61938422L’Union Calédonienne va déposer un recours devant le Conseil d’Etat pour demander l’annulation des élections de dimanche dernier dans la province sud de la Nouvelle-Calédonie, contestant l’application des restrictions au corps électoral, a annoncé vendredi le parti indépendantiste.

« L’établissement des listes nous pose problème, c’est pourquoi nous avons entrepris une démarche et nous allons jusqu’au bout », a déclaré à l’AFP, Roch Wamytan, tête de la liste indépendantiste et progressiste dans la province sud.

En avril dernier, le FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak Socialiste) avait demandé au tribunal la radiation de 5.700 électeurs de la liste électorale spéciale des provinciales, mais n’a obtenu gain de cause que sur quelques dizaines de dossiers.

Aussi, le parti indépendantiste a déposé ensuite environ 700 recours devant la Cour de cassation, qui seront examinés parallèlement au recours devant le Conseil d’Etat sur le scrutin de dimanche.

« Le fait qu’il y ait 5.000 personnes indûment inscrites, de notre point de vue, sur les listes électorales, a évidemment eu un impact sur les résultats », a également déclaré M.Wamytan.

Dans la province sud, acquise aux non-indépendantistes et où se trouve Nouméa, la liste de M. Wamytan a obtenu 7 sièges sur 40. Au Congrés de ce territoire très autonome, où siège une partie des élus provinciaux, les indépendantistes ont 25 élus contre 29 pour la droite non-indépendantiste.

En 1998, l’accord de Nouméa a instauré un processus de décolonisation par étapes, assorti entre 2014 et 2018 d’un référendum d’autodétermination dont la date doit être fixée par les élus du Congrès, à la majorité des 3/5éme.

En vertu de la décolonisation en cours, le droit de vote aux provinciales est réservé aux personnes arrivées dans l’archipel avant 1998, au terme de dix ans de résidence.

Toutefois, les interprétations des textes, sur ce sujet ultra-sensible, divergent.

Sources AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here