, possède des propriétés antiglucocorticoïdes qui offrent une protection contre les effets délétères du cortisol [73], réduisant ainsi les déficits neurocognitifs dans la dépression.

De même, la neurogenèse hippocampique induite par le BDNF a des effets protecteurs positifs sur les niveaux de stress chronique [74], [75], [76], [77] et réduit l’évitement social [78], [79].

La découverte empirique que la psilocybine induit une neurogenèse dans le gyrus denté de l’hippocampe et qu’elle facilite l’extinction de la peur dans les modèles animaux est importante pour la présente hypothèse [80].

Des études ont démontré que le stress et la dépression sont associés à une réduction du volume de l’hippocampe due à l’atrophie et à la perte de neurones (75).

Plusieurs études indiquent que la neurogenèse de l’hippocampe peut être nécessaire pour certains des effets cognitivo-comportementaux des antidépresseurs (81).

Les preuves actuelles indiquent que les taux plasmatiques de BDNF sont réduits chez les patients dépressifs non traités et que les traitements antidépresseurs (par exemple, les ISRS) peuvent augmenter le BDNF à des concentrations normales [82].

En plus de ces médiateurs, il existe plusieurs modérateurs qui influencent les effets de la dépression et du stress sur les télomères.

De nombreuses études ont examiné le rôle modérateur des prédispositions génétiques qui sont responsables d’une vulnérabilité accrue à divers facteurs de stress de la vie.

Étant donné que les traits de personnalité ont une forte composante d’héritabilité (comme l’indiquent les études sur les jumeaux [83]), il n’est pas surprenant que certains individus soient beaucoup plus résistants lorsqu’ils sont exposés au stress, par rapport à d’autres qui sont hypersensibles et présentent des réactions négatives même à des facteurs de stress mineurs.

Par exemple, des recherches méta-analytiques indiquent qu’un polymorphisme spécifique du promoteur du transporteur de la sérotonine (5-HTTLPR) modère la corrélation entre le stress et la dépression (84).

En plus des différences génétiques, on pense que les modifications épigénétiques jouent un rôle modérateur (par exemple, via la méthylation de l’ADN qui modifie l’expression des gènes en inhibant la liaison des facteurs de transcription ; voir (85)).

Contrairement aux modifications génétiques, les modifications épigénétiques modifient l’expression des gènes (mais, par définition, pas le code génétique lui-même). Les modifications épigénétiques peuvent être réversibles ou non réversibles en fonction de conditions spécifiques (voir également [86]).

Nous proposons que les “expériences transcendantales transformatrices” psychologiquement profondes qui peuvent être provoquées par la psilocybine s’accompagnent de changements épigénétiques spécifiques/caractéristiques.

En d’autres termes, nous prédisons que les aspects phénoménologiques qualitatifs de la psilocybine se reflètent au niveau épigénétique, c’est-à-dire que nous émettons l’hypothèse d’une correspondance entre la phénoménologie12 et l’épigénétique.

Une étude marquante [144] a démontré expérimentalement qu’une seule dose élevée de psilocybine est capable d’induire des changements de personnalité durables dans le trait de personnalité de base “Ouverture à l’expérience” (tel que mesuré par l’inventaire de personnalité NEO largement utilisé).

Cette découverte est très intrigante car il existe un large consensus scientifique sur le fait que les traits de personnalité de base sont relativement stables dans le temps (c’est-à-dire qu’une base génétique est supposée ; [145]) et qu’ils ne peuvent être modifiés que par des événements majeurs de la vie (par exemple, [146]).

Par conséquent, il est logique de prédire que les changements de personnalité induits par la psilocybine sont parallèles aux changements épigénétiques. Cette ligne de pensée est en parfaite adéquation avec les résultats empiriques présentés précédemment.

Une étude génétique pilote [87] a révélé que l’OTE est lié au polymorphisme SERT (5-HTTLPR qui est associé au SLC6A4, le gène transporteur de la sérotonine dont nous avons parlé précédemment dans le contexte de la dépression et du SSPT).

Sur la base de ce contexte empirique, il est donc logique de supposer que la psilocybine a des effets épigénétiques sur les gènes liés à la dynamique de la sérotonine. Plus précisément, le 5-HTTLPR est un gène candidat plausible étant donné son association avec la dépression, les traits de personnalité liés à l’anxiété et la dépendance (pour une méta-analyse du rôle modérateur du 5-HTTLPR dans le stress et la dépression, voir [84]).

Étant donné que la psilocybine a été utilisée à des fins psychothérapeutiques pour traiter tous ces troubles [88], un mécanisme génétique commun est donc prévisible a priori.

Pour résumer : Nous avons fourni des preuves qui corroborent le postulat majeur du Syllogisme n°1 (le prédicat de la conclusion) : La longueur des télomères est un indicateur fiable du vieillissement génétique et il a été démontré à plusieurs reprises que les télomères sont affectés par des conditions psychologiques telles que le stress chronique, l’anxiété et la dépression, entre autres.

Dans la prochaine section, nous fournirons un résumé des preuves qui indiquent que l’utilisation thérapeutique de la psilocybine exerce des effets bénéfiques sur divers aspects de la santé mentale. Nous nous concentrerons plus particulièrement sur ses effets hypothétiques sur la dépression.

Preuves à l’appui du postulat mineur : l’utilisation psychothérapeutique de la psilocybine réduit la dépression.

La psilocybine13 a été associée de manière fiable à de nombreux bienfaits pour la santé mentale (par exemple, dans le contexte de l’anxiété, du SSPT, du TOC, de la toxicomanie, etc. pour une revue systématique, voir [150]).

Des preuves qui s’accumulent rapidement démontrent que la psilocybine réduit de manière significative les symptômes cliniques dans les populations déprimées [89], [90], [91], [93].

En outre, il a été signalé que la psilocybine améliore la reconnaissance du visage émotionnel chez les patients résistant au traitement [92].

Cette amélioration quasi interpersonnelle a été corrélée de manière statistiquement significative avec une réduction de l’anhédonie, c’est-à-dire des déficits dans la capacité à éprouver un plaisir hédonique (y compris une réduction de la motivation intrinsèque).

D’un point de vue neuroanatomique, la réduction observée des symptômes dépressifs signalée dans [93] était associée à une augmentation de la connectivité fonctionnelle au repos (CFRS) dans le réseau en mode par défaut (DMN ; 5 semaines après le traitement selon les données de l’IRMf).

De plus, la réponse post-traitement a été associée à une augmentation de la CFRS du cortex préfrontal ventromédien et de la CFRS du cortex pariétal latéral inférieur bilatéral, en plus d’une diminution de la CFRS dans le cortex parahippocampique-préfrontal.

En outre, une analyse de l’ensemble du cerveau a révélé une diminution du flux sanguin cérébral (CBF) après le traitement dans le cortex temporal et l’amygdale.

Il est important de noter que les réductions du CBF de l’amygdale étaient statistiquement corrélées de manière significative avec une réduction des symptômes dépressifs. Il convient également de noter que l’étude IRMf (op. cit.) a démontré que les effets aigus de la psilocybine diffèrent des effets longitudinaux.

Dans les paragraphes suivants, nous nous concentrerons principalement sur l’implication de la DMN et de l’amygdale dans la dépression.

Selon le controversé “Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux” (DSM-5®) (mais voir [147]) publié par l’Association psychiatrique américaine, l’une des caractéristiques de la dépression est la rumination obsessionnelle, c’est-à-dire des schémas de pensée répétitifs qui provoquent un stress organisationnel à long terme à de multiples niveaux.

In abstracto, la “rumination psychologique” peut être considérée comme un analogon non somatique du “trouble de la rumination” digestif qui implique la régurgitation répétée de matières alimentaires sur des périodes prolongées.

De même, la rumination dans la dépression implique la régurgitation mentale chronique de matériaux psychologiques principalement négatifs et chargés d’émotions, c’est-à-dire une attention intérieure chroniquement pénible qui n’est pas activement orientée vers des solutions mais plutôt un style d’adaptation passif et contre-productif qui est significativement débilitant pour l’individu (“locus de contrôle” et l’auto-efficacité sont des variables modératrices importantes à cet égard).

Les schémas de pensée ruminants sont associés à divers biais cognitifs subconscients qui sont basés sur des cognitions négatives, automatiques, recyclées et égocentriques.

Il est d’une importance capitale pour l’hypothèse de la psilocybine télomère que la rumination a été associée à l’attrition télomérique [3].

La rumination, à son tour, a été associée à l’hyperactivité du réseau en mode par défaut14 [94], [95]. Des études expérimentales ont démontré que la psilocybine réduit considérablement l’activité du DMN (93).

Il est intéressant de noter qu’une étude expérimentale récente a indiqué que l’entraînement à la pleine conscience assisté par la psilocybine modulait la connectivité DMN avec des effets durables (41).

Par conséquent, nous soutenons que la régulation à la baisse de l’activité de la DMN est une composante neuroanatomique importante de l’hypothèse de la psilocybine téleutomère.

La rumination est un symptôme persistant des troubles dépressifs.

Par conséquent, une réduction de la rumination est susceptible d’affecter positivement la longueur du télomère. Nous suggérons que la réduction de la rumination est un aspect commun aux interventions sur la psilocybine, à l’entraînement à la pleine conscience et à la médiation, c’est-à-dire que ces différentes méthodes prédisent à première vue un critère de résultat similaire, à savoir une réduction des motifs de pensée négatifs répétitifs.

La rumination est une cause de stress chronique qui, à son tour, est associée à divers processus inflammatoires et à la régulation négative du système immunitaire, facteurs qui ont été associés à des télomères plus courts [71], [96], [97].

La psilocybine peut provoquer les expériences transformatrices les plus profondes connues de la science.

Par exemple, dans une étude longitudinale ≈, 70 % des volontaires en bonne santé ont classé leur expérience avec la psilocybine parmi les cinq expériences les plus significatives et les plus marquantes de toute leur vie, c’est-à-dire que l’expérience induite neurochimiquement était en moyenne classée à côté des événements les plus formateurs de la vie comme la naissance d’un enfant ou la perte d’un être cher [99] cf.

Nous soutenons que ces pics d’expérience ont une contrepartie génétique quantifiable, c’est-à-dire que l’apogée phénoménologique provoqué par la psilocybine produit une empreinte épigénétique unique quantifiable (qualia épigénétiquement traçable).

La logique sous-jacente est basée sur l’hypothèse que des expériences psychologiques profondes sont associées à des changements génétiques tout aussi profonds (c’est-à-dire proportionnels à la valence phénoménologique).

Cette idée est motivée par des études génétiques récentes qui réintroduisent des éléments quasi-lamarckiens dans la biologie génétique quantitative et remettent ainsi en question le “dogme central de la biologie moléculaire “15 [100] qui a longtemps été l’axiome incontestable de la recherche génétique.

Par exemple, il a été démontré que le conditionnement olfactif acquis peut être hérité épigénétiquement par les générations suivantes (au moins jusqu’à F2) [101].

Le récepteur odorant (Olfr151) a été utilisé pour conditionner des souris F0 et les générations suivantes (qui étaient totalement naïves au paradigme du conditionnement olfactif) ont révélé une hypométhylation du CpG dans le gène Olfr151.

Nous soutenons que si un simple paradigme de conditionnement olfactif pavlovien peut provoquer des effets épigénétiques quasi-lamarckiens quantifiables, il est alors prévisible (avec une forte probabilité) qu’une expérience profonde et changeante de la psilocybine (cf. Griffiths et al., 2008) a des effets tout aussi quantifiables au niveau génétique.16

Nous suggérons que les gènes associés au système sérotoninergique (par exemple, le gène SLC6A4 associé au transporteur de sérotonine dépendant du sodium) sont un lieu génétique probable pour des comparaisons planifiées (en particulier dans le contexte de la dépression et de l’anxiété).

Par exemple, il a été signalé que les personnes présentant un polymorphisme spécifique du promoteur du transporteur de la sérotonine (5-HTT) (associé à une expression réduite de 5-HTT) présentent une plus grande activité amygdalienne (comportements liés à la peur et à l’anxiété), comme l’a montré l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle BOLD ([102], cf. [103]).

Il est intéressant de noter qu’il a été démontré expérimentalement que la psilocybine diminue la réactivité de l’amygdale et que cette régulation limbique à la baisse est en corrélation avec une amélioration de l’humeur positive [103].

Ces effets de la psilocybine sur le traitement des émotions sont particulièrement pertinents pour l’hypothèse en question car les noyaux centraux de l’amygdale sont impliqués dans la genèse de diverses réactions de peur telles que la réaction de fuite au combat, les réactions du SNA telles que les changements de rythme cardiaque, l’élévation de la pression sanguine et les réactions neuroendocriniennes telles que la libération de cortisol. Une étude thématique a examiné la dynamique cérébrale spatiotemporelle du traitement émotionnel du visage et a rapporté que la psilocybine module le traitement émotionnel, probablement par l’intermédiaire de l’agonisme des sous-types de récepteurs de sérotonine 5HT1A/2A [104].

Dans l’ensemble, l’idée qui relie la recherche génétique à la recherche psychologique est que les mécanismes cellulaires (par exemple, l’activité des télomères/télomérases) sont intimement liés aux processus cognitifs (anxiété, dépression, humeur, stress, etc.).

Pour utiliser une “formulation collante” mnémonique, le professeur Elissa Eppel a donné une conférence à l’Université de Californie en 2011 : “Nos cellules sont à l’écoute de nos pensées“.

Nous soutenons que l’utilisation thérapeutique de la psilocybine a des effets bénéfiques significatifs à différents niveaux de l’organisme et, plus précisément, que les effets thérapeutiques de la psilocybine sur le complexe corps-esprit humain sont d’un grand intérêt dans ce contexte empirique.

De notre point de vue, les comptes rendus neuromécaniques sont complémentaires aux perspectives métaphysiques sur les effets de la psilocybine et nous discuterons du potentiel thérapeutique des expériences transcendantes dans les publications à venir (par exemple, en discutant de la valeur thérapeutique de la dissolution de l’ego/non-dualité ; voir aussi [148]).

Conclusion

Nous avons fourni des preuves empiriques convergentes provenant d’une pluralité de sources afin d’étayer les stipulations qu’impliquent les prémisses majeures et mineures du Syllogisme n°1.

Sur la base de ces preuves, nous soutenons que l’”hypothèse de la psilocybine télomère” justifie des tests expérimentaux systématiques.

Plus précisément, nous affirmons que la convergence des preuves indique une consistance scientifique.17 Selon ce concept méta-scientifique essentiel, la force de la preuve augmente lorsque plusieurs sources indépendantes de preuves sont en accord. Le caractère généralisable et la solidité des preuves convergentes pour une conclusion logique donnée est fonction du nombre d’approches de recherche différentes à l’appui de la conclusion.

En outre, si des conclusions équivalentes sont tirées de plusieurs points de vue (par exemple, différentes disciplines/cadres théoriques), cela fournit des preuves à l’appui de la fiabilité et de la validité des méthodologies de recherche utilisées elles-mêmes.

La résilience réduit donc l’impact des facteurs de confusion (par exemple, les erreurs de mesure liées à la méthode) parce que ces erreurs n’influencent pas toutes les méthodes de recherche de la même manière.

En d’autres termes, la résilience “équilibre” les facteurs de confusion spécifiques aux méthodes. Peut-être plus important encore, le même principe s’applique également aux facteurs de confusion logiques (par exemple, les erreurs logiques et les biais cognitifs inconscients).

Dans la philosophie de la science, cela a été appelé “consilience des inductions” (105), (106). La consilience inductive peut être décrite comme l’accord de multiples inductions tirées de différentes classes de phénomènes.

Ou, en termes un peu plus élaborés, la “colligation de faits” par “superinduction de conceptions” (107). Ce terme a récemment été adopté dans le domaine des neurosciences (108), où la convergence de preuves provenant de sources multiples (pouvant être hiérarchisées) (moléculaires, cellulaires, neuroanatomiques, cognitives, comportementales, sociales, etc.) joue un rôle crucial dans le développement de cadres théoriques méta-disciplinaires (unificateurs). ) joue un rôle crucial dans le développement de cadres théoriques méta-disciplinaires (unificateurs). Dans cette optique, les expériences scientifiques qui étudient les effets de la psilocybine à plusieurs niveaux d’analyse et d’explication seraient d’une grande utilité.

L’hypothèse de la psilocybine-télomère donne une impulsion à cette entreprise car elle relie le niveau épistémique et le niveau ontique de l’analyse.

De multiples voies peuvent être impliquées dans les effets de la psilocybine sur les télomères (neurogenèse, neuroplasticité, régulation à la baisse du réseau en mode par défaut, modulation de l’architecture du cerveau en club riche, interconnectivité fonctionnelle accrue entre les différents réseaux cérébraux, activité anti-inflammatoire, modifications du microbiote, immunomodulation, modifications de l’évaluation cognitive et émotionnelle, améliorations des relations interpersonnelles, aspects transpersonnels/spirituels, etc..

D’un point de vue neurochimique, l’implication différentielle de divers sous-types de récepteurs 5-HT présente naturellement un intérêt a priori car la sérotonine participe à une multitude de processus physiologiques/psychologiques. Par exemple, afin de tester systématiquement l’implication du récepteur 5-HT2A dans les effets supposés de la psilocybine sur les télomères, l’antagoniste non sélectif Ketanserin pourrait être utilisé.

Le microdosage répété (sous le seuil) de la psilocybine est encore une autre méthodologie de recherche longitudinale intéressante dans le contexte de l’hypothèse en question.

En outre, les effets différentiels sur les télomères de divers types de cellules devraient être systématiquement examinés (en particulier compte tenu du raccourcissement à des taux variables).

En outre, les similitudes phénoménologiques et neurologiques entre la méditation et la psilocybine devraient être systématiquement cartographiées dans le contexte du vieillissement génétique.

La recherche suggère que les états de conscience induits par la méditation et ceux provoqués par diverses tryptamines ont des corrélats neurochimiques et neuroanatomiques significativement congruents.

Nous concluons que les futures études qui intègrent les aspects phénoménologiques des “états de conscience supérieurs” aux méthodes d’évaluation quantitative ont un potentiel significatif pour faire avancer et approfondir notre compréhension des interactions entre les processus psychologiques, neuronaux et (épi)génétiques.
Conflit d’intérêts

L’auteur ne déclare aucun conflit d’intérêt.

Références :

[18]

B.L. Needham, J.E. Carroll, A.V.D. Roux, A.L. Fitzpatrick, K. Moore, T.E. SeemanNeighborhood characteristics and leukocyte telomere length: The Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis

[19]

E. Puterman, J. Lin, E. Blackburn, A. O’Donovan, N. Adler, E. EpelThe power of exercise: Buffering the effect of chronic stress on telomere length

[20]

J. Denham, C.P. Nelson, B.J. O’Brien, S.A. Nankervis, M. Denniff, J.T. Harvey, et al.Longer Leukocyte Telomeres Are Associated with Ultra-Endurance Exercise Independent of Cardiovascular Risk Factors

[21]

M. Hoxha, L. Dioni, M. Bonzini, A.C. Pesatori, S. Fustinoni, D. Cavallo, et al.Association between leukocyte telomere shortening and exposure to traffic pollution: a cross-sectional study on traffic officers and indoor office workers
Environ Heal (2009), 10.1186/1476-069x-8-41

[22]

S. Pavanello, A.C. Pesatori, L. Dioni, M. Hoxha, V. Bollati, E. Siwinska, et al.Shorter telomere length in peripheral blood lymphocytes of workers exposed to polycyclic aromatic hydrocarbons
Carcinogenesis (2010), 10.1093/carcin/bgp278

[23]

M.A. ShammasTelomeres, lifestyle, cancer, and aging
Curr Opin Clin Nutr Metab Care, 14 (2011), pp. 28-34, 10.1097/MCO.0b013e32834121b1

[24]

I.H. Gotlib, J. LeMoult, N.L. Colich, L.C. Foland-Ross, J. Hallmayer, J. Joormann, et al.Telomere length and cortisol reactivity in children of depressed mothers
Mol Psychiatry, 20 (2015), pp. 615-620, 10.1038/mp.2014.119

[25]

E. Puterman, E.S. Epel, J. Lin, E.H. Blackburn, J.J. Gross, M.A. Whooley, et al.Multisystem resiliency moderates the major depression-Telomere length association: Findings from the Heart and Soul Study
Brain Behav Immun, 33 (2013), pp. 65-73, 10.1016/j.bbi.2013.05.008

[26]

L.H. Price, H.T. Kao, D.E. Burgers, L.L. Carpenter, A.R. TyrkaTelomeres and early-life stress: An overview
Biol Psychiatry, 73 (2013), pp. 15-23, 10.1016/j.biopsych.2012.06.025

[27]

J.E. Verhoeven, D. Révész, O.M. Wolkowitz, B.W.J.H. PenninxCellular aging in depression: Permanent imprint or reversible process?: An overview of the current evidence, mechanistic pathways, and targets for interventions
BioEssays, 36 (2014), pp. 968-978, 10.1002/bies.201400068

[28]

E.S. Epel, E. Puterman, J. Lin, E. Blackburn, A. Lazaro, W.B. MendesWandering minds and aging cells
Clin Psychol Sci, 1 (2012), pp. 75-83, 10.1177/2167702612460234

[29]

E.A. Hoge, M.M. Chen, E. Orr, C.A. Metcalf, L.E. Fischer, M.H. Pollack, et al.Loving-kindness meditation practice associated with longer telomeres in women
Brain Behav Immun, 32 (2013), pp. 159-163, 10.1016/j.bbi.2013.04.005

[30]

M. BogenschutzMood, craving, and self-efficacy in psilocybin-assisted treatment of alcoholism
Neuropsychopharmacology (2015), 10.1038/npp.2015.324

[31]

M.P. Bogenschutz, M.W. JohnsonClassic hallucinogens in the treatment of addictions
Prog Neuro-Psychopharmacology Biol Psychiatry (2016), 10.1016/j.pnpbp.2015.03.002

[32]

R.L. Carhart-Harris, M. Bolstridge, J. Rucker, C.M.J. Day, D. Erritzoe, M. Kaelen, et al.Psilocybin with psychological support for treatment-resistant depression : an open-label feasibility study
Lancet Psychiatry (2016), 10.1016/S2215-0366(16)30065-7

[33]

R.C. Shelton, P.S. HendricksPsilocybin and palliative end-of-life care
J Psychopharmacol (2016), 10.1177/0269881116675764

[34]

M.W. Johnson, R.R. GriffithsPotential Therapeutic Effects of Psilocybin
Neurotherapeutics (2017), 10.1007/s13311-017-0542-y

[35]

R.G. dos Santos, F.L. Osório, J.A.S. Crippa, J. Riba, A.W. Zuardi, J.E.C. HallakAntidepressive, anxiolytic, and antiaddictive effects of ayahuasca, psilocybin and lysergic acid diethylamide (LSD): a systematic review of clinical trials published in the last 25 years
Ther Adv Psychopharmacol (2016), 10.1177/2045125316638008

[36]

D. De Gregorio, J.P. Enns, N.A. Nuñez, L. Posa, G. GobbiD-Lysergic acid diethylamide, psilocybin, and other classic hallucinogens: Mechanism of action and potential therapeutic applications in mood disorders
Prog Brain Res (2018), 10.1016/bs.pbr.2018.07.008

[37]

K. Thomas, B. Malcolm, D. LastraPsilocybin-assisted therapy: a review of a novel treatment for psychiatric disorders
J Psychoactive Drugs (2017), 10.1080/02791072.2017.1320734

[38]

L.F. Tófoli, D.B. de AraujoTreating addiction: perspectives from EEG and imaging studies on psychedelics
Int. Rev. Neurobiol., 129 (2016), pp. 157-185, 10.1016/bs.irn.2016.06.005

[39]

N.D. VolkowThe reality of comorbidity: Depression and drug abuse
Biol Psychiatry (2004), 10.1016/j.biopsych.2004.07.007

[40]

S. Malan, S. Hemmings, M. Kidd, L. Martin, S. SeedatInvestigation of telomere length and psychological stress in rape victims
Depress Anxiety (2011), 10.1002/da.20903

[41]

L. Smigielski, M. Scheidegger, M. Kometer, F.X. VollenweiderPsilocybin-assisted mindfulness training modulates self-consciousness and brain default mode network connectivity with lasting effects
Neuroimage, 196 (2019), pp. 207-215, 10.1016/j.neuroimage.2019.04.009

[42]

J. Jylhävä, N.L. Pedersen, S. Hägg
Biological Age Predictors. EBioMedicine, 21 (2017), pp. 29-36, 10.1016/j.ebiom.2017.03.046

[43]

V.L. Banszerus, V.M. Vetter, B. Salewsky, M. König, I. DemuthExploring the relationship of relative telomere length and the epigenetic clock in the LipidCardio Cohort
Int J Mol Sci (2019), 10.3390/ijms20123032

[44]

S. Horvath, K. RajDNA methylation-based biomarkers and the epigenetic clock theory of ageing
Nat Rev Genet, 19 (2018), pp. 371-384, 10.1038/s41576-018-0004-3

[45]

R.E. Marioni, S.E. Harris, S. Shah, A.F. McRae, T. von Zglinicki, C. Martin-Ruiz, et al.The epigenetic clock and telomere length are independently associated with chronological age and mortality
Int J Epidemiol, 45 (2016), pp. 424-432, 10.1093/ije/dyw041

[46]

S. HorvathDNA methylation age of human tissues and cell types
Genome Biol (2013), 10.1186/gb-2013-14-10-r115

[47]

T.A. Rando, H.Y. ChangAging, rejuvenation, and epigenetic reprogramming: Resetting the aging clock

[48]

M. Wikgren, M. Maripuu, T. Karlsson, K. Nordfjäll, J. Bergdahl, J. Hultdin, et al.Short telomeres in depression and the general population are associated with a hypocortisolemic state
Biol Psychiatry, 71 (2012), pp. 294-300, 10.1016/j.biopsych.2011.09.015

[49]

O.M. Wolkowitz, S.H. Mellon, E.S. Epel, J. Lin, V.I. Reus, R. Rosser, et al.Resting leukocyte telomerase activity is elevated in major depression and predicts treatment response
Mol Psychiatry, 17 (2012), pp. 164-172, 10.1038/mp.2010.133

[50]

B.L. Needham, B. Mezuk, N. Bareis, J. Lin, E.H. Blackburn, E.S. EpelDepression, anxiety and telomere length in young adults: Evidence from the National Health and Nutrition Examination Survey
Mol Psychiatry (2015), 10.1038/mp.2014.89

[51]

Wei Y Bin, L. Backlund, G. Wegener, A.A. MathéLavebratt C. Telomerase dysregulation in the hippocampus of a rat model of depression: Normalization by lithium
Int J Neuropsychopharmacol (2015), 10.1093/ijnp/pyv002

[52]

O.I. Okereke, J. Prescott, J.Y.Y. Wong, J. Han, K.M. Rexrode, I. de VivoHigh phobic anxiety is related to lower leukocyte Telomere length in women

[53]

S.A. Vreeburg, W.J.G. Hoogendijk, J. van Pelt, R.H. Derijk, J.C.M. Verhagen, R. van Dyck, et al.Major depressive disorder and hypothalamic-pituitary-adrenal axis activity: results from a large cohort study
Arch Gen Psychiatry, 66 (2009), pp. 617-626, 10.1001/archgenpsychiatry.2009.50

[54]

J.K. Kiecolt-Glaser, H.M. Derry, C.P. FagundesInflammation: Depression fans the flames and feasts on the heat
Am J Psychiatry, 172 (2015), pp. 1075-1091, 10.1176/appi.ajp.2015.15020152

[55]

A.H. Miller, C.L. RaisonThe role of inflammation in depression: from evolutionary imperative to modern treatment target
Nat Rev Immunol, 16 (2015), pp. 22-34, 10.1038/nri.2015.5

[56]

A.L. Lopresti, G.L. Maker, S.D. Hood, P.D. DrummondA review of peripheral biomarkers in major depression: The potential of inflammatory and oxidative stress biomarkers
Prog Neuro-Psychopharmacol Biol Psychiatry, 48 (2014), pp. 102-111, 10.1016/j.pnpbp.2013.09.017

[57]

T. Von ZglinickiOxidative stress shortens telomeres
Trends Biochem Sci, 27 (2002), pp. 339-344, 10.1016/S0968-0004(02)02110-2

[58]

J.J. Boonekamp, C. Bauch, E. Mulder, S. VerhulstDoes oxidative stress shorten telomeres?
Biol Lett, 13 (2017), p. 20170164, 10.1098/rsbl.2017.0164

[59]

T.W. Flanagan, C.D. NicholsPsychedelics as anti-inflammatory agents
Int Rev Psychiatry (2018), 10.1080/09540261.2018.1481827

[60]

K. Martinowich, H. Manji, B. LuNew insights into BDNF function in depression and anxiety
Nat Neurosci, 10 (2007), pp. 1089-1093, 10.1038/nn1971

[61]

J.O. GrovesIs it time to reassess the BDNF hypothesis of depression?
Mol Psychiatry, 12 (2007), pp. 1079-1088, 10.1038/sj.mp.4002075

[62]

K.I. Erickson, D.L. Miller, K.A. RoeckleinThe aging hippocampus: Interactions between exercise, depression, and BDNF
Neuroscientist (2012), 10.1177/1073858410397054

[63]

E. Castrén, V. Võikar, T. RantamäkiRole of neurotrophic factors in depression
Curr Opin Pharmacol (2007), 10.1016/j.coph.2006.08.009

[64]

W. Fu, C. Lu, M.P. MattsonTelomerase Mediates the Cell Survival-Promoting Actions of Brain-Derived Neurotrophic Factor and Secreted Amyloid Precursor Protein in Developing Hippocampal Neurons
J Neurosci, 22 (2002), pp. 10710-10719
22/24/10710 [pii]

[65]

R.D. Idell, G. Florova, A.A. Komissarov, S. Shetty, R.B.S. Girard, S. IdellThe fibrinolytic system: A new target for treatment of depression with psychedelics
Med Hypotheses (2017), 10.1016/j.mehy.2017.01.013

[66]

J.K. Kiecolt-Glaser, R. GlaserPsychological stress, telomeres, and telomerase
Brain Behav Immun, 24 (2010), pp. 529-530, 10.1016/j.bbi.2010.02.002

[67]

P. MonaghanOrganismal stress, telomeres and life histories
J Exp Biol, 217 (2014), pp. 57-66, 10.1242/jeb.090043

[68]

J. Lin, E.S. Epel, E.H. BlackburnTelomeres, telomerase, stress, and aging
Handb. Neurosci. Behav. Sci. (2009), 10.1002/9780470478509.neubb002065

[69]

J. Zhang, G. Rane, X. Dai, M.K. Shanmugam, F. Arfuso, R.P. Samy, et al.Ageing and the telomere connection: An intimate relationship with inflammation
Ageing Res Rev, 25 (2016), pp. 55-69, 10.1016/j.arr.2015.11.006

[70]

A. Kotrschal, P. Ilmonen, D.J. PennStress impacts telomere dynamics
Biol Lett (2007), 10.1098/rsbl.2006.0594

[71]

E.S. Epel, E.H. Blackburn, J. Lin, F.S. Dhabhar, N.E. Adler, J.D. Morrow, et al.Accelerated telomere shortening in response to life stress
Proc Natl Acad Sci, 101 (2004), pp. 17312-17315, 10.1073/pnas.0407162101

[72]

E.H. Blackburn, E.S. EpelTelomeres and adversity: Too toxic to ignore
Nature, 490 (2012), pp. 169-171, 10.1038/490169a

[73]

A.H. Young, P. Gallagher, R.J. PorterElevation of the cortisol-dehydroepiandrosterone ratio in drug-free depressed patients
Am J Psychiatry, 159 (2002), pp. 1237-1239, 10.1176/appi.ajp.159.7.1237

[74]

I. Mahar, F.R. Bambico, N. Mechawar, J.N. NobregaStress, serotonin, and hippocampal neurogenesis in relation to depression and antidepressant effects
Neurosci Biobehav Rev (2014), 10.1016/j.neubiorev.2013.11.009

[75]

J.L. Warner-Schmidt, R.S. DumanHippocampal neurogenesis: Opposing effects of stress and antidepressant treatment
Hippocampus, 16 (2006), pp. 239-249, 10.1002/hipo.20156

[76]

B.R. Levone, J.F. Cryan, O.F. O’LearyRole of adult hippocampal neurogenesis in stress resilience
Neurobiol Stress (2015), 10.1016/j.ynstr.2014.11.003

[77]

T.J. Schoenfeld, E. GouldStress, stress hormones, and adult neurogenesis

[78]

D.C. Lagace, M.H. Donovan, N.A. DeCarolis, L.A. Farnbauch, S. Malhotra, O. Berton, et al.Adult hippocampal neurogenesis is functionally important for stress-induced social avoidance
Proc Natl Acad Sci (2010), 10.1073/pnas.0910072107

[79]

A.S. Hill, A. Sahay, R. HenIncreasing adult hippocampal neurogenesis is sufficient to reduce anxiety and depression-like behaviors
Neuropsychopharmacology (2015), 10.1038/npp.2015.85

[80]

B.J. Catlow, S. Song, D.A. Paredes, C.L. Kirstein, J. Sanchez-RamosEffects of psilocybin on hippocampal neurogenesis and extinction of trace fear conditioning
Exp Brain Res, 228 (2013), pp. 481-491, 10.1007/s00221-013-3579-0

[81]

A. Sahay, R. HenAdult hippocampal neurogenesis in depression
Nat Neurosci, 10 (2007), pp. 1110-1115, 10.1038/nn1969

[82]

B.H. Lee, Y.K. KimThe roles of BDNF in the pathophysiology of major depression and in antidepressant treatment
Psychiatry Investig, 7 (2010), pp. 231-235, 10.4306/pi.2010.7.4.231

[83]

T.J. Bouchard, D.T. Lykken, M. McGue, N.L. Segal, A. TellegenSources of human psychological differences: the Minnesota Study of Twins Reared Apart
Science, 250 (1990), pp. 223-228, 10.1126/science.2218526

[84]

K. Karg, M. Burmeister, K. Shedden, S. SenThe serotonin transporter promoter variant (5-HTTLPR), stress, and depression meta-analysis revisited: Evidence of genetic moderation
Arch Gen Psychiatry, 68 (2011), pp. 444-454, 10.1001/archgenpsychiatry.2010.189

[85]

L.D. Moore, T. Le, G. FanDNA Methylation and Its Basic Function
Neuropsychopharmacology, 38 (2013), pp. 23-38, 10.1038/npp.2012.112

[86]

S. ChoudhuriFrom Waddington’s epigenetic landscape to small noncoding RNA: some important milestones in the history of epigenetics research
Toxicol Mech Methods, 21 (2011), pp. 252-274, 10.3109/15376516.2011.559695

[87]

S.F. Stoltenberg, G.R. Twitchell, G.L. Hanna, E.H. Cook, H.E. Fitzgerald, R.A. Zucker, et al.Serotonin transporter promoter polymorphism, peripheral indexes of serotonin function, and personality measures in families with alcoholism
Am J Med Genet, 114 (2002), pp. 230-234, 10.1002/ajmg.10187

[88]

F. Tylš, T. Páleníček, J. HoráčekPsilocybin – Summary of knowledge and new perspectives
Eur Neuropsychopharmacol, 24 (2014), pp. 342-356, 10.1016/j.euroneuro.2013.12.006

[89]

S. Ross, A. Bossis, J. Guss, G. Agin-Liebes, T. Malone, B. Cohen, et al.Rapid and sustained symptom reduction following psilocybin treatment for anxiety and depression in patients with life-threatening cancer: A randomized controlled trial
J Psychopharmacol (2016), 10.1177/0269881116675512

[90]

R.L. Carhart-Harris, M. Bolstridge, C.M.J. Day, J. Rucker, R. Watts, D.E. Erritzoe, et al.Psilocybin with psychological support for treatment-resistant depression: six-month follow-up
Psychopharmacology (2018), 10.1007/s00213-017-4771-x

[91]

P. CowenAltered states: psilocybin for treatment-resistant depression
Lancet Psychiatry (2016), 10.1016/S2215-0366(16)30087-6

[92]

J.B. Stroud, T.P. Freeman, R. Leech, C. Hindocha, W. Lawn, D.J. Nutt, et al.Psilocybin with psychological support improves emotional face recognition in treatment-resistant depression
Psychopharmacology (2018), 10.1007/s00213-017-4754-y

[93]

R.L. Carhart-Harris, L. Roseman, M. Bolstridge, L. Demetriou, J.N. Pannekoek, M.B. Wall, et al.Psilocybin for treatment-resistant depression: FMRI-measured brain mechanisms
Sci Rep, 7 (2017), p. 13187, 10.1038/s41598-017-13282-7

[94]

M.G. Berman, S. Peltier, D.E. Nee, E. Kross, P.J. Deldin, J. JonidesDepression, rumination and the default network
Soc Cogn Affect Neurosci, 6 (2011), pp. 548-555, 10.1093/scan/nsq080

[95]

R.E. Cooney, J. Joormann, F. Eugène, E.L. Dennis, I.H. GotlibNeural correlates of rumination in depression
Cogn Affect Behav Neurosci (2010), 10.3758/CABN.10.4.470

[96]

N.P. Andrews, H. Fujii, J.J. Goronzy, C.M. WeyandTelomeres and immunological diseases of aging
Gerontology (2010), 10.1159/000268620

[97]

N. Weng pingTelomeres and immune competency
Curr Opin Immunol (2012), 10.1016/j.coi.2012.05.001

[98]

R.R. Griffiths, E.S. Hurwitz, A.K. Davis, M.W. Johnson, R. JesseSurvey of subjective “God encounter experiences”: Comparisons among naturally occurring experiences and those occasioned by the classic psychedelics psilocybin, LSD, ayahuasca, or DMT
PLoS One, 14 (2019), Article e0214377, 10.1371/journal.pone.0214377

[99]

R.R. Griffiths, W.A. Richards, M.W. Johnson, U.D. McCann, R. JesseMystical-type experiences occasioned by psilocybin mediate the attribution of personal meaning and spiritual significance 14 months later
J Psychopharmacol (2008), 10.1177/0269881108094300

[100]

F. CrickCentral dogma of molecular biology
Nature (1970), 10.1038/227561a0

[101]

B.G. Dias, K.J. ResslerParental olfactory experience influences behavior and neural structure in subsequent generations
Nat Neurosci, 17 (2014), pp. 89-96, 10.1038/nn.3594

[102]

A. Heinz, D.F. Braus, M.N. Smolka, J. Wrase, I. Puls, D. Hermann, et al.Amygdala-prefrontal coupling depends on a genetic variation of the serotonin transporter
Nat Neurosci (2005), 10.1038/nn1366

[103]

R. Kraehenmann, K.H. Preller, M. Scheidegger, T. Pokorny, O.G. Bosch, E. Seifritz, et al.Psilocybin-induced decrease in amygdala reactivity correlates with enhanced positive mood in healthy volunteers
Biol Psychiatry (2015), 10.1016/j.biopsych.2014.04.010

[104]

F. Bernasconi, A. Schmidt, T. Pokorny, M. Kometer, E. Seifritz, F.X. VollenweiderSpatiotemporal brain dynamics of emotional face processing modulations induced by the serotonin 1A/2A receptor agonist psilocybin
Cereb Cortex (2014), 10.1093/cercor/bht178

[105]

M. HesseConsilience of inductions
Stud Log Found Math, 51 (1968), pp. 232-257, 10.1016/S0049-237X(08)71046-2

[106]

M. FischWhewell’s consilience of inductions–an evaluation
Philos Sci, 52 (1985), pp. 239-255

[107]

L. LaudanWilliam whewell on the consilience of inductions
Monist, 55 (1971), pp. 368-391, 10.5840/monist197155318

[108]

P.W. GlimcherNeuroeconomics: the consilience of brain and decision
Science, 306 (2004), pp. 447-452, 10.1126/science:1102566

[109]

P. BourdieuOutline of a Theory of Practice
Cambridge University Press (1977)

[110]

P.-Ø. Johansen, T.S. KrebsPsychedelics not linked to mental health problems or suicidal behavior: A population study
J Psychopharmacol, 29 (2015), pp. 270-279, 10.1177/0269881114568039

[111]

K. Müller, K. Püschel, S. Iwersen-BergmannSuizid unter Psilocin-Einfluss
Arch Kriminol, 231 (2013), pp. 193-198

[112]

J. L’EtangThe father of spin: Edward L. Bernays and the birth of public relations
Public Relat Rev, 25 (1999), pp. 123-124, 10.1016/S0363-8111(99)80133-7

[113]

E.L. BernaysPropaganda
Horace Liveright (1928)

[114]

A. Douglas, C. PondAmerica’s war on drugs and the prison-industrial complex
Gend Race Justice, 417 (2012)

[115]

L.D. Moore, A. ElkavichWho’s using and who’s doing time: Incarceration, the war on drugs, and public health
Am J Public Health (2008), 10.2105/AJPH.2007.126284

[116]

M.S. Jacob, D.E. PrestiEndogenous psychoactive tryptamines reconsidered: An anxiolytic role for dimethyltryptamine
Med Hypotheses (2005), 10.1016/j.mehy.2004.11.005

[117]

R.A. MonkThe logic of discovery
Philos Res Arch (1977), 10.5840/pra197731

[118]

J.-F. SobieckiAn account of healing depression using ayahuasca plant teacher medicine in a Santo Daime ritual
Indo-Pacific J Phenomenol, 13 (2013), pp. 1-10, 10.2989/IPJP.2013.13.1.7.1173

[119]

L. DevPlant knowledges: indigenous approaches and interspecies listening toward decolonizing ayahuasca research
Plant Med. Heal. Psychedelic Sci., Springer International Publishing, Cham (2018), pp. 185-204, 10.1007/978-3-319-76720-8_11

[120]

J.G. DeanIndolethylamine-N-methyltransferase polymorphisms: Genetic and biochemical approaches for study of endogenous N, N,-dimethyltryptamine
Front Neurosci (2018), 10.3389/fnins.2018.00232

[121]

P.R. BregginAntidepressant-induced suicide, violence and mania: Risks for military personnel
Int J Risk Saf Med (2010), 10.3233/JRS-2010-0502

[122]

P.R. BregginRational principles of psychopharmacology for therapists, healthcare providers and clients
J Contemp Psychother, 46 (2016), pp. 1-13, 10.1007/s10879-015-9307-2

[123]

P.R. BregginThe rights of children and parents in regard to children receiving psychiatric diagnoses and drugs
Child Soc (2014), 10.1111/chso.12049

[124]

E. Husserl
Philosophie als strenge Wissenschaft (Philosophy as Rigorous Science) (1911)

[125]

R.D. EllisPhenomenology-friendly neuroscience: The return to Merleau-Ponty as psychologist
Hum Stud (2006), 10.1007/s10746-005-9010-5

[126]

E. Thompson, F.J. VarelaRadical embodiment: neural dynamics and consciousness
Trends Cogn Sci, 5 (2001), pp. 418-425, 10.1016/S1364-6613(00)01750-2

[127]

H.R. MaturanaAutopoiesis, Structural Coupling and Cognition : A history of these and other notions in the biology of cognition
Cybern Hum Knowing (2002), 10.1111/j.1471-1842.2008.00767.x

[128]

H.R. Maturana, F.J. VarelaAutopoiesis and cognition
Springer Netherlands, Dordrecht (1980)
doi:10.1007/978-94-009-8947-4

[129]

P.L. LuisiAutopoiesis: a review and a reappraisal
Naturwissenschaften (2003), 10.1007/s00114-002-0389-9

[130]

M. Browning, E.A. Holmes, C.J. HarmerThe modification of attentional bias to emotional information: A review of the techniques, mechanisms, and relevance to emotional disorders
Cogn Affect Behav Neurosci (2010), 10.3758/CABN.10.1.8

[131]

K. Vogeley, C. KupkeDisturbances of time consciousness from a phenomenological and a neuroscientific perspective
Schizophr Bull (2007), 10.1093/schbul/sbl056

[132]Arstila V, Lloyd D. Subjective time: The philosophy, psychology, and neuroscience of temporality. 2014.

[133]

T.J. Petcher, H.P. WeberCrystal structures of the teonanácatl hallucinogens. Part II. Psilocin, C12H15N2O
J Chem Soc Perkin Trans, 2 (1974), 10.1039/P29740000946

[134]

C.A.P. Ruck, J. Bigwood, D. Staples, J. Ott, G. WassonEntheogens
J Psychoactive Drugs, 11 (1979), pp. 145-146, 10.1080/02791072.1979.10472098

[135]

A. HofmannHistorical view on ergot alkaloids
Pharmacology (1978), 10.1159/000136803

[136]

Z. Zimmer, C. Jagger, C.-T. Chiu, M.B. Ofstedal, F. Rojo, Y. SaitoSpirituality, religiosity, aging and health in global perspective: A review
SSM – Popul Heal, 2 (2016), pp. 373-381, 10.1016/j.ssmph.2016.04.009

[137]

W.V. QuineMain trends in recent philosophy: two dogmas of empiricism
Philos Rev, 60 (1951), p. 20, 10.2307/2181906

[138]

V.N. Anisimov, I.G. Popovich, M.A. Zabezhinski, S.V. Anisimov, G.M. Vesnushkin, I.A. VinogradovaMelatonin as antioxidant, geroprotector and anticarcinogen
Biochim Biophys Acta – Bioenerg (2006), 10.1016/j.bbabio.2006.03.012

[139]

M. KarasekMelatonin, human aging, and age-related diseases
Exp Gerontol, 39 (2004), pp. 1723-1729, 10.1016/j.exger.2004.04.012

[140]

D.P. Cardinali, A.I. Esquifino, V. Srinivasan, S.R. Pandi-PerumalMelatonin and the immune system in aging
NeuroImmunoModulation (2008), 10.1159/000156470

[141]

R. Hardeland, D.P. Cardinali, G.M. Brown, S.R. Pandi-PerumalMelatonin and brain inflammaging
Prog Neurobiol, 127–128 (2015), pp. 46-63, 10.1016/j.pneurobio.2015.02.001

[142]

H. Mano, Y. FukadaA median third eye: pineal gland retraces evolution of vertebrate photoreceptive organs
Photochem Photobiol (2006), 10.1562/2006-02-24-IR-813

[143]

J. Soler, M. Elices, A. Franquesa, S. Barker, P. Friedlander, A. Feilding, et al.Exploring the therapeutic potential of Ayahuasca: Acute intake increases mindfulness-related capacities
Psychopharmacology (2016), 10.1007/s00213-015-4162-0

[144]

KA MacLean, MW Johnson, RR GriffithsMystical experiences occasioned by the hallucinogen psilocybin lead to increases in the personality domain of openness
J Psychopharmacol, 25 (11) (2011), pp. 1453-1461

[145]

TJ Bouchard, DT Lykken, M McGue, NL SegalTellegen a. Sources of human psychological differences: the Minnesota Study of Twins Reared Apart
Science, 250 (1990), pp. 223-228, 10.1126/science.2218526

[146]

RR McCrae, PT CostaPersonality trait structure as a human universal
Am Psychol, 52 (5) (1997), pp. 509-516

[147]

MD PickersgillDebating DSM-5: diagnosis and the sociology of critique
J Med Ethics, 40 (8) (2014), pp. 521-525

[148]

CB Germann5-Methoxy-N,N-dimethyltryptamine: An Ego-Dissolving Endogenous Neurochemical Catalyst of Creativity
Activ Nerv Super (2019), 10.1007/s41470-019-00063-y

[149]

KK Ridout, SJ Ridout, LH Price, S Sen, AR TyrkaDepression and telomere length: A meta-analysis
J Affective Disorders, 191 (2016), pp. 237-247

[150]

dos Santos, JC Bouso, M Alcázar-Córcoles, JEC HallakEfficacy, tolerability, and safety of serotonergic psychedelics for the management of mood, anxiety, and substance-use disorders: a systematic review of systematic reviews
Expert Rev Clini Phar, 11 (9) (2018), pp. 889-902

Ce travail a été financé par le Réseau de formation initiale Marie Curie de l’Union européenne / Actions Marie Curie : FP7-PEOPLE-2013-ITN-604764.

https://www.CogNovo.eu
– Matériel électronique complémentaire :
https://psilocybin-research.com/psilocybin-telomere-hypothesis-sma/

1

L’errance mentale a été associée à des télomères toujours plus courts dans différents types de cellules immunitaires, c’est-à-dire les granulocytes et les lymphocytes [28]. Les auteurs ont conclu qu’”un état d’attention actuel peut favoriser un milieu biochimique sain et, par conséquent, la longévité des cellules”.

2

Contrairement à la doxa publique largement répandue [109], les données épidémiologiques indiquent que les psychédéliques ne sont pas liés à la psychopathologie ou au comportement suicidaire [ 110 ], cf. Les médias de masse ont utilisé des méthodes de propagande et de RP à la Bernays [112], [113] pour justifier la “guerre contre la drogue” gouvernementale (initiée par l’administration Nixon) qui était clairement motivée politiquement, par exemple, pour cibler les opposants à la guerre du Vietnam et les minorités raciales et pour servir le “complexe industriel carcéral” [114], [115]. Cet interrègne juridiquement contraignant a brusquement interrompu le très prometteur programme de recherche sur les psychédéliques. On ne peut que spéculer sur les progrès que la science des psychédéliques aurait pu réaliser dans l’intervalle si la recherche n’avait pas été systématiquement inhibée par des facteurs politiques irrationnels.

Note L. LSG :
Il faut rajouter ici que les controleurs de l’Etat profond, controlent aussi en France l’Académie Francaise qui est en charge de la définition des mots dans le dictionnaire. Utilisant la “magie” des mots, ils ont tordus leur signification en accolant d’autres mots/programmes, pour en distordre le sens, comme par exemple “champignons hallucinogènes”. Il n’y a aucune hallucination dans la prise de champignons, simplement une vision plus élargie des champps énergétiques et multidimentionnels; lesquels ne sont pas des hallucinations mais la réalité invisible aux sens physique limités. Les mensonges d’hollywood on fait le reste de la programmation.

Tout ceci a commencé avec la “chasse aux sorcières” (encore une fausse définition des controleurs et d’hollywood) sous l’Eglise Catholique, ces femmes étaient des Chamanesses, elles détenaient le savoir ancestral et étaient reliés au plan de l’Esprit et donc à la vraie connaissance. Elles utilisaient ces plantes lors de cérémonies sacrées afin de permettre aux Humains de retrouver l’Esprit Saint.

L’Eglise les a tuées car elles démontraient par l’expérience directe (et gratuite) le lien direct et sans intermédiaire entre l’homme et son Créateur.

3

Récemment, une fonction anxiolytique des tryptamines endogènes (c’est-à-dire la N,N-Diméthyltryptamine) a été émise [voir [116]], ce qui peut être pertinent pour l’hypothèse en question (par exemple, une réduction persistante du stress par l’activation de la branche parasympathique du SNC).

4

L’absence du moyen terme dans les deux hypothèses conduit à un sophisme syllogistique, c’est-à-dire au sophisme logique du moyen non distribué (lat. : non distributio medii).

5

D.M. : D’un point de vue philologique, le terme “déduction” est étymologiquement dérivé du latin deducere “conduire, dériver”. Ainsi, les prémisses conduisent (automatiquement) à la conclusion, c’est-à-dire que la conclusion est logiquement dérivée. Cette approche méthodologique illustre la base du modèle déductif-nomologique (modèle de Popper-Hempel) de l’explication scientifique [117].

6

Le diagnostic DSM-5® “Hallucinogène trouble persistant de la perception” (HPPD) a été appliqué dans des cas extrêmes (faible taux d’incidence).

7

En effet, les guérisseurs chamaniques indigènes (alias doctores) désignent les plantes psychoactives comme des “professeurs de plantes” ou des “guérisseurs de plantes” immensément intelligents [118], un élément de preuve de la linguistique anthropologique qui corrobore la notion selon laquelle des plantes/champignons spécifiques possèdent un potentiel thérapeutique inhérent parce qu’ils sont des organismes vivants dotés d’une âme (et non simplement des paires de bases Watson-Crick complémentaires à manipuler par un scientifique “LaPlacien” omniscient). Cette Weltanschauung animiste “primitive” beaucoup plus ancienne et beaucoup plus liée à la nature est fondamentalement incompatible avec les axiomes philosophiques doxastiques presque omniprésents du matérialisme réducteur dominant et avec sa perspective myope unique sur la question même de ce qui constitue la connaissance [119]. Par exemple, les tentatives visant à réduire les expériences transcendantales transformatives induites par la neurochimie à des processus moléculaires synaptiques et dendritiques spécifiques (par exemple, l’agonisme 5-HT2A) peuvent s’avérer être un sophisme réductionniste naïf – un “parti pris du Zeitgeist” qui a influencé une grande partie de la neuroscience du XXe siècle de manière irrationnelle et partiale vers une vision qui tente (sans succès) de réduire la psychologie à la physique, c’est-à-dire on pense que les processus matériels constituent le fondement causal de la psychologie dans son ensemble (en raison d’une mauvaise application du modèle d’explication de la loi de couverture). Cependant, l’hypothèse selon laquelle la psychologie (et la conscience) peut être réduite in toto à la physique est devenue de facto de plus en plus invraisemblable.

8

Le coefficient de corrélation de Pearson avec l’âge chronologique est r ≈ 0,96 ; pour la longueur des télomères, il est r ≈ -0,53.

9

N.B. : Pour diverses raisons éthiques et morales quasi-kantiennes, nous sommes catégoriquement opposés aux études qui nuisent aux animaux ou les tuent. En outre, de telles études sont spécifiquement problématiques en ce qui concerne les composés chimiques qui altèrent la conscience, car les animaux n’ont vraisemblablement pas la complexité de la conscience que possèdent les êtres humains (c’est-à-dire un manque de généralité/validité externe).

10

Étant donné que ≈ 95% des 5-HT du corps humain se trouvent dans l’intestin, et que le fonctionnement de l’axe intestin-cerveau a été associé à des états dépressifs, il serait intéressant d’étudier si la psilocybine altère le microbiome intestinal (ce qui est crucial pour le maintien de l’homéostasie physiologique et du fonctionnement du cerveau). En outre, il serait intéressant de voir si cette corrélation hypothétique est en relation avec les facteurs de croissance neurothrophiques endogènes du cerveau (par exemple, BDNF/NFG/CNTF/GDNF) et l’activité des télomères/télomérases. En effet, la possibilité d’un rôle régulateur périphérique pour la DMT et/ou la 5-HO-DMT dans la fonction gastro-intestinale a récemment été suggérée [120].

N.B. : Il existe de nombreux “effets secondaires” neuropsychologiques néfastes associés aux ISRS qui méritent d’être soulignés en permanence, notamment en raison du lobbyisme très biaisé des “Big Pharma” [121], [122], [123].

Cette ligne de pensée est également révélatrice d’un point de vue neurophénoménologique qui relie l’école de pensée husserlienne du 17/18e siècle (définie comme la philosophie transcendantale-idéaliste allemande) aux méthodes et technologies des neurosciences modernes [124], [125]. Cette approche souligne que la phénoménologie est soumise à une enquête scientifique et elle met en outre en évidence l’importance de l’incarnation. La recherche future sur la psilocybine devrait tenter d’intégrer les principes dérivés du cadre de la cognition incarnée dans ses efforts de modélisation, car la recherche actuelle sur les composés psychoactifs est presque exclusivement centrée sur le cerveau (c’est-à-dire au niveau de classes spécifiques de neurones ou de circuits neuronaux particuliers). Ce “brain-bias” limite de manière irrationnelle la portée de la recherche sur la psilocybine. En d’autres termes, il a été soutenu avec force que les processus essentiels à la conscience transcendent la division tripartite cerveau-corps-monde supposée à première vue, qui structure la plupart des sciences contemporaines au niveau d’analyse le plus axiomatique [126]. Cette idée pourrait s’avérer être un élément crucial pour reconceptualiser le “problème difficile de la conscience” – le problème scientifique le plus fondamental et jusqu’à présent totalement non résolu, qui a une affinité intrinsèque avec la recherche sur les états modifiés de la conscience. Nous suggérons que le concept cybernétique transdisciplinaire de l’autopoïèse (127, 128, 129) est d’une importance capitale à cet égard, car la psilocybine et les tryptamines qui lui sont associées peuvent faciliter une introspection analytique et contemplative très productive sur la relation entre le percepteur et le perçu (c’est-à-dire le sujet et l’objet, l’esprit et la matière, la psyché et la physique). Cette analyse phénoménologique introspective permet de modifier le mode de traitement de l’information, par exemple en modifiant l’évaluation des stimuli (un facteur important dans les troubles dépressifs et anxieux [voir [130]). La perception subjective du temps (conscience du temps) est un sujet particulièrement pertinent à cet égard [131], [132]. Nous soutenons que l’”intention” est une variable qui interagit avec la phénoménologie (et donc les effets physiologiques) de la psilocybine. Cette interaction psycho-physique entre l’intention et la psychobiologie mérite d’être approfondie.

Dans leur langue maternelle, le Náhuatl, les Aztèques appelaient le spécimen de champignon Psilocybe mexicana “Teonanácatl”, un lexème composite qui est étymologiquement dérivé de “teotl” signifiant “dieu” et “nanácatl” signifiant “champignon”.

Dans la littérature chimique, la psilocybine est également appelée “hallucinogènes teonanácatl” [par exemple, [133]].

Dans le même ordre d’idées philologiques, le terme “enthéogène” a été introduit dans la littérature scientifique occidentale par Ruck et al (134). Par définition, un enthéogène est une substance chimique utilisée dans un contexte cérémonial, religieux, chamanique et/ou spirituel, qui peut produire des connaissances et des changements psycho-spirituels profonds.

L’étymologie du néologisme “entheo-gen” est un lexème composé grec dérivé de ἔνθεος (entheos) et γενέσθαι (genesthai) et qui se traduit par “générer le divin en soi” (cf. le terme apparenté “enthousiasme”).

En effet, les mystères dionysiaques grecs peuvent être fondés sur l’utilisation de biomatériau enthéogène. Le culte extatique de Dionysos impliquait la consommation de Kykeon, une concoction buvable qui comprenait potentiellement des composés similaires à la tryptamine.

Le Kykeon contenait peut-être de l’orge parasitée par l’ergot. L’ergot [135] est un parasite fongique de l’orge ou du grain de seigle, qui contient les alcaloïdes ergotamine et ergonovine, c’est-à-dire des précurseurs du LSD-25. La relation entre la spiritualité et le vieillissement a récemment fait l’objet d’un regain d’attention [pour une analyse, voir [136]].

Plus précisément, diverses différences de densité de connectivité ont été démontrées, qui différencient les individus en bonne santé des individus diagnostiqués comme souffrant de troubles dépressifs majeurs, c’est-à-dire une connectivité fonctionnelle neurale plus importante entre le cortex cingulaire postérieur et le cortex cingulaire sous-génital pendant les périodes de repos, mais pas pendant l’exécution des tâches [mais voir [93]].

La question évidente est la suivante : la science doit-elle jamais être dogmatique ? [cf. [137]].

La mélatonine (N-acétyl-5-méthoxy tryptamine), une hormone indolique pinéale, est un parent structurel tryptaminergique de la psilocybine et il a été suggéré que la mélatonine agit comme un géroprotecteur antioxydant [138], [139].

Par exemple, une supplémentation longitudinale de mélatonine a augmenté la longévité du D. melanogaster.

Les interactions entre la psilocybine et le système de la mélatonine sont donc un sujet de grand intérêt, en particulier en ce qui concerne l’immunosénescence (140) et la neuroinflammation (141), mais aussi d’un point de vue psychologique profond, étant donné les propriétés particulières du “troisième oeil pariétal” photoréceptif (142) et son rôle central dans la régulation circadienne de base (biochronologie) et les états de rêve (notez que les phénéthylamines et tryptamines psychoactives telles que la mescaline, le DMT et la psilocybine induisent des états de rêve relativement similaires (voir aussi (143)).

D’un point de vue philologique, la racine étymologique du terme consilience vient du latin consilient, de com “avec, ensemble” et salire “sauter, sauter”. Elle signifie donc littéralement “sauter ensemble” (c’est-à-dire de la connaissance). La résilience scientifique est donc sémantiquement synonyme de l’expression “concordance des preuves”.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987719308229?via%3Dihub

Dieu, Jésus, les religions… On a raté le message 😉

5-méthoxy-N,N-diméthyltryptamine : Un catalyseur neurochimique endogène de la créativité qui dissout l’ego

Explorer l’effet du microdosage de psychédéliques sur la créativité dans un cadre naturel ouvert

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here