Vu dans Tahiti Info.
« L’ordre et la Morale », visite de Philippe Gomes sur le tournage.
Le président de la Nouvelle Calédonie Philippe Gomes qui est venu passer quelques jours de vacances avec sa famille en Polynésie a tenu à se rendre à Anaa sur le tournage du film de Mathieu Kassovitz « l’ordre et la morale » pour une rencontre fraternelle avec les kanaks.

Les protagonistes sont tous d’accord pour le dire, le tournage du Film « l’ordre et la morale » et hors du commun. En plus d’une oeuvre cinématographique, c’est un moment important de l’histoire de la Nouvelle Calédonie qui se dénoue sur ce petit morceau de terre perdu au milieu de l’océan Pacifique. L’émotion est palpable au sein de cette population kanak qui est venue graver sur les bobines une page de leur histoire sur laquelle l’encre n’a pas encore séché, mais que peut-être, ce film leur permettra enfin de tourner. Macki, Heisik, Tchacko ils ont vécu le drame qui s’est déroulé en 1985 à Ouvea, et incarnent aujourd’hui les rôles de leurs propres parents, qui un frère, un père, un mari…Ils sont véritablement heureux de le faire et expriment avec la plus grande sagesse et la plus grande fierté leur sentiment de rendre ainsi un merveilleux hommage à leurs disparus.
« Notre objectif est que le film se fasse » clame Macki, chef de tribu dont le frère fut à l’époque torturé.
Tchacko quand à elle, qui est l’épouse de feu le pasteur Tom, explique qu’elle est là pour représenter toutes les mamans…elle est très émue, le moment est fort, avec ses amies elle a composé un chant pour le film.

« De la même manière que le préambule de l’accord de Nouméa a permis de mettre des mots sur des douleurs, le tournage de l’ordre et la morale retrace l’ ombre et la lumière de notre histoire coloniale ». « ce film représente un symbole fort en Nouvelle Calédonie, et nous permet de repartir sur de bonnes bases, celles de la fraternité… » c’est ainsi que Philippe Gomes a décrit le sujet. « Bien sûr je regrette que le film n’ai pas put être tourné en Nouvelle Calédonie, mais ici au moins, on est en terrain neutre…c’est mieux ainsi » poursuit-il rappelant qu’une seule personne continuait à faire obstacle à ce tournage, mais que cela se respectait.
Il a également tenu a souligner que Paul Naouti, président de la province Nord, soutenait également ce projet.

C’est avec une émotion non feinte et respective que les kanaks et le président se sont chaleureusement salué.
Des accolades pleines d’espoir pourvues d’une volonté commune de futur constructif et solidaire…

Maki, chef de tribu indépendantiste à emmené le président Gomes sur le décor ou a été reconstitué le fameux Gossanah. Il a expliqué le principe de la case typique locale, ou la porte d’entrée est très basse obligeant un passage révérencieux et respectueux. Il s’est ensuite rendu sous l’ombrière ou les fameux poteaux de soutènement servirent de poteaux de torture, et c’est le président Gomes lui même qui a expliqué la symbolique du drapeau indépendantiste.

Une visite sur fond d’ouverture et d’échange dans un respect mutuel des valeurs de l’autre.
Mathieu Kassovitz était quand à lui en pleine action. Le mauvais temps de ces derniers jour lui fait perdre un temps précieux et chaque moment d’accalmie doit être mis à profit pour avancer sur le tournage.

Les décors sont bluffant, chaque détail a été pensé, on se croirait vraiment en plein siège;

Autour du tournage, c’est une vraie ruche…
La plupart des techniciens qui ont été embauchés pour les besoins du film sont locaux : Karl reguron, technicien mise en scène, Teiva Ribet, pointeur, Marc Konnicks, chef opérateur, Teva Juventin Electro-technicien, Teiva Drillon, Machiniste, Haumiti Kimitete, assistante de mise en scène…

Le régisseur Guinald Riou nous explique que tout comptait pour le choix du lieu: Ouvea est une île assez plate, qui culmine à 46 m d’altitude, il fallait trouver une église typique qui ne soit pas à proximité de bâtiment moderne, Anaa a sut répondre parfaitement aux critères, mais Guinald nous explique qu’il a visité 25 iles pendant 6 semaines avant de trouver l’heureuse élue;

La grotte quand à elle sera montée à Moorea, ou la végétation se rapprochait le plus de celle d’Ouvea;
Les habitants de cette petite île des Tuamotu vivent des moments exceptionnels, la petite île est en effervescence! Entre 250 et 265 personnes sont hébergées chaque jour, 50 personnes de l’île ont trouvé du travail et les petits commerces locaux réalisent leur plus beau chiffre d’affaire.
Cette île merveilleuse qui vit d’habitude au rythme nonchalant de la Polynésie d’antan, des produits de la pêche et du coprah, connait en ce moment une expérience inoubliable.

2 rotations d’avion par semaine approvisionnent en frêt pour les besoins de nourriture.

Elle s’est occupé de recruter le personnel local, gère les relations officielles, conseille la production pour le choix des prestataires locaux, gère les relations avec la presse…opérationnelle à 300%, Marie-Eve est le trait d’union indispensable pour que tout fonctionne.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here